Tickets restaurants : pourquoi les refus se multiplient

Les salariés constatent, ces derniers mois, que les enseignes et les commerces refusent les tickets restaurants, qu’ils soient au format papier ou carte. Cette situation trouve ses origines dans la guerre que se livrent les commerces et les opérateurs.

Inventé dans les années 1960 par Jacques Borel, le titre restaurant a énormément gagné en popularité ces dernières années. En particulier pendant l’épidémie de Covid-19, au cours de laquelle le gouvernement a relevé le plafond d’utilisation quotidienne, tout en étendant son usage au paiement de courses alimentaires dans la grande distribution. Aujourd’hui, plus de 5 millions de salariés utilisent ces chèques repas dans 234.000 établissements et commerces agréés.

Le montant quotidien relevé l’année dernière

Payée en moyenne pour moitié par l’employeur (de manière volontaire) et pour moitié par le salarié, le titre restaurant (ticket restaurant, chèque déjeuner, pass restaurant…) permet au travailleur de payer son repas s’il n’y a pas de cantine ou de restaurant dans son entreprise. Mais également d’acheter chez des commerçants (boulangers, traiteurs…) et grandes enseignes des denrées alimentaires. Depuis le 30 septembre 2022, son montant a été relevé de 19 à 25 euros par jour. Pour les pouvoirs publics, la facture s’élève à environ 1,5 milliard d’euros par an.

Augmentation des refus de titres par les commerces

Depuis quelques mois, les clients constatent que de plus en plus de distributeurs et de commerces refusent les tickets restaurants. C’est le cas des enseignes Aldi et Lidl et de certains magasins Leclerc, qui n’acceptent pas ou plus ce type de paiement. La loi ne les y oblige pas. Les commerces sont donc tout à fait libres de prendre les chèques restaurants comme les refuser, qu’ils soient en version papier ou carte.

Dénonciation des commissions trop élevées

Certains invoquent la faiblesse des marges pour justifier le rejet des tickets restaurants. D’autres pointent une augmentation de la commission des émetteurs, ainsi qu’un remboursement trop souvent long. Bon nombre de restaurateurs et leurs syndicats professionnels protestent contre les frais et commissions de 3 à 5 % que leur imposent les sociétés éditrices de titres restaurants. A savoir Edenred, Swile-Bimpli, Sodexo et Up Coop.

Un éclatement du remboursement

Ces quatre entreprises historiques contrôlent 99 % du marché des tickets restaurants, estimé à 7 milliards d’euros annuels. La hausse des frais s’explique par le fait que les commerçants se font rembourser par ces 4 différents comptes. Alors qu’auparavant, jusqu’au 28 février 2023, ils obtenaient le règlement auprès d’une même structure, la CRT (Centrale de règlement des titres). Celle-ci a fermé depuis.

Vers une dématérialisation des tickets

L’éclatement du remboursement induit également un rallongement du traitement. En moyenne, il faut attendre 15 jours pour avoir son dû, le temps d’empiler les chèques. Or, c’est du temps de perdu dans de la paperasse et surtout un décalage dans la trésorerie. Pour accélérer les démarches, la ministre déléguée au Commerce, Olivia Grégoire a annoncé une dématérialisation des titres restaurants avant 2026. Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a pour sa part saisi l’Autorité de la concurrence pour un éventuel encadrement du montant des commissions.

Supprimer le droit exclusif de chaque émetteur

Le régulateur a rejeté cette demande, même s’il admet l’existence de défaillances dans le marché. Il craint que la requête de Bercy ne limite le développement des nouveaux entrants et ne fasse encore flamber les frais. L’organisme recommande plutôt la suppression du droit exclusif de chaque émetteur sur l’acceptation de ses titres. Autrement dit, que les quatre opérateurs permettent aux commerçants de remettre leurs titres restaurants en paiement à l’émetteur de leur choix pour remboursement. Il juge également indispensable de rendre obligatoire la dématérialisation des titres.

Fnac Darty fait évoluer son entrepôt de Moussy-le-Neuf

Fnac Darty, leader de la distribution de produits high-tech, fait évoluer son entrepôt de Moussy-le-Neuf avec l’entreprise Savoye. Cette PME dijonnaise a intégré des mezzanines, une extension de gares en zone protégée et des gares de picking sur mezzanine.

