Boissons : E.Leclerc lance Jean’s Cola, un soda incolore

Jean’s Cola, le soda incolore de E.Leclerc

 

E.Leclerc vient de lancer, sous sa propre marque de boisson Marque Repère, le Jean’s Cola, un soda incolore. Le distributeur explique avoir eu l’idée de lancer ce cola translucide pour « répondre aux attentes des consommateurs qui sont 82% à aimer le Cola mais à trouver sa composition trop chimique ». Mais voici que se pose déjà une question : un cola peut-il être transparent?

Un soda qui ressemble à une limonade

Se lançant sur les traces de Coca Cola et Pepsi, dans les années 90, E.Leclerc vient d’introduire sur le marché des boissons sa propre marque le Jean’s Cola. Le goût de ce soda ressemblerait à celui d’un cola classique de couleur brune, avec la différence qu’il est totalement translucide. C’est que le Jean’s Cola est sans colorant. LSA Commerce et Consommation indique qu’il contient les ingrédients suivant : eau gazéifiée, sucre, arômes naturels, acidifiant E338 et caféine.

Les colorants au cœur de débats entre scientifiques

Leclerc explique avoir eu l’idée de lancer ce cola translucide pour « répondre aux attentes des consommateurs qui sont 82% à aimer le Cola mais à trouver sa composition trop chimique » (selon une étude consommateurs datant d’avril 2019). C’est pourquoi, elle a jugé bon de retirer les colorants. Ces substances qui donnent leur couleur réglisse au Coca et au Pepsi font l’objet d’une controverse dans le monde scientifique. Certains estiment qu’elles sont cancérigènes, d’autres arguent que les quantités infimes utilisées sont sans risque.

Si Leclerc a retiré le colorant de son soda sous la pression des consom’acteurs, il faut souligner que le groupe s’est lancé, depuis plusieurs années, en faveur de la planète, de la santé et du bien-être animal. Le Jean’s Cola est donc la concrétisation de cet engagement.

Le cola se définit autant par sa couleur que par son goût

Notons que ce breuvage coûte 0,65 centime le litre, soit plus que le cola Marque Repère avec colorant, qui ne coûte lui que 0,43 centime le litre. De quoi décourager de nombreuses personnes. Et ce n’est pas tout : le soda de Leclerc aurait un goût marqué d’agrumes, qui diffère quand même de la version avec colorant caramel. En plus, son aspect translucide interpelle la clientèle. Depuis quand a-t-on vu un soda semblable à de la limonade ? Pour les consommateurs, le cola se définit autant par sa couleur que par son goût tout comme le ketchup, la moutarde ou l’huile de noix de coco.

Casino : Trois hypermarchés du groupe bientôt vendus

La devanture d'un magasin du groupe Casino

 

Le groupe Casino a annoncé ce mercredi la signature de promesses de vente unilatérales portant sur trois hypermarchés pour un montant de 42 millions d’euros. L’opération s’inscrit « dans le cadre de sa stratégie visant à céder des magasins structurellement déficitaires ».

Le groupe Casino, qui dévoilera demain son bilan de mi-année, a annoncé ce mercredi avoir conclu de nouvelles promesses unilatérales d’achat portant sur trois de ses hypermarchés, « dans le cadre de sa stratégie visant à céder des magasins structurellement déficitaires ».

Les enseignes U et Leclerc reprennent les murs

Les trois murs concernés ont représenté en 2018 un chiffre d’affaires hors taxe d’environ 76 millions d’euros et une perte de résultat opérationnel courant (ROC, l’indice de référence dans la grande distribution) « d’environ 2 millions d’euros », a souligné le groupe dans un communiqué. Ce sont «  l’hypermarché de Marmande, en vue de la cession des murs et du fonds de commerce à un professionnel expérimenté dans le secteur de la grande distribution, qui a pour projet de l’exploiter sous enseigne U ; l’hypermarché d’Onet-le-Château (12), en vue de la cession du fonds de commerce et des murs à un associé Système U ; et l’hypermarché de Béziers (34), en vue de la cession du fonds de commerce et des murs à un adhérent Leclerc » informe Casino.

La finalisation de l’opération attendue en fin d’année

Les promesses signées prévoient la poursuite des contrats de travail des collaborateurs de ces magasins, conformément aux règles légales. « La réalisation des cessions est attendue fin 2019, sous réserve de la consultation préalable des instances représentatives du personnel et de la réalisation des conditions suspensives usuelles », a précisé le communiqué du groupe.

Cette opération s’inscrit dans le cadre de la stratégie du groupe de se concentrer sur des formats de magasins plus porteurs, notamment ceux de proximité et bio. Elle permettra également au groupe stéphanois de se désengager de ceux qui attirent moins les consommateurs, tels les hypermarchés, ou qui perdent de l’argent, comme Leader Price.

Casino sous le poids de la dette

En 2018, Casino a enregistré 54 millions d’euros de pertes nettes, pour une dette de 2,7 milliards d’euros. Depuis presque un an, le groupe s’est engagé dans un vaste plan de réduction de cette dette. Ce plan de cession d’actifs non-stratégiques servira à éponger ce lourd passif.

Filière betterave : Saint-Louis sucre annonce 50 millions d’euros d’investissement à Etrepagny et Roye

Des inatallations de l'usine Saint louis Sucre d'Eppeville

*

Après avoir annoncé l’arrêt de la production de sucre de betterave dans ses usines de Cagny et d’Eppeville, Saint-Louis Sucre investit 50 millions d’euros dans les deux sucreries qui lui restent en France, Etrépagny et Roye. La filiale du groupe allemand Südzucker veut renforcer la performance de ces deux sites afin de faire face à un marché concurrentiel et des cours mondiaux bas.

Un investissement qui s’étalera sur trois ans

Le groupe Saint-Louis sucre, filiale française du sucrier allemand Südzucker, a annoncé jeudi son intention d’investir 50 millions d’euros, sur trois ans, dans les deux sucreries qu’il conserve dans l’Hexagone, c’est-à-dire Etrépagny (Eure) et Roye (Somme). Chacune de ces usines emploie 100 salariés permanents et une soixantaine de salariés pendant la campagne betteravière.

Saint-Louis Sucre précise que cet investissement vise à renforcer la performance des deux sucreries : « Nous allons renforcer la performance énergétique de nos deux usines d’Etrepagny et Roye avec des systèmes de récupération de calories pour réduire notre consommation de gaz », a indiqué François Verhaeghe, directeur industriel de Saint Louis Sucre dans un communiqué. « Nous allons en parallèle améliorer la fiabilité de nos installations industrielles », a-t-il ajouté.

Le plan social prévoit des licenciements

Le groupe précise que les sucreries d’Etrépagny (Eure) et de Roye (Somme) seront conservées comme sites de stockage. Toutefois la conclusion d’un accord sur le plan social prévoit 70 licenciements économiques à Cagny et 51 à Marseille où il y a un site de conditionnement auquel est adossée l’usine de Roye. Ce site de conditionnement, construit il y a dix ans, produit 150 000 palettes par an et emploie 120 salariés.

Par cet investissement, Saint-Louis Sucre «entend demeurer un acteur industriel majeur en France», selon les termes du communiqué. Le groupe rappelle par ailleurs avoir investi dans ces deux sites «plus de 200 millions d’euros ces 10 dernières années».

Une restructuration nécessaire

Saint-Louis sucre, qui a jusqu’à présent fermé la porte au projet de reprise présenté par les betteraviers pour les deux sucreries de Cagny et Eppeville, espère maintenant faire face à la concurrence. Le dirigeant du groupe sucrier explique que « Le marché européen qui est le plus libéralisé du monde est directement concurrencé par les producteurs de canne à sucre du Brésil, d’Inde et de Thaïlande qui sont soutenus par leurs états respectifs ». Aussi, les prix ont chuté, ces derniers mois. C’est pourquoi il fallait renforcer la performance des sites d’Etrépagny et de Roye et prendre la décision d’arrêter la production des usines de Cagny et Eppeville.

 

Agro-industrie : Beauce Champagne Oignon a inauguré une nouvelle usine à Sermaises

A l'intérieur de l'unité de production de Beauce Champagne Oignon

 

La coopérative Beauce Champagne Oignons (BCO) a inauguré le 5 juin sa nouvelle usine de conditionnement à Sermaises, près de Pithiviers (Loiret). Cette unité de production devrait fournir 25 000 tonnes d’oignons, contre 16 000 tonnes dans l’ancienne usine d’Audeville (Loiret), qui devient un site de stockage.

Un site trois fois plus grand que l’ancien

Beauce Champagne Oignon s’offre une nouvelle usine de conditionnement à Sermaises, près de Pithiviers, dans le Loiret. Elle a vu le jour grâce à des prêts bancaires du Crédit agricole et à des aides du Conseil régional Centre-Val de Loire, qui gère des fonds européens. Le montant total du financement s’élève à 11,5 millions d’euros. Dotée d’une capacité annuelle de 25 000 tonnes, contre 16 000 dans l’ancienne usine d’Audeville (Loiret), transformée en un site de stockage, la nouvelle unité de production emploiera une vingtaine de salariés.

Ce nouveau site, qui dispose de dix lignes de conditionnement, est trois fois plus grand que le précédent, comme il fait 8.500 m² contre 2 800 auparavant. Il est surtout équipé d’une technologie jusque-là jamais utilisée en France qui va permettre d’augmenter la production de l’oignon en Beauce.

Un tri optique infrarouge

La technique de conditionnement se fait en deux grandes étapes. D’une part l’oignon n’est pas brutalement déversé du camion comme cela se faisait jusqu’ici, mais déposé sur un tapis qui l’achemine doucement à l’intérieur du bâtiment. Ainsi, les chocs sont réduits et le produit garde la qualité qu’il avait à la récolte. C’est ensuite que le tri optique infrarouge rentre en action. A ce niveau, il y a trois phases : la première consiste en l’élimination des corps étrangers, la seconde en la détection des anomalies extérieures et intérieures et la troisième se résume au tri selon l’aspect, le diamètre et le poids. Enfin, l’oignon est conditionné dans des sachets de 1 à 100 kilos.

« Avec ce site, nous nous projetons trente ans en avance »

Ce système de tri a deux gros avantages comme le révèle Florent Delaunay, responsable du nouveau site : « Outre l’augmentation des volumes traités, ce nouvel outil réduit de moitié les retours de marchandises, qui occasionnaient une perte de 300 000 euros ». Pour sa part, Alain Sagot, vice-président de la coopérative annonce qu’« Avec ce site, nous nous projetons trente ans en avance ».

Plus du tiers de la production de la coopérative Beauce Champagne Oignon est acheminé dans les grandes et moyennes surfaces telles que U, Lidl, Carrefour, et Intermarché.

Agro : Mondelez veut se fournir à 100% en cacao responsable d’ici à 2025, via Cocoa Life

Côte d'Or l'un des chocolats du groupe Mondelez

 

Mondelez, le propriétaire des fameuses marques de biscuits au chocolat Oreo, Milka, Catbury et Côte d’or veut se fournir entièrement en cacao responsable d’ici à 2025. Actuellement à 43%, il ambitionne de passer à 100%, en renforçant son programme Cocoa Life, lancé en 2012.

Mondelez passe à la vitesse supérieure

Bientôt, les consommateurs pourraient déguster de délicieux chocolats Oreo, Milka, Catbury et Côte d’or au cacao responsable. C’est l’ambition de leur propriétaire Mondelez qui table sur le renforcement de son programme Cocoa Life, lancée en 2012. Financé à hauteur de 400 millions de dollars, ce projet vise à garantir le développement durable tout au long de la chaîne d’approvisionnement, en formant notamment les agriculteurs aux bonnes pratiques, en les aidant à collecter des fonds auprès des gouvernements locaux pour leurs communautés ou en distribuant des arbres d’ombrage. « Nous continuerons d’inclure systématiquement le coaching Bonnes pratiques environnementales et de promouvoir les modèles de paiement pour services environnementaux qui incitent les agriculteurs et les communautés à restaurer la forêt », a fait savoir le groupe.

Une cartographie des exploitations pour prévenir contre la déforestation

Pour appuyer cette initiative eco-responsable, le groupe américain Mondelez International veut également déployer des satellites de surveillance des exploitations afin de s’assurer que les agriculteurs partenaires ne participent pas à la déforestation.

Plus de 142.000 aujourd’hui (répartis dans 1400 communautés), ces exploitants agricoles se trouvent principalement au Ghana, en Côte d’Ivoire et en Indonésie, les plus grands producteurs de la fève de cacao dans le monde. Pour mieux maitriser la production locale, Mondelez a ainsi cartographié 63% des fermes Cacoa Life, situées dans ces pays.

« Des marques internationales rejoindront Milka, Côte d’Or et Cadbury Dairy Milk»

Pour aller plus loin dans son engagement, Mondelez envisage, d’ici 2025, de produire des chocolats 100% issus de sources durables via Cocoa Life. « Cela signifie que des marques internationales comme Toblerone et des produits locaux tels que Lacta rejoindront Milka, Côte d’Or et Cadbury Dairy Milk pour faire partie de notre portefeuille de chocolat issu de sources durables », a déclaré Dirk Van de Put, président et chef de la direction de Mondelez International. Selon lui, « C’est une étape importante pour [le] programme Cocoa Life », puisque cette initiative « permettra à un plus grand nombre de consommateurs du monde entier d’avoir la certitude que les marques de chocolat qu’elles aiment sont fabriquées de la bonne façon », ajoute Dirk Van de Put.

Agro-alimentaire : Danone devient actionnaire majoritaire de Michel et Augustin

Des produits laitiers de Danone

 

La start-up Michel et Augustin a annoncé mercredi soir sur BFM avoir été rachetée par Danone, la multinationale alimentaire française. Désormais Danone détient 95% du capital de Michel et Augustin via son fonds d’investissements Danone Manifesto Ventures. Fort de cette position d’actionnaire majoritaire, le géant de l’alimentation a procédé à quelques nominations, mais assure vouloir laisser à Michel et Augustin toute son indépendance.  

« C’est le soutien d’un actionnaire qui nous assure la pérennité »

Danone vient de croquer Michel et Augustin, la marque française qui vend des biscuits depuis 2004. C’est la start-up qui a annoncé ce rachat en premier le mercredi 17 avril. Puis Danone a confirmé en relevant « avoir augmenté sa participation dans l’entreprise française Michel et Augustin ». La multinationale alimentaire française détient à présent 95% du capital de Michel et Augustin via son fonds d’investissements Danone Manifesto Ventures. Celui-ci avait déjà pris une première participation en 2017 à hauteur 40% du capital de la jeune pousse. Les deux parties n’ont pas dévoilé le montant de l’opération.

S’exprimant au sujet de cette nouvelle prise de participation, Augustin Paluel-Marmont, cofondateur de Michel et Augustin a déclaré que « C’est le soutien d’un actionnaire qui nous assure la pérennité. Il nous assure une certaine indépendance de gestion. Tous ces grands groupes ont l’intelligence aujourd’hui de laisser aux pépites un écosystème propice à leur développement ». Si le responsable de Michel et Augustin se réjouit de conserver l’indépendance de son groupe, malgré la position dominante de Danone, il faut toutefois souligner que cette autonomie est supervisée, voire émondée.

De nouvelles nominations pour booster sa présence sur le marché américain

En effet, Danone a procédé à quelques nominations stratégiques. Ainsi le géant des produits laitiers a recruté François Roche Bayard au poste de directeur général. C’est un ancien directeur général délégué de la biscuiterie Saint-Michel, marque qui appartient au groupe Andros, un concurrent de Danone. La multinationale alimentaire a aussi placé Evan Holod au poste de CEO de la branche américaine de Michel et Augustin. L’Américain travaillait chez Coca-Cola, en tant que responsable de la marque pour toute la région d’Atlanta.

Grâce à ces recrutements, Danone espère développer la marque Michel et Augustin aux États-Unis, où elle est présente depuis 2015. La jeune pousse y tient plus de 2000 points de ventes de biscuits et desserts. Malgré cela, elle réalise encore 85% de son chiffre d’affaires en Europe, principalement en France (85%), en Suisse et en Belgique.

 

Agroalimentaire : Sill bénéficie d’un financement de 180 millions d’euros de la BEI

Dans l'usine de Sill avec les vaches à lait

Le groupe industriel Sill a annoncé ce lundi le déblocage, par la Banque européenne d’investissement (BEI), d’un financement de 180 millions d’euros pour la construction de sa future tour de séchage au lait à Landivisiau (Finistère). Cet investissement permettra en outre d’effectuer de vastes travaux dans les huit usines du groupe déjà existantes.

Un financement mobilisé par la BEI et un pool bancaire

Le lundi 25 mars, Sill a annoncé la disponibilité de 180 millions d’euros pour la construction de sa future tour de séchage au lait à Landivisiau, dans le Finistère. La Banque européenne d’investissement (BEI), qui a mobilisé les fonds, a participé à hauteur de 40 millions d’euros. Le reste du financement est l’affaire d’un pool bancaire emmené par Arkea. Ce pool est composé de six banques que sont : CIC Ouest, Société générale, Caisse régionale de Credit Agricole du Finistère, la Bank of China, la Caisse d’Epargne de Bretagne et Pays de Loire.

Still est la troisième entreprise laitière française financée par la BEI, ces trois dernières années, grâce à son plan d’investissement pour l’Europe, baptisé « plan Juncker ». Avant Sill, il y a eu le groupe les Maîtres Laitiers du Cotentin en 2016 et Sodiaal en janvier 2019, portés respectivement par un investissement de 55 millions et de 40 millions d’euros. Au total, le plan Juncker (2015-2020), a permis à la BEI de prêter 11,7 milliards d’euros à des entreprises françaises sur 70 milliards dans toute l’Europe.

Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI, a déclaré qu’à travers ce financement à hauteur de 180 millions, l’institution bancaire européenne « vient soutenir une entreprise du tissu économique breton en lui offrant des financements à long terme permettant d’assurer ses investissements industriels ».

Le financement divisé en deux parties

L’enveloppe mise à la disposition de l’industriel Sill sera répartie en deux. D’une part 85 millions seront investis dans la construction de sa tour de séchage au lait à Landivisiau, dans le Finistère, qui devrait être opérationnelle en 2021. Cette usine ambitionne avoir « une production prévisionnelle de 18 000 tonnes par an exclusivement destinée à l’exportation ». Les marchés visés sont la Chine, le Moyen-Orient et l’Afrique selon le groupe.

D’autre part, les 85 autres millions d’euros restants serviront à des travaux au sein des huit usines du groupe. Chaque site bénéficiera de 10 à 15 millions d’euros sur cinq ans pour renouveler son matériel et relancer ses activités.

Sill compte plus de 1400 salariés

Installé depuis 1962 à Plouvien, dans le Finistère, Sill emploie plus de 1 400 salariés, auxquels devraient s’ajouter 60 autres de la tour de séchage. Le groupe industriel est spécialisé dans la production de beurre et de produits laitiers. Ses principales marques sont Le Gall, Malo et Le Petit Basque. Il exerce également dans la restauration avec les plats cuisinés, fournis par Artique et Primel.

 

Salon de l’Agriculture de Paris : Le drone à la rescousse des paysans

Démarré le samedi 23 février dernier, en présence du Chef de l’Etat français Emmanuel Macron, le Salon de l’Agriculture de Paris 2019 bat son plein en ce moment. L’innovation technologique a pris toute sa place cette année avec la présentation de plusieurs gadgets dont les drones, ces petits objets volants devenus indispensables aux agriculteurs.

« Grâce au drone on connait la cartographie de son champ »

Débuté le samedi 23 février pour prendre fin le dimanche 3 mars 2019, le Salon de l’Agriculture de Paris accorde cette année une attention toute particulière aux innovations technologiques, l’indispensable de l’agriculture moderne. Au premier rang des inventions, le drone, devenu un outil indispensable pour nos exploitants agricoles. Et cela se comprend aisément vu ses performances et les services qu’il rend aux paysans.

Les drones permettent en effet aux agriculteurs de mieux jauger les besoins de leurs cultures, de mieux connaître leurs terres pour obtenir d’elles un meilleur rendement. En un seul vol, l’appareil peut faire une cartographie exacte des parcelles et déceler les besoins de l’agriculteur. « On connaît la cartographie de son champ. Et ça, c’est vraiment intéressant parce que cela peut servir pour tout. Les cartes, vous pouvez les mettre dans votre semoir pour semer le blé. Ces cartes-là, vous pouvez les utiliser pour tout et cela va nous permettre de faire de l’économie, et surtout de l’écologie. », confie Christophe Guicheux, un agriculteur normand visiblement conquis par les exploits des petits engins volants.

L’utilisation du drone a un prix

Mais l’usage des drones dans les champs, pour ceux qui en louent, revient très cher. En France, les rares sociétés qui proposent de tels services, comme Airinov l’un des leaders du marché, taxent très fort. Pour un seul vol, le paysan doit débourser jusqu’à 20 euros par hectare. Mais au regard des prouesses accomplies par les drones, cela en vaut peut-être la peine. En tout cas, pour les responsables d’entreprises de location de drones, oui cela vaut le coup, surtout pour éviter le gaspillage. Selon eux, l’idée c’est avant tout d’aider l’agriculteur à limiter l’épandage d’engrais et d’autres produits. Il pourra « faire un premier pas vers la modulation et l’économie, et la meilleure répartition de sa dose. », argumente Ghislain Auger d’Airinov.

 

 

Salon de l’Agriculture 2019 : Ouverture des portes, ce samedi, avec Macron

Le Salon international de l’agriculture de Paris a ouvert ses portes ce samedi 23 février 2019 pour les refermer le 3 mars prochain. Ce rendez-vous incontournable du monde agricole a lieu à Paris Expo, Porte de Versailles. La première journée de cette édition a enregistré la présence du Président Emmanuel Macron, le recordman des heures passées au Salon, chez nos Présidents.

Macron : « Il faut réinventer le PAC afin d’assurer la souveraineté alimentaire. »

Le Salon International de l’Agriculture de Paris 2019 a ouvert ses portes le samedi 23 février 2019, à Paris Expo porte de Versailles, en présence du Chef de l’Etat français. Dans son discours d’ouverture, le Président Emmanuel Macron a affirmé qu’il fallait réinventer l’Europe agricole : « Il faut réinventer la PAC afin d’assurer la souveraineté alimentaire, industrielle et environnementale du continent menacée de l’extérieur par les stratégies offensives de grandes puissances comme les États-Unis et la Russie ». Pour y arriver, le président de la République propose de s’unir autour de trois promesses que sont : protéger les producteurs contre les chocs économiques et les aléas climatiques qui fragilisent leurs exploitations ; protéger les consommateurs en se dotant d’outils plus efficaces pour assurer une meilleure traçabilité des produits et mieux lutter contre les fraudes ; anticiper sur les nouveaux défis de la filière agricole. Ce lundi, c’est au tour du Premier Ministre Edouard Philippe de visiter les stands.

Au programme de cette édition 2019

Le Salon International de l’Agriculture de Paris 2019 propose des expositions, des démonstrations, des ateliers et des dégustations dans le but de faire connaître ce secteur d’activité au grand public. Les familles ont ainsi l’occasion d’en apprendre davantage sur l’élevage et la gastronomie française. Cette année quatre thèmes sont au programme. Ces sont : « élevage et ses filières », « cultures et filières végétales », « services et métiers de l’agriculture » et « produits des régions de France, d’outremer et du monde ». C’est là un large éventail proposé à tous ceux qui voudraient en savoir plus sur l’agriculture de nos régions.

Le prix des tickets d’entrée

Pour les billets d’entrée, les tarifs sont les suivants :

– 14 euros pour les adultes et 7 euros pour les enfants de 6 à 12 ans ;

– 9 euros pour les handicapés sur présentation d’un justificatif ;

– 7 euros pour les étudiants sur présentation d’une carte étudiant ;

– 12 euros par personne pour les groupes de 15 à 49 individus ;

– 11 euros par personne pour les groupes de plus de 50 individus ;

– Gratuit pour les enfants de moins de 6 ans.

 

Economie française: Une croissance de 0,4% prévue ce trimestre

Selon une prévision de la Banque de France, l’économie française devrait connaitre une légère embellie au premier trimestre 2019. Une bonne nouvelle quand on sait que la croissance économique française n’a jamais dépassé la barre de 0,3% toute l’année dernière.

La Banque centrale de France et l’Insee s’accordent sur le chiffre de 0,4%

A en croire la Banque de France, la croissance économique française devrait atteindre 0,4% au premier trimestre 2019, un léger rebond de 0,1% en comparaison du dernier trimestre 2018. Cette estimation du Produit Intérieur Brut (PIB) est conforme aux prévisions de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (Insee) qui avait également tablé sur une croissance économique de l’ordre de 0,4%.

La Banque de France explique cette légère embellie du PIB par le dynamisme du secteur du bâtiment. Les BPT ont reçu des carnets de commandes « très bien garnis », note l’institution bancaire. Si les patrons des entreprises du bâtiment se frottent les mains, ce n’est pas le cas d’autres industries qui rencontrent des difficultés.

Le secteur de l’aéronautique et de la chimie par exemple ont subi une baisse des activités. Cette situation devrait prendre fin dès ce mois de février 2019, prédisent les patrons. C’est le même climat morose du côté des services, parmi lesquels la restauration et l’hébergement. Mais, comme l’aéronautique et la chimie, les activités vont connaître une accélération dès la fin de ce mois.

La tendance sera à l’épargne et non à la consommation

Cette croissance du PIB va certainement ravir l’Elysée et Matignon qui font face à la crise des Gilets Jaunes depuis plusieurs semaines. Pourtant le bout du tunnel n’est toujours pas à l’horizon. C’est un bol d’air frais dont ils profiteront au maximum car l’économie française tient bien le coup.

La croissance économique devrait surtout profiter aux ménages français dont le pouvoir d’achat pourrait attendre 440 euros par foyer en 2019, à en croire les statistiques. Mais pour la Commission européenne l’heure ne sera pas à la consommation, plutôt à l’épargne, en raison de la conjoncture.

Même si ce premier trimestre sème des graines d’optimisme dans les cœurs, le Gouvernement français reste réaliste. Pour le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, la croissance de 1,7% prévue en 2019 sera revue à la baisse puisqu’à l’échelle européenne, les perspectives économiques n’enchantent pas.

 

1 2