KFC dans l’embarras face au cas Mbappé

La célèbre chaîne de restauration est tiraillée face au refus de l’attaquant des Bleus de s’associer à certaines marques en partenariat avec la Fédération française de football.

Il n’est pas clair à ce stade si KFC compte parmi les sponsors de la Fédération française de football (FFF) que Kylian Mbappé réprouve. Mais une chose est sûre : le sujet ne laisse guère indifférente la chaîne de restauration rapide.

Interrogé sur la question mardi 20 septembre 2022, le vice-président de l’antenne française du groupe Alain Beral et par ailleurs patron de la Ligue nationale de basket (LNB) a condamné l’attitude de l’attaquant du PSG.

Celui-ci est en effet engagé depuis de nombreux mois dans un bras de fer avec la FFF à propos de la gestion de ses droits à l’image par l’équipe de France. Il souhaite notamment faire renégocier les termes de la convention pour disposer d’un droit de regard sur la question.

« Caprice de jeunesse »

Mais la Fédération rechigne à accéder à sa demande, du moins pour l’instant. Le président Noël Le Graët évoquant l’imminence de la Coupe du monde pour justifier sa réticence. De quoi agacer Mbappé qui, après avoir boycotté une opération commerciale avec Coca-Cola entre autres en mars dernier, a récidivé en début de semaine.

Il a en effet refusé le lundi 19 septembre de prendre part à une séance photo prévue le lendemain. Une position ferme qui a semble-t-il, finalement fait plier la FFF. « La Fédération française de football s’engage à réviser, dans les plus brefs délais, la convention inhérente aux droits à l’image qui la lie à ses joueurs en sélection », pouvait-on dans un communiqué publié dans la soirée par Noël Le Graët et les siens.

KFC temporise

Cette saga ne semble pas être du goût d’Alain Beral. Le responsable de KFC France a ainsi regretté mardi l’attitude de Mbappé qualifiée de « caprice » en pleine « crise de jeunesse ». Il a ensuite menacé le joueur du PSG de poursuite si nécessaire afin de faire valoir les droits de son entreprise.

Reste que cette position ne fait apparemment pas l’unanimité au sein de KFC. Le groupe a donc remis en cause les propos de son vice-président ce mercredi via Reuters. « Ce sont des opinions personnelles, mais elles ne reflètent en aucun cas la position de l’entreprise », a-t-il indiqué, réaffirmant sa fierté à collaborer avec la FFF et ses joueurs, dont Kylian Mbappé.

Nosopharm s’arme pour poursuivre le développement de son antibiotique NOSO-502

Des pipettes violets dans un laboratoire.

 

L’entreprise de biotechnologie Nosopharm a récemment remanié son conseil de surveillance, avec notamment la nomination de Jacques Dumas à la présidence de l’organe, en remplacement de Jacques Biton. La nouvelle équipe a reçu pour mission principale de poursuivre le développement de l’antibiotique first-in-class NOSO-502 jusqu’à la phase 1 des essais cliniques.

Nosopharm passe à la vitesse supérieure. L’entreprise de biotechnologie dédiée à la recherche et au développement de médicaments anti-infectieux, a annoncé, il y a quelques semaines, le remaniement de son conseil de surveillance. L’organe non-exécutif accueille à sa tête Jacques Dumas en remplacement de Jacques Biton. Docteur en chimie organique de l’Université Paris VI, le nouveau président a une expérience de 30 ans en R&D. Il a occupé de hauts postes dans des groupes pharmaceutiques importants comme AstraZeneca et Bayer Healthcare. Il a aussi et surtout co-inventé deux médicaments commercialisés, le Nexavar® et le Stivarga®.

Frédéric Hammel reste au sein du conseil

Nosopharm a également annoncé les entrées de Laurent Fraisse au conseil de surveillance en tant que membre indépendant, à la place de Marie-Paule Richard, et de Sandra Dubos comme représentant de l’investisseur Kreaxi, à la suite de de Gwenaël Hamon. M. Fraisse est un expert en biotechnologie et pharmaceutie passé par Evotec ainsi que Sanofi. Quant Mme Dubos, elle est une spécialiste en conseil et accompagnement d’entreprises innovantes en sciences de la vie. Par ailleurs, le conseil de surveillance accueille Martin Lauriot Prevost, co-fondateur d’Ozyme. Il rejoint l’organe au titre d’investisseur historique. Enfin, Frédéric Hammel, representant de Elaia Partners, ne bouge pas.

