Paris : les transports en commun bientôt gratuits?

En début de semaine, le Conseil de Paris devait voter sur la carte Navigo gratuite pour 220 000 Parisiens âgés de plus de 65 ans. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, réfléchit à étendre cette décision à l’ensemble des Parisiens et de leurs transports en commun. 

Anne Hidalgo a placé trois adjoints de la Mairie de Paris sur « une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers », afin de savoir si elle rendra gratuits les transports de la capitale française.

La Maire affirme que la question de la gratuité des transports est « une des clefs de la mobilité urbaine dans laquelle la place de la voiture polluante n’est plus centrale ». Pour cette étude, ses trois adjoints seront en charge d’analyser les exemples d’initiatives similaires déjà mises en place en France mais également à l’international : cela permettra d’avoir un rapport très précis sur la question.

Des villes comme Niort, Gap ou Manosque ont déjà adopté ce système. A l’international, l’Allemagne s’apprête à sauter le pas, étant donnée la forte pollution qui entoure certaines villes.

Anne Hidalgo affirme cependant qu’indépendamment de l’aspect environnemental, il faudra « en particulier évaluer s’il existe un modèle économique viable : rien ne dit aujourd’hui que cela est possible ».

Avant de faire bénéficier de la gratuité des transports à tous les Parisiens, il est d’abord question de la gratuité de la carte Navigo chez les personnes âgées. En effet, en début de semaine, le conseil de Paris a posé les conditions pour qu’une telle mesure soit applicable :

  • Les personnes qui pourront bénéficier de cette gratuité devront être âgées de 65 ans et plus.
  • Ces personnes devront toucher moins de 2200 euros par mois, soit 3400 euros par couple.
  • Les 20 000 bénéficiaires de l’allocation handicap seront également éligibles.

Pour le moment, 200 000 Parisiens pourront bénéficier de cette gratuité, s’ils répondent bien entendu aux critères mentionnés ci-dessus.

Bien que cette initiative (gratuit pour tous) soit tout à l’honneur de madame la Maire, la (lourde) question du financement reste à mesurer. Comment sera compensé le manque à gagner de la RATP ? C’est pour répondre à cette interrogation que le projet est actuellement étudié.

 

 

Contrôle des chômeurs : le nouveau plan du gouvernement

Dans sa course à la présidentielle, Emmanuel Macron avait fait une promesse : renforcer le contrôle des demandeurs d’emploi. Qu’en est-il aujourd’hui ? 

C’est en ce début de semaine qu’a eu lieu une rencontre au Ministère du Travail, pour que le gouvernement présente ses pistes afin de contrôler les demandeurs d’emploi. Lors de la campagne présidentielle de 2017, Emmanuel Macron avait été ferme sur la question du chômage.

Il l’avait annoncé : chaque mois, les demandeurs d’emplois devront rendre des comptes à leur conseiller sur leurs démarches effectuées afin de trouver un travail. Par ailleurs, Emmanuel Macron souhaite instaurer des sanctions : si les demandeurs d’emplois refusent deux offres alors que le salaire proposé n’est pas inférieur de plus de 25% à leur précédent salaire, les allocations chômages leur seront suspendues.

Les nouvelles mesures attendues permettront de « remettre à plat un système qualifié d’incohérent et de pas logique ». Les sanctions en vigueur à date ne sont pas tout le temps les plus adaptées. « Aujourd’hui, ne pas se présenter à un rendez-vous est passible de deux mois de radiation, et donc de suspension des allocations, tandis qu’un chômeur qui ne cherche pas assez activement un emploi ne risque que deux semaines de radiation », selon Libération.

Au-delà de ces sanctions remises au goût du jour, le gouvernement abordera également la question de l’offre raisonnable qui consiste à demander avec précision quel type d’emploi le demandeur est prêt à accepter (nature du contrat, zone géographique…). Par ailleurs, un changement dans l’assurance-chômage est à prévoir. L’Etat souhaite d’avantage s’investir aux côtés des partenaires sociaux, qui eux espèrent que « ces discussions ne s’inscriront pas dans un cadre trop contraignant »

Ces nouveaux décrets du gouvernement vont sans aucun doute engendrer des mécontentements. Mais pour l’instant, il n’a pas l’air prêt à renoncer.

Solitude et entreprise

Face aux nombreuses problématiques sociales et psychologiques, comment l’entreprise peut-elle réagir, pour ses clients mais surtout pour son personnel ?

C’est une étude du centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) parue au mois de septembre 2017, qui est venue sonner l’alarme.

On y apprend avec stupeur que 700000 jeunes vivent en situation « d’isolement social », c’est à dire qu’ils ne fréquentent jamais personne.

Un chiffre incroyable, qui remet forcément en cause le monde de l’entreprise, toujours mal placé pour s’intéresser aux jeunes, qui lui vouent en retour une forme de scepticisme, pour ne pas dire de méfiance.