Fnac Darty monte en cadence dans son entrepôt de Moussy-le-Neuf, d’une superficie de 35 000 m². Le leader de la distribution de produits électroniques et d’électroménagers a fait évoluer sa logistique avec l’aide de Savoye. Cette entreprise dijonnaise est spécialisée dans l’automatisation de centre de distribution de produits techniques (ordinateurs, tablettes, petit électroménager, etc.). Pour satisfaire ses clients, elle intègre des logiciels et technologies internes avec des systèmes tiers.

Montée en cadence de l’entrepôt avec la fusion de Fnac et Darty

C’est en 2009, à la suite d’un appel d’offres de Darty, que Savoye s’introduit sur le site de Moussy-le-Neuf, dédié à la logistique des produits dits techniques. L’entreprise a installé une première solution de préparation de commandes comprenant une formeuse, 44 gares de picking et 10 postes opérations spéciales.

Sept ans plus tard, avec la fusion de Fnac et Darty, l’entrepôt est monté en cadence. Il traitait désormais en moyenne 140 000 colis et deux millions de pièces par mois ainsi que 6 200 palettes par semaine. Le distributeur décide donc de faire évoluer son installation intralogistique pour répondre à la hausse de travail.

Intégration de plusieurs dispositifs

Egalement satisfait du partenariat avec Savoye, Fnac Darty reconduit l’entreprise dijonnaise qui s’appuie depuis peu sur la robotique et l’intelligence artificielle. Pour répondre aux besoins de l’enseigne, Savoye intègre deux mezzanines, une extension de 4 gares en zone protégée et 16 gares de picking sur mezzanine. Le spécialiste a créé également une zone dédiée à l’expédition des bacs et a déployé un nouveau WCS incluant la gestion du lancement en fonction du nombre de cartons sortis en gares de picking.

Poursuivre les évolutions avec Savoye

En outre, Savoye a mis en place une nouvelle génération d’automates programmables des machines de formage et de fermeture. Tous ces travaux ont été effectués sans perturber la production du site. Fnac Darty entend poursuivre ses évolutions avec l’entreprise, avec notamment l’implémentation d’analyse de données.

Par ailleurs, le distributeur compte surtout s’inscrire dans la sobriété énergétique au niveau de la logistique. Selon Khallef Chekroune, responsable maintenance industrielle des entrepôts logistiques Fnac Darty, « la nouvelle synergie a fait stratégiquement basculer la logistique » sur le site de Moussy-le-Neuf.

Totale satisfaction avec Savoye

Le retailer ajoute que l’offre proposée par Savoye lui permet d’obtenir une parfaite sécurisation de l’ensemble de son installation. Enfin, Fnac Darty dit avoir bénéficié de nouveautés et de modifications sur plusieurs points. Parmi lesquels la maintenance industrielle, le SAV et la hotline haut de gamme.

« À tous les niveaux, en termes de services ou de solutions, nous rencontrons chez Savoye des professionnels dotés d’une véritable maîtrise de leur business », assure Khallef Chekroune. Avec le retrofit sur le site de Moussy-le-Neuf, Fnac Darty espère gagner en efficacité dans l’approvisionnement des magasins.

Inflation : des négociations commerciales anticipées dès septembre

Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, a obtenu des industriels et des distributeurs une ouverture anticipée des négociations commerciales. Il souhaite qu’elles s’ouvrent dès septembre pour les 75 plus grands fabricants et en octobre pour les autres entreprises.

Chaque année, les distributeurs et les agro-industriels négocient, de décembre au 1er mars, les conditions de vente d’une large partie des produits présents dans les supermarchés. Les dernières discussions ont abouti à une augmentation de 9 % du prix moyen payé par les enseignes à leurs fournisseurs. Objectif : prendre en compte les hausses de coûts de production engendrées par l’inflation. Dans les rayons, cela s’est traduit par une progression des prix.