Enrayer la montée de l’antibiorésistance

Philippe Villain-Guillot, co-fondateur et président du directoire de Nosopharm, dit être ravi d’accueillir cette nouvelle équipe qui doit « faciliter les collaborations avec des partenaires industriels et universitaires de premier plan » afin de développer le « pipeline » du groupe. Il espère aussi qu’elle « fera avancer [les] programmes prometteurs de découverte de médicaments contre les maladies infectieuses, en particulier dans le contexte de la montée de l’antibiorésistance. ». Pour sa part, Jacques Dumas a dit miser sur la « plateforme unique de découverte de médicaments de Nosopharm, basée sur Photorhabdus et Xenorhabdus» pour relever le challenge. Il souhaite « découvrir des anti-infectieux first-in-class et aider à lutter contre l’antibiorésistance. ».

Un médicament attendu par l’OMS

Fin juin dernier, Nosopharm a publié les résultats toxicologiques positifs pour son antibiotique first-in-class NOSO-502 sur lequel compté énormément l’OMS. En effet, aucune nouvelle classe d’antibiotiques efficaces n’a fait l’objet d’une introduction en clinique depuis plus de 40 ans. Or les maladies infectieuses constituent une cause majeure de mortalité au niveau mondial. Sans oublier qu’elles deviennent beaucoup plus difficiles à traiter avec l’augmentation de l’antibiorésistance.

Développé aux côtés de GNA NOW, un consortium d’experts représentant toutes les compétences, le NOSO-502 doit permettre de traiter les infections nosocomiales multirésistantes. Les premiers résultats aideront à poursuivre le développement du programme jusqu’à la phase 1 des essais cliniques. Bien sûr il faudra obtenir des fonds pour continuer la recherche. Et c’est l’une des missions du nouveau commando emmené par Jacques Dumas.

Challenges dévoile le classement des 500 plus grandes fortunes de France en 2022

Le classement très attendu des 500 plus grandes fortunes professionnelles vient de paraître chez Challenges. Avec un montant cumulé qui dépasse la barre symbolique des 1 000 milliards d’euros, le palmarès 2022 témoigne de l’étonnante vitalité de l’économie française, notamment dans le secteur de l’hôtellerie et du patrimoine. Côté start-up c’est même l’euphorie. Précisions.

Jeudi 7 juillet, le magazine économique Challenges a publié son 27ème classement des 500 plus grandes fortunes françaises. Un chiffre marque cette édition 2022 :  1 002 milliards d’euros. Il s’agit tout simplement des patrimoines professionnels cumulés, en hausse de 5% par rapport au classement de 2021. Après deux années impactées par la pandémie, cette augmentation témoigne du dynamisme de l’économie française.

Une augmentation d’autant plus remarquable après deux années impactées par la crise de la Covid-19. Même les secteurs les plus touchés ont rebondi, notamment celui de l’hôtellerie qui a montré beaucoup de résilience. Depuis mars, les hôtels font le plein. Pour Didier Ferré (900 millions), à la tête d’un des plus gros franchisés Accor, « c’est comme si tous les Français avaient soudain été pris d’envie de dépenser ». De quoi se montrer optimiste vis-à-vis de la future valorisation du secteur. « C’est inattendu, mais la crise du Covid a démultiplié l’intérêt pour l’investissement hôtelier », poursuit le directeur général de Covivio Hotels Tugdual Millet.

C’est également le cas côté patrimonial « Il y a eu un regain d’intérêt pour les actifs réels, comme l’immobilier ou les infrastructures, qui offrent des rendements qui protègent de l’inflation », souligne Vincent Manuel, directeur des investissements à Indosuez Wealth Management.

