Vache folle : le Japon lève les dernières restrictions sur les exportations de viande de bœuf française

Des vaches dans un elévage en France.

 

Le Japon a levé vendredi les dernières restrictions sanitaires qui pesaient sur l’exportation de viande de bœuf française sur son territoire, a annoncé le gouvernement français. Cette décision intervient près de 20 ans après la crise de la vache folle qui avait motivé cet embargo.

L’embargo instauré par le Japon à plusieurs pays européens au début des années 2000 en raison de la maladie dite de la vache folle (encéphalopathie spongiforme bovine) vient d’être totalement levé. « Le Japon a officiellement levé ce jour l’ensemble des restrictions sanitaires qui pesaient encore sur l’exportation de la viande de bœuf française vers ce pays », saluent les ministères français des Affaires étrangères et de l’Agriculture dans un communiqué. « Un dernier cycle de négociations vient d’aboutir à la levée complète de l’embargo japonais », ajoutent-ils.

Un adoucissement de l’embargo en vigueur depuis 2013

Tokyo avait banni en 1996 les importations de bœuf britannique en raison de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), avant d’étendre l’interdiction à l’ensemble de l’Union européenne au début des années 2000. Il avait ensuite rouvert progressivement son marché à plusieurs pays, la France étant autorisée depuis 2013 à exporter des viandes bovines issues d’animaux de moins de 30 mois.

Dans une note d’avril 2019, l’ambassade de France au Japon relevait que l’archipel avait importé pour moins de deux millions d’euros de viande bovine française en 2018, dans un marché « largement dominé par l’Australie et les Etats-Unis ». L’Hexagone reste néanmoins le sixième exportateur avec des gains potentiels importants pour les producteurs français.

La filière bénéficiera de l’accord de partenariat économique entre l’UE et le Japon

La levée totale des restrictions « offre de nouvelles perspectives commerciales à la filière bovine française. Elle peut désormais exporter au Japon de la viande sans limite d’âge, y compris des viandes hachées », précisent les ministères français des Affaires étrangères et de l’Agriculture dans un communiqué.

Les ministères soulignent en outre que « les débouchés de la filière bovine française au Japon bénéficieront également des avancées de l’accord de partenariat économique » entre l’UE et le Japon, entré en vigueur en février 2019. « Les droits de douane pour la viande bovine française et européenne importée au Japon ont déjà été significativement diminués, et cette diminution est amenée à se poursuivre dans les prochaines années », font-ils valoir.

AliExpress : la livraison en 3 jours désormais possible

AliExpress, la plateforme d'e-commerce d'Alibaba, va réduire ses délais de livraison en France à trois jours sur les catégories les plus sollicités par les consommateurs.

 

AliExpress, la plateforme d’e-commerce d’Alibaba, va réduire ses délais de livraison en France à trois jours sur les catégories les plus sollicités par les consommateurs. Pour ce faire, le site marchand mobilise son réseau logistique Cainiao et renforce ses partenariats avec Relais Colis et la Poste.

AliExpress, la plateforme d’e-commerce du groupe Alibaba, a annoncé jeudi porter ses délais de livraison à trois jours en France. Pour y arriver, le site marchand va s’appuyer sur Cainiao, le réseau logistique chinois. « La réception des colis par les acheteurs français est alors facilitée et accélérée. En développant un réseau de partenaires sur l’ensemble du territoire français, AliExpress assure aux consommateurs une livraison dans les trois jours suivant leurs commandes sur une gamme variée de produits proposés sur la plateforme », précise l’e-commerçant dans un communiqué.

La mise en place du dispositif répond à une demande des consommateurs de l’Hexagone qui se plaignaient des délais de livraison trop longs, en comparaison avec ceux des concurrents américain et français Amazon et Cdiscount. Et ce, en dépit de l’existence d’un centre logistique du groupe à Liège, en Belgique.

Dans un premier temps, AliExpress choisit de se concentrer sur les catégories de produits les plus populaires sur le marché français. La livraison en trois jours se fera donc sur plusieurs produits high-tech, la décoration, la maison, le jardin, la mode, la beauté, le sport et les loisirs. C’est notamment le cas de l’aspirateur sans fil Xiaomi, un des tops ventes auprès des consommateurs français sur AliExpress. Il est désormais disponible dans un délai de livraison de trois jours.

