Biotech : Gilead et Galapagos annoncent une collaboration mondiale de recherche et développement

Un cherheur en travail dans son laboratoire

 

Galapagos et son partenaire américain Gilead ont annoncé ce dimanche avoir conclu une collaboration mondiale de recherche et développement pour une période de 10 ans. Gilead va verser 3,95 milliards de dollars à Galapagos dans un premier temps, à quoi viendra s’ajouter 1,1 milliard de dollars sous forme de participation dans l’entreprise belge, portant le tout à presque 5 milliards de dollars.

« La conclusion de cet accord historique avec notre grand partenaire Gilead fera date »

La biotech américaine Gilead Sciences a indiqué dimanche un vaste accord de collaboration avec son homologue belge Galapagos pour une durée de dix ans, en échange de presque 5 milliards de dollars versés par l’Américain. « La conclusion de cet accord historique avec notre grand partenaire Gilead fera date dans l’année de votre 20e anniversaire », a réagi Onno van de Stolpe, CEO de Galapagos, dans le communiqué. « Nous bénéficierons largement de l’expertise et de l’infrastructure de Gilead, et sommes convaincus que cette collaboration accélérera le développement des candidats médicaments de notre portefeuille », a-t-il ajouté.

Gilead va d’abord verser 3,95 milliards de dollars à Galapagos, puis 1,1 milliard de dollars sous forme de participation dans l’entreprise belge, soit presque 5 milliards de dollars. Gilead passera de 12,3 à 22% dans le capital et aura la possibilité de faire monter ses parts à 29,9%, selon un communiqué commun. Pour contrer toute spéculation, l’accord prévoit également un moratoire de 10 ans dans le but de limiter la faculté de la société américaine de chercher à acquérir Galapagos ou à augmenter sa part au-delà de 29,9 %, sous réserve d’exceptions limitées.

Les autres volets de l’accord

Les deux entreprises ont également amendé leur accord concernant filgotinib, une molécule destinée au traitement de l’arthrite rhumatoïde et à la maladie de Crohn chez les hommes, donnant ainsi un plus grand rôle dans sa commercialisation en Europe à la société belge.

L’accord donne en outre à Gilead des droits sur GLPG1690, une molécule actuellement testée en phase III contre la fibrose pulmonaire idiopathique. En cas d’autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis, Gilead devra verser 325 millions de dollars à Galapagos.

La biotech américaine a enfin une option sur les droits aux Etats-Unis sur la molécule GLPG1972 contre l’arthrose, une fois achevée la phase de tests 2b, en échange du versement de 250 millions de dollars.

Si la molécule est efficace, l’entreprise américaine pourrait verser 200 millions supplémentaires auxquels puis jusqu’à 550 millions de dollars en fonction des progrès en termes d’autorisation et des résultats des ventes.

Concernant les futurs produits, Galapagos aura une large autonomie pour la recherche et le développement et les financera jusqu’à l’issue de la phase II des essais cliniques. Gilead versera ensuite 150 millions de dollars par produit s’il exerce son option de licencier la ou les molécules. Dans ce cas, les deux entreprises poursuivront le développement en partageant les coûts.

Salon Le Bourget 2019 : Airbus et Boeing jouent le match des commandes

Au Salon International de l’Aéronautique et de l'Espace - Paris Le Bourget

 

Le salon aéronautique du Bourget a ouvert ses portes depuis lundi 17 juin 2019. Cette 53e édition se tient dans un contexte de forte croissance du trafic aérien, avec un doublement prévu d’ici 20 ans de la flotte d’avions dans le monde qui devrait atteindre 44.000 appareils en service. Airbus et Boeing rivaliseront en termes de commandes et le match a déjà commencé.

Les bénéficiaires de la forte croissance du marché aérien seront certainement Airbus et Boeing, les deux principaux constructeurs mondiaux. Mais il va falloir aussi compter sur d’autres acteurs comme le brésilien Embraer et le japonais Mitsubishi Aircraft.

