Les enchères sont ouvertes pour Manchester United

Le club officiellement à la recherche de nouveaux investisseurs depuis novembre dernier, suscite déjà de l’intérêt. Une des parties intéressées vient de le confirmer.

Il s’appelle Sir Jim Ratcliffe et se trouve actuellement à la tête du groupe britannique Ineos, actif dans le secteur de la chimie. L’homme d’affaires de 70 ans a indiqué, le mardi 17 janvier, être officiellement en lice pour le rachat de Manchester United (Man Utd).

Le club de football de l’élite anglaise avait annoncé fin novembre, le lancement d’un « processus d’exploration des alternatives stratégiques afin d’en améliorer la croissance ». « Dans le cadre de ce processus, le conseil d’administration examinera toutes les alternatives stratégiques, y compris un nouvel investissement dans le club, une vente ou d’autres transactions impliquant la société« , pouvait-on notamment lire dans le communiqué.

Une information depuis enrichie par diverses sources médiatiques indiquant notamment que la fratrie Glazer propriétaire du club depuis la mort de leur père Malcolm en 2014, était enfin prêt à en céder le contrôle en cas d’offre alléchante.

Un amoureux de longue date

« Nous nous sommes officiellement engagés dans le processus », a confirmé un porte-parole de Ratcliffe au quotidien britannique Times, avant d’ajouter plus tard à la BBC qu’ils étaient en contact avec la banque d’affaires Raine Group diligentée par Man Utd pour s’occuper de la vente.

C’est la deuxième fois que le patron d’Ineos également propriétaire l’équipe française de Nice, du FC Lausanne en Suisse et du Racing Club Abidjan en Côte d’Ivoire, manifeste un intérêt pour Manchester United qu’il décrit comme son club de toujours. Il avait auparavant déclaré l’été dernier s’être buté contre le refus des Glazer de vendre leur propriété.

« S’il (le club) avait été à vendre, nous aurions probablement essayé », avait déclaré au Financial Times celui qui a précédemment échoué à acquérir Chelsea, le club londonien récemment racheté par un consortium américain.

De nombreuses offres attendues

Ce dernier avait été désigné vainqueur au milieu de plusieurs autres investisseurs, contre une enveloppe de 2,5 milliards de livres sterling. Manchester dont la dimension est bien au-delà de celle de Chelsea devrait être cédé, le cas échéant, pour bien plus. Les Glazer se gardent bien évidemment de donner un chiffre, mais des sources concordantes parlent de plus cinq milliards de livres.

Une somme qui ne devrait ni effrayer Ratcliffe dont la fortune personnelle est estimée à plus 15 milliards de dollars par Forbes, ni les nombreuses autres parties intéressées en provenance des États-Unis, du Moyen-Orient ou encore de l’Asie, à en croire les indiscrétions.

Jack Ma perd le contrôle de la fintech chinoise Ant Group

Le groupe de gestion financière basée à Hangzhou va procéder à une restructuration qui verra son fondateur et figure charismatique céder le contrôle. Le prix à payer pour se défaire de l’étreinte des autorités étatiques ?

Du mouvement à la tête d’Ant Group, du nom de cette société financière chinoise propriétaire de la plateforme de paiement électronique Alipay. Elle a annoncé le 7 janvier avoir décidé de procéder à une « nouvelle optimisation de sa gouvernance » à travers le changement de sa structure actionnariale.

Certains actionnaires dont principalement le fondateur Jack Ma et ancien patron du mastodonte du commerce en ligne Alibaba, filiale d’Ant Group, voient ainsi leur pouvoir au sein de l’entreprise considérablement diminuer.

Le milliardaire souvent présenté comme le « Steve Jobs chinois » ne devrait plus détenir que 6,2% des actions, contre 34% auparavant. Un niveau d’actionnariat qui s’éteindrait en réalité à 53,46 % en raison des participations de l’intéressé dans d’autres entités actionnaires.

Isolement accru

Cette restructuration annoncée avec force détails sur le site internet d’Ant Group, réduit drastiquement le pouvoir d’influence – sur le vote lors des Assemblées générales par exemple – de Jack Ma.