Bientôt l’ensemble des produits et des catégories concerné

Afin de parvenir à livrer en trois jours, AliExpress renforce également ses partenariats locaux, avec La Poste ou Relais Colis par exemple, et continue de travailler sur son réseau en France. Sur le long terme, AliExpress souhaite améliorer sa logistique auprès des consommateurs français sur l’ensemble des produits et des catégories proposés sur sa plateforme. « Nous continuons de déployer nos efforts pour proposer de plus en plus de produits en livraison rapide », a souligné Cheer Zhang, Directrice du service consommateurs et marchés internationaux.

Un projet de construction d’un entrepôt dans les cartons ?

Le groupe explore par ailleurs d’autres moyens de coopération avec des acteurs logistiques locaux, notamment pour la livraison de gros colis et la livraison de marchandises lourdes dans le but de rendre meilleur ses services auprès des consommateurs français. En outre, selon des informations de nos confrères de Sud-Ouest datées de fin mai, un projet de construction d’un entrepôt de 71.000m2 serait à l’étude. Alibaba n’a pas confirmé cette rumeur.

Amazon : des caméras thermiques déployées dans des entrepôts contre le coronavirus

Entrepôt de collects et retours d'Amazon à South Street, à Philadelphie (Etats Unis).

 

Amazon.com tente d’accélérer le dépistage dans ses entrepôts afin de rassurer ses salariés et améliorer les conditions sanitaires dans lesquelles ils travaillent. C’est pourquoi, il a installé des caméras thermiques dans des entrepôts pour dépister les travailleurs à la recherche de signes du nouveau coronavirus.

Amazon s’inquiète pour la santé et la sécurité de ses employés

Des sources internes et des posts sur les réseaux sociaux indiquent qu’Amazon utilise actuellement des caméras thermiques dans six entrepôts aux Etats-Unis, dans les zones de Los Angeles et de Seattle, pour accélérer le dépistage des travailleurs fiévreux susceptibles d’être infectés par le coronavirus. La fièvre étant l’un des symptômes les plus courants de la covid-19, avec la fatigue et la toux sèche, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) .

Le géant du e-commerce a confirmé que certains sites ont été équipés, à l’instar de ce qui se fait dans les aéroports asiatiques depuis l’épidémie de SRAS en 2003. Ces appareils peuvent coûter entre 5 000 et 20 000 dollars. « Nous avons mis en place des contrôles de température quotidiens dans nos sites d’exploitation comme mesure préventive supplémentaire pour soutenir la santé et la sécurité de nos employés qui continuent de fournir un service essentiel dans nos communautés », a déclaré Amazon. « Nous mettons actuellement en œuvre l’utilisation de caméras thermiques pour le contrôle de la température afin de créer une expérience plus rationalisée sur certains de nos sites », ajoute le groupe de Jeff Bezos.

Un employé mort du coronavirus en début de mois

Les caméras thermiques mesurent la quantité de chaleur dégagée par les employés par rapport à leur environnement. Ils nécessitent moins de temps et de contact que les thermomètres frontaux, adoptés auparavant par Amazon, ont déclaré les travailleurs.

Amazon a signalé, ces derniers jours, des cas de coronavirus parmi le personnel de plus de 50 de ses entrepôts américains. Un travailleur d’une installation en Californie est même décédé après avoir contracté covid-19 . L’entreprise allègue que l’employé a attrapé la maladie pendant ses vacances et n’a pas été en contact avec ses collègues depuis le 6 mars. Mais certains salariés, s’inquiétant pour leur sécurité, ont tout de même quitté leur travail. Les syndicats et les élus ont appelé Amazon à fermer les bâtiments.

Un débrayage virtuel des employés prévu le 24 avril

En France, Amazon a fermé temporairement six de ses centres de distribution, après qu’un tribunal a constaté que les conditions de sécurité étaient mauvaises dans ses entrepôts. Pour se rattraper, le géant du commerce en ligne a annoncé la distribution de maques à ses salariés, tout en effectuant des contrôles de température avec un thermomètre frontal.

