Le New York Times s’empare de The Athletic

Le quotidien new-yorkais va débourser 550 millions de dollars pour le rachat de l’un des sites d’informations sportives les plus réputées du secteur actuellement. Objectif : faire grandir son empire ainsi que sa base d’abonnés payants.

Il visait les 10 millions d’abonnés numériques et papiers en 2025. Mais l’objectif pourrait être réalisé plus tôt que prévu. C’est en tout cas ce qu’espère le New York Times (NYT). Le prestigieux quotidien américain a en effet annoncé, jeudi 6 janvier, l’acquisition prochaine de The Athletic, site d’actualité sportive contre 550 millions de dollars en espèces.

Un investissement aussi conséquent témoigne de l’importance de ce média dans l’univers de la presse américaine en général. Lancé à New York en 2016 par Alex Mather et Adam Hansmann, deux ex de la plateforme Strava, The Athletic est un pure player dont le modèle économique repose sur les abonnements payants. Son site web est de fait épuré de la publicité.

Résultats encourageants

Fort d’un groupe de 600 employés, dont 400 journalistes parmi les plus chevronnés, The Athletic couvre plusieurs disciplines sportives sur 47 marchés différents, allant des États-Unis à la France, sans compter le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Canada, etc. Avec un journalisme fondé sur des formats au long cours, ainsi que l’avaient promis ses fondateurs il y a cinq ans.

Ses formules d’abonnement facturées à partir de 7,99 dollars ont depuis attiré 1,2 million de souscripteurs. Il a généré environ 65 millions de dollars de revenus l’année dernière. Mais avec des pertes d’exploitation de 55 millions de dollars sur la même période. Signe d’une croissance en plein ralentissement, le média s’était débarrassé de 8% de son personnel à l’été 2020, selon le site d’information The Wrap, en raison des conséquences de la crise du Coronavirus.

Pari

Cela n’effraie pas pour autant le NYT. Ce dernier compte augmenter le nombre de ses abonnements grâce sa dernière acquisition dont la rentabilité ne devrait intervenir qu’en 2023. Le quotidien new-yorkais aux huit millions d’abonnés dispose d’un trésor de guerre évalué à un milliard de dollars en espèces susceptible d’aider The Athletic à grandir. La transaction qui devrait se conclure au plus tard le 1er avril verra les fondateurs du site d’informations sportives restés en place. Avec toutefois un éditeur nommé par le NYT en la personne de David Perpich, un cadre de longue date de la maison.

Le Times s’est développé à coups d’acquisitions, avec le rachat tour à tour de Wirecutter, Sweethome, Serial Productions, entre autres ces dernières années.

Didi dit adieu à Wall Street

Le Uber chinois a annoncé son retrait de la Bourse de New York qu’elle venait pourtant de rejoindre cinq mois plus tôt. La conséquence d’un débordement de la rivalité sino-américaine sur les places boursières.

Pas grand-monde n’aurait pu prédire un tel retournement de situation, malgré le contexte relativement défavorable de Didi depuis son entrée à Wall Street cet été. Moins de six mois après l’opération à 4,4 milliards dollars, le géant chinois du covoiturage va quitter la Bourse de New York, ainsi qu’il l’a annoncé vendredi 3 décembre via un communiqué.

Le texte ne donne aucune raison claire à cette décision censée ouvrir la voie à une cotation de la firme à Hong Kong. Didi déclare avoir entamé à cet effet, des démarches afin de faciliter pour les investisseurs qui le désirent, leur migration vers la plateforme boursière hongkongaise. Il n’est cependant pas évident que ces derniers acceptent. Plusieurs spécialistes indiquent par ailleurs que ce revirement de l’entreprise chinoise pourrait valoir des plaintes d’investisseurs qui avaient misé sur elle à Wall Street.

Pression de Pékin

L’entreprise se garde de le dire, mais le départ de Didi de New York traduit la volonté de l’État chinois de garder le contrôle sur les données personnelles détenues par ses champions de la tech, notamment ceux cotés sur les marchés étrangers. Et en ce sens, les États-Unis cristallisent toutes les craintes de Pékin en raison de la rivalité entre les deux superpuissances.

À preuve, c’est au lendemain de son introduction à Wall Street que les problèmes ont commencé pour Didi dans son pays. Les autorités prétextant de la violation des données personnelles par l’application de l’entreprise en avaient notamment interdit le téléchargement en août dans un contexte de répression des firmes numériques chinoises par l’État communiste.