Il n’est donc pas étonnant de retrouver dans le palmarès des 500 fortunes françaises de nombreux acteurs majeurs issus de ces secteurs d’activité. On peut notamment citer Patrice Pichet, Pdg du groupe immobilier familial Pichet, qui, avec une fortune professionnelle s’élevant à 1,5 milliards d’euros, occupe la 75ème place du classement.

Patrice Pichet est à la tête d’un groupe (Volume d’activité : 1,5 milliard) bâti autour de la promotion immobilière, du métier d’administration de bien, d’une foncière (126 000 m2), d’hôtellerie (3 900 chambres) et de vignobles dont le Château Les Carmes Haut-Brion. En un an, le groupe a réussi à gravir deux places et à augmenter sa fortune de 200 millions d’euros.

La classement Challenges illustre également la percée des start-upers. Pas moins de 34 fondateurs et actionnaires de licornes, ces start-ups non cotées valorisées à plus d’un milliard de dollars, font partie du palmarès. Leur âge moyen est de 34 ans et leur fortune cumulée ressort à 22 milliards d’euros. Une preuve de plus que les entreprises du monde de la tech connaissent une croissance fulgurante dans le pays.

Les jeunes salariés plus fragiles (étude Malakoff Humanis)

Malakoff Humanis offre une protection social aux salariés.

 

Une étude publiée début juillet par le groupe de protection sociale Malakoff Humanis révèle que la santé psychique des salariés de moins de 30 ans n’a jamais été aussi mal en point que cette année. En effet, 23 % d’entre eux ne se porteraient pas bien mentalement, contre 16 % pour l’ensemble des employés en France.

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, le groupe paritaire de protection sociale Malakoff Humanis évalue la santé mentale et physique des salariés français. Dans sa dernière étude publiée le 7 juillet dernier, et qui concerne la période de mars 2022, il tire la sonnette d’alarme sur la tranche des moins de 30 ans.

Mal en point physiquement et moralement

Et pour cause : 23 % des salariés de cet âge jugent négativement leur santé mentale, contre 16 % pour l’ensemble des employés. Pis, 48 % d’entre eux déclarent mal dormir (contre 32 %), 42 % se disent stressés (contre 28 %), 34 % émotionnellement épuisés (contre 22 %) et 29 % à bout de force (contre 19 % de l’ensemble). Pour se remonter le moral et supporter le coup, 22 % des jeunes actifs déclarent avoir consommé des somnifères, des anxiolytiques ou des antidépresseurs (11 % en 2019).

Au niveau de la santé physique, il n’y a pas de bonne nouvelle, non plus. En effet, 18 % des jeunes travailleurs de moins de 30 ans la jugent mauvaise contre « seulement » 14 % pour l’ensemble des salariés. Ils pointent du doigt l’inactivité mais aussi les mauvaises habitudes, notamment celles nées du télétravail. Ces jeunes disent manquer de temps pour faire du sport (35 %) ou peinent à se déconnecter de leur ordinateur à la maison (51 %).

Un tiers des salariés en arrêt maladie en mars 2022

Bien sûr, avec ces comportements, les ennuis physiques et psychiques surviennent très vite. Ainsi, un tiers (36%) des jeunes salariés ont dû arrêter le travail au moins une fois en mars 2022, contre 21% au même mois l’année dernière. Si le Covid-19 reste le plus grand responsable de ces congés maladie avec 56%, les troubles psychosociaux (dépression, anxiété, stress, épuisement professionnel…) représentent 16% des arrêts maladie chez les moins de 30 ans (14% pour l’ensemble des salariés). Par ailleurs, près de la moitié des sondés (44%) imputent leur mal-être au contexte professionnel. Ils se plaignent principalement de l’intensité et du temps de travail (67%), ainsi que des remarques blessantes ou agressives (27%).

Malakoff Humanis pour limiter le reste à charge

En dehors du bureau, les jeunes actifs relèvent une dégradation des rapports sociaux (47%) depuis le début de la pandémie. Une situation qui créé en eux un certain malaise et une piètre estime d’eux mêmes. Ils font également fait de raisons personnelles (28%), notamment leur situation financière très handicapante. Celle-ci les contraint à renoncer à des soins puisqu’ils ne peuvent pas assumer le reste à charge.