Ouverture anticipée des négociations 2024

Mais les cours de certaines matières premières ont décru dans les semaines suivantes. Il fallait donc revoir les tarifs pour les aligner sur l’évolution du marché. C’est dans ce sens que le gouvernement a appelé les acteurs de la distribution à revenir autour de la table des négociations commerciales le plus tôt possible. Si les retailers ont accepté de rouvrir les discussions, les fabricants, eux, ont montré une certaine réticence. Ils entendaient d’abord refaire des marges après des mois de pertes. Un objectif apparemment atteint.

Les gros industriels concernés en premier

En effet, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire annonce que les distributeurs et les industriels sont désormais d’accord pour ouvrir des négociations commerciales anticipées. Cette décision a été prise après une rencontre à Bercy jeudi dernier. Selon Bercy,  les premières négociations commerciales 2024 débuteront dès septembre pour prendre fin au plus tard le 1er janvier 2024. Elles concerneront uniquement les 75 plus gros agro-industriels, dont Pernod Ricard, Lactalis, Bonduelle, Sodebo et Bigard. Pour les milliers d’autres entreprises qui fournissent la grande distribution, les débats commenceront en octobre pour se refermer le 1er mars de l’année prochaine.

Attention à ne pas défavoriser les PME

Le président de l’Association nationale des industries alimentaires (Ania), Jean-Philippe André, a rassuré sur le fait que les grands groupes étaient d’accord sur le principe de négociations commerciales anticipées avec les supermarchés jusqu’au 31 janvier. Cependant, il souhaite que les parties prenantes fassent attention à ne pas défavoriser les PME du secteur, quel que soit le dispositif prévu. Jean-Philippe André est également content que ces discussions aient enfin lieu pour mettre fin à la suspicion selon laquelle les industriels ne veulent pas négocier.

Les industriels pointés du doigt par les enseignes de la distribution

Depuis plusieurs mois, les distributeurs accusent leurs fournisseurs de ne pas jouer le jeu des renégociations. Une attitude qui serait largement à l’origine des prix toujours élevés en rayons. Certains patrons d’enseignes ont même demandé à l’exécutif de forcer la main aux industriels. Soit en les dénonçant publiquement (« name and shame ») soit en appliquant des taxes punitives. Les retailers trouvent inacceptables de devoir faire seuls des efforts, avec notamment leurs paniers anti-inflations.

Légiférer sur le cycle des négociations commerciales

En outre, les patrons de la grande distribution critiquent la législation française qui ne prévoit qu’un round de négociations commerciales par an. Cette disposition empêche un alignement constant des prix des produits sur l’évolution du cours des matières premières. Ils voudraient pouvoir renégocier tout le long de l’année comme cela se fait chez nos voisins européens. Michel Biero, directeur exécutif des achats et du marketing chez Lidl, Alexandre Bompard, PDG du groupe Carrefour, et Michel Edouard-Leclerc, président de E.Leclerc, appellent ainsi à légiférer sur la question.

Le Prix du Roman Fnac décerné à Jean-Baptiste Andrea

Le Prix du Roman Fnac est attribué à Jean-Baptiste Andrea pour son ouvrage « Veiller sur elle », publié chez L’Iconoclaste. Le lauréat recevra sa récompense de manière officielle le 11 septembre lors d’une soirée au théâtre Édouard VII, à Paris.

C’est fait ! Le 22ᵉ Prix du Roman Fnac, leader de la distribution de produits culturels, revient à Jean-Baptiste Andrea pour « Veiller sur elle », paru aux éditions de l’Iconoclaste. L’auteur de « Ma reine » succède à Sarah Jollien-Fardel (Sabine Wespieser), qui a gagné l’an dernier avec « Sa préférée ». Il recevra officiellement son prix le 11 septembre, lors d’une soirée au Théâtre Édouard VII (Paris). Cette cérémonie est ouverte au grand public.

Primé parmi 5 romans retenus dans la short list

« Veiller sur elle » concourrait avec « Les Silences des pères » (Rachid Benzine), « Ce que je sais de toi » (Éric Chacour), « Vous ne connaissez rien de moi » (Julie Héraclès) et « Le grand secours » (Thomas B. Reverdy). Ces cinq livres sont sortis d’une sélection de 30 romans. Le jury du Prix du Roman Fnac se composait cette année de 400 libraires et de 400 adhérents Fnac. Une particularité dans le monde des prix littéraires où les délibérations sont confiées à des journalistes littéraires.

