Agro-industrie : Beauce Champagne Oignon a inauguré une nouvelle usine à Sermaises

A l'intérieur de l'unité de production de Beauce Champagne Oignon

 

La coopérative Beauce Champagne Oignons (BCO) a inauguré le 5 juin sa nouvelle usine de conditionnement à Sermaises, près de Pithiviers (Loiret). Cette unité de production devrait fournir 25 000 tonnes d’oignons, contre 16 000 tonnes dans l’ancienne usine d’Audeville (Loiret), qui devient un site de stockage.

Un site trois fois plus grand que l’ancien

Beauce Champagne Oignon s’offre une nouvelle usine de conditionnement à Sermaises, près de Pithiviers, dans le Loiret. Elle a vu le jour grâce à des prêts bancaires du Crédit agricole et à des aides du Conseil régional Centre-Val de Loire, qui gère des fonds européens. Le montant total du financement s’élève à 11,5 millions d’euros. Dotée d’une capacité annuelle de 25 000 tonnes, contre 16 000 dans l’ancienne usine d’Audeville (Loiret), transformée en un site de stockage, la nouvelle unité de production emploiera une vingtaine de salariés.

Ce nouveau site, qui dispose de dix lignes de conditionnement, est trois fois plus grand que le précédent, comme il fait 8.500 m² contre 2 800 auparavant. Il est surtout équipé d’une technologie jusque-là jamais utilisée en France qui va permettre d’augmenter la production de l’oignon en Beauce.

Un tri optique infrarouge

La technique de conditionnement se fait en deux grandes étapes. D’une part l’oignon n’est pas brutalement déversé du camion comme cela se faisait jusqu’ici, mais déposé sur un tapis qui l’achemine doucement à l’intérieur du bâtiment. Ainsi, les chocs sont réduits et le produit garde la qualité qu’il avait à la récolte. C’est ensuite que le tri optique infrarouge rentre en action. A ce niveau, il y a trois phases : la première consiste en l’élimination des corps étrangers, la seconde en la détection des anomalies extérieures et intérieures et la troisième se résume au tri selon l’aspect, le diamètre et le poids. Enfin, l’oignon est conditionné dans des sachets de 1 à 100 kilos.

« Avec ce site, nous nous projetons trente ans en avance »

Ce système de tri a deux gros avantages comme le révèle Florent Delaunay, responsable du nouveau site : « Outre l’augmentation des volumes traités, ce nouvel outil réduit de moitié les retours de marchandises, qui occasionnaient une perte de 300 000 euros ». Pour sa part, Alain Sagot, vice-président de la coopérative annonce qu’« Avec ce site, nous nous projetons trente ans en avance ».

Plus du tiers de la production de la coopérative Beauce Champagne Oignon est acheminé dans les grandes et moyennes surfaces telles que U, Lidl, Carrefour, et Intermarché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.