Le Royaume-Uni à court de main-d’œuvre

Le gouvernement britannique oppose l’octroi des visas de travail temporaires à la crise économique que traverse le pays. Une conséquence des facteurs combinant du Brexit et de la pandémie du Covid-19.

Même si la comparaison paraît tirée par les cheveux selon nombre d’analystes, certains citoyens britanniques ne résistent pas à l’envie de convoquer les souvenirs de la grave crise de 1970 face à celle que vit le pays depuis plusieurs quelques semaines. Tant les similitudes sont nombreuses, entre les longues files d’attente dans les stations-service, la hausse des prix du carburant, les étagères vides dans les rayons de supermarchés, la crainte de l’inflation.

Cette situation préjudiciable à plusieurs pans de l’économie nationale est en tout cas suffisamment sérieuse pour mériter l’infléchissement de la politique migratoire du chef du gouvernement. Boris Johnson a en effet annoncé samedi 25 septembre, la délivrance de plus de dix mille visas de travail temporaire afin d’attirer de la main-d’œuvre. Valable durant les trois prochains mois, le précieux sésame sera principalement destiné à des secteurs stratégiques de l’économie, dont les chauffeurs étrangers, devenus un véritable luxe pour l’industrie de l’acheminement des marchandises.

Le Brexit puis le Covid

La dernière étape du processus de Brexit en janvier a mis sens dessus dessous un marché du travail britannique déjà bien chancelant en raison de la crise du Coronavirus. Le nombre de citoyens de l’Union européenne parti du Royaume-Uni à l’occasion de cette pandémie sans jamais revenir à cause des nouvelles exigences de visa de travail est notamment estimé à 200 000. Cela signifie que les entreprises ne peuvent plus facilement pourvoir les postes vacants avec des embauches à l’étranger. Et cette incapacité laisse des trous béants dans plusieurs secteurs de l’économie. Celui du transport et de la logistique principalement dont les besoins sont estimés à 15 000 au moins pour un approvisionnement commercial conséquent d’ici la période de noël.

D’où le relatif scepticisme de certains face aux mesures annoncées par un Premier ministre plus que jamais sous pression face à la dure réalité des lendemains de la sortie de l’UE. Ruby McGregor-Smith, patronne de la Chambre de commerce britannique indique notamment que le nombre de visas promis est insuffisant. Quand des analystes estiment que les entreprises britanniques vont devoir, en plus de recruter à tour de bras, se montrer très compétitives au plan salarial pour attirer une main-d’œuvre très prisée dans une Europe post-pandémie. Plusieurs entrepôts du pays indiquent d’ores et déjà à Reuters avoir fait monter leur salaire de 30 % pour grossir les effectifs.

France : le Prime Day d’Amazon ne fait pas que des heureux

Le géant du e-commerce a programmé sa promotion annuelle pour les 21 et 22 juin prochains. Au grand dam des commerçants traditionnels contraints d’attendre huit jours supplémentaires pour le début des soldes fixés cette année au 30 juin.

C’est un rendez-vous devenu incontournable pour les marchands du web depuis quelques années. Celui que les consommateurs attendent avec impatience pour profiter des bons plans d’achat sur Amazon. Le Prime Day, traditionnelles journées promotionnelles du leader mondial du e-commerce va se dérouler les 21 et 22 juin prochains.

Alors que les clients s’excitent à l’idée de pouvoir profiter de cette occasion unique dans l’année, le mécontentement sourd dans le rang de certains commerçants concurrents d’Amazon. Et pour cause, la date retenue par la plateforme du commerce électronique pour sa super-promo a été changée. Traditionnellement organisé en juillet, le Prime Day est avancé de quelques semaines cette année. Ce qui n’arrange pas les petits commerçants des boutiques dont la baisse des prix n’interviendra que fin juin avec le début des soldes d’été. Ils s’en sont d’ailleurs plaints dans une tribune collective parue dans le Journal du dimanche (JDD) le 13 juin. Le texte dénonce notamment l’attitude « cynique » du géant de Seattle et appelle le ministère de l’Économie à veiller à un traitement équitable entre les différents commerces. D’autant que, ajoutent les plaignants, Amazon est dispensé du paiement de l’impôt sur les sociétés en France.

