Le commerce international : moteur de la mondialisation

Le commerce international, qui désigne l’échange de biens et de services entre pays, est un élément essentiel de l’économie mondiale. Il permet aux pays de se spécialiser dans la production des biens et services pour lesquels ils ont un avantage comparatif, et d’accéder à des produits et services qu’ils ne peuvent pas produire eux-mêmes.

Les acteurs du commerce international

Le commerce international est un processus complexe auquel participent de nombreux acteurs :

  • Les entreprises:

Ce sont les principales actrices du commerce international. Elles exportent leurs produits et services vers d’autres pays, et importent des produits et services dont elles ont besoin.

  • Les gouvernements:

Les gouvernements jouent un rôle important dans la réglementation du commerce international. Ils peuvent mettre en place des tarifs, des quotas et d’autres restrictions commerciales pour protéger leurs industries nationales. Ils peuvent également négocier des accords commerciaux internationaux qui réduisent les barrières commerciales et facilitent les échanges.

  • Les organisations internationales:

Il existe un certain nombre d’organisations internationales qui jouent un rôle dans le commerce international, telles que l’Organisation mondiale du commerce (OMC). L’OMC est chargée de s’assurer que le commerce international se déroule de manière juste et équitable.

Les impacts du commerce international

Le commerce international a un impact profond sur l’économie mondiale. Il peut:

  • Stimuler la croissance économique:

En permettant aux pays de se spécialiser dans la production des biens et services pour lesquels ils ont un avantage comparatif, le commerce international peut entraîner une augmentation de la production et de la productivité.

  • Créer des emplois:

Le commerce international crée des emplois dans les secteurs de l’exportation et de l’importation.

  • Réduire les prix:

En augmentant la concurrence, le commerce international peut entraîner une baisse des prix des biens et services.

  • Augmenter le niveau de vie: En donnant accès à une plus grande variété de biens et services, le commerce international peut améliorer le niveau de vie des consommateurs.

Les défis du commerce international

Le commerce international n’est pas sans défis. Certains des principaux défis incluent:

  • Le protectionnisme:

Le protectionnisme désigne la politique de protéger les industries nationales contre la concurrence étrangère. Le protectionnisme peut prendre la forme de tarifs, de quotas et d’autres restrictions commerciales. Il peut entraîner une augmentation des prix, une diminution de la production et une perte d’emplois.

  • Les inégalités:

Le commerce international peut exacerber les inégalités entre les pays riches et les pays pauvres. Les pays riches ont tendance à bénéficier davantage du commerce international que les pays pauvres.

  • Le développement durable:

Le commerce international peut avoir un impact négatif sur l’environnement. Il est important de veiller à ce que le commerce international se déroule de manière durable.

Le commerce international est un sujet complexe et controversé. Il est important de peser les avantages et les inconvénients du commerce international avant de se forger une opinion.

Mali : le mix énergétique comme solution au délestage

Pour résoudre le problème du délestage au Mali, Aliou Diallo propose de faire évoluer le mix énergétique du pays vers le solaire, l’éolien et l’hydrogène naturel. Selon le milliardaire malien, toutes les conditions météorologiques et géologiques sont réunies pour se faire.

Au Mali, les délestages sont devenus presque quotidiens depuis quelques mois. Il ne se passe plus de jours sans qu’il n’y ait de coupures d’électricité, même à Bamako la capitale. Cette pénurie  nuit fortement aux activités économiques. Ce qui est problématique pour un pays qui aspire à se relever de plusieurs années de crise. Le gouvernement a promis de mettre rapidement fin à cette situation en sécurisant l’approvisionnement du gasoil destiné aux centrales thermiques.