« Aucun actionnaire n’aura, seul ou conjointement avec un autre actionnaire, le pouvoir de contrôler le résultat des Assemblées générales. Aucun actionnaire n’aura le pouvoir de nommer la majorité du Conseil d’administration. Par conséquent, aucun actionnaire, seul ou conjointement avec d’autres parties, n’aura le contrôle d’Ant Group« , indique le groupe qui mettant en avant une volonté de transparence et diversification.

Reste que cette initiative que semble apprécier les marchés – le titre d’Alibaba a pris 9% à la place de Hong Kong – accroît un peu plus l’isolement de Jack Ma, devenu depuis 2020 un personnage indésirable aux yeux des autorités chinoises.

Décision de compromis ?

En cause, sa sortie au vitriol contre les régulateurs financiers du pays fin 2019. Il a depuis disparu des radars, alimentant les rumeurs en tout genre sur sa personne. L’opération d’entrée en bourse record d’Ant Group fut freinée. Alibaba a été frappé d’amende pour abus de position dominante. Et de nombreux autres géants technologiques du pays ont été victimes d’une répression féroce de la part de l’État.

Il semble toutefois que la tempête soit désormais passée pour Ant Group. En témoigne l’approbation le mois dernier par les régulateurs de son plan d’augmentation de 1,5 milliard de dollars pour son unité de crédit à la consommation. De quoi faciliter son influence auprès des consommateurs chinois. Dans ce contexte, la mise à l’écart de son fondateur pourrait représenter « un mal » pour « un bien ».

De Beers : Antoine Borde, nouveau PDG de Lightbox

Antoine Borde, PDG de Lightbox

 

De Beers, le leader mondial des diamants, vient de nommer Antoine Borde au poste de PDG de sa marque de bijoux fantaisie Lightbox. Le dirigeant remplace Steve Coe, qui a quitté l’entreprise en juillet dernier. Il doit contribuer à développer le plein potentiel de la filiale et à stimuler sa croissance à long terme.

Le groupe De Beers a nommé, début novembre, Antoine Borde comme le nouveau PDG de sa marque de bijoux fantaisie Lightbox. Le dirigeant français remplace à ce poste le britannique Steve Coe, qui a quitté l’entreprise en juillet dernier.

Un passage chez L’Oréal et Coty

Spécialiste des biens de consommation et de la beauté, M. Borde était jusqu’alors vice-président mondial du commerce électronique au sein du groupe Danone, le géant tricolore des produits alimentaires. Auparavant, il a occupé le poste de vice-président senior pour l’e-commerce et la transformation numérique de la division luxe de Coty, une multinationale américaine de produits de beauté et de soin fondée en 1904 à Paris par François Coty.

Avant cela, il a travaillé chez le géant cosmétique français L’Oréal pendant 12 ans notamment en tant que directeur du commerce électronique et du marketing. Antoine Borde a débuté sa carrière chez Procter & Gamble France. Il a ensuite crée Arithmedia en 2000, puis Business Top Models deux ans plus tard avant d’intégrer L’Oréal. Titulaire d’un MBA de la Kellogg School of Management de la Northwestern University dans l’Illinois, il s’est spécialisé dans le développement des produits et le marketing. Mais avec un fort accent sur le commerce numérique et la satisfaction clientèle.

Un homme d’expérience dans la gestion d’environnements de marques

Le nouveau PDG de De Beers prendra ses fonctions à Londres et rendra compte de sa gouvernance à Marc Jacheet, directeur général des marques De Beers. Ce dernier se dit extrêmement « heureux d’accueillir Antoine en tant que nouveau PDG de Lightbox ». Il estime que « son palmarès de réalisations et son expérience dans la gestion d’environnements de marques mondiales font de lui la personne idéale pour faire progresser la stratégie Lightbox et renforcer sa position de marque prééminente de diamants synthétiques ».

De Beers, leader de l’innovation et de la transparence 

Marc Jacheet considère aussi le responsable français comme « un innovateur et un expert de la transformation du commerce numérique ». Il espère particulièrement que M. Borde « pourra continuer à développer le plein potentiel de la marque et à stimuler sa croissance à long terme ». Pour sa part, le nouveau président de Lightbox exprime sa joie « de rejoindre une équipe dynamique et de faire partie de la catégorie en évolution rapide des diamants de laboratoire ».