Un besoin de consommation amplifiée par le contexte

On sait peu de choses sur les raisons de l’avancement de la date du Prime Day par Amazon. L’entreprise n’ayant donné aucune indication sur le sujet. Une hypothèse existe cependant. Et elle tient selon certains à la nouvelle réforme fiscale concernant les marketplace opérant au sein de l’Union européenne. Celle-ci oblige notamment à compter du 1er juillet, les plateformes de commerce en ligne à reverser à l’État, une taxe de 20 % sur tous les produits partants des pays hors de l’UE. Une TVA qui ne concernait jusqu’ici que les produits de plus de 22 euros.

Les petits commerçants grincent des dents, mais pas les professionnels du web. Car en dehors d’Amazon et de la clientèle en grand besoin de consommation après des mois de confinement, nombre d’acteurs de l’écosystème numérique trouvent leur compte dans le Prime Day. C’est le cas des applications de shopping en ligne dont les téléchargements flambent. Des firmes comme Nike ou Wallmart y vont aussi de leurs offres promotionnelles dans la même période afin de profiter de l’effet d’opportunité.

Le marché des appareils électroniques menacé par une pénurie de semi-conducteurs

Le secteur des téléphones portables, tablettes, consoles et autres gadgets électroniques risque de connaître une année 2021 particulièrement difficile. La raison est due à une pénurie de semi-conducteurs en cours dans le monde.

C’est généralement le cas pour chaque nouveau téléphone d’Apple, mais le coût des prochains iPhones va très probablement connaître une hausse encore plus importante que les précédentes. Le phénomène qui risque de toucher tout le secteur des appareils électroniques est favorisé par une pénurie de semi-conducteurs sur le marché mondial. Alors que la demande bat des records, ce matériau indispensable à la bonne marche des appareils électroniques est actuellement introuvable.

Cette situation tient en un ensemble de facteurs. En effet, beaucoup de firmes ont vu leur chaîne d’approvisionnement se rétrécir avec la crise du Coronavirus et ses nombreuses restrictions. Conséquence : les fournisseurs de ces puces électroniques sont sevrés. D’un autre côté, les fabricants dont les usines tournent au ralenti ne parviennent pas à honorer une demande de plus en plus croissante. Ils sont notamment contraints de revoir leur mode de production. Cet enchaînement de dommages impacte négativement les entreprises comme Apple ou Huawei, incapables de produire des téléphones en quantité suffisante. C’est le cas de certains modèles d’iPhone 12 insuffisamment disponibles sur le marché.

Guerre commerciale et accaparement de stocks

La guerre commerciale qui fait rage entre la Chine et les États-Unis n’arrange pas les choses. Washington qui accuse Pékin d’espionnage refuse que ses entreprises livrent des semi-conducteurs à la firme chinoise. Cette dernière a donc essayé tant bien que mal depuis quelques mois de minimiser l’impact d’une telle décision sur ses productions d’appareils électroniques en accumulant le plus de stocks possible. Une stratégie que plusieurs de ses concurrents de Huawei ont imitée. Par ailleurs, une autre bataille se joue autour des semi-conducteurs entre les fabricants de téléphones et ceux spécialisés dans la fabrication d’autres appareils électroniques.

Tout cela renforce la situation de pénurie observée actuellement sur le marché et dont les effets se font d’ores et déjà sentir. Des consoles de jeux dont la PlayStation 5 de Sony et la Xbox Series de Microsoft sont en rupture seulement quelques mois après leur lancement. Au grand dam des gamers qui se ruent en vain dans les magasins en ces temps de Covid-19.

Selon les spécialistes, la situation pourrait durer encore plusieurs mois. À moins que les campagnes de vaccination en cours aux quatre coins du globe ne viennent remettre les différentes chaînes d’approvisionnement à l’endroit.

France : le gouvernement vend de l’espoir aux restaurateurs

Le secteur de la restauration française n’en peut plus des restrictions anti-coronavirus. Alors que la grogne se multiplie et que la colère sourd, l’Etat tente d’apaiser la situation. Le ministre des PME, Alain Griset, a ainsi fait savoir ce mardi que les restaurants pourraient être à nouveau autorisés à ouvrir en cas de baisse significative des contaminations journalières.