Désolé Wall Street !

En contraignant Didi d’abandonner New York au profit de Hong Kong, la Chine s’assure que les données privées de ses concitoyens ne tomberont pas entre des mains étrangères. Le pays promeut par là même une place boursière qu’il sait sous contrôle en raison de son influence – certes décriée – dans l’ancienne colonie britannique.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le récent lancement d’une Bourse à Pékin. Une manœuvre destinée à couper progressivement le lien entre ses géants de la tech et les États-Unis désormais plus regardants envers les entreprises accueillies sur ses places boursières. Les firmes, celles chinoises notamment, réticentes au contrôle indépendant outre-Atlantique seront désormais bannies de la Bourse, conformément à une décision prise par la SEC, gendarme des marchés financiers, la veille du départ annoncé de Didi de Wall Street.

Johnson & Johnson se cherche un second souffle

L’entreprise centenaire spécialisée dans les soins de santé va séparer sa branche pharmaceutique de celle dédiée aux produits de grande consommation. Elle s’inscrit dans une tendance consistant pour les vieux conglomérats à promouvoir leur poule aux œufs d’or afin de séduire le marché.

C’est un changement majeur dans l’histoire de Johnson & Johnson (J&J). Après plus de 130 ans d’histoires jalonnées d’autant de succès que de couacs, l’entreprise américaine a décidé, vendredi 12 novembre, de se scinder en deux groupes distincts. Il devrait y avoir au terme du processus dont la durée a été estimée à deux ans au maximum, deux sociétés certes dépendantes de la même maison-mère, mais promouvant différentes activités.

Il s’agit d’un côté des produits de grande consommation tels que les pansements et les crèmes corporels ; et de l’autre, des produits pharmaceutiques et des matériels médicaux, dont le vaccin. La société prévue pour ces derniers produits va garder la dénomination Johnson & Johnson, selon l’annonce de la firme basée dans le New Jersey.

Se décharger des poids morts

Le patron de l’entreprise, Alex Gorsky, plaide une volonté de transformation destinée à servir convenablement les consommateurs pour justifier ce morcellement nouveau, mais pas du tout inédit dans l’univers des mastodontes à travers le monde. D’ailleurs, deux autres géants industriels, dont General Electric et Toshiba annonçaient leur intention d’emprunter la même voie que J&J la semaine écoulée. Il y a quelques années, Pfizer, Merck et GSK entre autres annonçaient également la division de certaines de leurs activités respectives.

La tendance qui s’empare de plus en plus des grandes entités cotées en bourse s’explique, à en croire les spécialistes, dans une stratégie globale destinée à rassurer les marchés qui, faut-il le rappeler, n’ont d’intérêts que pour les moteurs de croissance. De fait, les poids morts sont, à défaut d’être tout simplement sacrifiés, quelque peu délaissés par les conglomérats. Avec l’objectif de mettre en avant leur vache à lait.

Réussites et déboires

Dans le cas de J&J, la manœuvre consistera à faire en sorte que les lumières soient davantage braquées sur sa branche pharmaceutique, désormais son principal atout. En témoignent les 77 milliards de dollars de chiffre d’affaires qui y sont attendus cette année. C’est cinq fois moins que les résultats de l’autre groupe à naître. Et pourtant, ses produits grand public dont les pansements notamment, ont longtemps constitué un motif de fierté pour l’entreprise. Jusqu’à l’éclatement ces dernières années de scandales concernant la dangerosité de son talc pour bébé et de ses opiacés analgésiques entre autres.

Chine : Tencent contraint de se plier en quatre pour exister

Le géant des jeux vidéo feint l’optimisme après un troisième trimestre de l’année pourtant très peu reluisant économiquement. La conséquence de la nouvelle emprise de l’État chinois sur les acteurs de l’internet en général.

Il refuse de se lamenter malgré le contexte qui s’y prête. À la présentation des résultats trimestriels de son entreprise, mercredi 10 novembre, Martin Lau, patron de Tencent, s’est voulu rassurant à propos de ses perspectives d’avenir. « L’impact des nouvelles réglementations sur le secteur sera de moins en moins important, à mesure que les entreprises vont s’adapter », a notamment prophétisé l’homme d’affaires de 48 ans.