Antoine Borde mesure le « privilège de travailler avec un leader de l’industrie qui a façonné l’espace grâce à l’innovation et à la transparence ». Il pense notamment aux initiatives comme TRACR, une technologie de blockchain mise en place par De Beers pour le traçage de diamants de la mine au consommateur final. Rappelons que Lightbox Jewelry a été créé en 2018 pour commercialiser une nouvelle marque de bijoux en diamants de laboratoire. La marque produit plus de 200 000 pierres en laboratoire par an.

Crise malienne : la solution autant économique que politique

Politique au Mali

Depuis plus de dix ans, le Mali est confronté à une crise multidimensionnelle à laquelle les gouvernements successifs apportent une réponse politique. Pourtant, la solution se trouve aussi ailleurs, au niveau économique car la pauvreté et le chômage sont source d’instabilité. Aliou Diallo, président d’ADP-Maliba interpelle justement sur ce point.

La République du Mali fait face à une crise multiforme depuis plus de dix ans, sans parvenir à trouver une solution durable. Actuellement dirigée par un régime d’exception, elle mise énormément sur la victoire militaire pour renaître de ses cendres. Pourtant le mal est plus profond, selon certains politiques, à l’image d’Aliou Diallo. Le président d’ADP-Maliba a fait une analyse pertinente de la situation de son pays dans une déclaration publiée lors de la célébration du 62ème anniversaire de l’indépendance du pays, le 22 septembre 2022.

Le développement économique durable, priorité du Mali

Dans son discours, le député de Kayes a rendu hommage à tous les illustres devanciers qui ont donné leur vie pour la liberté du peuple malien. Il a également eu une pensée pieuse pour tous les compatriotes « victimes de tueries, de pillages, d’exactions, de déplacements de populations et d’exil ». Aliou Diallo prie pour le repos de leur âme et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Mais l’homme d’affaires a surtout disséqué le malaise du Mali et présenté les enjeux actuels. « Nous sommes à un moment d’interrogation face à la multiplicité et à la complexité des défis à relever sur le plan sécuritaire, social, sanitaire et du développement économique durable », a-t-il souligné.

Le secteur privé, pilier d’une économie moderne

Pour le milliardaire malien, le salut de son pays viendra surtout de son développement économique, en plus d’une paix durable. Ce progrès économique dépend, selon lui, de la promotion du secteur privé. « Tous les grands pays développés ont réussi à créer de l’abondance et une ère de prospérité économique grâce à leur secteur privé. L’Etat ne doit pas se substituer au secteur privé, mais plutôt le promouvoir et l’accompagner », a interpellé Aliou Diallo. Homme pragmatique, le président et fondateur d’ADP-Maliba a préparé un plan Marshall pour le Mali doté potentiellement de 15 000 milliards de Francs CFA. Ce programme ambitieux vise notamment le financement massif de l’entrepreneuriat. Objectif : créer des dizaines de milliers d’emplois.

Une lutte sans pitié contre la mauvaise gestion

Le fondateur d’Hydroma est convaincu que c’est en résolvant le problème du chômage et donc de la pauvreté que le Mali pourra se sortir de cette crise. Car celle-ci sera d’abord la conséquence de la misère et de la frustration des populations. S’il veut porter le secteur privé à son sommet, Aliou Diallo ne compte surtout pas dilapider l’argent public et privé. Comme ce fut le cas à une certaine époque avec la SONAREM (Société Nationale de Recherche Minière) et la SOCIMA (Société des Cimenteries du Mali), qui ont mis la clef sous la porte. Pour éviter de nouvelles failles, il se montrera extrêmement intransigeant une fois aux affaires en février 2024. Le futur candidat à la présidentielle entend mener une lutte impitoyable contre la corruption et la mauvaise gestion.

Hausse des ventes des « versets sataniques », après l’attaque contre Salman Rushdie

Première de couverture des Versets sataniques édités par Folio.

 

L’attaque contre Salman Rushdie, poignardé sur scène vendredi aux Etats-Unis, a renouvelé l’intérêt du public pour son roman « Les versets sataniques » publié en 1988. Samedi après-midi, trois éditions de l’ouvrage se trouvaient en tête du baromètre des ventes de livres d’Amazon.