Cette crise du coronavirus n’est pas ressentie par tous de la même façon. Il y a ces secteurs dont le télétravail contribue à apaiser un tant soit peu le choc. Puis il y a les autres secteurs incompatibles avec le télétravail et qui vivent la crise de plein fouet, à l’image de la filière restauration. Interdits d’accueillir du monde dans leurs enceintes depuis le retour des restrictions, les restaurants s’en remettent à la vente à emporter. Sans grand succès cependant. Une situation qui risque de mettre plusieurs établissements à genoux. Les risques de dépôt de bilan étant de plus en plus nombreux. Au moins 30 % des structures du secteur envisageraient de fermer définitivement boutique, selon un sondage réalisé en novembre dernier par le Groupement national des indépendants.

Juste une promesse à offrir pour l’instant

Face à cette situation difficile, le gouvernement joue la carte de la promesse. Ce mardi, le ministre des PME a notamment indiqué qu’une réouverture des restaurants pourrait être envisagée une fois la barre des contaminations au covid en dessous de 10 000 cas par jour. Une gageure quand on sait que la France tourne actuellement autour de 20 000 nouvelles contaminations journalières, dans un contexte de multiplication des variants. Pour parvenir à cet objectif, Alain Griset table sur la responsabilité de la population en attendant le vaccin. Un message à peine voilé à ces acteurs de la restauration de plus en plus réfractaires aux mesures sanitaires. Nombreux avaient d’ailleurs appelé à la désobéissance lundi 1er février en vue de protester. L’objectif était de servir les clients à table malgré l’interdiction des autorités. Mais le mouvement a fait pschitt.

Malgré la colère, beaucoup n’ont pas osé franchir le pas, craignant de devoir dire adieu au fonds de solidarité promis par l’État aux entreprises fermées en ces temps de pandémie sur décision administrative. Le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait en effet pris les devants ces derniers jours en menaçant ceux qui braveraient les interdictions. Le but est de couper court à toute velléité de rébellion susceptible de faire l’objet d’un effet domino dans d’autres secteurs d’activité économique.

A lire aussi : Arnaud de Puyfontaine (Vivendi) parraine la promotion grandes écoles 2020

Les écoles de commerce préparent-elles les étudiants à de grandes carrières ?

De nombreux experts estiment qu’avoir une formation dans une école de commerce est un bon investissement. Ces écoles sont de plus en plus sollicitées par les étudiants souhaitant avoir de bonnes études supérieures. Comment donc bien choisir son école de commerce ?

Les motivations des étudiants pour intégrer une école de commerce varient selon les circonstances et dépend également de leur projet professionnel. D’autres décident d’intégrer ces écoles lorsqu’ils se sentent perdus et ne savent quoi choisir.

L’atout principal des écoles de commerce porte sur les types des parcours qu’elles proposent. Il s’agit des cursus souvent spécialisés, pluridisciplinaires ainsi qu’une bonne qualité d’enseignement avec des méthodes innovantes et plus pédagogiques.

Il existe aujourd’hui plus de 380 écoles de commerce en France et chacune d’elles est différente de l’autre à cause des spécificités qu’elles proposent et cela impacte le cout des frais.« Pour justifier les frais de scolarité, les écoles présentent cette dépense comme un investissement », a déclaré Sophie Blanchard, professeur de sociologie spécialisée dans l’éducation à l’université de Toulouse 2.

Pour cette raison que le choix de l’école qui correspond aux besoins est extrêmement important. « Je recommande de bien regarder que l’école dans laquelle vous voulez vous inscrire délivre bien le grade de master à ses étudiants niveau bac+5. Pour les post-bacs, les concours Sésame ou Accès sont des gages de qualité. On peut aussi consulter les classements, mais cela ne doit pas être le seul critère de choix » a déclaré Sophie Rouzaud, conseillère d’orientation à Paris pour le réseau Tonavenir. Cette dernière a également attiré l’attention des étudiants sur l’importance d’assister aux journées portes ouvertes et de consulter les forums pour prendre connaissance des parcours proposés et des avis des anciens étudiants.