Au 53e salon aéronautique du Bourget, les fabricants enregistrent progressivement des commandes depuis lundi. Le compte est déjà bon pour certains, dont l’européen Airbus et l’américain Boeing, handicapé par deux accidents qui ont impliqué le dernier né de ses moyen-courriers le Boeing 737 MAX. Ci-dessous les principales commandes effectuées lors de ce salon du Bourget, selon jounalaviation.com.

Airbus empile les contrats

L’avionneur européen mène les débats au 53e salon du Bourget avec plusieurs commandes, devant le rival américain. Il y a d’abord Qantas qui s’engage à acquérir 36 exemplaires de son Airbus A321XLR, dont 26 issus de la conversion d’une précédente commande d’A320neo et 10 faisant l’objet d’un nouveau contrat. Ensuite le groupe irlandais IAG qui passe une commande ferme portant sur 14 A321XLR. Huit de ces appareils sont destinés à Iberia et six à Aer Lingus. Puis la compagnie américaine Delta Air Lines avec cinq A220-100 supplémentaires, des appareils disposant de la masse maximale au décollage (MTOW) augmentée de 2,3 tonnes.

Le constructeur européen a enregistré ces autres commandes : deux exemplaires de l’A320neo d’Atlantic Airways des Îles Féroé ;  16 A330-900, 10 A321XLR et 5 A320neo (contrat ferme), ainsi que 10 autres A321neo en option de la compagnie philippine Cebu Pacific ; 65 nouveaux monocouloirs Airbus de la famille A320neo, dont 35 appareils en option de la Saudi Arabian Airlines et 253 A321neo d’AirAsia ; 14 A330-900 (dont 8 A330neo fermes) de la britannique Virgin Atlantic.

Boeing tient bon

Bien qu’ébranlé par les récents accidents de son 737 Max, Boeing tient le coup. Au 53e salon du Bourget, son carnet de contrats s’étoffe. Le constructeur américain a enregistré une lettre d’intention portant sur l’acquisition de six Boeing 777F de China Airlines pour moderniser sa flotte et soutenir ses opérations vers l’Amérique du Nord et l’Europe. IAG a également réitéré sa confiance en Boeing en signant une lettre d’intention pour jusqu’à 200 737 MAX 8 et 10 d’une valeur de 24 milliards de dollars. Notons aussi Air Lease qui a augmenté sa commande de Boeing 787-9 de cinq appareils et Korean Air qui a acquis trente 787, vingt en version -10 et dix de plus en version -9.

Outre les marchés de ces gros constructeurs, relevons les bonnes affaires réalisées par le brésilien Embraer et le japonais Mitsubishi Aircraft.

Embraer suit la cadence

Embraer a reçu des commandes de Binter (deux nouveaux E195-E2), de Fuji Dream Airlines (deux nouveaux Embraer E175 en commande ferme) et d’United Airlines Express (39 appareils, vingt en commande ferme et dix-neuf options). Quant à Mitsubishi Aircraft, il tient son premier client depuis le lancement du SpaceJet M100. L’avionneur japonais a signé un protocole d’accord avec un client nord-américain portant sur l’acquisition de quinze appareils.

Betterave : Süedzucker ne cèdera pas ses sites français de Saint Louis Sucre

Une pancarte lors d'une manifestation contre la fermeture de l'usine de Cagny

 

Le groupe allemand Südzucker, numéro un du raffinage du sucre en Europe, a annoncé ce jeudi qu’il n’envisageait pas céder à un repreneur ses sites en France de Saint Louis Sucre. Il compte tout bonnement arrêter la production de ces usines. Une décision qui n’est pas du goût de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB).

« Saint Louis Sucre ne vendra pas ses sites de production »

Le groupe allemand Südzucker a indiqué, ce jeudi 23 mai, qu’il ne compte pas céder ses sites français de Saint Louis Sucre, mais en arrêter tout simplement la production. « Saint Louis Sucre ne vendra pas ses sites de production », a déclaré dans un communiqué le président du directoire de Südzucker, Wolfgang Heer. Il précise en outre que : « Nous n’arrêtons pas la production de sucre pour la proposer à d’autres acteurs, mais bien pour retirer des capacités du marché ».