Un top 4 composé d’œuvres de Rushdie

Depuis l’attaque contre Salman Rushdie, le vendredi 12 août, ses « versets sataniques » suscitent un regain d’intérêt des lecteurs dans le monde entier. Dans l’après-midi du samedi 13 août 2022, les trois éditions du roman se trouvaient en tête du baromètre des ventes de livres d’Amazon. Ce classement recense les livres dont les ventes ont le plus progressé dans les dernières 24 heures. La quatrième place est même occupée par le best-seller de l’écrivain américano-britannique, « Les enfants de minuit » paru en 1981.

En France, le livre est apparu en haut des ventes sur la page française d’Amazon, alors qu’il se trouvait aux quarantièmes places vendredi soir avant l’incident. Selon BFM TV, l’engouement des lecteurs se mesure aussi dans les magasins spécialisés comme Fnac, distributeur de biens culturels. Mais également chez Gibert et dans les librairies parisiennes où le roman était en rupture en stock ce weekend.

L’agresseur, un jeune libanais de 24ans

Aux Etats Unis, les lecteurs cherchaient absolument à avoir un livre de Salman Rushdie (75 ans) au lendemain de son agression. Soit pour connaitre l’écrivain (pour les plus jeunes) ou savoir de quoi il retournait dans son roman, objet d’une fatwa de l’Iran en 1989. Cet avis juridique contraint l’écrivain à se cacher presque dans ses pays d’accueil pour se faire oublier de tous. Mais, les islamistes ont la rancune tenace, même après 33 ans. C’est ainsi que le vendredi 12 août, alors qu’il s’apprêtait à participer à une conférence dans l’État de New York, le romancier a été poignardé au cou par un jeune homme d’origine libanaise, Hadi Matar (24 ans).

Les conservateurs iraniens félicitent l’assaillant

Salman Rushdie (75 ans) a été évacué en urgence dans un hôpital d’Érié (Pennsylvanie), où il était soigné sous assistance respiratoire. Ce lundi, il serait sur la voie du rétablissement. Son attaque a provoqué une onde de choc à travers le monde et a suscité des condamnations multiples. Mais dans certains pays comme l’Iran, le discours est différent. Le principal quotidien ultraconservateur Kayhan, a même félicité l’agresseur. Le pouvoir iranien, lui, dément tout lien avec la tentative d’assassinat. En Inde, terre natale de Salman Rushdie, la classe politique reste silencieuse. Elle accepte encore mal le contenu de son roman et sa critique du nationalisme hindou.

Un roman vu comme une injure au Coran

Publiés en 1988, « Les versets sataniques » racontent les aventures de deux Indiens dont l’avion est la cible d’un attentat terroriste. Ils se retrouvent plus tard sur une plage anglaise. Dans ce récit, l’auteur donne à des prostituées les noms des femmes du prophète Mahomet. Mais c’est le cœur du second chapitre qui va embraser le monde musulman. Le romancier y met en scène Mahound (allusion au prophète Mahomet) qui, sous l’influence de Satan, admet qu’on peut prier d’autres dieux qu’Allah. Si ce personnage reconnait son erreur peu après, les lecteurs musulmans y voient une remise en cause du monothéisme de l’Islam. Considérant cette œuvre comme une injure au Coran, l’ayatollah Rouhollah Khomeini avait lancé une fatwa contre Salman Rushdie en 1989.

Pétrole : l’Opep+ décide d’augmenter sa production cet été, mais pas suffisant pour arrêter la hausse des prix

30 juin 2022. Alors que des pressions sont exercées pour ouvrir davantage de verrous afin d’arrêter les hausses de prix, l’alliance des pays producteurs de pétrole a décidé de mettre à jour ses objectifs pour l’été prochain ce jeudi.

Les représentants des 13 membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et les 10 pays de l’OPEP+ se sont mis d’accord pour augmenter la production de 648 000 barils par jour durant les mois de juillet et août, a annoncé l’alliance dans un communiqué à l’issue d’une réunion par visioconférence. Le précédent quota était fixé à 432 000 barils/jour. Cependant, les efforts de l’OPEP et de ses alliés (OPEP+) sont trop faibles pour atténuer la pénurie de pétrole liée à l’embargo imposé par les États-Unis et l’Union européenne sur l’approvisionnement de la Russie. Mais aussi, pour stopper la hausse du prix de l’or noir sur le marché international.