Les stations de ski craignent une saison hivernale à vide

Les professionnels du ski parient sur l’ouverture de leurs activités avant les vacances d’hiver – le 6 février – afin de limiter les pertes déjà énormes occasionnées depuis le début de la crise du coronavirus.

Plus question de rester plus longtemps fermées. Après les restrictions du 7 janvier dernier, la reprise devient urgente. Pour les acteurs du ski, le spectre d’une saison hivernale sans activités n’est pas envisageable

. Le secteur est financièrement à l’agonie et les compensations de l’État n’y changent pas grand-chose. Au risque de sombrer davantage dans la crise économique favorisée par la pandémie, les professionnels de la neige implorent le gouvernement d’autoriser l’ouverture des stations, ne serait-ce que partiellement, une semaine avant les vacances d’hiver prévues pour le 6 février. Cela est d’autant plus vital que cette période représente traditionnellement au moins 30% des revenus. Une bouffée d’oxygène pour un secteur déjà privé de revenus à Noël avec des pertes de l’ordre du milliard d’euros.

Le gouvernement attendu mercredi 20 janvier pour faire le point sur les dernières mesures anti-coronavirus refuse pour l’heure de dévoiler ses cartes, laissant les professionnels du ski dans l’angoisse. Le ministre de l’Economie, Bruno Lemaire a notamment indiqué lundi que l’État n’entend pas aggraver la situation sanitaire à l’heure où le nouveau variant du Covid-19 a déjà fait son incursion en France. Il n’y a pourtant aucune raison de s’inquiéter d’un cluster à la montagne, selon plusieurs acteurs. La neige et l’ouverture des massifs seraient moins propices à une vague de contamination, à en croire ces derniers.

Réinventer le ski

Cette situation délétère a fini de convaincre certains d’une nécessité de changement de modèle économique pour la montagne, trop dépendante du ski alpin. Les remontées mécaniques sont en effet devenues au fil des âges, incontournables dans les stations de sports d’hiver. Néanmoins, des pistes de solution destinées à mettre la saison estivale davantage à profit, sont de plus en plus explorées. Car avant la crise sanitaire, le changement climatique avait déjà rendu aléatoire la survie de ce secteur dont dépendent des dizaines de milliers d’emplois. Il faut désormais aller vers la diversification, au risque de disparaitre. Le VTT, le trail, la luge sont entre autres alternatives expérimentées, même si les revenus qui en proviennent restent encore très peu conséquents. Comment faire donc plus de chiffres d’affaires à la montagne sans ski ? Tout le casse-tête de milliers de professionnels.

L’augmentation du commerce en ligne depuis le début du confinement

La crise sanitaire a clairement favorisé le commerce en ligne et a accéléré les ventes. Ce secteur n’a donc pas été touché par la pandémie, mais a continué à se développer

Ces derniers temps et notamment pendant le confinement, le commerce en ligne a été sollicité plus qu’avant car ce mode de business permet d’effectuer des achats plus librement grâce au shopping en ligne. Amazon, un des géants du e-commerce a déclaré avoir eu une augmentation de 40% de son chiffre d’affaires depuis le confinement. Cdiscount a également connu presque la même augmentation qu’Amazon depuis mai 2020.

2,6 millions de Français ont acheté pour la première fois un vêtement en ligne. Le e-commerce constituait 1% de la consommation totale des français avant la crise sanitaire et se doublera d’ici fin 2020. «Il représentera probablement entre 13 et 14% des ventes de produits en 2020, contre 10% l’an dernier”, selon Marc Lolivier, directeur général de la Fevad.

Fnac Darty, qui s’est trouvé contraint de fermer ces 880 magasins en France, a converti son activité depuis le 19 mars en pure online, tout en garantissant la sécurité de ses employés dans les entrepôts. Les commandes en ligne sur le site de la Fnac ont également connu une forte croissance depuis le début du confinement. Ainsi, Décathlon qui a pu vendre plus de 2,5 millions d’articles malgré la fermeture de 325 magasins en France. De plus, comme les salles de sport étaient fermées, les enseignes Décathlon ont pu bénéficier de la vente des produits de sport tels que les produits de fitness dont les tapis et le matériel nécessaire ainsi que des tables de ping-pong.