Les nouvelles règles en question concernent notamment la limitation à trois heures par semaine de l’accès des moins de 18 ans au jeu vidéo en Chine. Décrit comme addictif, le secteur des jeux en ligne est dans le collimateur des autorités depuis août. Il constitue une des victimes du durcissement de ton de Pékin à l’endroit des acteurs de la tech en général tantôt accusés d’abus de position dominante, tantôt d’atteinte à la libre-concurrence. Alibaba, Didi et bien d’autres se sont ainsi vus sanctionner récemment.

Activité en baisse

Quant à Tencent dont le célèbre jeu vidéo « Honor of Kings » revendique jusqu’à 100 millions d’utilisateurs, ces derniers mois ont servi à se faire violence pour répondre favorablement aux restrictions du gouvernement communiste. Il en est ainsi de plus de 200 autres acteurs du secteur, selon des informations dévoilées par le Wall Street Journal (WSJ) en septembre.

Conséquence, les données économiques du groupe sont en souffrance. Les chiffres égrenés par Martin Lau témoignent de 142,4 milliards de yuans de ventes, soit 19,2 milliards d’euros, pour la firme de Shenzhen au cours des trois derniers mois. Le bénéfice net s’établit à 5,3 milliards d’euros. Cela constitue bien une progression de 2,5% comparée à la même période il y a un an. Mais le ralentissement de l’activité est palpable quand on se réfère à la tendance depuis le début de l’année.

En fait, les 13% de croissance trimestrielle du chiffre d’affaires sont la plus faible enregistrée par le groupe depuis son entrée en Bourse il y a sept ans, selon Bloomberg. Conscient d’une nouvelle donne appelée à durer, Tencent s’emploie désormais à diversifier ses activités. Le métavers perçu comme une niche d’opportunité pour de nombreux géants du web est notamment exploré, selon le WSJ. Mais ce sera toujours selon les desiderata de Pékin. Autant dire que rien ne sera plus comme avant pour le groupe et ses pairs.

La Provence suscite des convoitises

Le quotidien marseillais par excellence va très probablement changer de main. Deux candidats au rachat des parts de son emblématique patron, Bernard Tapie, pour l’instant : Xavier Niel et la CMA-CGM.

C’était attendu depuis la mise sous liquidation judiciaire des affaires de Bernard Tapie en avril 2020. À moins d’une décision de justice favorable, le journal La Provence appartenant à 89% à l’ancien défunt dirigeant de l’Olympique de Marseille (OM) va changer de propriétaire dans les prochains mois. Et les manifestations d’intérêts ne manquent pas.

À en croire Le Figaro qui évoque la substance d’une réunion du conseil économique et social extraordinaire (CSE) tenue avec les salariés de l’entreprise de presse jeudi 21 octobre, deux entités ont jusqu’ici manifesté le souhait de racheter les parts de Tapie au sein de La Provence. Il s’agit de Xavier Niel à travers sa myriade de compagnies dans les médias français et de la Compagnie maritime d’affrètement – Compagnie générale maritime (CMA-CGM). Cette dernière estime notamment être en capacité de renforcer l’ancrage du journal dans la ville du Vieux-Port d’où il paraît quotidiennement, à en croire les propos d’un responsable toujours cité par Le Figaro.

Bataille d’enchères

Reste que le groupe maritime part avec un temps de retard dans la bataille d’enchères qui s’annonce. Et pour cause, son concurrent Xavier Niel est un nom bien connu de La Provence dont il est actionnaire à 11% via NJJ holding depuis 2019. Cette position lui confère nombre d’avantages selon les textes, dont un droit de préemption et une clause d’agrément en cas de potentielle nouvelle entrée au capital de l’entreprise de presse.

Le patron de Free dispose par ailleurs d’une grande connaissance de l’univers médiatique français en raison de ses multiples participations au sein de plusieurs titres dont le plus emblématique reste le journal Le Monde qu’il détient majoritairement via la société Le Monde Libre. L’enjeu pour l’homme d’affaires quinquagénaire à travers l’éventuelle reprise des parts de Tapie au sein de La Provence sera donc de consolider son emprise sur le groupe.

Fin d’un chapitre

Pour le journal en revanche, cela pourrait marquer la fin d’un chapitre ouvert en 2013 avec le rachat du titre par Bernard Tapie des mains de la famille Hersant. Depuis, l’entreprise a fait son bonhomme de chemin, se posant en quotidien de référence de la deuxième ville de France, fort d’un tirage de 75 000 exemplaires en moyenne et de ses rotatives très précieuses pour une large diffusion. Mais l’horizon du groupe a quelque peu vacillé ces derniers temps. Son siège avait notamment été cédé en début d’année au groupe immobilier Constructa pour 35 millions d’euros.