En effet, depuis le début de la guerre en Ukraine, le Brent de la mer du Nord, la référence européenne du pétrole brut, a connu une hausse de plus de 15 %. Et le WTI correspondant aux États-Unis a, lui aussi, augmenté de plus de 13 %. Jeudi, ils ont oscillé autour de 114,27 dollars et 105,20 dollars le baril après avoir atteint des niveaux record en mars. Du jamais-vu depuis la crise financière de 2008. Jusque-là, et depuis le printemps 2021, elle se limitait à une modeste augmentation des quotas dans le but de récupérer progressivement les volumes pré-COVID.

Selon Jamie Maddock, analyste chez Quilter Cheviot « sur le papier, seront alors rétablis les 9,7 millions de barils par jour retirés du marché pendant la pandémie pour répondre à l’effondrement de la demande (…) la crise énergétique battant son plein, les appels de l’Occident à pomper plus se feront sûrement de plus en plus bruyants ». Lundi, au vu de cette forte hausse, la France a de nouveau appelé les pays producteurs à augmenter leur volume de production. Le sujet sera au menu de la visite du président américain Joe Biden en Arabie Saoudite à la mi-juillet.

Pour Edward Moya, d’Oanda, « c’est du théâtre politique, ce voyage n’aboutira pas à une hausse significative au-delà de ce qui a déjà été décidée », rappelant que de nombreux membres « sont soumis à des sanctions internationales ou souffrent de problèmes de production ».

 

Tesla fait encore grimper les prix de ses voitures

A l'intérieur d'une voiture Tesla Model 3

 

Tesla a encore augmenté les prix de tous ses modèles de voitures aux États-Unis, cette fois de 5%. Ce qui fait passer par exemple le modèle Y longue portée à 65 990 dollars contre 62 990 dollars auparavant. Si le constructeur américain n’a pas donné les raisons de cette hausse, les analystes supposent que celle-ci est due notamment à la hausse des coûts des matières premières et des transports.

Tesla a annoncé, le jeudi 16 juin 2022, une nouvelle augmentation des prix de ses voitures électriques. Cette hausse s’élève à 5%, faisant passer le prix du Modèle 3, qui connait la plus petite augmentation (+2 500 dollars), de 54 490 dollars à 57 990 dollars. Les deux SUV du Tesla Modèle Y, le plus populaire de la marque, enregistrent un bon de 3000 dollars. Ainsi, le modèle Y Long Range vaut désormais 65 990 dollars, contre 62 990 dollars auparavant. Tandis que le modèle Y standard s’achète dorénavant à 69 990 dollars contre 67 990 dollars jusqu’ici.

Elon Musk a eu un super mauvais pressentiment 

On peut également noter la progression considérable du tarif du Modèle S Dual Motor All-Wheel Drive Long Range qui s’affiche maintenant à 104 990 dollars, alors qu’il valait 99 990 dollars. Quant au Modèle X Dual Motor All-Wheel Drive Long Range, il s’offre à présent à 120 990 dollars, soit 6000 dollars de plus. Notons en revanche que le prix du Modèle X Plaid reste intact pour l’heure, à 138 990 dollars.

Les analystes s’attendaient largement à cette hausse des coûts des véhicules électriques de Tesla. Il y a quelques semaines, le PDG du groupe, Elon Musk, avait déjà mis en garde contre le risque de récession. Il avait prétendu avoir eu un « super mauvais pressentiment » à propos de l’économie américaine. Le dirigeant a annoncé au passage la suppression de 10 % des emplois dans l’entreprise.

Explosion des coûts des matières premières

Si Tesla n’a pas clairement donné les raisons de la hausse des prix de ses véhicules aux Etats Unis, les experts supposent que celle-ci provient de l’explosion des coûts des matières premières (par exemple l’aluminium et le lithium). Mais également des difficultés d’approvisionnement en puces et autres fournitures à cause d’une pénurie à l’échelle du secteur.

Ils pensent aussi que Tesla pourrait simplement chercher à augmenter ses marges brutes face à des difficultés propres. Cela est d’autant crucial que l’important carnet de commandes du groupe court de 6 à 12 mois. Par conséquent, le constructeur doit essayer de prévoir les augmentations de coûts à peu près au moment où il produira ses véhicules dans la période indiquée.