Un arrêt de la production prévu depuis plusieurs mois

Ces fermetures d’usine en France s’inscrivent dans le cadre de son plan de restructuration annoncé en février 2019. Ce dernier prévoit l’arrêt de plusieurs sucreries du groupe en Europe, parmi lesquels ceux de France que sont Cagny (Calvados) et Eppeville (Somme), qui comptent respectivement  85 salariés et 132 employés.

Cette décision a été prise en réaction contre l’effondrement mondial des cours du sucre, après la fin en 2017 des quotas instaurés dans l’Union européenne. Le groupe allemand pointe aussi du doigt la surproduction du sucre en France., un problème que la reprise des sites ne résoudra pas. Selon lui, la France produit en moyenne deux fois plus de sucre qu’elle n’en consomme.

Südzucker n’a pas tenu parole

Cette annonce du groupe allemand ne plaît pas du tout à la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) qui envisage, si besoin se faisait sentir, d’enjamber Südzucker pour négocier directement une reprise des sites avec les actionnaires du groupe. Elle a déclaré qu’elle « ne laisserait Südzucker imposer des fermetures iniques et sauvages ».

La CBG révèle qu’elle avait monté un projet de reprise des deux sites via une coopérative détenue par des planteurs et que « Le groupe allemand s’était engagé à étudier scrupuleusement l’offre de reprise des planteurs français pour les usines de Cagny et Eppeville et de revenir vers la CGB sous trois semaines à réception de la dite offre ».

Et contre toute attente, Südzucker décide de façon unilatérale de l’arrêt de la production sans même avoir étudié l’offre de la CBG. Ce qui est inacceptable pour les planteurs de betterave.

 

Transport urbain : RATP et Airbus signent un partenariat pour construire des navettes autonomes

Un passager dans un hélicoptère

 

La RATP et Airbus veulent transporter les Parisiens dans des navettes autonomes, d’ici à cinq ans. C’est dans le cadre de ce projet qu’un partenariat a été signé, ce mercredi 15 mai, par Catherine Guillouard, Présidente-directrice générale du groupe RATP et Guillaume Faury, PDG d’Airbus.

«Les vols autonomes ne font plus partie de la science-fiction »

Dans cinq ans les Parisiens pourraient voir voler au-dessus de leurs têtes des navettes autonomes et même les emprunter pour se déplacer, s’ils n’ont pas une peur bleue de ce type d’engin. Ce moyen de transport pourrait être déployé d’ici à 2025. C’est en tout cas ce que prévoient la RATP et Airbus qui ont signé ce mercredi un partenariat visant à étudier la faisabilité de services de mobilité aérienne urbaine en Île-de France. Selon Guillaume Faury, PDG d’Airbus, «Les vols autonomes ne font plus partie de la science-fiction » pour ceux qui croient encore qu’on leur raconte des choses à dormir debout. « Aujourd’hui, nous disposons des briques techniques, mais il faut les harmoniser afin de les intégrer dans la vie quotidienne des usagers sans remettre en cause note priorité, la sécurité.», a expliqué le président exécutif du constructeur aéronautique européen, lors du sommet Tech For Good.

Des courses en navettes de 1 à 2 euros au kilomètre

En matière de véhicules volants autonomes, Airbus a déjà une certaine expérience. En effet, le groupe a déjà mis au point des prototypes de taxi volant électrique à décollage et atterrissage vertical. Les phases de tests continuent, avant une probable commercialisation d’ici à 2020.

Avec la RATP, il s’agira de mettre en place un service de transport commun accessible au grand public avec des navettes qui s’intègrent parfaitement dans le paysage urbain. Elles comprendront de quatre à six places pour un coût de 1 à 2 euros au kilomètre.