Faire évoluer le mix énergétique vers le solaire et l’éolien

Mais il s’agit d’une mesure d’urgence, qui ne réglera pas définitivement le délestage, un problème vieux de plusieurs décennies. Aliou Diallo, président d’honneur du parti ADP-Maliba, recommande de faire évoluer le mix énergétique du pays. En développant l’hydroélectrique, dont le potentiel au Mali est estimé à 1150 mégawatts, et surtout le solaire et l’éolien, le Mali pourrait enfin atteindre l’autosuffisance énergétique. Le milliardaire malien rappelle que le territoire malien bénéficie d’un fort ensoleillement, en même temps qu’il est constamment balayé par le vent.

Construire de gigantesques fermes photovoltaïques et éoliennes

Aliou Diallo pense que l’Etat pourrait profiter de ces conditions idéales pour construire de gigantesques fermes photovoltaïques et éoliennes, en particulier dans les zones sahéliennes. Selon l’entrepreneur, ce sont là des solutions plus compétitives pour un pays comme le Mali. Car elles nécessitent peu d’investissements pour la production et la gestion, en même temps qu’elles fournissent une électricité à prix abordable. Le Mali pourrait ainsi éclairer à moindre coût les zones rurales ou reculées.

Miser sur l’hydrogène vert et l’hydrogène naturel

Aliou Diallo préconise en outre de miser sur l’hydrogène vert et l’hydrogène naturel, considéré comme le candidat idéal pour la transition énergétique. L’homme d’affaires parle en expert car il possède une compagnie qui exploite l’hydrogène naturel depuis une dizaine d’années. En l’occurrence Hydroma Inc. Cette société fournit depuis 10 ans, à titre d’expérimentation, en électricité propre le village de Bourakébougou, situé à quelques kilomètres de Bamako. Face au succès de ce test, Aliou Diallo souhaite maintenant passer à une production à grande échelle.

Le Mali a tous les atouts pour produire plus d’énergie et moins cher

Cette production industrielle permettra de répondre aux besoins d’énergétiques du Mali, mais également de faire du pays un grand exportateur d’énergies propres en Afrique voire dans le monde. « Le Maliba a tous les atouts pour atteindre sa souveraineté énergétique et donc promouvoir un essor économique pour le bien être de sa population », soutient Aliou Diallo. Le philanthrope assure que cette vision électrique qu’il développe « n’est pas une utopie », mais qu’elle est « totalement réalisable ».

« Un plan Marshall » pour l’indépendance énergétique du Mali

Aliou Diallo juge primordial d’obtenir l’autosuffisance en électricité « pour assurer un développement durable » au Mali. Mais pour cela, il faudra consentir à des financements conséquents. « Sans investissement et sans vision, il est impossible d’y parvenir », a-t-il prévenu. Pour sa part, l’ex député de Kayes a préparé « un plan Marshall » dans le cadre de la future élection présidentielle, dont il serait favori. Ce programme vise à donner au Mali sa souveraineté sur tous les plans : énergétique, industrielle, économique, politique, militaire, etc.

Selon un rapport, la France compte 3 millions de millionnaires

D’après un rapport sur la richesse mondiale 2023 publié par UBS, 3 millions de millionnaires se trouvaient en France l’année dernière. Le géant bancaire suisse précise que 4,8% des millionnaires dans le monde vivaient dans l’Hexagone en 2022.

4,8% des millionnaires dans le monde résidaient en France en 2022, selon le rapport sur la richesse mondiale 2023 publié par la banque UBS. Un chiffre qui placerait la France à la troisième place des Etats fournissant le plus de millionnaires à travers le globe.

Pour effectuer ce calcul, la banque suisse s’est appuyée sur trois données : la taille de la population adulte, la richesse moyenne et l’inégalité des richesses. Avec 22,7 millions de millionnaires, les Etats-Unis occupent largement la première place, et fournissent 38,2% du total planétaire. La Chine se classe en deuxième position, avec 6 millions de millionnaires, soit 10,5% du total mondial.

La troisième place du podium à bougé en mai 2022, puisque le Japon a été dépassé par la France. Avec très précisément 2 821 000 millionnaires, l’hexagone compterait 4,8% des millionnaires dans le monde, d’après le rapport. Viennent ensuite l’Allemagne (4,4%) et le Royaume-Uni (4,3%). Les Pays-Bas et l’Italie fournissent quant à eux 2% de la population mondiale de millionnaires.