Malgré cela, les employés d’Amazon préparent un débrayage virtuel le 24 avril dans le but de protester contre le licenciement récent de deux employés qui se sont prononcés contre les conditions dans les entrepôts de l’entreprise et le manque de protection pour les travailleurs en première ligne.

Boissons énergisantes : PepsiCo s’offre Rockstar

Des canettes de sodas Pepsi.

 

Le géant des sodas et des snacks PepsiCo a annoncé mercredi avoir trouvé un accord pour acquérir le spécialiste des boissons énergisantes Rockstar. Coût de l’opération : 3,85 milliards de dollars. Le groupe américain entend ainsi affronter l’autrichien Red Bull qui domine ce marché et se démarquer de son éternel concurrent Coca-Cola.

« Nous pensons prendre une part de marché significative de ce segment »

PepsiCo a annoncé mercredi dans un communiqué qu’il va débourser 3,85 milliards de dollars pour devenir propriétaire de Rockstar. Fondée en 2001 et basée à las Vegas, cette société produit une trentaine de boissons prisées par les stars et les sportifs de haut de niveau, particulièrement les fans de sports extrêmes. Elle est le numéro 3 mondial de ce segment. Selon Euromonitor International, Rockstar détient 8,9 % du marché, assez loin de Monster, détenu en partie par Coca-Cola (50 %) et de l’autrichien Redbull (26,1 %).

Avec cette acquisition, PepsiCo entend affronter le leader de ce marché, l’autrichien Red Bull (52%), mais aussi se démarquer de son rival historique Coca-Cola pour dominer l’industrie des boissons non-alcoolisées aux Etats Unis. « Au fil du temps, nous pensons prendre une part de marché significative de ce segment en forte croissance et très rentable, et créer de nouveaux partenariats dans le domaine des boissons énergétiques », a déclaré dans un communiqué le PDG de PepsiCo, Ramon Laguarta.

PepsiCo poursuit sa stratégie de diversification

PepsiCo, propriétaire des marques de jus de fruits Mountain Dew Kickstart, les boissons GameFuel et AMP, était déjà en affaire avec Rockstar dont il possède une licence pour distribuer les produits en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada et Mexique) depuis 2009. Mais cet accord de distribution limitait le développement de ses propres marques. En intégrant Rockstar, le géant américain des sodas prendra le contrôle total de la distribution de son portefeuille et pourra vendre d’autres marques.

L’acquisition de Rockstar par PepsiCo est la première grosse opération réalisée depuis que Ramon Laguarta a pris les manettes du groupe, en 2018, en remplacement d’Indra Nooyi. Le groupe poursuit ainsi sa stratégie de diversification, alors que les ventes de sodas sucrés baissent aux Etats-Unis, du fait de leur association aux maladies comme le diabète et à l’obésité. Toutes les marques lancent, ces derniers mois, des versions sans sucre de leurs recettes et se positionnent sur des segments plus porteurs, comme l’eau en bouteille, l’eau pétillante, les jus de fruit ou encore le café.

Un marché en forte croissance depuis plusieurs années

L’an dernier, selon Euromonitor, les ventes de boissons énergisantes ont progressé de 10,5 % dans le monde, à 43 milliards de dollars (dont 14 milliards aux Etats-Unis). En France, les ventes de boissons énergisantes ont représenté 223 millions d’euros en 2018 et ont connu une croissance annuelle de 5% entre 2013 et 2018. Les analystes misent sur une croissance prévisionnelle de 8% jusqu’à 2025.

France : Coca-Cola va investir 1 milliard d’euros sur cinq ans

Des bouteilles de Coca Cola entassées.

 

Le groupe américain Coca-Cola et son embouteilleur en France prévoient d’investir ensemble jusqu’à un milliard d’euros sur cinq ans. Cet investissement servira notamment à la construction d’une nouvelle ligne d’embouteillage à Dunkerque et au lancement de nouveaux produits de la firme américaine sur le marché français.