Pourtant, l’économie nationale a un rôle à jouer dans ces nouveaux problèmes sociaux au premier titre duquel la solitude, qui frappe de la même manière les seniors.

Changer sa politique de RH et d’embauche tout d’abord, en ne laissant pas systématiquement au banc les candidats « trop jeunes », ou « trop vieux ».

Créer du liant entre les individus ensuite, à travers sa politique d’intégration, mais également des service proposés aux particuliers.

Football : les chiffres du mercato

Les clubs de football européens bénéficient pendant le mois de janvier de l’autorisation de revoir leurs effectifs, en achetant d’autres joueurs. Cette année, les transactions ont battu des records.

Le premier gros transfert de ce mois de janvier aura aussi été le plus important au niveau de l’argent dépensée.

En effet, la stars des Reds de Liverpool, Coutinho, a rejoint le club espagnol mythique, le FC Barcelone, pour un montant de 120 millions d’euros, assortis de bonus &éventuels pouvant atteindre 40 millions d’euros.

Le deuxième plus gros transfert de l’hiver concerne un footballeur moins connu en France, qui évoluait jusque là dans l’humble club de Southampton et qui a été acheté par Liverpool pour 78,8 millions d’euros.

Le troisième membre de ce podium des transferts les plus chers de l’hiver est français. Il s’agit du jeune Aymeric Laporte, que Manchester City a arraché à l’Athletic Bilbao pour 65 millions d’euros.

Il s’agit de la période de transfert hivernale lors de laquelle le plus d’argent a été dépensée dans l’histoire du football.

 

 

Réduction des risques : des études encourageantes pour le tabac à chauffer ?

Après les vapoteuses, d’autres formes alternatives de consommation du tabac, se présentant comme moins nocives, arrivent sur le marché. Dernière tendance en date, le tabac à chauffer. Deux récentes études semblent aller dans ce sens.

La semaine dernière, deux études publiées par les autorités sanitaires anglaises et allemandes ont été dévoilées. Leurs résultats accordent à ces nouveaux produits des vertus de « réduction des risques » par rapport aux cigarettes traditionnelles.

Le 12 décembre, les scientifiques britanniques du Committee on Toxicity (CoT), l’organisme public chargé de conseiller le ministère de la santé et les organes de santé publique, ont publié un rapport sur le tabac à chauffer. Ils y précisent les résultats de leur étude, qui portait sur deux produits spécifiques, l’IQOS de Philip Morris International (PMI), et l’IFUSE de British American Tobacco (BAT).

Si les experts rappellent que le tabac à chauffer reste nocif et dangereux, ils estiment qu’« il a été reconnu que ces produits pouvaient représenter une réduction de la nocivité pour les personnes qui, autrement, fumeraient des cigarettes. »

« Il y a vraisemblablement une réduction des risques pour les fumeurs traditionnels choisissant de passer au tabac à chauffer à la place des cigarettes », précise le rapport, qui met aussi en avant la limitation des dommages concernant le tabagisme passif, puisque « une réduction des risques concernerait aussi les personnes à proximité lorsqu’un fumeur passe de la cigarette au tabac à chauffer. »

Des résultats parus seulement quelques jours plus tard en Allemagne offrent globalement la même lecture.

Outre Rhin, la BfR, l’organisme qui dépend du Ministère de l’Alimentation et de l’Agriculture et qui a pour mission de veiller à la sécurité sanitaire auprès du gouvernement fédéral, a mené une étude similaire. Elle a publié la semaine dernière les premiers résultats tirés de cette étude.

On y découvre les mêmes conclusions et recommandations que chez leurs homologues britanniques : si ces produits sont nocifs de par la présence de nicotine dans leur composition, l’absence de combustion à l’origine des émanations les plus toxiques de la cigarette, induit « qu’une réduction significative de la production de substances suspectées de nocivité sera associée à des risques sanitaires inférieurs à ceux de la cigarette traditionnelle. »

La communauté scientifique internationale semble donc s’accorder sur le fait que ces produits, appréhendés et promus uniquement comme alternative aux cigarettes, et non pas comme des produits de consommation inoffensifs, permettent de limiter fortement les risques et dégâts pour les fumeurs.

Vignette anti-nids-de-poule : la prochaine taxe auto ?

Un comité d’experts commissionné par le ministère des transports prône une nouvelle vignette à faire payer aux conducteurs, afin de financer l’entretien des routes.

Les associations d’automobilistes devraient encore faire parler d’elles dans les prochains mois, si le gouvernement décide d’appliquer les recommandations du comité d’experts mandatés par la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

En effet, selon les informations recueillies par les journalistes du Parisien, cette commission aurait proposé au gouvernement d’instaurer une vignette baptisée « anti-nids-de-poule », qui permettrait de payer les frais d’entretien du réseau routier français.

Cette nouvelle taxe déguisée à de quoi faire bondir des automobilistes déjà largement mis à contribution et issus des milieux sociaux les plus modestes.