Pour aider les jeunes actifs à limiter ce reste à charge, Malakoff Humanis propose justement des offres de mutuelle santé attrayantes (économique, tonique et énergique), ainsi que des garanties optionnelles pour couvrir des frais de santé plus spécifiques. La mutuelle facilite ainsi l’accès aux soins des personnes en activité, tout en assurant leur complémentaire santé. Aujourd’hui, elle gère la santé et la prévoyance de 426 000 entreprises et de 10 millions de personnes ainsi que leurs familles.

McDonald’s dit adieu à la Russie

La chaîne américaine de restauration rapide a annoncé la cession prochaine de toutes ses activités russes à un repreneur local. La conséquence du climat défavorable né de l’invasion de l’Ukraine par le Kremlin.

McDonald’s aura tenu un peu plus de trois mois en Russie depuis le déclenchement de la guerre contre l’Ukraine. Mais l’heure ne semble plus propice aux demi-mesures au regard de la dégradation de la situation sur place. La célèbre chaîne de restauration a donc décidé de trancher dans le vif en quittant définitivement le territoire russe.

C’est l’annonce faite par ses responsables dans un communiqué du 16 mai dernier. « Il s’agit d’un problème compliqué sans précédent et aux conséquences profondes« , peut-on lire dans un document interne adressé par le patron du groupe Chris Kempczinski, aux employés, fournisseurs et autres collaborateurs, cité par le New York Times (NYT).

Suspension

Cette décision pour le moins radicale intervient dans un contexte de pression continue exercée sur les entreprises étrangères ayant des intérêts en Russie depuis le début de l’offensive meurtrière de Vladimir Poutine sur son voisin ukrainien. Au grand dam des Américains et des Européens principalement, décidés à isoler le plus possible Moscou.

Tous les groupes internationaux ou presque présents sur place ont donc réduit leur intervention dans le pays. C’est dans ce cadre que McDonald’s a décidé début mars, d’une suspension de ses activités. Au même titre que d’autres sociétés américaines du même secteur, dont Starbucks et PepsiCo, entre autres.

Cession d’actifs

Mais la situation sur place apparaissait chaque jour un peu plus intenable pour l’entreprise américaine pressée par l’opinion nationale et internationale. D’où ce départ qui sonne comme un retour aux premières heures de la guerre froide. Et pour cause, l’installation de McDonald’s au début des années 1990 symbolise la fin de cette période sombre de l’histoire de l’humanité marquée par des tensions entre les deux blocs historiques.

De la célèbre place Pouchkine, la société aux Arches dorées s’est ensuite étendue dans le pays pour compter 850 restaurants et 62 000 salariés environ aujourd’hui. Autant de personnes auxquelles le groupe a promis de continuer à assurer les salaires le temps de la cession de tous ces actifs à un repreneur local. Ce dernier devra ensuite s’engager à les employer.

Inimaginable il y a encore six mois, le départ de McDonald’s de la Russie est donc désormais effectif. « Une décision difficile et pas simple à mettre en œuvre », à en croire Chris Kempczinski.

Nintendo : la sortie d’Advance Wars encore retardée

L’éditeur japonais fait retarder pour la deuxième fois en quelques mois le lancement d’un de ses célèbres jeux vidéo de guerre. Un couac vraisemblablement dû cette fois, au conflit russo-ukrainien.

Les fans d’Advance Wars vont devoir patienter pour avoir l’occasion de jouer à la version 1+2 : Re-Boot Camp de leur jeu. L’éditeur, Nintendo ayant décidé mercredi 9 mars, d’en repousser la sortie sans précision de la prochaine date de lancement. Le tweet annonciateur de la décision a tout simplement convié le public à rester à l’écoute des prochaines mises à jour sur la question.

Pas de précision non plus quant à la raison qui a motivé ce report de la part Nintendo. La multinationale japonaise a simplement évoqué les « événements mondiaux récents ». Mais le lien avec la guerre déclenchée en Ukraine par la Russie depuis le 24 février ne fait aucun doute, étant donné la nature du jeu vidéo dont la sortie était attendue pour le 8 avril sur Nintendo Switch, la dernière console de l’entreprise nipponne.