La Californie devenue trop contraignante pour Tesla

Le magnat de l’immobilier déménage les usines principales de son entreprise de Fremont pour le Texas. Dernière illustration de la relation compliquée entre le milliardaire tempétueux et l’État pourtant prisé de la Silicon Valley.

Elon Musk ne fait décidément rien comme les autres. Alors que d’aucuns rêvent de s’y installer – en témoigne le nombre de grandes firmes de la tech présentes sur place –, le richissime homme d’affaires a décidé de quitter la Californie, selon ses propres propos jeudi 7 octobre à l’assemblée générale annuelle des actionnaires de son entreprise de véhicules électriques, Tesla. Cette dernière en l’occurrence va faire déménager son usine principale du Fremont vers le Texas, plus précisément dans la ville d’Austin.

À en croire le constructeur automobile, il ne s’agit pas d’un départ définitif de la côte ouest car une augmentation de 50 % de la production de ses véhicules est prévue dans l’usine du Fremont et celle du Nevada voisine. Mais la ville californienne à l’instar de l’ensemble de l’État, est devenue trop grande pour contenir tout le monde, fait savoir Elon Musk.

La si prisée Californie

Avec ses 39 millions d’habitants, la Californie est en effet le plus peuplé État des États-Unis, mais également l’un des plus progressistes en raison de son penchant démocrate. Il est par ailleurs connu pour abriter la prestigieuse Silicon Valley où fourmillent mille et une entreprises technologiques dont certaines parmi les plus réputées au monde telles que Facebook, Google, Nvidia entre autres.

Mais c’est également un État très strict à propos des impôts et des mesures de lutte anti-Covid notamment. Elon Musk s’est à plusieurs reprises froissé avec les autorités fédérales à ce sujet récemment. Le constructeur automobile reprochait en mai 2020 aux autorités de l’empêcher de rouvrir son entreprise à cause des restrictions sanitaires alors en vigueur. L’épisode très médiatisé, grâce à Twitter notamment, était marqué par la menace de l’homme d’affaires de délocaliser son entreprise.

Bienvenue au Texas

Le milliardaire qui ne réside plus en Californie depuis la fin de l’année écoulée, va donc passer à l’action en faisant déménager son activité. Tesla devrait bénéficier au Texas d’une législation souple en matière de fiscalité, contrairement au modèle californien. Même si l’État du sud n’a pas bonne presse en ce moment à cause de sa position anti-avortement qui traduit la politique ultra-conservatrice de ses autorités fédérales. Elon Musk n’est toutefois pas le seul à ne pas s’en préoccuper. Oracle et Hewlett-Packard Enterprise ont suivi la même voie récemment.

Le Royaume-Uni à court de main-d’œuvre

Le gouvernement britannique oppose l’octroi des visas de travail temporaires à la crise économique que traverse le pays. Une conséquence des facteurs combinant du Brexit et de la pandémie du Covid-19.

Même si la comparaison paraît tirée par les cheveux selon nombre d’analystes, certains citoyens britanniques ne résistent pas à l’envie de convoquer les souvenirs de la grave crise de 1970 face à celle que vit le pays depuis plusieurs quelques semaines. Tant les similitudes sont nombreuses, entre les longues files d’attente dans les stations-service, la hausse des prix du carburant, les étagères vides dans les rayons de supermarchés, la crainte de l’inflation.

Cette situation préjudiciable à plusieurs pans de l’économie nationale est en tout cas suffisamment sérieuse pour mériter l’infléchissement de la politique migratoire du chef du gouvernement. Boris Johnson a en effet annoncé samedi 25 septembre, la délivrance de plus de dix mille visas de travail temporaire afin d’attirer de la main-d’œuvre. Valable durant les trois prochains mois, le précieux sésame sera principalement destiné à des secteurs stratégiques de l’économie, dont les chauffeurs étrangers, devenus un véritable luxe pour l’industrie de l’acheminement des marchandises.

Le Brexit puis le Covid

La dernière étape du processus de Brexit en janvier a mis sens dessus dessous un marché du travail britannique déjà bien chancelant en raison de la crise du Coronavirus. Le nombre de citoyens de l’Union européenne parti du Royaume-Uni à l’occasion de cette pandémie sans jamais revenir à cause des nouvelles exigences de visa de travail est notamment estimé à 200 000. Cela signifie que les entreprises ne peuvent plus facilement pourvoir les postes vacants avec des embauches à l’étranger. Et cette incapacité laisse des trous béants dans plusieurs secteurs de l’économie. Celui du transport et de la logistique principalement dont les besoins sont estimés à 15 000 au moins pour un approvisionnement commercial conséquent d’ici la période de noël.