En effet, les grands centres urbains, où les habitants peuvent utiliser les transports en commun, sont vidés de leurs classes moyennes et populaires, repoussées en périphérie par la hausse de l’immobilier. Ils ont donc obligés de prendre leurs voitures.

Bref, encore un impôt sur les plus pauvres…

Elisabeth va-t-elle dépasser les bornes ?

 

Maintien de la prime de Noël

La ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, a déclaré publiquement, lundi 4 décembre, que la prime de Noël serait maintenue cette année.

Le principe de la prime de Noël est un geste de solidarité effectué par l’Etat français envers les plus pauvre, à l’occasion des fêtes de Noël.

Ainsi, comme l’a précisé la ministre, « plus de 2,5 millions de Français » seront concernés et bénéficieront de cet élan de solidarité nationale.

Cette prime s’élève à 152,45 euros, pour les célibataires et à 228,67 euros pour les couples vivant dans le même foyer. Elle « sera versée la semaine précédant Noël », a expliqué Agnès Buzyn.

Et la femme politique de préciser dans un communiqué de presse, les profils qui sont concernés, « certains bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA), ainsi que les bénéficiaires de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) et de l’allocation équivalent retraite ».

De quoi redonner un peu de confort aux plus démunis.

 

Journée de gréve dans les services publics

De nombreux fonctionnaires seront en gréve demain, mardi 10 octobre 2017, pour dénoncer le projet de loi travail du gouvernement Philippe.

On s’y attendait depuis l’élection d’Emmanuel Macron. Etant donné le programme économique du nouveau président de la république, d’importantes gréves et manifestations étaient à prévoir en cette rentrée 2017.

Ainsi, après plusieurs mouvements d’importance relative, et la volonté affichée du gouvernement de poursuivre ses reformes, la grogne devrait connaitre son point culminant demain.

En effet, pour la première fois depuis 10 ans, l’ensemble des 9 fédérations syndicales de la fonction publique appellent à la gréve, mardi 10 octobre. Les 5 millions de fonctionnaires suivront-ils le mouvement ?

Ainsi la CGT, la CFDT, FO, l’UNSA, la FSU, Solidaires, la CFE-CGC, la CFTC et FA (Autonomes) demandent aux fonctionnaires de faire la gréve et de manifester le 10 octobre.

Les principales mesures qui sont dénoncées par les forces syndicales sont les suppressions d’emplois dans le service public, le gel des rémunération, ou le retour du jour de carence.

Le travail commence demain pour Emmanuel Macron et Edouard Philippe…

 

 

Les inquiétudes sur les antennes relais

Entre déni et fantasmes, les antennes relais sont au cœur de très nombreuses polémiques et prises de position. La position de l’état sur le sujet constitue une tentative de trouver un juste milieu.

D’un côté, certains considèrent les antennes relais comme de machines à produire du cancer, qui seraient en cause d’un véritable scandale sanitaire et qui finiront, comme l’amiante, par être interdites, à cause de leurs dangers sanitaires et surtout pour la santé des humains.

Les enfants seraient tout particulièrement sensibles à ces dommages, créés par les antennes.

De l’autre, nous avons certains spécialistes et notamment les professionnels du secteur, qui ne peuvent être très objectifs, qui assurent que les antennes relais ne représentent aucun danger et que les ondes émises sont trop faibles pour être une menace pour l’homme.

Du côté de la législation, les fabricants doivent se plier à certaines règles, avant de pouvoir installer des antennes relais.

Ils doivent d’abord demander l’autorisation à l’organisme chargé spécialement d’étudier les conséquences de ces antennes, la régulation des communications électroniques et des postes. Cet organisme veille à ce que les principales normes soient respectées.

Enfin, les fabricants doivent respecter des normes d’urbanisme strictes et demander une autorisation d’implantation à la mairie.

Cash Investigation épingle Free et Lidl

Cash Investigation, l’émission d’enquêtes de la chaîne du service publique France 2, présentée par la journaliste Elise Lucet, va épingler, cette semaine, deux géants pour leur gestion RH : Lidl et Free.

Le retour de l’émission d’ELise Lucet pour cette rentrée, était très attendu, tant les méthodes de l’enquêtrice sont régulièrement au cœur de polémiques.

En effet, le ton inquisiteur et les méthodes d’investigation parfois à la frontière de la légalité, sont souvent critiqués chez les producteurs de cette émission, dont le montage est aussi souvent critiqué par les personnes y qui sont visées.

Ainsi, le premier épisode de la saison revient cette semaine  sur la manière dont deux entreprises bien connues, Free et Lidl, traitent leurs employés.

On a pourra y découvrir avec stupeur une déshumanisation totale des salariés de ces deux groupes, dont certains reçoivent leurs ordres de machines…

Elise Lucet s’est également penchée sur l’importance des licenciements dans ces deux groupes, dont de nombreux se font dans des conditions douteuses.

Ce premier épisode, intitulé, Le monde merveilleux du travail », sera diffusé sur France 2, demain, mardi 26 septembre, à 20h55. Chacun se fera son idée…

1 2 3 4 8