Le classement change légèrement si l’on zoom sur la population des très riches, soit ceux qui possèdent plus de 50 millions de dollars. Ils sont plus de 124 000 aux USA, 33 000 en Chine et 9 100 en Allemagne. Avec 3 890 très riches, la France occupe la 8ème place.

Contrairement à la majorité des pays développés, comme le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni et les Etats-Unis, l’Hexagone n’a pas enregistré, l’année dernière, de diminution du nombre de millionnaires sur son territoire. Le développement de la France va donc en contradiction avec une tendance à la baisse du nombre de millionnaires à travers la planète. Ils sont passés de 62,9 à 59,4 millions entre 2021 et l’année dernière.

La Banque UBS, qui publie pour la première fois ce classement établi par Credit Suisse, ne livre pas d’explications claires par pays sur ces évolutions.

 

C’est quoi au juste l’économie de marché ?

L’économie de marché, modèle économique dans lequel les échanges de biens, de services et de facteurs de production sont déterminés par l’offre et la demande, est l’un des systèmes économiques les plus répandus et influents à l’échelle mondiale. Ce système repose sur le principe fondamental de la liberté économique et de la propriété privée, où les acteurs sont libres de prendre leurs décisions d’achat, de vente, d’investissement et de production en fonction de leurs intérêts personnels.

Fonctionnement de l’économie de marché :

Rôle des acteurs économiques :

Dans une économie de marché, les individus, les entreprises et les institutions sont les acteurs clés. Les individus, en tant que consommateurs, déterminent la demande de biens et de services, tandis que les entreprises, en tant que producteurs, répondent à cette demande en offrant des produits sur le marché. Les facteurs de production (travail, capital, ressources naturelles) sont également utilisés par les entreprises pour produire des biens et des services.

Mécanisme de fixation des prix :

Les prix des biens et des services dans une économie de marché sont déterminés par la confrontation entre l’offre et la demande. Lorsque la demande d’un produit est élevée et l’offre est faible, le prix augmente, incitant ainsi les producteurs à augmenter leur production pour réaliser davantage de bénéfices. En revanche, lorsque la demande est faible et l’offre est abondante, les prix baissent, poussant les producteurs à ajuster leur production en conséquence.

Concurrence :

L’économie de marché favorise généralement un environnement concurrentiel où de nombreuses entreprises rivalisent pour attirer les clients. Cette concurrence incite les entreprises à innover, à améliorer la qualité de leurs produits et à maintenir des prix compétitifs pour rester sur le marché.

Liberté de choix :

Les consommateurs bénéficient d’une liberté de choix, car ils peuvent décider d’acheter les biens et services qui répondent le mieux à leurs besoins et préférences individuelles. De même, les entreprises ont la liberté de choisir les produits qu’elles souhaitent produire et les marchés qu’elles souhaitent servir.

 

Avantages de l’économie de marché :

Allocation efficace des ressources :

L’économie de marché permet une allocation plus efficace des ressources car elle s’appuie sur les mécanismes de l’offre et de la demande, qui dirigent les ressources vers les secteurs où elles sont le plus nécessaires.

Innovation et progrès technologique :

La concurrence dans une économie de marché incite les entreprises à innover et à développer de nouvelles technologies pour rester compétitives.

Liberté économique :

Les individus et les entreprises jouissent d’une plus grande liberté économique dans leurs choix de consommation, de production et d’investissement.

Croissance économique :

L’économie de marché est souvent associée à une croissance économique plus rapide, car elle encourage l’investissement et la productivité.

 

Inconvénients de l’économie de marché :

Inégalités :

L’économie de marché peut conduire à des inégalités économiques, car certaines entreprises et individus peuvent accumuler une richesse considérable, tandis que d’autres peuvent se retrouver dans une situation de vulnérabilité économique.