Contexte non favorable

De la série Nintendo Wars, Advance Wars 1+2 : Re-Boot Camp, comme son nom l’indique, est un jeu vidéo de tactique militaire qui met à l’épreuve la stratégie des joueurs. Ces derniers sont en effet appelés à commander une armée dans le but de vaincre le camp ennemi. Cela peut se traduire par la capture des bastions adverses ou la liquidation des belligérants. Autant dire un scénario assez similaire aux événements opposant actuellement l’Ukraine et la Russie.

Mais cette similitude ne serait que théorique, si l’on en croit Nintendo qui n’a pas ménagé ses efforts pour écarter de son produit toute considération réaliste. Il a en effet indiqué que les caractéristiques du jeu étaient avant tout caricaturales. Ce que tendent à confirmer les observations de l’Entertainment Software Rating Board. L’instance de régulation des jeux vidéo a notamment estimé qu’Advance Wars 1+2 : Re-Boot Camp pouvait être accessible aux enfants de 10 ans, car présentant seulement une violence légère.

Attente prolongée

Quoi qu’il en soit, ce report, le deuxième après celui de la fin de l’année dernière, devrait décevoir beaucoup de gamers. Le premier étant dû selon Nintendo à la nécessité de peaufiner le jeu.

Le groupe dont la boutique en ligne est en maintenance depuis la semaine écoulée suite à la suspension des transactions en rouble, la monnaie russe, va également suspendre l’expédition de tous ses produits vers Moscou jusqu’à nouvel ordre.

Total embarrassé par ses activités en Russie

Le groupe pétrogazier français rechigne à abandonner ses intérêts russes alors que le pays est devenu un paria de la communauté internationale depuis son invasion de l’Ukraine.

En business, tout est question de finances, mais aussi d’image. L’un a toutefois tendance à peser plus lourd que l’autre dans la balance. Pour TotalEnergies (ex Total), le plus important semble avoir rapport à l’espèce sonnante et trébuchante. Du moins concernant la Russie. Et pour cause, l’entreprise française refuse, pour l’heure, de rompre les amarres avec le pays de Vladimir Poutine à un moment où ce dernier s’isole un peu plus chaque jour de la communauté internationale en raison de son invasion de l’Ukraine.

Les sanctions s’abattent en effet sur Moscou et ses intérêts à travers le monde depuis jeudi 24 février marquant le début des hostilités avec Kiev. Plusieurs entreprises russes ou dans lesquelles des proches du Kremlin ou supposés tels ont des actifs sont ainsi mises au ban de la communauté internationale, décidée à faire reculer Poutine par des leviers économiques.

BP, Shell, etc.

La Russie est donc devenue infréquentable. Et toutes les entreprises/ personnalités occidentales y ayant un quelconque intérêt se voient contraintes d’y renoncer. À l’image de la pétrolière BP qui a annoncé, dimanche 27 février, se désengager de son homologue russe Rosneft dont elle détient 19,75 % des parts. Soit un actif de plus de 13 milliards de dollars à liquider.

La firme norvégienne Equinor a également lâché Rosneft le lendemain dans un divorce qui devrait à un peu plus du milliard de dollars. L’anglo-néerlandais Shell lui a emboîté le pas en mettant fin à son partenariat avec Gazprom, l’autre géant russe du gaz par ailleurs lâché par l’UEFA, entre autres.

Total traîne des pieds

Les regards sont donc logiquement désormais tournés vers Total pour lequel la Russie constitue la première source de production à raison de 17% en 2020 selon Le Monde. Sans compter que le géant français du pétrole et du gaz est actionnaire à 19,4% de Novatek, société active dans le domaine du gaz naturel et fondée par Leonid Mikhelson réputé proche de Vladimir Poutine.