Une tendance haussière depuis plus d’un an

Notons que cette hausse des prix des véhicules électriques Tesla sur le marché américain n’est pas la première. Depuis plus d’un an, le constructeur a habitué le marché à augmenter ses tarifs. En 2021, il a fait progresser rapidement ses coûts presque tous les mois. Avant de ralentir au début de 2022, puis de reprendre l’ascenseur les mois suivants. La dernière augmentation majeure a eu lieu en mars 2022, suivie d’une plus petite sur les véhicules à longue portée en avril.

Total embarrassé par ses activités en Russie

Le groupe pétrogazier français rechigne à abandonner ses intérêts russes alors que le pays est devenu un paria de la communauté internationale depuis son invasion de l’Ukraine.

En business, tout est question de finances, mais aussi d’image. L’un a toutefois tendance à peser plus lourd que l’autre dans la balance. Pour TotalEnergies (ex Total), le plus important semble avoir rapport à l’espèce sonnante et trébuchante. Du moins concernant la Russie. Et pour cause, l’entreprise française refuse, pour l’heure, de rompre les amarres avec le pays de Vladimir Poutine à un moment où ce dernier s’isole un peu plus chaque jour de la communauté internationale en raison de son invasion de l’Ukraine.

Les sanctions s’abattent en effet sur Moscou et ses intérêts à travers le monde depuis jeudi 24 février marquant le début des hostilités avec Kiev. Plusieurs entreprises russes ou dans lesquelles des proches du Kremlin ou supposés tels ont des actifs sont ainsi mises au ban de la communauté internationale, décidée à faire reculer Poutine par des leviers économiques.

BP, Shell, etc.

La Russie est donc devenue infréquentable. Et toutes les entreprises/ personnalités occidentales y ayant un quelconque intérêt se voient contraintes d’y renoncer. À l’image de la pétrolière BP qui a annoncé, dimanche 27 février, se désengager de son homologue russe Rosneft dont elle détient 19,75 % des parts. Soit un actif de plus de 13 milliards de dollars à liquider.

La firme norvégienne Equinor a également lâché Rosneft le lendemain dans un divorce qui devrait à un peu plus du milliard de dollars. L’anglo-néerlandais Shell lui a emboîté le pas en mettant fin à son partenariat avec Gazprom, l’autre géant russe du gaz par ailleurs lâché par l’UEFA, entre autres.

Total traîne des pieds

Les regards sont donc logiquement désormais tournés vers Total pour lequel la Russie constitue la première source de production à raison de 17% en 2020 selon Le Monde. Sans compter que le géant français du pétrole et du gaz est actionnaire à 19,4% de Novatek, société active dans le domaine du gaz naturel et fondée par Leonid Mikhelson réputé proche de Vladimir Poutine.

Mais il n’est pas question pour la major pétrolière tricolore d’abandonner ces actifs et les autres projets russes dans lesquels elle a des intérêts. Du moins pour l’instant, ainsi que l’ont fait savoir des responsables contactés par Le Monde. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui a laissé entendre lundi qu’il était désormais intenable pour des entreprises françaises de demeurer en Russie, doit prochainement s’entretenir avec le patron de Total, Patrick Pouyanné sur la question.

Mars Wrigley promeut l’expertise locale à sa direction commerciale

L’antenne française du géant américain de la confiserie confie sa stratégie marketing à Axel Segarra, qui intègre par-là même le comité directoire. Une grande responsabilité pour le désormais ex-directeur des clients nationaux sur le circuit grande distribution de la boîte.

Pour Mars Wrigley France, l’heure est depuis plusieurs mois, à une refonte stratégique. Il ne s’agit pas de tout remettre en cause, mais de créer les conditions adéquates afin de capitaliser sur un créneau à succès. En l’occurrence, les M&M’s Crispy. Du nom de ses bonbons au riz soufflé enrobés de chocolat.

La petite merveille fondante sur la langue cartonne en effet sur le marché depuis plusieurs années. À tel point que le niveau des ventes a doublé aujourd’hui par rapport à 2017. Afin de se donner les moyens d’en produire suffisamment, Mars Wrigley a en entrepris des travaux d’agrandissement de son usine française située à Haguenau dans le Bas-Rhin.