Coca-Cola et son embouteilleur en France comptent investir jusqu’à un milliard d’euros sur cinq ans. L’annonce a été faite par les deux groupes dimanche, à la veille de « Choose France», manifestation consacrée à l’attractivité de la France pour les investissements étrangers. « L’annonce d’aujourd’hui démontre notre engagement continu envers la France en apportant une contribution durable à l’économie et à la société pour les années à venir », a déclaré le PDG du groupe américain, James Quincey, cité dans un communiqué.

Ce plan d’investissement fera l’objet d’une rencontre entre James Quincey et le Président Emmanuel Macron lundi dans le cadre de « Choose France », organisé à Versailles.

Coca-Cola ne détient que 18% de son embouteilleur

Coca-Cola European Partners (CCEP), embouteilleur indépendant dont le groupe américain Coca-Cola ne détient que 18%, va investir 500 millions d’euros pour renforcer encore son réseau de production et de distribution. Après avoir déjà investi 350 millions d’euros depuis 2013 dans ses cinq usines en France, CCEP compte équiper en 2020 le site de Dunkerque (Nord) « d’une ligne d’embouteillage aseptique de pointe ». Ce montant permettra également « d’introduire une plus grande quantité de matériaux recyclés dans les bouteilles ou les canettes et de remplacer le plastique par le carton pour les emballages secondaires », indique CCEP dans un communiqué.

Coca-Cola veut renforcer sa position de leader 

Quant à Coca-Cola Company, la maison-mère américaine, elle va apporter 500 millions d’euros pour « soutenir le développement de ses marques actuelles et introduire de nouveaux produits sur le marché français ». Après le lancement de Fuze Tea et l’acquisition de la marque française de boissons aux fruits Tropico en 2018, Coca-Cola envisage avec ce financement de « renforcer sa position de leader » et d’« accélérer son entrée dans de nouvelles catégories de boissons ». « Ces investissements permettront de soutenir le développement de ses marques dans les médias, par des expériences de marques ou par des partenariats stratégiques, comme le soutien aux Jeux Olympiques de Paris 2024 », explique la marque américaine de soda.

Le groupe Coca-Cola emploie en France plus de 2.800 personnes.

Hong Kong : pour son entrée en Bourse, Alibaba vise 12,5 milliards d’euros

Logo du groupe Alibaba, leader du commerce en ligne en Chine

 

Alibaba a annoncé ce vendredi qu’il allait faire son entrée à la Bourse de Hong kong, avec une offre de titres qui pourrait lui rapporter jusqu’à 12,5 milliards d’euros. Le géant chinois du commerce électronique est déjà coté à Wall Street où il s’est introduit en 2014, pour 25 milliards de dollars, soit un record mondial absolu pour une introduction en Bourse.

Le géant chinois du e-commerce, du cloud, du divertissement, du paiement en ligne Alibaba se lance en Bourse à Hong-Kong, cinq ans après son introduction record sur le Nasdaq, où le groupe avait levé 25 milliards de dollars. Cette fois, l’entreprise fondée en 1999 par le milliardaire Jack Ma espère récolter plus de 12 milliards d’euros sur les marchés pour accélérer son développement mondiale. dans un communiqué, Alibaba a en effet indiqué qu’il offrirait jusqu’à 575 millions d’actions aux investisseurs au prix unitaire maximum de 188 dollars de Hongkong, soit un total de 13,8 milliards de dollars US ou 12,5 milliards d’euros.

« Pour une jeune entreprise qui n’a que 20 ans, c’est un nouveau départ »

Ce montant est légèrement inférieur aux dernières estimations. Le quotidien de Hongkong South China Morning Post, qui appartient à Alibaba, annonçait mercredi que le groupe prévoyait de lever jusqu’à 15 milliards de dollars US, ce qui en aurait fait la plus grosse introduction en Bourse dans l’ex-colonie britannique depuis 2010. Quoiqu’il en soit, « Pour une jeune entreprise qui n’a que 20 ans, c’est un nouveau départ », s’est félicité le PDG du groupe, Daniel Zhang, dans une lettre aux investisseurs. Il a aussi tenu à adresser un signe de confiance à Hong Kong, après cinq mois de violentes manifestations contre le régime communiste de Pékin. « En cette période de changements, nous continuons à croire que l’avenir de Hong Kong reste resplendissant. Nous espérons contribuer, à notre manière, à l’avenir de Hong Kong », a-t-il déclaré.

L’introduction d’Alibaba à la Bourse de Hong Kong devrait donc ravir Pékin qui souhaite voir davantage de grandes entreprises chinoises cotées en Asie.

Un milliard de consommateurs en Chine d’ici à 2025

L’argent récolté lors de l’entrée en Bourse à Hong-Kong servira à déployer le groupe au niveau mondial, avec l’objectif d’atteindre un milliard de consommateurs en Chine d’ici à 2025, soit les deux tiers de la population globale de 1,4 milliard d’habitants, et 2 milliards de consommateurs dans le monde d’ici à 2036.

Jambon et saucisses : les prix devraient augmenter de 5 à 15% selon le PDG d’Herta

Du jambon découpé en morceaux

 

Le PDG d’Herta a annoncé cette semaine que les prix du « jambon et des saucisses» devaient augmenter de « 5 à 15% » pour les consommateurs français. Cette hausse des prix serait la conséquence de la peste porcine qui sévit en Afrique et en Asie, principalement en Chine.

Les prix du jambon et des saucisses devraient augmenter de « 5 à 15% » dans les magasins, a annoncé vendredi 20 septembre sur franceinfo Arnaud de Belloy, PDG d’Herta France. Cette hausse soudaine des prix serait La conséquence de la peste porcine qui décime les cheptels en Afrique et en Asie, mais aussi les achats chinois qui provoquent une hausse des cours mondiaux. Le PDG du groupe Herta a expliqué que les cours mondiaux « montent à la production de façon très importante, ils ont monté de 45% depuis le début de l’année. Obligatoirement ils finiront par monter au niveau des jambons, des saucisses. C’est impossible autrement » pour les prix de vente.

« Il n’y a aucune raison que ça baisse pour le moment »

Cette hausse « entre 5 et 15% va dépendre de la hausse des matières premières. Les entreprises de charcuterie sont prises en étau avec cette montée des prix, elles sont obligées de répercuter, leurs prix et leurs coûts de revient », a averti le PDG d’Herta France. Arnaud de Belloy assure qu’ « il n’y a aucune raison que ça baisse pour le moment puisqu’il y a un manque énorme. Il y a une baisse considérable de la production en Chine. Le pays était à 54 millions de tonnes, on va baisser de 12 millions et sans doute la baisse totale va être de 20 millions, donc c’est colossal. Il y a un besoin énorme pour la Chine de protéines animales et de porc ». Le jambon est pourtant un produit très populaire et très consommé dans les familles françaises. Dans les rayons des supermarchés, il est présent à la découpe ou déjà emballé. Une telle hausse aurait donc un impact très négatif sur les foyers français.

La peste porcine, une épidémie qui décime le cheptel

Contagieuse pour l’animal, mais pas pour l’homme, la peste porcine a été identifiée pour la première fois en Afrique. Ce virus très résistant touche les porcs et les sangliers. Pour stopper sa propagation, la seule solution pour l’instant est d’abattre le cheptel. Ce qui n’est pas une bonne affaire pour les éleveurs.

 

Soldes d’été 2019 : la prolongation se joue dans certains départements

Des habits accrochés à des ceintres dans un magasin

 

Les soldes d’été ont officiellement pris fin le mardi 6 août 2019, mais dans certains départements ils jouent les prolongations pendant une à deux semaines. Quant aux départements d’outre-mer, certains ont commencé il y a trois semaines, quand d’autres attendront dans un voire deux mois.

Les soldes 2019 sont officiellement terminés dans la majeure partie de la France, depuis le mardi 6 août 2019. Ainsi, si vous comptez encore profiter de promotions exceptionnelles, il vous faudra vous rendre dans les départements où les soldes sont en cours ou n’ont pas encore commencé.

Les derniers départements de l’Hexagone

En effet, le calendrier diffère selon que le département soit en Hexagone ou en outre-mer. En Hexagone, les soldes sont pratiquement terminés. Mais certains départements, en raison de leur statut touristique ou limitrophe, bénéficient de dérogations. C’est le cas des Alpes-Maritimes et des Pyrénées-Orientales, où ils se refermeront ce mardi 13 août 2019. En Corse du Nord et du Sud, les soldes prendront fin le 20 août 2019, après avoir ouvert le 10 juillet dernier, une semaine après le top départ dans les Alpes-Maritimes et les Pyrénées-Orientales.

Qu’en est-il des DOM ?

Dans les départements d’outre-mer, les dates des soldes 2019 varient également. A Saint-Pierre-et-Miquelon les promotions ont débuté le mercredi 17 juillet et se termineront le mardi 27 août 2019. En Guadeloupe, les soldes seront seulement lancés le samedi 28 septembre pour prendre fin le vendredi 8 novembre 2019. Notons qu’en Martinique et Guyane, ils se dérouleront du jeudi 3 octobre au mercredi 13 novembre 2019 et à Saint-Barthélémy et Saint-Martin du samedi 12 octobre au vendredi 22 novembre 2019. Quant à la Réunion, les prochains soldes sont ceux d’hiver. Ils s’étaleront du samedi 7 septembre au vendredi 18 octobre 2019.

Il faut savoir que 2019 est la dernière année durant laquelle les soldes durent six semaines. Dès le mois de janvier 2020, les soldes d’hiver se contenteront de quatre semaines en vertu de la loi Pacte sur la croissance et la transformation des entreprises, entrée en vigueur le 22 mai dernier. Cette loi a été adoptée pour doper la consommation.

De bons soldes 2019 en dépit de la canicule

Selon le constat de la FNH (Fédération nationale de l’habillement), le bilan des soldes estivaux est plutôt positif, malgré la canicule. La fréquentation des boutiques a augmenté de 1,5% durant cette période. Le plus encouragent c’est que le panier moyen a progressé de 6%. Des chiffres qui mettent du baume au cœur des commerçants dont les ventes ont été impactées l’hiver dernier par le mouvement des « gilets jaunes ».

Conforama : 32 magasins bientôt fermés et 1900 postes supprimés

Logo de Conforama

 

Conforama, propriété du groupe sud-africain Steinhoff depuis 2012, va bientôt fermer 32 de ses magasins et supprimer 1900 postes. Cette décision s’inscrit dans le cadre d’un plan de « transformation profonde et nécessaire », a indiqué l’enseigne cette semaine.

Un comité central d’entreprise se tiendra le jeudi 11 juillet

Conforama ne va pas bien. L’enseigne a décidé de s’alléger un peu pour mieux redécoller. Pour cela, elle prévoit la fermeture prochaine de 32 magasins Conforama et de 10 magasins Maison Dépôt, selon son communiqué. Au moins 1900 postes seront également supprimés. Ces mesures répondent à un « projet d’évolution de l’organisation de ses activités en France », qui lui-même découle de la « nécessité pour Conforama de réduire ses pertes et revenir à l’équilibre ».

Un comité central d’entreprise (CCE) devait se tenir le mardi matin, en vue de détailler un plan de restructuration. Mais les participants ont brillé par leur absence. Une autre CCE a donc été programmé pour le jeudi 11 juillet prochain, a indiqué une source syndicale.

« Un retour à l’équilibre dans les deux ans »

La direction de l’entreprise a expliqué les raisons de ces fermetures de magasins et de cette réduction du personnel dans un communiqué. Elle relève d’abord que « depuis 2013, Conforama en France a cumulé des pertes qui s’élèvent à près de 500 millions d’euros ». Ensuite l’enseigne n’a pas su s’adapter efficacement aux « mutations profondes du secteur de la distribution et plus particulièrement celui de la distribution spécialisée ». Enfin Conforama fait face à une concurrence exacerbée et des modes de consommation qui évoluent rapidement.

Conséquence logique : des pertes immenses et des difficultés financières, auxquelles s’ajoutent celles de Steinhoff, le détenteur de l’entreprise. La direction explique qu’il fallait donc prendre « des mesures fortes et rapides afin d’assurer la pérennité de Conforama et de sauvegarder le plus d’emplois possible sur le long terme ». Ce plan de transformation devrait permettre à Conforama de connaître « un retour à l’équilibre dans les deux ans ». En 2018, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires hors taxes de 3,4 milliards d’euros.

Les employés critiquent les investissements de la direction

Face à ce projet qui menace leurs emplois et leur avenir, les salariés sont complètement abattus. Certains accusent la direction d’avoir vendangé les profits de l’entreprise dans des investissements improductifs. Par exemple, le groupe est l’un des sponsors de la Ligue 1 de football, à laquelle il verse huit millions d’euros par an. Mais il devrait céder ce titre à la plate-forme de livraison de repas à domicile Uber Eats à partir de la saison 2020-2021. Ces financements « dans le foot là il aurait mieux fallu [les] faire dans la modernisation des produits et des magasins », grogne un employé.

Etats Unis : Plus de 600 entreprises demandent à Trump de cesser le conflit commercial avec la Chine

le siège de l'administration américaine à Chicago

 

Plus de 600 sociétés et associations américaines, dont Walmart et Target Corp, ont écrit une lettre à Donald Trump, lui demandant de mettre un terme au conflit commercial avec la Chine. Ces entreprises estiment que les tarifs douaniers affectent durement leurs activités, ainsi que les consommateurs américains.

Dans une lettre publiée jeudi, 661 sociétés et associations américaines (dont 150 groupes commerciaux représentant les secteurs de l’agriculture, de la fabrication, du commerce de détail et des technologies) ont exhorté Donald Trump à mettre fin au conflit commercial avec la Chine. Les signataires du courrier, parmi lesquels Walmart, le géant mondial de la distribution, arguent que les tarifs douaniers plombent leurs activités et affectent les consommateurs américains.

L’on peut « punir » la Chine sans taxer les Américains

« Nous convenons que nos partenaires commerciaux doivent respecter les règles du commerce mondial et nous soutenons les efforts de l’administration pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales, y compris les violations de la propriété intellectuelle, le transfert forcé de technologie, etc. », concèdent d’emblée ces entreprises. Toutefois, soulignent-elles, « Nous encourageons l’administration à négocier un accord solide avec la Chine, qui s’attaque aux problèmes structurels de longue date, améliore la compétitivité mondiale des États-Unis et supprime les droits de douane. Nous croyons que cet objectif peut être atteint sans taxer les Américains ».

Un appel au bon sens de Donald Trump

Les grands groupes américains se disent extrêmement « préoccupés par l’escalade des tarifs douanier » qui « auront un impact significatif, négatif et à long terme sur les entreprises, les agriculteurs, les familles et l’économie américaines ». « Les droits de douane au sens large ne constituent pas un outil efficace pour changer les pratiques commerciales déloyales de la Chine », insistent-ils. Les signataires de la lettre indiquent que ce sont les entreprises américaines qui paient la note et non la Chine. « Selon Trade Partnership Worldwide LLC, des droits de douane de 25% sur des importations supplémentaires de 300 milliards de dollars (combinés à l’impact des droits de douane déjà appliqués et des mesures de rétorsion) entraîneraient la perte de plus de 2 millions d’emplois aux États-Unis, ce qui entraînerait des coûts supplémentaires de 2 000 dollars pour les États-Unis », préviennent les grands groupes US.

C’est pourquoi ils demandent à l’administration Trump de « revenir à la table des négociations tout en travaillant avec nos alliés à la recherche de solutions globales applicables » car « L’intensification de la guerre commerciale n’est pas dans l’intérêt du pays et les deux parties vont perdre ».

G20 d’Osaka, la rencontre de la dernière chance ?

Cette lettre intervient alors que les tensions commerciales entre Washington et Pékin se sont aggravées depuis le mois dernier. Les deux parties devraient se rencontrer au sommet du G20 à Osaka les 28 et 29 juin. Donald Trump a déclaré qu’il décidera à cette occasion d’imposer ou non des droits de douane sur près de l’ensemble des importations de produits chinois.

1 2 3 4