Mais il n’est pas question pour la major pétrolière tricolore d’abandonner ces actifs et les autres projets russes dans lesquels elle a des intérêts. Du moins pour l’instant, ainsi que l’ont fait savoir des responsables contactés par Le Monde. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui a laissé entendre lundi qu’il était désormais intenable pour des entreprises françaises de demeurer en Russie, doit prochainement s’entretenir avec le patron de Total, Patrick Pouyanné sur la question.

Mars Wrigley promeut l’expertise locale à sa direction commerciale

L’antenne française du géant américain de la confiserie confie sa stratégie marketing à Axel Segarra, qui intègre par-là même le comité directoire. Une grande responsabilité pour le désormais ex-directeur des clients nationaux sur le circuit grande distribution de la boîte.

Pour Mars Wrigley France, l’heure est depuis plusieurs mois, à une refonte stratégique. Il ne s’agit pas de tout remettre en cause, mais de créer les conditions adéquates afin de capitaliser sur un créneau à succès. En l’occurrence, les M&M’s Crispy. Du nom de ses bonbons au riz soufflé enrobés de chocolat.

La petite merveille fondante sur la langue cartonne en effet sur le marché depuis plusieurs années. À tel point que le niveau des ventes a doublé aujourd’hui par rapport à 2017. Afin de se donner les moyens d’en produire suffisamment, Mars Wrigley a en entrepris des travaux d’agrandissement de son usine française située à Haguenau dans le Bas-Rhin.

18 millions d’euros d’investissements

L’unité de production servant de point d’entrée en Europe pour les produits Wrigley doit notamment voir ses installations se développer, de même que certaines de ses principales machines. Grâce à cette opération pour laquelle l’investissement se chiffre à 18 millions d’euros, le confiseur américain espère porter sa production de M&M’s Crispy à 17 000 tonnes dès 2023 contre 12 000 seulement actuellement. Le but final étant de faire progresser les ventes de 44% d’ici 2026.

La réalisation de cet objectif, signe de l’ambition du groupe agroindustriel de toujours viser haut malgré plus de 130 ans d’histoire, incombe désormais à Axel Segarra, nouveau directeur commercial de la maison. En fonction depuis l’entame de l’année, la nouvelle de sa nomination n’a filtré que début février dans la presse. Il y aurait pourtant bien des raisons de s’enthousiasmer à propos de la promotion de celui qui était jusque-là directeur des clients nationaux sur le circuit grande distribution de Wrigley France.

Homme du sérail

Et pour cause, l’homme de 43 ans fait partie du sérail pour avoir été au cœur de la stratégie marketing de quelques entreprises clé. Diplômé en master audit et contrôle de gestion de l’ISG, il fait ses armes entre 2003 et 2006 chez Nielsen avant de rejoindre Coca-Cola European Partners (CCEP) France. Il y roulera sa bosse 13 ans durant, passant de responsable développement GMS dans les équipes marketing et ventes à directeur circuit CHR hors domicile.

Autant dire une expérience solide pour assumer ses nouvelles charges et pourquoi pas, gravir d’autres échelons par la suite.

China Rare Earth Group, le super géant des terres rares chinois

L’entreprise née de la fusion de trois grands groupes publics miniers dans un contexte mondial d’accroissement de l’importance stratégique des terres rares doit aider la Chine à consolider son monopole dans le secteur.

Dans la course aux matières premières essentielles, la Chine n’entend pas rester en marge. Au contraire, l’objectif pour le Parti communiste est, le cas échéant, de consolider par tous les moyens son avance sur le reste de la planète. Car plus que quiconque, Pékin souvent mis au ban par la communauté internationale, connaît l’importance stratégique d’être le roi dans un secteur économique donné.

C’est d’autant plus vrai à propos des terres rares regroupant 17 métaux précieux intervenant à la fois dans l’armement, l’électronique et l’électrique entre autres dont 60 % de l’extraction mondiale s’opère sur le territoire chinois, selon Les Échos. Ce qui permet à l’Empire du Milieu de rester incontournable vis-à-vis des États-Unis et de l’Europe notamment, avec respectivement 80% (en 2019) et 98% (en 2020) des importations provenant de ses terres.