 

 

 

 

Pays-de-la-Loire : entre 15 et 20% des petites entreprises menacées de fermeture à cause du confinement

Dans une boulangerie.

 

L’U2P, première organisation patronale française, craint une « vague de fermetures » en 2021 en Pays-de-la-Loire. Sa nouvelle présidente dans cette région estime qu’entre 15 % et 20 % des petites entreprises risquent de fermer pour l’année à venir.

« Les aides ne pourront pas se substituer éternellement à la réalité économique »

En Pays-de-la-Loire, le confinement va faire très mal aux petites entreprises. Selon l’U2P, le syndicat patronal des TPE-PME dans le secteur de l’artisanat, du commerce de proximité et des professions libérales, entre 15 % et 20 % de ces petites entreprises sont « en instance de fermetures pour l’année à venir ». « On n’échappera pas à une vague de fermetures en 2021 », prévient Fanny Reyre-Menard, la toute nouvelle présidente de l’U2P en Pays-de-la-Loire, qui représente plus de 125.000 entreprises et 180.000 salariés.

« Jusque-là, les aides et le chômage partiel ont permis d’éviter un grand nombre de défaillances. Mais ces aides ne pourront pas se substituer éternellement à la réalité économique. D’après les retours que nous avons, ça risque de se compliquer ces prochains mois », ajoute-elle. Mais, « On va, en tout cas, tout mettre en œuvre pour éviter cela. Et peut-être que la reprise sera plus rapide que prévu. », rassure la responsable syndicale.

Jusqu’à 30% de pertes pour les petites entreprises

Fanny Reyre-Menard constate que certaines activités ont pu tirer leur épingle du jeu. Malheureusement, la baisse des chiffres d’affaires en 2020 s’établit à « au moins 20 % » dans l’artisanat et le commerce. Pis, « ces données cachent des écarts extrêmement importants entre des entreprises qui ont eu une chute d’activité drastique et d’autres non. La capacité des entreprises à encaisser ces difficultés au niveau de leur trésorerie est également très variable », souligne-t-elle.

Même des commerces considérés « essentiels », comme les traiteurs et boulangeries, ont souffert d’un manque clients dû au télétravail ou aux annulations en cascade dans l’événementiel, rapporte l’U2P. Le syndicat patronal évoque des pertes de -30 % chez les charcutiers-traiteurs et -25 % chez les boulangers.

Une énorme pression pour rattraper le maximum en un mois

Ainsi, le moral des patrons de petites entreprises est atteint. « Il y a beaucoup de souffrance, de la colère, de l’épuisement. Le deuxième confinement a été extrêmement difficile à vivre. Il faut que tout le monde prenne ça en considération : les pouvoirs publics, les clients », confie Fanny Reyre-Menard. Dans un tel contexte, « on est très heureux de reprendre le travail. Mais on a aussi une énorme pression parce qu’on se met en tête d’essayer de rattraper le maximum en un mois. Il faudra qu’on soit tous indulgents », conclut-elle.

Fonds de solidarité : les fleuristes rassurés par son élargissement, mais restent prudents

Une femme avec des fleurs en main.

 

Bruno Le Maire a annoncé jeudi l’élargissement du Fonds de solidarité à de nouvelles activités, fortement touchées par les restrictions sanitaires. Parmi les nouveaux bénéficiaires, les fleuristes, qui se disent rassurés. Mais ils restent prudents concernant notamment l’évolution des pertes d’emplois.

A l’occasion d’une conférence de presse commune avec le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, le jeudi 8 octobre, Bruno Le Maire a annoncé l’élargissement du Fonds de solidarité à de nouvelles activités, fortement touchées par les restrictions sanitaires. Réservé depuis juillet aux secteurs du tourisme, de l’événementiel, de la culture et du sport, ce fonds s’ouvrira également aux entreprises de moins de 50 salariés (contre 20 auparavant) et celles qui enregistrent 70 % de chiffre d’affaires en moins (contre 80 % jusqu’ici).