Externalités négatives :

Les externalités négatives, telles que la pollution environnementale ou les problèmes sociaux, peuvent ne pas être correctement pris en compte par le marché, nécessitant une intervention gouvernementale pour les réglementer.

Instabilité économique :

L’économie de marché peut être sujette à des cycles économiques de croissance et de récession, ce qui peut entraîner des fluctuations importantes dans l’emploi et les niveaux de vie.

 

En conclusion, l’économie de marché est un système économique dynamique et largement adopté qui repose sur les forces du marché pour guider la production, la consommation et l’investissement. Bien qu’elle présente des avantages en termes d’efficacité, d’innovation et de liberté économique, elle n’est pas sans ses inconvénients, tels que les inégalités et les externalités négatives. Pour atténuer ces effets indésirables, de nombreux pays combinent l’économie de marché avec des politiques publiques pour assurer un équilibre entre les forces du marché et l’intérêt public.

C’est bientôt fini entre Goldman Sachs et Apple

La banque d’investissement américain voudrait se décharger de la gestion de l’Apple Card. De quoi remettre en cause l’opportunité d’un partenariat tant vanté à l’origine.

Quatre ans et puis s’en va ? À en croire le Wall Street Journal (WSJ), Goldman Sachs (GS) envisage de mettre un terme à sa relation d’affaires avec Apple, à travers l’Apple Card.

Lancée en août 2019, cette carte de crédit sert notamment aux utilisateurs américains du service de paiement mobile Apple Pay à effectuer des transactions via l’iPhone ou encore l’Apple Watch.

En tant que banque d’investissement, Goldman Sachs s’y était portée garante avec un certain nombre d’avantages. C’est le cas par exemple de la possibilité de s’acheter un iPhone à travers un financement de 24 mois sans taux d’intérêt.

Partenariat déséquilibré ?

Cette opportunité dévoilée quelques semaines seulement après le lancement de l’Apple Card avait fait dire au patron de la firme de Cupertino qu’il s’agit du « lancement le plus réussi d’une carte de crédit aux États-Unis ».

Cela semble loin de la réalité finalement. Puisque le WSJ croit savoir que GS n’en veut plus de ce partenariat, depuis plusieurs mois maintenant. Ce qui conduit à d’intenses négociations toujours en cours d’ailleurs, révèle le journal, citant des sources proches du dossier.

Ces dernières évoquent comme raison le souhait exprimé à la fin de l’année dernière par Goldman « de réduire son activité grand public ». Mais la raison de ce divorce annoncé va peut-être bien au-delà d’une ambition de recentrage. D’autant que l’histoire de l’Apple Card n’a pas hésité un long fleuve tranquille.

American Express au secours

Les lignes de crédit accordées par GS à travers la carte avait en effet fait l’objet d’accusations de discriminations en novembre 2019. Les prêts sans d’intérêt ont également contribué à plomber les finances de la banque déficitaire d’un milliard de dollars entre 2020-2022, selon ses responsables.

Quoi qu’il en soit, le Wall Street Journal indique qu’Apple est au courant de la décision de Goldman de rompre leur partenariat. Celle-ci serait d’ailleurs en négociations avec American Express afin de lui refiler la patate chaude. Le WSJ précise toutefois qu’il est difficile de savoir à quel moment tout cela aboutira.

En ce sens, les termes du nouvel accord potentiel restent inconnus. Il en est de même du sort des utilisateurs actuels de l’Apple Card. En attendant une annonce officielle de la part des deux parties.

Foxconn s’installe en Inde pour les besoins d’Apple

L’industriel taïwanais connu notamment comme le principal assembleur des iPhone va délocaliser une partie de ses services en Inde. Avec à la clé, la conclusion d’un contrat afin d’y concevoir les AirPods.