L’histoire d’amour entre deux êtres de différentes classes

Interrogé par L’Éclaireur, Jean-Baptiste Andrea s’est dit très touché par cette distinction donnée par « des libraires et des lecteurs, les gens auxquels on s’adresse en tout premier lieu ». Dans son œuvre à l’accent féministe, l’auteur raconte l’amour passionné entre deux êtres qui n’auraient jamais dû se rencontrer. A savoir Viola Orsini, l’héritière d’une riche famille de Gênes, qui souhaite sortir de sa prison dorée. Et Mimo, un apprenti sculpteur de pierre né dans la misère mais qui tente de changer son destin.

Un livre d’une actualité brûlante

Leur rencontre va changer leur vie respective, en particulier celle de Mimo. Le jeune homme deviendra artiste de génie, notamment mandaté par les Orsini. Mais que vaut sa gloire sans sa Viola ? Cette histoire se déroule dans l’Italie du XXe siècle, marquée par les deux conflits mondiaux, l’ascension du fascisme et le patriarcat. L’auteur confie avoir écrit son roman en se disant que « tout ce qu’il raconte, et qui se déroule entre 1916 et 1948, pourrait tout à fait se passer maintenant ». Avec le fascisme relaté en toile de fond, l’œuvre serait « d’une actualité brûlante ».

En ouverture de la saison des prix littéraires

« Veiller sur elle » est le 4e livre de Jean-Baptiste Andrea (52 ans). L’écrivain d’ascendance italienne a également écrit « Ma reine » (2017) primé avec le prix Femina et le Prix du premier roman. On lui doit en outre « Cent millions d’années et un jour » (2019) et « Des diables et des saints » (2021). Notons que le Prix du Roman Fnac ouvre chaque année la saison des prix littéraires. Celle-ci se poursuit en octobre et en novembre, avec le grand prix du roman de l’Académie Française, le Prix Fémina, le Prix Médicis, le prix Goncourt, le Prix Renaudot et le Prix Décembre.

De Beers renforce ses liens avec les créateurs de bijoux

De Beers a parrainé, vendredi dernier, un élégant dîner au coucher du soleil au Montauk’s Surf Lodge, à New York (Etats Unis). A cette occasion, le groupe diamantaire a honoré six créateurs indépendants qu’il soutient via Lightbox Jewelry, sa filiale chargée de commercialiser des bijoux de luxe pas chers.

The Surf Lodge de Montauk’s a organisé, le vendredi 21 juillet 2023, un élégant dîner au coucher du soleil pour célébrer le 15e anniversaire de son ouverture. Orchestrée par Jayma Cardoso, la fondatrice et directrice de l’établissement, cette rencontre a été parrainée par le groupe De Beers, leader mondial de la production et de la distribution de diamants. Lors de cet évènement, la compagnie minière a mis en lumière les pièces originales de six créateurs de bijoux indépendants qu’elle soutient via sa filiale dédiée Lightbox Jewelry.

Les designers reconnaissants du soutien de De Beers

Maggi Simpkins, designer et fondatrice de la marque de bijoux Maggi Simpkins, faisait partie de ces créateurs invités. Elle a exprimé sa reconnaissance envers les dirigeants de De Beers pour leur appui constant aux projets des joailliers indépendants. « Je suis vraiment enthousiasmé par le travail qu’ils font autour de la durabilité et des pratiques sûres », a-t-elle ajouté. En effet, le groupe diamantaire sud-africain a lancé plusieurs initiatives pour la consommation responsable et la protection de la planète. Par exemple le programme Building Forever, le projet La Route du Diamant ou encore la blockchain Tracr. On peut citer aussi Lightbox Jewelry, la filiale dédiée à la production de diamants synthétiques, qui sert à réduire son impact sur l’environnement.