Selon le ministre de l’Economie, « Les entrepreneurs concernés peuvent bénéficier de ce fonds sur une base déclaratoire, avec la plus grande simplicité en se rendant sur le site impots.gouv.fr ». Il s’agit notamment des photographes, des blanchisseries-teintureries, des métiers des arts de la table et des fleuristes. Ces derniers ont souffert de l’arrêt des cérémonies et autres évènements.

Plus de mariages, de fêtes de famille, de séminaires…

Les mesures du ministre de l’Économie « vont dans le bon sens », souligne sur franceinfo Mickaël Mercier, le président de Val’Hor, l’interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage. « Prendre en compte le fait que les fleuristes puissent rentrer dans le dispositif d’aide aux entreprises travaillant dans l’événementiel, c’est effectivement se rendre compte qu’il y a un vrai souci pour tout le secteur des fleuristes », ajoute-t-il. Il rappelle à juste titre qu’il n’y a pas eu « de mariages, il n’y a pas de fêtes de famille ou très peu, il n’y a pas eu de salons, de séminaires, les grands hôtels sont fermés » depuis des mois. Mickaël Mercier évalue le manque à gagner à « 20% du chiffre d’affaires ».

3 600 emplois déjà perdus dans la fleuristerie

L’interprofession a mené une grande étude avec un cabinet d’audit au niveau national pour l’ensemble du secteur. Elle révèle qu’il y a eu environ 3 600 emplois perdus depuis le début de la crise sanitaire. Et ce chiffre pourrait grimper car de nombreux fleuristes pensent à fermer boutique avant la fin d’année. « Il faut être en alerte », lance donc Mickaël Mercier. L’interprofession va suivre l’évolution des pertes d’emploi de près « avec l’étude des bilans des entreprises. Mais c’est un secteur fragile, qui travaille un produit vivant et qu’il faut absolument aider », a-t-il informé.

Vache folle : le Japon lève les dernières restrictions sur les exportations de viande de bœuf française

Des vaches dans un elévage en France.

 

Le Japon a levé vendredi les dernières restrictions sanitaires qui pesaient sur l’exportation de viande de bœuf française sur son territoire, a annoncé le gouvernement français. Cette décision intervient près de 20 ans après la crise de la vache folle qui avait motivé cet embargo.

L’embargo instauré par le Japon à plusieurs pays européens au début des années 2000 en raison de la maladie dite de la vache folle (encéphalopathie spongiforme bovine) vient d’être totalement levé. « Le Japon a officiellement levé ce jour l’ensemble des restrictions sanitaires qui pesaient encore sur l’exportation de la viande de bœuf française vers ce pays », saluent les ministères français des Affaires étrangères et de l’Agriculture dans un communiqué. « Un dernier cycle de négociations vient d’aboutir à la levée complète de l’embargo japonais », ajoutent-ils.

Un adoucissement de l’embargo en vigueur depuis 2013

Tokyo avait banni en 1996 les importations de bœuf britannique en raison de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), avant d’étendre l’interdiction à l’ensemble de l’Union européenne au début des années 2000. Il avait ensuite rouvert progressivement son marché à plusieurs pays, la France étant autorisée depuis 2013 à exporter des viandes bovines issues d’animaux de moins de 30 mois.

Dans une note d’avril 2019, l’ambassade de France au Japon relevait que l’archipel avait importé pour moins de deux millions d’euros de viande bovine française en 2018, dans un marché « largement dominé par l’Australie et les Etats-Unis ». L’Hexagone reste néanmoins le sixième exportateur avec des gains potentiels importants pour les producteurs français.

La filière bénéficiera de l’accord de partenariat économique entre l’UE et le Japon

La levée totale des restrictions « offre de nouvelles perspectives commerciales à la filière bovine française. Elle peut désormais exporter au Japon de la viande sans limite d’âge, y compris des viandes hachées », précisent les ministères français des Affaires étrangères et de l’Agriculture dans un communiqué.

Les ministères soulignent en outre que « les débouchés de la filière bovine française au Japon bénéficieront également des avancées de l’accord de partenariat économique » entre l’UE et le Japon, entré en vigueur en février 2019. « Les droits de douane pour la viande bovine française et européenne importée au Japon ont déjà été significativement diminués, et cette diminution est amenée à se poursuivre dans les prochaines années », font-ils valoir.

1 2 3 5