Pour Catherine Guillouard, PDG de la RATP, il est primordial que son groupe développe « de nouvelles mobilités et de nouveaux services en faveur de la ville intelligente de demain».

Proposer aux voyageurs, le meilleur des deux

Le partenariat entre la RATP et Airbus s’inscrit dans le cadre du projet MaaS (Mobility as a service), qui permettra d’offrir à la clientèle des services de transport bénéficiant de l’expertise des deux groupes en matière de mobilité durable et partagée.

Japon : Nissan devrait repousser une proposition de fusion de Renault

Logo de Nissan

 

D’après le quotidien économique japonais Nikkei, Nissan devrait repousser une demande de fusion de son partenaire Renault et demander également un rééquilibrage des participations capitalistiques. Le constructeur nippon estime qu’une fusion avec l’actionnaire français accentuerait les inégalités qu’il dénonce jusqu’ici au sein de l’alliance.

Une fusion renforcerait l’inégalité actuelle

Quitter l’alliance pour une fusion avec Renault ? Pas question pour Nissan. En tout cas c’est ce que rapporte le journal économique japonais Nikkei. Il a annoncé que Nissan va rejeter une proposition de Renault d’une intégration plus poussée au niveau du management. Toujours selon le quotidien, le constructeur nippon devrait également demander une participation capitalistique plus équilibrée.

La direction de Nissan estime que la marque japonaise n’a pas bénéficié d’un traitement équitable jusqu’ici et qu’avec une fusion cette inégalité de traitement deviendrait permanente, rapporte le Nikkei, qui cite des sources proches du dossier.

Nissan et Renault se refusent à tout commentaire

Approché par la presse pour avoir la confirmation de cette information de Nikkei, Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan, a refusé tout commentaire. « Ce n’est pas le moment de penser à de telles choses », a déclaré le patron du constructeur japonais à des journalistes qui l’attendaient devant son domicile à Tokyo. « Pour le moment nous nous concentrons sur l’amélioration des résultats de Nissan. S’il vous plaît laissez-nous le temps d’y parvenir », a-t-il ajouté avant de laisser à la porte une mer de micro.

Même attitude du côté de Renault qui préfère garder le silence radio sur sa supposée proposition.

Fin mars 2019, le Financial Times avait rapporté que Renault voulait relancer d’ici 12 mois les discussions en vue d’une fusion avec son partenaire japonais, toujours plus réticent et méfiant. Pour décider Nissan à sauter les deux pieds joints dans une fusion, Renault fait valoir, dans sa proposition, qu’une intégration plus poussée permettrait d’optimiser les synergies au sein de l’alliance franco-japonaise.

Nissan redoute-t-il d’être aspiré par Renault ?

Malheureusement Nissan regarde encore d’un mauvais œil l’actualité de l’alliance et le rapport de force. En effet, Renault, qui a sauvé Nissan de la faillite il y a 20 ans, détient 43,4% du capital du constructeur japonais, qui de son côté n’a que 15% du groupe français, sans droit de vote. A cela il faut ajouter l’affaire Carlos Ghosn, à l’origine de vives spéculations depuis plusieurs mois. Le patron français déchu de Nissan et de Renault est accusé de malversations financières. Mais jusqu’ici il dément les charges portées contre lui et se dit victime d’un complot des responsables de Nissan, qui seraient opposés à un resserrement des liens avec la firme au losange.

Rappelons que l’alliance entre Renault et Nissan a été fondée en 1999 puis élargie en 2016 à Mitsubishi Motors.

 

Agroalimentaire : Sill bénéficie d’un financement de 180 millions d’euros de la BEI

Dans l'usine de Sill avec les vaches à lait

Le groupe industriel Sill a annoncé ce lundi le déblocage, par la Banque européenne d’investissement (BEI), d’un financement de 180 millions d’euros pour la construction de sa future tour de séchage au lait à Landivisiau (Finistère). Cet investissement permettra en outre d’effectuer de vastes travaux dans les huit usines du groupe déjà existantes.

Un financement mobilisé par la BEI et un pool bancaire

Le lundi 25 mars, Sill a annoncé la disponibilité de 180 millions d’euros pour la construction de sa future tour de séchage au lait à Landivisiau, dans le Finistère. La Banque européenne d’investissement (BEI), qui a mobilisé les fonds, a participé à hauteur de 40 millions d’euros. Le reste du financement est l’affaire d’un pool bancaire emmené par Arkea. Ce pool est composé de six banques que sont : CIC Ouest, Société générale, Caisse régionale de Credit Agricole du Finistère, la Bank of China, la Caisse d’Epargne de Bretagne et Pays de Loire.

Still est la troisième entreprise laitière française financée par la BEI, ces trois dernières années, grâce à son plan d’investissement pour l’Europe, baptisé « plan Juncker ». Avant Sill, il y a eu le groupe les Maîtres Laitiers du Cotentin en 2016 et Sodiaal en janvier 2019, portés respectivement par un investissement de 55 millions et de 40 millions d’euros. Au total, le plan Juncker (2015-2020), a permis à la BEI de prêter 11,7 milliards d’euros à des entreprises françaises sur 70 milliards dans toute l’Europe.

Ambroise Fayolle, vice-président de la BEI, a déclaré qu’à travers ce financement à hauteur de 180 millions, l’institution bancaire européenne « vient soutenir une entreprise du tissu économique breton en lui offrant des financements à long terme permettant d’assurer ses investissements industriels ».

Le financement divisé en deux parties

L’enveloppe mise à la disposition de l’industriel Sill sera répartie en deux. D’une part 85 millions seront investis dans la construction de sa tour de séchage au lait à Landivisiau, dans le Finistère, qui devrait être opérationnelle en 2021. Cette usine ambitionne avoir « une production prévisionnelle de 18 000 tonnes par an exclusivement destinée à l’exportation ». Les marchés visés sont la Chine, le Moyen-Orient et l’Afrique selon le groupe.

D’autre part, les 85 autres millions d’euros restants serviront à des travaux au sein des huit usines du groupe. Chaque site bénéficiera de 10 à 15 millions d’euros sur cinq ans pour renouveler son matériel et relancer ses activités.

Sill compte plus de 1400 salariés

Installé depuis 1962 à Plouvien, dans le Finistère, Sill emploie plus de 1 400 salariés, auxquels devraient s’ajouter 60 autres de la tour de séchage. Le groupe industriel est spécialisé dans la production de beurre et de produits laitiers. Ses principales marques sont Le Gall, Malo et Le Petit Basque. Il exerce également dans la restauration avec les plats cuisinés, fournis par Artique et Primel.

 

Airbus : Un A380 avec un magnifique design “Tortue” livré à All Nippon Airways

Un Airbus A380 avec une livrée "Tortue" bleue

Airbus a livré ce mercredi 20 mars, à son usine d’assemblage de Toulouse-Blagnac, le premier des trois A380 commandés par la compagnie japonaise All Nippon Airways (ANA). Ce premier exemplaire destiné à la liaison Tokyo-Honolulu arbore une magnifique livrée « Tortue » bleue. Ce design répond au besoin de sensibiliser sur la préservation de la célèbre tortue marine de l’ïle Hawaï.

Un avion pour célébrer la magnifique Tortue d’Hawaï

Les patrons d’Airbus et de Rolls Royce, Tom Enders et Chris Cholerton, ont livré ce mercredi, au PDG de All Nippon Airways (ANA), Shinya Katanozaka, un A380 baptisé « Fly Honu ». C’est le premier des trois A380 que la compagnie japonaise a commandés. La cérémonie de remise du gros porteur d’Airbus a eu lieu sur son site d’assemblage de Toulouse-Blagnac. Cet avion, qui reliera Tokyo à Honolulu arbore un design particulier. Il représente en effet une tortue de mer bleue en référence à celle qui peuple les eaux de l’île américaine. All Nippon Airways (ANA) s’étant engagée à lutter pour la préservation de cette espèce de tortue menacée de disparition.

Un magnifique design et un travail d’équipe

La torture, ou plutôt l’avion, affiche un grand sourire et des yeux amicaux au niveau du Cockpit. La couleur de sa carlingue est un ensemble complexe de seize (16) nuances de bleu. Il aura fallu trois semaines aux équipes d’Airbus pour peindre ce design exceptionnel. Ce travail a été réalisé dans les entrepôts d’Airbus de Hambourg, en Allemagne. Mais c’est bien l’usine d’assemblage de Toulouse-Blagnac qui fit la version brute de fonderie. Quant aux différentes pièces constitutives de ce bijou aéronautique, elles proviennent d’Allemagne, du Royaume-Uni, d’Espagne et de France.

Taillé pour répondre à une forte demande nationale pour l’île américaine

« Fly Honu » peut accueillir 520 passagers repartis en quatre classes de voyage : la première classe avec huit (8) sièges de luxe, la classe affaires avec 56, la catégorie Premium avec 73 sièges et la classe économie qui compte 383 sièges.

Ce superjumbo permettra à la compagnie aérienne ANA de répondre à la forte demande touristique des Japonais pour la destination Hawaï. De fait, les Japonais sont de plus en plus nombreux à s’envoler sur l’île américaine aux moindres de leurs congés.

42 autres A380 attendus dont 2 pour ANA

Après « Fly Honu » et sa livrée « Tortue », deux autres A380 seront montés pour ANA. Le deuxième, probablement livré en juillet 2019, arborera des couleurs vertes et le troisième une livrée orange. Airbus produira 40 autres exemplaires de ce gros porteur pour d’autres clients. Huit (8) sortiront cette année des hangars du constructeur européen.

Economie française: Une croissance de 0,4% prévue ce trimestre

Selon une prévision de la Banque de France, l’économie française devrait connaitre une légère embellie au premier trimestre 2019. Une bonne nouvelle quand on sait que la croissance économique française n’a jamais dépassé la barre de 0,3% toute l’année dernière.

La Banque centrale de France et l’Insee s’accordent sur le chiffre de 0,4%

A en croire la Banque de France, la croissance économique française devrait atteindre 0,4% au premier trimestre 2019, un léger rebond de 0,1% en comparaison du dernier trimestre 2018. Cette estimation du Produit Intérieur Brut (PIB) est conforme aux prévisions de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (Insee) qui avait également tablé sur une croissance économique de l’ordre de 0,4%.

La Banque de France explique cette légère embellie du PIB par le dynamisme du secteur du bâtiment. Les BPT ont reçu des carnets de commandes « très bien garnis », note l’institution bancaire. Si les patrons des entreprises du bâtiment se frottent les mains, ce n’est pas le cas d’autres industries qui rencontrent des difficultés.

Le secteur de l’aéronautique et de la chimie par exemple ont subi une baisse des activités. Cette situation devrait prendre fin dès ce mois de février 2019, prédisent les patrons. C’est le même climat morose du côté des services, parmi lesquels la restauration et l’hébergement. Mais, comme l’aéronautique et la chimie, les activités vont connaître une accélération dès la fin de ce mois.

La tendance sera à l’épargne et non à la consommation

Cette croissance du PIB va certainement ravir l’Elysée et Matignon qui font face à la crise des Gilets Jaunes depuis plusieurs semaines. Pourtant le bout du tunnel n’est toujours pas à l’horizon. C’est un bol d’air frais dont ils profiteront au maximum car l’économie française tient bien le coup.

La croissance économique devrait surtout profiter aux ménages français dont le pouvoir d’achat pourrait attendre 440 euros par foyer en 2019, à en croire les statistiques. Mais pour la Commission européenne l’heure ne sera pas à la consommation, plutôt à l’épargne, en raison de la conjoncture.

Même si ce premier trimestre sème des graines d’optimisme dans les cœurs, le Gouvernement français reste réaliste. Pour le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, la croissance de 1,7% prévue en 2019 sera revue à la baisse puisqu’à l’échelle européenne, les perspectives économiques n’enchantent pas.