Entre Foxconn et Apple, les choses semblent plus que jamais au beau fixe. Le groupe industriel taïwanais spécialisé dans la fabrication de produits électroniques et à l’origine de l’assemblage d’environ 70% des iPhone va désormais concevoir les écouteurs sans fil de la marque à la pomme baptisés AirPods.

L’information provient de Reuters ce jeudi 16 mars, qui cite des sources proches du dossier. Aucun chiffre n’a pour l’instant été dévoilé quant à la quantité de la production ni à ses implications financières pour chacune des parties concernées.

Mais des détails émergent à propos du financement à consentir par Foxconn dans le cadre de cette commande, une première pour le groupe basé dans la ville chinoise de Shenzhen. Les considérations logistiques ont également filtré.

Cap sur l’Inde

Selon Reuters, Foxconn a en effet dû satisfaire à la demande d’Apple d’organiser la production des AirPods non pas en Chine comme c’est le cas des iPhone, mais en Inde. Conséquence, l’entreprise prévoit d’investir 200 millions d’euros dans le cadre de la construction d’une usine à cet effet sur le territoire indien. Précisément dans l’État de Telangana.

Cette unité de fabrication prévue pour voir le jour avant le terme de l’année prochaine, s’inscrit dans la stratégie de Foxconn et d’Apple de délocalisation progressive de leurs intérêts de la Chine. En cause, les problèmes inhérents au fait de dépendre d’un pays autant au cœur des tensions géopolitiques que l’Empire du Milieu pour ses activités commerciales.

À cela s’ajoute la nature du régime de Pékin réputé pour ses décisions très peu communes. À l’image de la politique zéro Covid préjudiciable pour de nombreuses entreprises basées sur place.

Des inconnus

Ce sont autant de considérations qui poussent Apple et Foxconn à explorer d’autres horizons pour leurs investissements commerciaux. L’Inde semble donc bénéficier de leurs faveurs, à l’aune de cette production d’AirPods envisagée.

La commande remportée par la firme taïwanaise soulève toutefois quelques interrogations. Celle de la relation d’affaires entre Apple et les fabricants historiques de ses écouteurs sans fil, dont le groupe chinois Luxshare entre autres.

Quoi qu’il en soit, la perspective de voir Foxconn concevoir prochainement les AirPods a réjoui les marchés, qui ont connu des hausses relatives à l’annonce de la nouvelle.

Streaming : la stratégie illisible de Warner Bros. Discovery

La société née du mariage entre WarnerMedia et Discovery Inc. ferait machine arrière sur son projet de fusion des services de streaming des deux entités. La création d’au moins une troisième plateforme reste néanmoins dans les tuyaux.

Rétropédalage. Warner Bros. Discovery conserve finalement à la fois HBO Max et Discovery +. C’est du moins ce que croit savoir le Wall Street Journal (WSJ), auteur d’une information exclusive à ce sujet, le 8 février dernier.

Se fondant sur des sources proches du dossier, le quotidien américain spécialisé dans les informations économiques et financières affirme que les deux services de streaming ne devraient finalement plus fusionner, comme prévu dans le cadre du mariage entre leur maison-mère : WarnerMedia et Discovery Inc.

Les noces scellées en avril 2022 devaient notamment laisser place à la création dans les prochains mois d’une seule et même plateforme de vidéo à la demande nommée provisoirement Max.

Craintes du surcoût

Mais les plans ont manifestement changé, à en croire le WSJ qui évoque des considérations économiques comme raison. Warner Bros. Discovery craindrait en effet de perdre les quelque 20 millions d’abonnés de Discovery + en cas de fusion de cette dernière avec HBO Max. Une inquiétude justifiée par le coût relativement cher qu’il faudra débourser à Max.

Dans un contexte où l’abonnement mensuel à Discovery + est facturé entre cinq et sept dollars selon que vous laissez s’afficher de la publicité ou non, contre 10 à 16 dollars pour HBO Max, le choix s’avère a priori sans embarras pour l’utilisateur.