Déjà réunis dans le même endroit en 2022

En 2022, Lightbox Jewelry s’était déjà associée à The Surf Lodge, l’hôtel et restaurant populaire de Montauk, pour une série d’activités bien-être. A cette occasion, plusieurs entraîneurs en vogue ont dispensé des cours de fitness et organisé des séances de bain sonore. Ils ont également animé des tables rondes sur le bien-être mental et les méditations. Lightbox en a profité pour ouvrir une boutique éphémère sur place. Les invités ont pu admirer et toucher des pièces chics et faciles à porter. Mais les achats se sont faits uniquement via des iPads, puis expédiés plus tard aux domiciles des clients pour éviter d’encombrer les acheteurs, occupés à fêter sur la plage.

Causeries, dîner somptueux et levée de fonds

En rééditant l’expérience la semaine dernière, De Beers réaffirme son attachement aux jeunes talents et aux créateurs indépendants. Notons qu’au cours de ce dîner élégant, les convives et designers ont fait autre chose que contempler les bijoux. Ils ont eu de gaies causeries sur les canapés bordant l’eau. Concernant le dîner à proprement dit, il était axé sur les fruits de mer composé de sashimi de thon, de flétan rôti et de salade d’héritage d’été. La rencontre a également servi de plateforme pour lever des fonds en faveur du musée du Montauk’s Surf Lodge, qui aide à offrir un accès et des opportunités aux personnes dans le besoin. La collecte a atteint plus de 1,2 million de dollars.

Carrefour réfléchit à une restructuration

Carrefour aurait prévu de supprimer 1.000 postes au niveau de ses sièges en France dans le cadre d’une restructuration annoncée l’année dernière. Le groupe d’Alexandre Bompard sera le deuxième de la grande distribution à se lancer dans un tel projet après Casino.

Un nouveau plan de départ volontaire

D’après des informations du quotidien la Lettre, Carrefour envisagerait de supprimer jusqu’à 1.000 postes en France, essentiellement dans ses sièges (Massy, Evry et Mondeville). A cet effet, l’enseigne aurait prévu des négociations ce mercredi avec les organisations syndicales.

Les syndicats avaient indiqué vendredi dernier sur Twitter, en marge de l’Assemblée générale du groupe, qu’une nouvelle restructuration interviendrait avant la fin d’année. La CFDT, en particulier, avait évoqué la signature d’un avenant spécifique Sièges pour un nouveau plan de départ volontaire, dont on ignore encore les modalités.

Une mutualisation pour réaliser des économies

Cette coupe dans les effectifs de Carrefour devrait permettre au distributeur de faire des économies de 4 milliards d’euros. Elle s’inscrirait dans le cadre du plan stratégique 2026 annoncé par Alexandre Bompard en novembre 2022. A l’époque, le PDG avait parlé de la nécessité de réaliser des économies de coûts, via notamment des suppressions de postes dans les sièges européens.

Le dirigeant n’avait pas donné d’indication sur l’ampleur des réductions, mais avait parlé d’un « potentiel énorme de mutualisation à exploiter » principalement au niveau des fonctions expertes et support au sein des pôles d’expertises. Cette restructuration témoigne en tout cas des difficultés de Carrefour. Et plus globalement de l’effritement de la grande distribution.

Dans le sillage des déboires du groupe Casino

Un autre groupe, Casino, connait également des problèmes depuis plusieurs mois. L’enseigne stéphanoise est engagée dans un vaste plan de désendettement qui peine à se concrétiser malgré les cessions d’actifs. Ainsi, elle risque de tomber bientôt dans l’escarcelle de nouveaux actionnaires. Casino travaille actuellement à se séparer d’un certain nombre de super et d’hypermarchés. Intermarché serait intéressé par la reprise de 180 magasins pour 1,6 milliard d’euros.

Mais cette vente ne pourra pas couvrir sa dette. Celle-ci s’élevait à 3,9 milliards d’euros à fin décembre 2020, avec des échéances de remboursement fixées à 2024. Il faudra trouver une autre source d’argent. Heureusement, deux autres investisseurs seraient prêts à fondre sur le retailer. Il s’agit de l’insatiable milliardaire Tchèque Daniel Křetínský et du groupe Teract (Jardiland, Gamm Vert, etc.).