 

Des batardeaux pour mieux réguler les eaux

On les voit très souvent le long des rivières, des fleuves mais aussi de de nombreuses surfaces d’eau calme. Ces étonnantes structures sont en réalité des barrages provisoires qui permettent une retenue d’eau provisoire. Le but est de retenir l’eau afin de travailler sur un sol sec. D’autres sont employés comme des systèmes amovibles anti-inondation.

Qu’ils soient installés sur une digue, au bord d’un cours d’eau ou -plus rarement- sur un bateau, tous les batardeaux sont installés et montés afin de réaliser des travaux de réparation, construction, nettoiement dans un contexte sec et donc propice à un bon déroulement des tâches. Le plus souvent, les batardeaux sont réalisés en plâtre ou en ciment afin d’être rapidement mis en fonction.

Il existe actuellementplusieurs types de batardeaux spécialisés. Les modèles dit « de chantiers » sont les plus temporaire et ne sont maintenus en l’état que le temps d’un chantier près. Peu chers, robustes et utilitaires, ils sont d’excellentes solutions pour étanchéifier une zone de travail. Bien plus imposants dû fait de leur emploi, les batardeaux pour voix fluviales sont mis en place sur des canaux larges de plusieurs mètres afin de régler des problèmes de maintenance en toute sécurité mais aussi de réguler débit et niveau de l’eau. La pose nécessite bien souvent l’intervention d’une barge afin d’être déposés dans des réservations prévues lors des travaux. Le troisième groupe de batardeaux est celui des modèles dits « d’assainissement ». Leur principale particularité est d’être dotés de glissières latérales en inox afin de résister au mieux au pouvoir corrosif de l’eau en phase d’assainissement.

En cas d’application au contact d’eau potable, l’aluminium est remplacé par de l’inox pour des raisons sanitaires évidentes. Pour une pose rapide, les poutrelles sont préassemblées et disposées à l’aide d’engins de levage.

Les Gilets Jaunes misent tout sur les raffineries

Après la mobilisation de ce week-end qui a rassemblé au moins 240.000 personnes samedi sur 2.000 points de rassemblements, les Gilets Jaunes se sont heurtés à la fin de non-recevoir d’Edouard Philippe qui assuré maintenir le cap de la politique fiscale du gouvernement. En réaction, bloquer les raffineries devrait être leur nouvel objectif afin de paralyser l’économie du pays pour forcer la majorité à céder.

La nouvelle méthode pourrait bien faire reculer le gouvernement. En 2016, la CGT avait organisé la panne sèche du pays et les forces de l’ordre avaient dû reprendre une par une les raffineries. Ce matin, cinq dépôts étaient totalement bloqués :  les dépôts de Vern-sur-Seiche, près de Rennes, de Portes-lès-Valence, dans la Drôme, de Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône, de Port de la Palice-La Rochelle, et de Lespinasse, près de Toulouse.

D’après un représentant des Gilets Jaunes, il y aurait en réalité plus de dépôts bloqués, au moins une dizaine. Il assume la nouvelle stratégie : « On veut désormais bloquer les raffineries et les dépôts industriels pour avoir un impact économique ». D’autres objectifs sont bloqués comme des péages ou des ronds-points. Laëtitia Dewalle, représentante des Gilets Jaunes dans le Val-d’Oise, assument également le blocage de ces points économiques importants et mise sur la convergence des forces : « Un changement de stratégie ? Non, nous maintenons nous aussi le cap, et avec fermeté. On avait dit que des routiers nous rejoindraient, ainsi que des agriculteurs, tout ça est en train de se mettre en place ».

Sur BFMTV, l’éditorialiste économique Nicolas Doze confirme l’intérêt de la stratégie : « Il est certain que c’est en bloquant ce type de sites que vous paralysez le pays, que vous provoquez des pénuries et des files d’attente devant les stations, c’est très très efficace ».

1 2 3 4