D’où le relatif scepticisme de certains face aux mesures annoncées par un Premier ministre plus que jamais sous pression face à la dure réalité des lendemains de la sortie de l’UE. Ruby McGregor-Smith, patronne de la Chambre de commerce britannique indique notamment que le nombre de visas promis est insuffisant. Quand des analystes estiment que les entreprises britanniques vont devoir, en plus de recruter à tour de bras, se montrer très compétitives au plan salarial pour attirer une main-d’œuvre très prisée dans une Europe post-pandémie. Plusieurs entrepôts du pays indiquent d’ores et déjà à Reuters avoir fait monter leur salaire de 30 % pour grossir les effectifs.

Samsung, une reprise post-Covid très ambitieuse

Le constructeur sud-coréen annonce un investissement massif de 205 milliards de dollars dans les trois prochaines années. Objectif : se positionner comme un acteur clé dans les technologies de pointe une fois la fin de la crise du Coronavirus.

L’épée de Damoclès sur son patron Lee Jae-yong en Corée du Sud ne ternit pas les ambitions de Samsung. Au contraire, le constructeur électronique semble reprendre du poil de la bête. En témoigne son plan d’investissement récemment dévoilé. Il prévoit de mettre une enveloppe de 205 milliards de dollars durant les trois prochaines années dans des secteurs clés et à fort potentiel tels que : les semi-conducteurs, les télécoms, la robotique et même la biotech dans laquelle Samsung est un acteur important.

Cette expansion doit partir de la base, selon la société qui prévoit d’investir 75% des 171 milliards de dollars déjà disponibles en Corée. Ce qui devrait déboucher sur la création de 10 000 nouveaux emplois.

Secteurs stratégiques

Les ambitions de Samsung englobent plusieurs domaines à la fois. Mais tous n’ont pas la même importance stratégique. Deux particulièrement se détachent dans ce contexte de crise épidémique mondiale.

D’abord le secteur des semi-conducteurs dont la firme est déjà un des plus grands acteurs. Avec la crise du Covid, ces puces essentielles dans la construction des appareils électroniques sont devenues rares en raison des problèmes d’approvisionnement dans les principaux pays fournisseurs. C’est dans ce contexte que Samsung avait annoncé il y a trois mois un financement de 174 milliards de dollars pour renforcer sa position dans ce domaine. Par ailleurs, les bruits d’un possible rachat de l’Européen NXP semiconductors par le Sud-Coréen se font insistants.

L’autre point clé des investissements annoncés par Samsung concerne la biopharmacie. La société prévoit grâce à ses filiales Samsung Biologics et Samsung Bioepisit, de faire une percée dans ce domaine. Sa prochaine collaboration avec la firme Moderna pour la production de vaccins anti-Coronavirus en est une preuve.

Un patron en disgrâce

On ignore à quel point la récente remise en liberté conditionnelle de son patron Lee Jae-yong a pu peser dans ce plan de Samsung. D’autant que s’il n’est plus incarcéré, l’héritier du conglomérat sud-coréen reste frappé d’une interdiction d’exercer ses fonctions de vice-président pendant cinq ans. On sait en revanche que son incarcération à 18 mois de prison (dont la moitié purgée) avait été un coup dur pour l’entreprise. Les médias locaux indiquaient notamment que plusieurs décisions stratégiques avaient été reportées.

Il semble que la libération de Lee Jae-yong le 15 août dernier ait fait accélérer les ambitions du groupe.

Pour Pfizer et Moderna, il faudra payer plus

Les prochaines doses de vaccin des deux firmes pharmaceutiques figurant déjà parmi les plus coûteux du marché vont connaître une hausse. La récompense de l’effort des laboratoires à contrer grâce aux précieux sérums, les différentes mutations des souches du Coronavirus.

Pfizer-BioNTech et Moderna toujours plus chers. Les deux laboratoires ont décidé d’augmenter le coût de leur vaccin anti-Covid, selon le Financial Times qui a dévoilé l’information dimanche dernier. À en croire le média britannique, la dose de Pfizer-BioNTech sera désormais vendue à 19,50 euros contre 15,50 euros précédemment. Soit une augmentation de 25 %. Le sérum de Moderna passe quant à lui de 19 à 21,50 euros. Ce qui revient à une flambée du coût de 13%.