Un modèle de distribution arrivé à ses limites

C’est dans ce contexte que le PDG de Casino, Jean-Charles Naouri, a été placé en garde à vue la semaine dernière pour « manipulation de cours de bourse ». Mais il a été très vite remis en liberté. Si cette affaire remonte à 2018 -2019 et n’a rien à voir avec les déboires actuels du groupe, elle ponctue les mésaventures du distributeur qui voit son modèle arriver à ses limites.

Son implantation dans les centres-villes, par exemple, est mise à mal par un retour vers les commerces de proximité depuis le début de la pandémie. Casino souffre également de l’inflation en raison de son positionnement haut de gamme. En dépit d’une tentative de baisse de prix générale, le groupe ne parvient toujours pas à s’en sortir…

Négociations commerciales : Bruno Le Maire met la pression

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances.

Les négociations commerciales vont-elles reprendre plus tôt que prévues ? C’est ce que souhaite Bruno Le Maire. Le ministre de l’Economie veut que la baisse des coûts de certaines matières premières se répercute très vite sur les étiquettes en rayons.

En mars, le gouvernement avait indiqué qu’une réouverture des négociations commerciales interviendrait courant 2023 pour que la baisse annoncée des prix des matières premières puisse se traduire aussi en rayons. Les dernières négociations annuelles, achevées le 1er mars sous fortes tensions, avaient abouti à une hausse moyenne de 10% des prix payés par les supermarchés aux industriels. Ces derniers ont fait valoir la nécessité d’absorber les augmentations des coûts de production (énergie, matières premières, transports, emballages…).

Les cours des matières premières ont chuté

Un mois après, alors que les renégociations sont prévues en juin, Bruno Le Maire demande de les rouvrir le plus tôt possible. Un empressement qui se justifie par le contexte. En effet, l’inflation sur les produits alimentaires a dépassé les 17% en mars, ajoutant à la gronde sociale. Le ministre de l’Economie estime d’ailleurs qu’il faut rouvrir les discussions d’autant que les cours des matières premières ont baissé ces dernières semaines. Ceux du blé, par exemple, ont chuté de 18% et ceux des engrais de moitié.

Les industriels restent prudents

Suivant cette tendance baissière, Bruno Le Maire pense que les prix en rayons devraient également reculer. C’est pourquoi, il appelle les industriels à examiner avec la plus grande attention les prochaines demandes de renégociation envoyées par les enseignes de la grande distribution. Il invite aussi les retailers à reporter sans délai les baisses de prix à venir sur les étiquettes.

L’Ania, la principale organisation patronale de l’agroalimentaire, a indiqué avoir pris acte de l’appel de Bruno Le Maire. Mais elle rappelle que ce que le ministre réclame dans le courrier est déjà inscrit dans les contrats. Elle se montre donc prudente pour la suite. Cela d’autant que les industriels n’ont pas encore bénéficié des baisses de prix sur l’énergie et certaines matières premières, à cause des contrats de fourniture longue durée.

Les enseignes attendent le geste des fournisseurs

Du côté des distributeurs, on affirme que la balle est dans le camp des fournisseurs. Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), prévient que les enseignes ne pourront pas baisser leurs tarifs si les industriels ne le font pas en premier. Il pointe le fait que les retailers ont « des marges extrêmement faibles, de l’ordre de 1 % ». Pendant que les industriels profitent de marges extrêmement élevés, de « dix ou quinze fois supérieures »… Malgré les réticences de part et d’autre, on pense que les prix devraient bientôt baisser. Mais pas au même rythme que les hausses.

Foxconn s’installe en Inde pour les besoins d’Apple

L’industriel taïwanais connu notamment comme le principal assembleur des iPhone va délocaliser une partie de ses services en Inde. Avec à la clé, la conclusion d’un contrat afin d’y concevoir les AirPods.

Entre Foxconn et Apple, les choses semblent plus que jamais au beau fixe. Le groupe industriel taïwanais spécialisé dans la fabrication de produits électroniques et à l’origine de l’assemblage d’environ 70% des iPhone va désormais concevoir les écouteurs sans fil de la marque à la pomme baptisés AirPods.

L’information provient de Reuters ce jeudi 16 mars, qui cite des sources proches du dossier. Aucun chiffre n’a pour l’instant été dévoilé quant à la quantité de la production ni à ses implications financières pour chacune des parties concernées.