18 millions d’euros d’investissements

L’unité de production servant de point d’entrée en Europe pour les produits Wrigley doit notamment voir ses installations se développer, de même que certaines de ses principales machines. Grâce à cette opération pour laquelle l’investissement se chiffre à 18 millions d’euros, le confiseur américain espère porter sa production de M&M’s Crispy à 17 000 tonnes dès 2023 contre 12 000 seulement actuellement. Le but final étant de faire progresser les ventes de 44% d’ici 2026.

La réalisation de cet objectif, signe de l’ambition du groupe agroindustriel de toujours viser haut malgré plus de 130 ans d’histoire, incombe désormais à Axel Segarra, nouveau directeur commercial de la maison. En fonction depuis l’entame de l’année, la nouvelle de sa nomination n’a filtré que début février dans la presse. Il y aurait pourtant bien des raisons de s’enthousiasmer à propos de la promotion de celui qui était jusque-là directeur des clients nationaux sur le circuit grande distribution de Wrigley France.

Homme du sérail

Et pour cause, l’homme de 43 ans fait partie du sérail pour avoir été au cœur de la stratégie marketing de quelques entreprises clé. Diplômé en master audit et contrôle de gestion de l’ISG, il fait ses armes entre 2003 et 2006 chez Nielsen avant de rejoindre Coca-Cola European Partners (CCEP) France. Il y roulera sa bosse 13 ans durant, passant de responsable développement GMS dans les équipes marketing et ventes à directeur circuit CHR hors domicile.

Autant dire une expérience solide pour assumer ses nouvelles charges et pourquoi pas, gravir d’autres échelons par la suite.

China Rare Earth Group, le super géant des terres rares chinois

L’entreprise née de la fusion de trois grands groupes publics miniers dans un contexte mondial d’accroissement de l’importance stratégique des terres rares doit aider la Chine à consolider son monopole dans le secteur.

Dans la course aux matières premières essentielles, la Chine n’entend pas rester en marge. Au contraire, l’objectif pour le Parti communiste est, le cas échéant, de consolider par tous les moyens son avance sur le reste de la planète. Car plus que quiconque, Pékin souvent mis au ban par la communauté internationale, connaît l’importance stratégique d’être le roi dans un secteur économique donné.

C’est d’autant plus vrai à propos des terres rares regroupant 17 métaux précieux intervenant à la fois dans l’armement, l’électronique et l’électrique entre autres dont 60 % de l’extraction mondiale s’opère sur le territoire chinois, selon Les Échos. Ce qui permet à l’Empire du Milieu de rester incontournable vis-à-vis des États-Unis et de l’Europe notamment, avec respectivement 80% (en 2019) et 98% (en 2020) des importations provenant de ses terres.

Naissance d’un mastodonte

Mais la Chine ne souhaite pas en rester là au moment où la crise du Coronavirus a exacerbé l’impérieuse nécessité pour les nations de ne guère dépendre des autres concernant certaines filières stratégiques. La pénurie de semi-conducteurs toujours en cours en est une des preuves les plus palpables. L’État communiste a donc entrepris de se renforcer. Et cela passe par la consolidation. C’est le sens de la China Rare Earth Group Co nouvellement mise sur pied.

L’entreprise issue du mariage de trois entités publiques spécialistes des minerais, dont China Minmetals Corp, Chalco et Ganzhou Rare Earth Group Co a été dévoilée jeudi 23 décembre 2021 par la Commission de supervision et d’administration des actifs appartenant à l’État (SASAC) qui en détient 31,21% des parts. Les trois autres composantes se partagent le reste des actions à raison de 20,33% chacune.

Accentuer le contrôle de l’État

La naissance de la China Rare Earth Group avait fait grimper le cours boursier de Chalco de 10%, tandis que les actions des aimants permanents, un des matériaux contenus dans les terres rares, avaient quant à eux monté de 0,36 % dans la même journée, à en croire les observations du quotidien chinois Global Times.

Une preuve s’il en fallait du bon accueil des investisseurs à la décision de l’État chinois, qui selon divers experts, vise à assurer une exploitation optimale de ces ressources minérales précieuses. D’autant que les États-Unis par exemple travaillent à réduire leur dépendance à la Chine.

1 2 3 11