Alors que les laboratoires concernés restent pour l’instant muets quant à cette nouvelle donne, l’information a été plus ou moins confirmée lundi 2 août par le secrétaire d’État français aux affaires européennes, Clément Beaune. Selon ce dernier, l’Union européenne a dû renégocier le prix des vaccins comptant pour les prochaines livraisons en raison de la capacité des sérums à contrer les mutations du virus, dont celui baptisé Delta notamment, de plus en plus responsable des nouvelles contaminations. Ce variant ultra-contagieux devrait en effet compter pour 90% des cas positifs en Europe dès la fin du mois.

Des bénéfices déjà considérables

Le contrat concerné par cette hausse des prix a été passé en mai entre l’UE et les laboratoires pour une livraison de 1,8 milliard de vaccins s’agissant de Pfizer-BioNTech. Une commande considérable qui a pour conséquence de booster les finances déjà faramineuses de l’entreprise américano-allemande. Fort de l’efficacité de son vaccin fondé sur la révolutionnaire technologie ARN messager et profitant de la mauvaise presse d’AstraZeneca, le premier laboratoire à mettre sur le marché un vaccin anti-Covid croule sous les livraisons. Il est en effet déjà assuré de tirer 28,23 milliards d’euros de la vente de son vaccin. Un chiffre en hausse de près de 7 milliards par rapport à la précédente prévision. Quant à Moderna, il devrait écouler annuellement pour 16,43 milliards d’euros de son précieux sérum.

Des données indécentes dans un contexte de pandémie ? Pas du tout, rétorque Clément Beaune qui estime que c’est le prix à payer pour l’innovation. Et pour cause, ajoute-t-il, les laboratoires concernés ont pris un pari risqué à travers l’ARN messager contrairement à AstraZeneca financé par des fonds publics et dont les vaccins sont vendus à prix coûtant.

Le mariage Amazon-MGM dans le collimateur du régulateur américain de la concurrence

L’autorité américaine de la concurrence va plonger son nez dans les termes de la récente acquisition du célèbre studio par le géant du e-commerce. Un dossier délicat pour cette structure fédérale présidée par une farouche opposante au monopole des grands groupes technologiques.

Lina Khan n’aurait guère pu rêver d’une meilleure entrée en matière. La juriste tout juste confirmée patronne de la Federal Trade Commission (FTC) par le Sénat américain hérite d’un dossier d’envergure. Il lui revient en effet de donner son approbation ou non à l’achat de Metro Goldwyn Mayer (MGM) par Amazon annoncé fin mai.

Cette transaction doit permettre au géant du commerce en ligne également présent dans le streaming de disposer d’un catalogue de plusieurs milliers de productions cinématographiques, dont certaines, parmi les plus connues. Mais son coût – près de 9 milliards de dollars – incite les autorités à y voir de plus près. D’où l’entrée en scène de la FTC mise en place par le président Joe Biden et dont la présidence a été confiée à Lina Khan.

Une pourfendeuse des Gafa

Cette native de Londres est particulièrement redoutée par les plus grandes firmes technologiques connues sous le terme Gafa (pour Google, Apple, Facebook et Amazon). Son article de 2017 dans lequel elle déplore la vampirisation du secteur de la tech par Amazon lors de son séjour à l’université de Yale est encore vivace dans les esprits. Dans ce texte de plus de 100 pages, Lina Khan pointait également du doigt le laissez-faire de l’autorité de la concurrence. Autant dire que la juriste trentenaire se doit désormais de faire ses preuves, après avoir été propulsée à la tête de la FTC.

D’autant que les critiques n’ont pas manqué à l’annonce du rachat de MGM par Amazon un jour seulement après la condamnation de la firme de Seattle pour violation des lois anti-concurrence à Washington. Beaucoup voient à travers l’opération, une autre illustration des velléités hégémoniques du groupe déjà tentaculaire de Jeff Bezos.

Pression sur les Gafa

La FTC a déjà par le passé validé des opérations d’Amazon sans y rien trouver à redire. Le plus récent exemple étant le rachat de l’acteur de la distribution alimentaire Whole Foods intervenu en 2017. Mais le contexte a depuis changé. Il s’observe actuellement une levée de boucliers des élus américains contre la puissance des Gafa. Cinq projets de loi visant à démanteler ces grands ensembles sont notamment sur la table des parlementaires.

1 2 3 9