Naissance d’un mastodonte

Mais la Chine ne souhaite pas en rester là au moment où la crise du Coronavirus a exacerbé l’impérieuse nécessité pour les nations de ne guère dépendre des autres concernant certaines filières stratégiques. La pénurie de semi-conducteurs toujours en cours en est une des preuves les plus palpables. L’État communiste a donc entrepris de se renforcer. Et cela passe par la consolidation. C’est le sens de la China Rare Earth Group Co nouvellement mise sur pied.

L’entreprise issue du mariage de trois entités publiques spécialistes des minerais, dont China Minmetals Corp, Chalco et Ganzhou Rare Earth Group Co a été dévoilée jeudi 23 décembre 2021 par la Commission de supervision et d’administration des actifs appartenant à l’État (SASAC) qui en détient 31,21% des parts. Les trois autres composantes se partagent le reste des actions à raison de 20,33% chacune.

Accentuer le contrôle de l’État

La naissance de la China Rare Earth Group avait fait grimper le cours boursier de Chalco de 10%, tandis que les actions des aimants permanents, un des matériaux contenus dans les terres rares, avaient quant à eux monté de 0,36 % dans la même journée, à en croire les observations du quotidien chinois Global Times.

Une preuve s’il en fallait du bon accueil des investisseurs à la décision de l’État chinois, qui selon divers experts, vise à assurer une exploitation optimale de ces ressources minérales précieuses. D’autant que les États-Unis par exemple travaillent à réduire leur dépendance à la Chine.

Renault : Carlos Ghosn ne décolère pas

L’ancien grand patron fustige, dans une récente interview, la conduite des affaires à la tête du constructeur automobile dont il avait autrefois la charge. Une nouvelle sortie au vitriol révélatrice de la ténacité de sa rancœur depuis sa disgrâce.

C’est peu dire que Carlos Ghosn n’a pas perdu sa verve, encore moins sa volonté d’en découdre avec ceux qu’il considère comme responsables de son malheur. L’ancien patron de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi en a une nouvelle fois donné la preuve dans une interview publiée sur le site du Parisien, samedi 12 février. Un entretien-fleuve assimilable à un véritable one-man-show. Tant l’homme d’affaires franco-libano-brésilien s’y est mis en scène en des termes assez directs.

L’une de ses principales cibles n’est autre que son ancienne maison, Renault, décrite comme en désuétude totale depuis son départ de la direction. Il pointe notamment la situation financière du constructeur français qualifié de fragile et à la remorque de l’Élysée. En cause, le Prêt garanti par l’État (PGE) d’une valeur de cinq milliards d’euros accordé par des banques à la firme au losange avec l’aide du gouvernement par ailleurs principal actionnaire, afin de parer à son manque de liquidités constaté en 2020.

Stratégie désastreuse

Carlos Ghosn estime que Renault doit sa survie seulement à cette aide, car cumulant les mauvais résultats. Même si Jean-Dominique Senard, président du conseil d’administration a battu en brèche cette théorie dans la foulée des dernières observations de la Cour compte sur la situation du constructeur.

L’exilé de Beyrouth rejette les critiques autour de sa stratégie dite des volumes (de vente) demeurée longtemps un leitmotiv du groupe et dont les nouveaux responsables se sont désormais détournés. Le nouveau directeur général, l’Italien Luca de Meo, souhaite en effet axer son plan de restructuration sur la rentabilité. Une manœuvre qui ne trouve toujours pas grâce aux yeux de Ghosn. L’ancien célèbre prisonnier du Japon mettant en contraste ses années de prospérité à la tête du constructeur avec les chiffres peu enviables de ces dernières années.

Alliance vide

Fondamentalement, Carlos Ghosn estime que Renault se trouve aujourd’hui affaibli face à ses deux partenaires Nissan et Mitsubishi. En raison dit-il, du déficit de confiance entre les différentes parties prenantes. « Cette alliance ne fait aucun sens », assène-t-il, ajoutant que le constructeur automobile français est plus un boulet qu’autre chose vis-à-vis de ses pairs.

C’est la deuxième fois en moins de deux ans que Ghosn toujours sous le coup de la justice libanaise, juge aussi durement son ancienne entreprise dans Le Parisien.

1 2 3 11