Mais des détails émergent à propos du financement à consentir par Foxconn dans le cadre de cette commande, une première pour le groupe basé dans la ville chinoise de Shenzhen. Les considérations logistiques ont également filtré.

Cap sur l’Inde

Selon Reuters, Foxconn a en effet dû satisfaire à la demande d’Apple d’organiser la production des AirPods non pas en Chine comme c’est le cas des iPhone, mais en Inde. Conséquence, l’entreprise prévoit d’investir 200 millions d’euros dans le cadre de la construction d’une usine à cet effet sur le territoire indien. Précisément dans l’État de Telangana.

Cette unité de fabrication prévue pour voir le jour avant le terme de l’année prochaine, s’inscrit dans la stratégie de Foxconn et d’Apple de délocalisation progressive de leurs intérêts de la Chine. En cause, les problèmes inhérents au fait de dépendre d’un pays autant au cœur des tensions géopolitiques que l’Empire du Milieu pour ses activités commerciales.

À cela s’ajoute la nature du régime de Pékin réputé pour ses décisions très peu communes. À l’image de la politique zéro Covid préjudiciable pour de nombreuses entreprises basées sur place.

Des inconnus

Ce sont autant de considérations qui poussent Apple et Foxconn à explorer d’autres horizons pour leurs investissements commerciaux. L’Inde semble donc bénéficier de leurs faveurs, à l’aune de cette production d’AirPods envisagée.

La commande remportée par la firme taïwanaise soulève toutefois quelques interrogations. Celle de la relation d’affaires entre Apple et les fabricants historiques de ses écouteurs sans fil, dont le groupe chinois Luxshare entre autres.

Quoi qu’il en soit, la perspective de voir Foxconn concevoir prochainement les AirPods a réjoui les marchés, qui ont connu des hausses relatives à l’annonce de la nouvelle.

Négociations commerciales : quelle hausse de prix ?

Les négociations commerciales entre les industriels et les distributeurs ont pris fin dans la nuit de mercredi à jeudi. Sans qu’on sache de combien va s’élever la hausse des prix en rayons. Avec une inflation de 13,3% sur les produits alimentaires en janvier 2023, on s’attend à une augmentation à deux chiffres. 

Commencées il y a six mois, les négociations commerciales entre les industriels et les distributeurs se sont terminées officiellement dans la nuit de mercredi à jeudi, à minuit. Ces discussions annuelles permettent de fixer le prix et les conditions d’achats des grandes surfaces auprès de leurs fournisseurs. Elles ont été particulièrement houleuses cette année en raison de l’inflation. En février, celle-ci s’est élevée à 6,2% sur un an. La flambée pour les seuls produits alimentaires a atteint 14,5%.

Vers des augmentations à deux chiffres

A la veille de la clôture des négociations commerciales, seuls 70% des industriels de l’agroalimentaire avaient signé leurs contrats avec les clients distributeurs. Ce qui témoigne de l’âpreté des discussions. En raison de l’inflation sur les matières premières et les énergies, les industriels auraient demandé des hausses de prix à deux chiffres, avec une augmentation plancher de 10%. Le chiffre exact sera communiqué dans les prochains jours, après la réunion des contrats et les calculs.

Des demandes de hausses jugées « délirantes »

En mars de l’année dernière, les pourparlers avaient abouti sur une hausse d’environ 3%. Mais l’inflation a surgi peu après, obligeant les protagonistes à revenir à la table des discussions afin de prendre en compte la hausse des coûts des matières premières agricoles et de l’électricité. Malgré ce contexte, les enseignes de la grande distribution ont trouvé les demandes de hausses « délirantes ». Pour elles, des augmentations de 20%, évoquées par certains fournisseurs, relèvent d’un scandale. Les retailers préviennent qu’ils ne pourront pas absorber seuls ces potentielles hausses et devraient les répercuter sur les consommateurs.

Crainte d’un mois de mars rouge pour les prix

Le PDG de Système U, Dominique Schelcher, pense qu’on ira pas juque-là. Il table plutôt sur une hausse de 10% des prix dans les rayons dans les prochains mois. Mais certains distributeurs, plus pessimistes, parlent d’un mois de « mars rouge » pour les tarifs en magasins. Parmi eux figure Michel Edouard Leclerc. Le résident du groupe E.Leclerc avait prédit un tsunami d’inflation à partir de juin prochain. Il craint aussi que certains produits disparaissent des rayons à cause de désaccord avec les industriels.

Mise en place d’un panier anti-inflation

Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, a critiqué les supermarchés qui refuseraient de payer « la juste part » afin de permettre aux producteurs de vivre de leur travail. Pour Damien Lacombe, président de la coopérative Sodiaal, une augmentation des prix en dessous de 12% serait extrêmement difficile pour la filière laitière. Il appelle donc l’Etat à prendre ses responsabilités. Pour l’heure, le gouvernement a seulement annoncé la mise en place d’un panier anti-inflation, avec une vingtaine de produits à prix réduits. Objectif : protéger le pouvoir d’achat des Français.

La Fnac au coeur du Prix Goncourt des Lycéens

Une jeune femme écrivant dans un cahier.

 

Le Prix Goncourt des Lycéens a été remis cette année à Sabyl Ghoussoub pour son roman « Beyrouth-sur-Seine », paru aux éditions Stock. Cette récompense littéraire française est une initiative de la Fnac et du ministère de l’Education nationale.

Le Prix Goncourt des Lycéens 2022 a été attribué, le jeudi 24 novembre à Rennes, à Sabyl Ghoussoub pour son roman « Beyrouth-sur-Seine », paru aux éditions Stock. Cette œuvre était en concurrence avec 14 autres livres, tous issus de la sélection de l’Académie Goncourt. Les ouvrages ont été soumis à l’analyse de plus de 2000 élèves de 55 classes de lycée (seconde, première, terminale et BTS). Mais seuls 12 lycéens délégués nationaux ont eu le privilège d’effectuer les délibérations finales, à huis clos.

Un livre du questionnement

Beyrouth-sur-Seine est un roman du questionnement. Questionnement sur les origines du narrateur, qui vit avec ses parents à Paris après avoir fui la guerre civile dans leur pays, le Liban, dans les années 70. Questionnement sur les raisons de ce conflit politique, qui continue de gangréner cet Etat du Proche-Orient. En outre, le livre offre une réflexion sur la famille, l’identité et l’immigration.

Le Prix Goncourt des Lycéens a été remis par le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, Pap Ndiaye, et le Directeur général du groupe Fnac Darty, Enrique Martinez. Les deux dirigeants ont félicité chaleureusement le lauréat Sabyl Ghoussoub, ainsi que tous les autres concurrents. Ils ont également remercié les lycéens qui ont participé avec enthousiasme à la lecture des ouvrages ainsi qu’aux débats d’experts.

Une initiative de la Fnac

Pour rappel, le Prix Goncourt des Lycéens a été créé à Rennes en 1988, à l’initiative de la Fnac et du ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Véritable vecteur culturel en France, ce concours littéraire engage chaque année plus de 2000 lycéens et leurs équipes pédagogiques dans une aventure exceptionnelle.

Ces critiques littéraires lisent, étudient et défendent avec ferveur leurs œuvres préférées. Et cela en classe avec leurs professeurs et avec les auteurs de la sélection Goncourt dans le cadre de rencontres régionales organisées par la Fnac et le ministère en charge de l’Education nationale.

Acteur majeur de la distribution de livres

Le Prix Goncourt des Lycéens n’est pas le seul évènement littéraire soutenu par la Fnac, enseigne du groupe Fnac Darty, leader de la distribution en France de biens culturels, de produits électroniques et d’électroménagers. Tout au long de l’année, l’enseigne soutient la création et l’activité littéraire via différentes manifestations et rencontres dans ses magasins.

Premier libraire de France, Fnac propose une riche bibliothèque avec tous les genres, notamment le roman, la poésie, le théâtre et la science-fiction. Mais également des BD, mangas, comics et livres de jeunesse. Enseigne engagée, Fnac propose des livres de seconde vie en plus du neuf. Essentiellement via sa Marketplace Fnac et Label Emmaüs, premier site de e-commerce multi-vendeurs français créé par le mouvement solidaire Emmaüs. Elle en fait également don à des associations.

1 2 3 6