Le gouvernement annonce le maintien de l’augmentation des taxes sur le carburant

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire a confirmé ce matin au micro de RMC que l’augmentation de la fiscalité sur les carburants prévu le 1er janvier 2019. Il a souligné que l’objectif du gouvernement est d’avancer vers la fin de la dépendance au pétrole.

L’hétéroclite mobilisation du 17 novembre ne devrait pas faire bouger le gouvernement d’Edouard Philippe alors que l’extrême-droite, le Rassemblement National et Debout la France en tête, appellent à y participer. Le ministre a affirmé que « « Non, la hausse ne sera pas suspendue. Il n’y aura pas de moratoire. On ne suspend pas la transition écologique ».

Cette hausse devrait être répétée en 2020, 2021 et 2022. Celle du 1er janvier 2019 correspondra à une hausse du prix du litre de 6 centimes pour le gazole et de 3 centimes pour l’essence.

Le ministre a suscité de nombreuses moqueries sur internet quand il a déclaré « nous sommes tous des automobilistes » expliquant que « « le plein de ma 5008 essence, qui était à 68-70 euros, frôle les 80 euros. Quand je transporte ma famille, je m’aperçois bien que ça coûte cher ». Les internautes lui ont notamment reproché d’oublier la différence de salaire entre celui d’un membre du gouvernement et le revenu médiant.

Il a tenu à défendre la mesure d’un point de vue écologique : « Si on ne veut plus dépendre de cette hausse du prix du baril qui nous expose à des coûts prohibitifs, il faut accélérer notre indépendance face aux énergies fossiles ». « Les 3,7 milliards sont là pour favoriser la transition écologique qui est indispensable. Nous finançons la prime à la conversion, le crédit d’impôt pour les cuves à fioul », a également affirmé le ministre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *