Plan de relance : l’Etat promet un soutien durable aux PME, au-delà des prêts garantis

Une réunion au sein d'une PME.

 

Bruno Le Maire a annoncé ce mardi que les petites et moyennes entreprises (PME) bénéficieront d’un soutien durable de l’Etat, non seulement par une extension des délais de remboursement des actuels prêts garantis, mais aussi par un nouveau système d’emprunts à très long terme.

Lors d’un entretien à paraître ce mardi 25 août dans le journal Les Echos, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire a fait deux annonces qui devront satisfaire les petites et moyennes entreprises (PME) françaises. « Il est de notre intérêt collectif à tous que les PME puissent faire face à leurs échéances de remboursement et se redressent », a-t-il expliqué.

Continuité des PGE et mise en place de prêts participatifs 

La première mesure permet la continuité des prêts garantis par l’Etat (PGE). Bruno Le Maire a promis que la durée de ces prêts sera prolongée au-delà de la première année, avec des taux d’intérêt compris entre 1 % et 3 %, car « beaucoup [de ces entreprises] ne seront pas en mesure de rembourser leur PGE au bout d’un an. « Depuis plusieurs semaines, je négocie avec les banques un taux le plus attractif possible au-delà de la première année », a indiqué le ministre.

La seconde mesure concerne la mise en place de prêts de très long terme et dits « participatifs ». Ce système, déjà existant, se situe entre les emprunts classiques et l’investissement direct dans les fonds propres des entreprises. Destinés à aider au développement pérenne des PME, les nouveaux prêts dureront au moins sept ans. Ils seront accordés par le secteur financier, mais l’exécutif apportera sa garantie. « L’Etat apportera sa garantie jusqu’à 3 milliards d’euros, ce qui permettra aux entreprises de lever de 10 à 15 milliards d’euros de prêts à long terme », a précisé M. Le Maire.

Trois milliards d’euros prévus pour les PME dans le plan de relance

Ces nouvelles annonces du ministre de l’Economie interviennent à quelques jours de la présentation du plan de relance. Initialement prévue ce mardi 25 août, cette présentation a été reportée d’une semaine, le temps de « resserrer un certain nombre de boulons », d’après Bercy. Présenté comme une relance économique à vocation écologique, ce plan contient une enveloppe de 100 milliards d’euros, dont trois milliards d’euros pour les PME.

Coronavirus : la CPME appelle les maires à relancer les marchés publics

Un ouvrier du bâtiment en train de poncer du bois.

 

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) a appelé, dans le Journal du dimanche (JDD), les maires de France à prendre « des mesures de bon sens » pour « relancer les marchés publics locaux » et « sauver les entreprises ».

François Asselin, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME), a appelé dans les colonnes du Journal du Dimanche, les maires de France à prendre des mesures pour sauver les nombreuses entreprises en péril à cause de la pandémie du coronavirus. « Si rien n’est fait, ce ‘trou d’air ‘ dans la commande publique risque d’être catastrophique. Plusieurs dizaines de milliers d’emplois pourraient disparaître, partout en France », met-il en garde. Selon lui, « La responsabilité des maires est immense. Ils peuvent encore éviter cela », en mettant en œuvre « des mesures de bon sens, prises à titre exceptionnel (qui) permettraient, sans coût financier, de relancer les marchés publics locaux ». Le patron de la CPME estime que cela éviterait « que des emplois disparaissent pour de simples raisons administratives ».

La CPME fait des propositions aux maires

François Asselin explique que « la conjonction entre le confinement et le report du second tour des élections municipales a eu pour effet de stopper brutalement le lancement des offres publiques ». C’est pourquoi, il trouve nécessaire « d’obtenir du gouvernement, en urgence, des mesures d’assouplissement ». Il préconise ainsi de permettre aux collectivités territoriales « de faire voter immédiatement les budgets d’investissement 2020, avec ou sans quorum » ou « faire en sorte que, pour l’ensemble des consultations en cours, les marchés soient attribués et notifiés avant la fin du mois de juillet ».

Le dirigeant suggère aussi de « relever temporairement, à l’instar de ce qui existe pour les marchés innovants, le seuil de publicité et de mise en concurrence à 100.000 euros HT ». François Asselin revendique enfin la suppression du passage obligatoire en commission d’appel d’offres pour les avenants au marché initial et la prolongation de la validité des justificatifs dans l’instruction des dossiers par les acheteurs publics.

Les PME se battent toujours pour survivre malgré l’aide de l’Etat

Pour aider les petites entreprises à se remettre de la crise du coronavirus, le gouvernement a mis en place des mesures d’aide exceptionnelles comme le report des charges fiscales et sociales, le chômage partiel prolongé pour éviter des licenciements massifs, et des prêts garantis par l’Etat. Mais ce soutien semble insuffisant pour de nombreuses PME, qui se luttent encore pour leur survie.

Bretagne : La Trinitaise placée en redressement judiciaire

Des dindes dans un elevage.

 

La Trinitaise, entreprise bretonne spécialisée dans la découpe de viande de dinde, a été placée mercredi en redressement judiciaire pour six mois par le tribunal de commerce de Rennes. L’entreprise, qui emploie 137 personnes, était plongée dans le rouge économiquement après l’incendie sur l’un de ses sites, celui de Merdrignac, en été dernier.

Un gros coup dur pour l’emploi en Bretagne ? La Trinitaise, entreprise basée à La Trinité-Porhoët (Morbihan) et à Merdrignac (Côtes-d’Armor), spécialisée dans la découpe de dindes, a été placée en redressement judiciaire mercredi par le tribunal administratif de Rennes, a appris l’AFP vendredi 21 février auprès de la société.

Incendie et conjecture économique ont eu raison de la Trinitaise

Dans un communiqué, le groupe Olmix, propriétaire de la Trinitaise, a expliqué qu’en 2019, un incendie « qui a touché le site de Merdrignac et détruit la totalité de la ligne +panés+ a eu un impact considérable sur la rentabilité déjà fragilisée de l’entreprise ». Cela a contraint Olmix « à rechercher un industriel de la viande en capacité de reprendre et développer l’activité dans les conditions les moins douloureuses pour les salariés ».

Selon l’entreprise, « le site qui a brûlé était en cours de rénovation. Elle devait permettre à terme le regroupement des deux sites ». La direction met en avant aussi la conjoncture économique, soulignant que « depuis 2006, le nombre d’acteurs de la volaille de chair en Bretagne a été divisé par deux ».

Le redressement judiciaire, un passage obligé

En dépit de ce marasme, Olmix rassure que l’activité « ne s’arrêtera pas ». Le groupe rassure que « L’enjeu c’est que l’emploi soit préservé ». Pour Alain Buot, maire de La Trinité-Porhoët, « 137 emplois, c’est très important pour notre commune. Le redressement judiciaire est un passage obligé pour assainir la situation ».

Ce que confirme Maxime Coiffet, en charge de la communication du groupe : « Cette décision permet de faire table rase du passé et à cet égard, le groupe Olmix s’assied sur plusieurs millions d’euros de créance mais c’est la condition pour, à travers un nouveau projet, maintenir l’emploi ».

Les repreneurs ont six mois pour convaincre

Des repreneurs ont déjà manifesté leur intérêt pour racheter La Trinitaise. Ils ont six mois pour convaincre le tribunal de commerce de Rennes.

Créée en 1971, La Trinitaise (alors Volvico) a été rachetée par la Société des viandes du Porhoët (Sovipor) en 2004.

VegePlast recherche des investisseurs pour continuer son développement

Plastique VegePlast France

VegePlast est une entreprise française, basée près de Tarbes, qui produit du plastique biodégradable à partir de céréales. Vincent Pluquet, son fondateur, recherche actuellement des investisseurs pour permettre à son entreprise d’accélérer son développement.

La France, pays préféré des investisseurs 

Depuis le sommet “Choose France”, qui s’est tenu en présence du Président de la République Emmanuel Macron lundi 20 janvier, la France est redevenue le pays le plus attractif pour les investisseurs en Europe. Une information qui n’a pas échappé à Vincent Pluquet, le créateur de VegePlast. Son entreprise, spécialisée dans la fabrication de produits plastiques biodégradables est en bonne santé, mais il déplore un manque d’intérêt de la part des investisseurs pour son concept.

Il note en effet qu’en Europe, les populations ne soient pas conscientes du changement qui s’opère en ce moment. Pour lui, le vieux continent est en à la traîne en matière d’écologie et de plastique biodégradable. “En Californie, le marché du biodégradable explose et la Chine s’y met aussi sérieusement” indique-t-il.

VegePlast se retrouve dans une situation complexe, où les idées et l’envie sont là, mais les fonds d’investissement manquent. “On a financé une thèse pour transformer du gras de canard en biopolymère, mais on ne peut pas tout financer, car on reste une PME, on attend de gagner de l’argent avec nos activités actuelles“, explique Vincent Pluquet.

VegePlast ne demande qu’à grandir

Vincent Pluquet a lancé le concept de VegePlast il y a 17 ans. S’il avoue s’être lancé “un peu trop tôt” dans ce domaine, il voit qu’aujourd’hui, la demande en plastique biodégradable augmente. De ce fait, il souligne qu’après presque 20 ans à travailler sur le concept, ils ont eu le temps de “beaucoup travailler” et son prêt à ce que leur concept “explose“.

Le responsable industriel et ingénieur de Vegeplast Maxime Bernatat, appuie lui sur l’urgence écologique à laquelle le monde fait face : “Quand on voit l’état des océans, c’est une catastrophe !”. Il souhaite également que le plastique biodégradable remplace le plastique traditionnel, expliquant que “tout le monde doit s’y mettre pour que cela devienne la norme“.

Reconditionnement de smartphones : SOFI Groupe lève 4 millions d’euros pour accélérer sa croissance

Des smarphones Smaaart de SOFI Groupe

 

SOFI Groupe, entreprise spécialisée dans le reconditionnement de smartphones et de tablettes numériques, a récemment levé 4 millions d’euros pour accélérer sa stratégie de croissance. La PME de Saint-Mathieu-de-Tréviers veut notamment passer de 100 à 300 salariés à terme et financer des projets de R&D autour de la collecte de smartphones.

« Avec cette levée de fonds, notre objectif est de consolider notre position sur le marché »

SOFI Groupe vient de lever 2 millions d’euros auprès du fonds d’investissement Quadia, allié à la banque belge Degroof Pegtercam, et 2 autres millions auprès d’acteurs publics et privés (Région Occitanie, ADEME, Direccte, banques) pour dynamiser sa croissance. « Avec cette levée de fonds, notre objectif est de consolider notre position sur le marché du smartphone reconditionné français dans une économie circulaire en circuit court. Ce financement nous offre l’opportunité de poursuivre notre croissance de manière pérenne, raisonnée et innovante », a expliqué Marlène Taurines, directrice générale de SMAAART, la marque des smartphones reconditionnés de SOFI Groupe.

Passer de 9 millions d’euros de CA en 2018 à 50 millions d’euros en 2019

Les fonds serviront d’abord à une nouvelle structuration de SOFI groupe qui veut passer de 100 à 300 salariés à terme. Les opérateurs de production (traçabilité, enregistrement, logistique et tests) et les techniciens sont les profils recherchés. L’entreprise héraultaise envisage aussi d’améliorer la chaîne de valeur, en augmentant notamment la qualité du reconditionnement et des services associés (SAV, garanties). Elle souhaite en outre financer des projets de R&D autour de la collecte de smartphones et créer « de nouveaux outils industriels » au service de sa démarche, tournée vers l’économie circulaire.

La PME prévoit une forte progression de son chiffre d’affaires d’ici à cinq ans. Il devrait passer de 9 millions d’euros en 2018 à 50 millions d’euros en 2020

Plus de 50.000 smartphones remis sur le marché en 2018

Créée en 1986, Sofi Groupe a d’abord commencé par le reconditionnement des Minitel, puis des fax, des décodeurs, des box ADSL et des téléphones, avant de s’attaquer aux smartphones. La société achète des smartphones en France, les répare puis les revend à un prix inférieur entre 20 et 50 % par rapport au neuf. En 2019, elle a remis sur le marché 50.000 smartphones, sous la marque Smaaart, soit 50 % de plus qu’en 2018. Face à ses concurrents chinois ou indiens, Sofi Groupe joue aujourd’hui la carte d’un positionnement premium, avec des garanties de qualité et un service après-vente.

 

Rennes : Kerlink réduit ses effectifs d’un quart

Wirnet iBTS Station «Long Range» LoRa pour les réseaux public

 

Après des années de forte croissance, Kerlink, l’équipementier breton de réseaux d’Internet, est confronté à des difficultés. Il a donc annoncé mercredi la mise en œuvre d’un Plan de Sauvegarde de l’Emploi (PSE) visant à réduire ses effectifs d’un quart, soit 24 salariés.

Un choix pour « renouer avec les conditions d’un développement pérenne »

L’entreprise Kerlink vient d’annoncer la mise en œuvre d’un Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) alors qu’elle connaissait jusqu’à présent une forte croissance. Sur 103 de ses collaborateurs, 24 salariés sont concernés par cette réduction des effectifs. L’équipementier breton justifie cette décision par le fait que son marché, celui des solutions dédiées à l’internet des objets, « a été affecté par un décalage du rythme de déploiement des grands projets d’infrastructures chez les opérateurs télécom historiques se traduisant par un ralentissement de l’activité et des performances du groupe. ». Dès lors, la société implantée à Thorigné-Fouillard n’avait d’autre choix que de se réorganiser et de redimensionner son équipe « afin de renouer avec les conditions d’un développement pérenne ».

Le personnel a émis un avis favorable au PSE

Kerlink annonce que tous les départs devraient intervenir avant la fin de l’année 2019, tout en assurant que le Plan de sauvegarde de l’emploi garantira « un accompagnement des salariés concernés par ces mesures dans leur reclassement interne ou externe, pour ceux qui seront amenés à quitter l’entreprise ». La direction indique en outre avoir mis en place « un plan d’action offensif » pour s’adapter à l’évolution de son marché, en renforçant en particulier ses offres et positions auprès des opérateurs privés (entreprises, villes, administrations, etc.).

La mise en œuvre effective de l’ensemble des mesures d’accompagnement (contrat de sécurisation professionnelle, aides à la mobilité géographique, incitations à la formation professionnelle, aides à la création ou à la reprise d’entreprise,…) sera pilotée par une commission de suivi composée de représentants des salariés, des représentants de la Direction et des organismes compétents, a précisé Kerlink. Ce PSE a été soumis à l’avis des représentants du personnel qui ont émis un avis favorable, et dûment homologué par la DIRECCTE à la date du 27 août 2019.

22,7 M€ de chiffre d’affaires en 2017

Lancée il y a quinze ans, la PME aujourd’hui cotée en Bourse affichait jusqu’alors des taux de croissance élevés, pour un chiffre d’affaires de 22,7 M€ en 2017. Depuis 2011, elle s’est spécialisée dans le système LoRa grâce auquel les machines envoient des données sur basse fréquence radio. Parmi ses clients, l’on compte le groupe indien Tata, qui a choisi l’entreprise bretonne pour installer un réseau de 400 millions d’utilisateurs.

Du bruit dans la cuisine : L’enseigne rennaise reprise par les boutiques Little extra

Une salade fraîcheur aux pâtes et aux crevettes de l'enseigne Du bruit dans la cuisine

 

Du bruit dans la cuisine, l’enseigne rennaise fondée en 2001, a été officiellement reprise cette semaine par les boutiques Little extra. Conséquence immédiate de cette opération : 141 licenciements et 15 magasins supprimés.

Les magasins en Bretagne et au Pays de la Loire pas concernés

Connue pour son matériel culinaire, son art de la table ou encore son épicerie fine, l’enseigne Du bruit dans la cuisine, a cessé d’exister. Elle a été rachetée cette semaine par le fondateur des boutiques Little extra. Le montant de l’opération n’a pas été révélé.

Le repreneur a d’ores et déjà annoncé la suppression de 141 postes sur les 260 salariés de l’enseigne, dont une vingtaine au siège social de l’entreprise, à Saint-Jacques-de-la-Lande. Il procédera également à la fermeture de 15 magasins sur les 34 que compte Du bruit dans la cuisine. Les 7 boutiques présentes en Bretagne et au Pays de la Loire (Rennes, Nantes, Vannes, Brest, Le Mans, Angers) ne sont pas concernées par ces fermetures.

Les Gilets jaunes ont accéléré la faillite

« Nous n’avons pas pu faire le chiffre d’affaires que nous attendions pour les fêtes (de fin d’année 2018) avec une baisse du trafic de 5 à 10% dans nos magasins, ce qui a remis en cause notre équilibre économique puisque c’est une période où nous réalisons 40% de notre chiffre d’affaires, d’autant que les loyers ont, dans le même temps, continué à augmenter », a expliqué Simon Lafosse, directeur opérationnel et neveu des fondateurs, Jacques et Betsy Lafosse. Cette mauvaise performance est imputée au mouvement des Gilets qui a fortement perturbé les activités de l’enseigne rennaise, obligée de passer des coups de ciseaux dans ses recettes. Enfin, Du bruit dans la cuisine constate que « Les consommateurs fréquentent moins les centres commerciaux, au profit des magasins de proximité et des sites de vente en ligne ».

En redressement depuis janvier 2019

Déficitaire ces dernières années, l’enseigne avait été placée en redressement le 30 janvier 2019. « Nous avons pris cette décision afin d’accélérer la négociation entamée avec des repreneurs potentiels », avait alors indiqué Simon Lafosse. Mais il n’y a eu qu’un seul candidat à la reprise. Le 25 juillet, le tribunal de commerce de Rennes a donc validé cette seule offre déposée, celle d’André Tordjman, un ancien cadre du groupe Auchan, fondateur de Little extra, réseau d’articles de bazar à petits prix, qui compte moins d’une vingtaine de boutiques en France.

Normandie : Les boites de camembert et de pont-l’évêque à l’effigie du Débarquement

Le camembert vendu par la coopérative Isigny-Ste-Mère pour célébrer le débarquement

 

A l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement des alliés, qui a eu lieu dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 sur les plages de Normandie, la coopérative Isigny-Ste-Mère a fabriqué une édition limitée de ses camemberts et pont-l’évêque à l’effigie de l’évènement. Comme ça la célébration sera vraiment relevée…

Un soupçon d’histoire dans les fromages

Le 6 juin prochain, la France, ainsi que les alliés (dont les Etats Unis et le Royaume Uni) célébreront le 75e anniversaire du Débarquement qui a eu lieu sur les plages de Normandie dans la nuit du 5 au 6 mai 2019. A cette occasion, la coopérative Isigny-Ste-Mère a créé une édition limitée de ses camemberts et pont-l’évêque, aux couleurs de cet évènement afin de rendre hommage aux libérateurs.

Ces emballages très bien pensés présentent un univers de fraternité et d’espoir, consacrant le courage et l’honneur. Ils mettent en scène un soldat américain, alors appelé GI, tenant un petit garçon dans ses bras sous un ciel chargé de parachutes et de bombardiers.

Simon Frileux, responsable marketing et communication de la coopérative, a indiqué que ces fromages seront disponibles dans les grandes et moyennes surfaces de Normandie mais aussi de régions parisiennes à partir du mois de mai jusqu’à la fin de l’été. Ainsi, les amateurs de fromage pourront profiter de cette édition spéciale au-delà de la célébration du Débarquement alliés.

Plusieurs musées se sont associés à l’initiative

Pour l’occasion, six musées de la région se sont associés à l’opération de la coopérative Isigny-Ste-Mère et proposeront des bons de 2€ de réduction pour les visiteurs ayant acheté les fromages de la coopérative. Ces musées sont : Normandy Victory Museum (Carentan, Manche), le Mémorial Pegasus (Ranville, Calvados), le musée d’Utah Beach (Sainte-Marie-du-Mont, Manche), le DDay Experience (Saint-Côme-du-Mont, Manche), l’Airborne Museum (Sainte-Mère-Eglise, Manche) et le musée d’Omaha Beach (Saint-Laurent-sur-Mer, Calvados).

Il y aura manifestement une part de gourmandise et d’histoire cet été en Normandie, avec la coopérative Isigny-Sainte-Mer.

Précisons toutefois que ce n’est pas la première fois qu’un fabricant de fromage s’associe à l’anniversaire du Débarquement de cette manière. En 2018, pour le 74e anniversaire, la fromagerie Réaux de Lessay (Manche) a sorti un camembert « Spécial D-Day ». Ces camemberts-là présentaient plutôt des boîtes de couleur verte et surtout une photo noir et blanc de la Libération.

 

Montpellier : Pizza Cosy ouvre une enseigne en offrant des pizzas gratuites

La Caponata, nouvelle pizza de Pizza Cosy

 

Le vendredi 26 avril, l’entreprise Pizza Cosy a ouvert une nouvelle enseigne dans le quartier Port-Marianne, à Montpellier (Hérault), en offrant des pizzas gratuites aux clients. Outre la promotion de la nouvelle pizzeria, cette initiative visait aussi à récolter des fonds pour une association humanitaire de la ville héraultaise.

Les pizzerias Pizza Cosy s’étendent en ouvrant une nouvelle enseigne dans le quartier Port-Marianne à Montpellier (Hérault). L’inauguration de cette pizzeria a eu lieu le vendredi dernier. A cette occasion, Pizza Cosy a offert des pizzas gratuites aux clients venus massivement assistés à la cérémonie.

Pizza à volonté pour tout le monde

La gratuité, ça fait toujours chaud au cœur, surtout quand il s’agit d’un produit qu’on affecte, comme une pizza. Justement, le vendredi 26 avril, une importante file d’attente s’était formée devant la nouvelle pizzeria de la société Pizza Cosy, installée dans quartier Port-Marianne à Montpellier (Hérault), pour profiter de pizzas gratuites. Il s’agissait plus précisément de la pizza Pelardon, offerte à l’heure du dîner. Au moins une bonne centaine de personnes avait fait la queue à cette occasion. Après tout, ça valait le coup !

Pizza Cosy et la qualité

Pizza Cosy fait valoir un service sur mesure avec une pâte de qualité. Celle-ci serait fabriquée en pizzeria à partir de farine de blé également de haute qualité, de son propre levain, d’huile d’olive vierge extra, de sel marin et d’eau. Ensuite, un processus de fermentation longue des pâtons permettrait de proposer des pizzas savoureuses et très digestes. Pizza Cosy indique que cette recette exclusive a été élaborée avec son formateur, double champion du monde de pizza. Donc forcément les clients ont dû avoir l’eau à la bouche ce vendredi et surtout trépigner d’impatience.

Pour chaque pizza emportée un euro versé à une association

Les pizzas étaient certes gratuites, mais elles appelaient à la générosité des clients. En effet, la nouvelle pizzeria a réalisé une quête en faveur d’une œuvre de charité. Pour chaque pizza emportée, le restaurant s’était engagé à verser un euro à l’association humanitaire de Montpellier, qui vient en aide aux personnes en situation de grande précarité, en organisant des distributions de repas et de boissons chaudes.

A la fin de la soirée, la pizzeria a offert en tout 1.136 pizzas. Ce qui a permis à l’association de récolter autant d’euros pour financer ses activités caritatives.

 

Saint-André : La boulangerie Le Bel Air ferme faute de trouver des employés

A Saint-André, près de Lille, une boulangerie a dû fermer faute de trouver de la main d’œuvre, après deux ans de recherches. Pourtant, la région du Nord n’est pas n’est pas connue pour son plein-emploi, bien au contraire. Alors où se situe le problème ? Le couple Lefebvre, propriétaire de la boulangerie, a sa petite idée sur cette incongruité.  

Le Bel Air ferme bien que les affaires marchent

La boulangerie Le Bel Air, à Saint-André, près de Lille (Nord), a dû jeter la clé sous le paillasson faute de trouver de la main d’œuvre. Elle a pourtant essayé, pendant plus de deux ans, de recruter des employés. Curieusement, personne ne semble être intéressé par un poste à la boulangerie Le Bel Air. Le couple Lefebvre, Madame en particulier, a sa petite idée sur cette incongruité.

La boulangerie de Bernard et Nathalie Lefebvre n’ouvrira plus ses portes aux clients. Elle a fermé alors que les affaires allaient très bien. Le petit commerce avait même une fidèle clientèle de plusieurs centaines de personnes et d’autres arrivaient. « Nous avions entre 200 et 300 clients par jour et de belles perspectives avec la construction de près de 500 logements juste en face de la boutique », a confié Nathalie Lefebvre, la cinquantaine révolue. L’arrivée de nouveaux clients rendait davantage nécessaire le recrutement d’employés, dont « deux vendeuses et un boulanger-fournier ». Mais rien, le personnel manquait toujours, incroyablement.

Entre 50 et 60 candidats en deux ans

Les patrons ont usé de tous les moyens pour recruter de la main d’œuvre. Pôle emploi, le Bon Coin, Proch’emploi et même les réseaux sociaux sont tous passés au peigne fin. Quelques candidats se sont signalés, « Entre 50 et 60 en deux ans » selon les Lefebvre. Mais le problème c’est qu’ «A chaque fois, il y avait quelque chose qui n’allait pas ». Par exemple, souligne Nathalie Lefebvre, la dernière candidate a quitté son poste après seulement un mois d’exercice. La raison ? Son état de grossesse. Un argument qui ne tient pas la route aux yeux de la propriétaire. « Elle m’a dit qu’elle était enceinte et qu’elle ne pouvait plus travailler. Ce n’est pourtant pas une maladie d’attendre un enfant » se désole-t-elle. Après cette employée, plus personne ne s’est signalée or, note Mme Lefebvre, « Pour les vendeuses, nous proposions un contrat de 30 heures par semaine au SMIC. Manifestement, cela ne suffisait pas ».

Un désintérêt des jeunes pour l’artisanat

Par conséquent, Nathalie Lefebvre pense que le manque de main d’œuvre est le fait de la fainéantise de la nouvelle génération. « Ils trouvent qu’il y a trop de contraintes ou que le métier n’est pas “fun”. Oui, c’est vrai, il faut se lever tôt et travailler le week-end. Aujourd’hui, les candidats veulent que le commerce s’adapte à leur rythme de vie et non le contraire », a-t-elle pesté. Manifestement le problème réside dans le désintérêt des jeunes pour l’artisanat et les métiers « rugueux ». Face à une telle tendance, Nathalie Lefebvre ne peut que maugréer : « Bientôt, il n’y aura plus que des chaînes de boulangeries ou des grandes surfaces aseptisées. ».

Avant de fermer le commerce, les Lefebvre ont essayé de le vendre, mais là encore il n’y a eu aucun repreneur.

 

 

1 2