D’autant avec le prix de l’abonnement de Max censé voler plus haut que celui appliqué à HBO Max en ce moment. Le contexte socioéconomique marqué par l’inflation aurait par ailleurs incité Warner Bros. Discovery à renoncer à ce projet, toujours selon le WSJ.

L’impératif de réduction des coûts

Toutefois, les responsables de l’entreprise compteraient bien créer une nouvelle plateforme de streaming. Financée par la publicité, celle-ci devrait s’enrichir avec du contenu provenant à la fois de HBO Max et de Discovery + en majorité. Un projet qui n’exclut par le maintien de Discovery + comme service parallèle, en raison de sa compétitivité.

Cela pourrait s’avérer crucial pour l’ambition affichée de Warner Bros. Discovery de titiller le mastodonte Netflix et ses 230 millions d’abonnés à travers le monde. Reste qu’une telle initiative contredit quelque peu, le souhait du groupe de réduire les coûts au regard de la conjoncture économique difficile.

Tech : cette bulle Covid qui a très vite éclaté

Les géants de la tech licencient désormais en masse depuis après avoir profité de l’effet de levier de la crise du Covid pour recruter abondamment. Erreur de jugement ou excès d’optimisme ?

18 000 chez Amazon ; 12 000 chez Alphabet, la maison-mère de Google ; 11 000 chez Meta, le propriétaire de Facebook entre autres ; 10 000 chez Microsoft. Le point des licenciements dans des sociétés du secteur des nouvelles technologies s’allonge depuis quelques mois, au fil du temps. Avec chaque jour, son lot d’annonces dans ce sens.

Plus de 230 000 personnes impliquant 1274 entreprises très exactement ont ainsi perdu leur emploi de janvier 2022 à ce jour, selon Layoffs.fyi, site spécialisé dans le suivi des suppressions d’emplois du secteur de la tech à travers le monde. Plus de 75 000 de ce total concernent le seul mois de janvier 2023. Une preuve s’il en est, que cette tendance de coupes dans les effectifs risque de se poursuivre.

Conjoncture économique dégradante

Et pour cause, les facteurs qui la commandent restent d’actualité. Celle-ci est en effet marquée par un contexte économique morose avec une inflation galopante et la hausse des taux d’intérêt comme effet d’entraînement.

Ce tableau dégradant contraste avec celui de quelques mois plus tôt, dans la foulée de la pandémie du Covid-19. Profitant des retombées positives de la crise sanitaire sur leurs activités, les acteurs du web plus particulièrement ceux de la Silicon Valley, avaient embauché sans compter. Et parfois au prix de rudes batailles entre les mastodontes de la tech.

Amazon a ainsi grossi ses rangs de 728 000 personnes entre 2019 et 2021, selon un rapport du New York Times.

Quid du rebond ?

Entre-temps, le géant du commerce électronique est devenu la société avec le plus grand nombre de suppressions de postes du secteur technologique aux États-Unis.

« L’examen de cette année a été plus difficile compte tenu de l’économie incertaine et du fait que nous avons embauché rapidement au cours des dernières années« , indiquait le directeur général Andy Jassy, le 4 janvier dernier en guise de mea culpa. Une formule répétée à peu près dans les mêmes termes chez Meta, Microsoft et les autres.

De quoi se demander comment un secteur aussi prévoyant que celui de la tech à certains égards n’a-t-il pas pu anticiper cette période post-pandémie. La crise sanitaire si bouleversante soit-elle n’était quand pas appelée à durer indéfiniment.

À quand le rebond ?

Les enchères sont ouvertes pour Manchester United

Le club officiellement à la recherche de nouveaux investisseurs depuis novembre dernier, suscite déjà de l’intérêt. Une des parties intéressées vient de le confirmer.

Il s’appelle Sir Jim Ratcliffe et se trouve actuellement à la tête du groupe britannique Ineos, actif dans le secteur de la chimie. L’homme d’affaires de 70 ans a indiqué, le mardi 17 janvier, être officiellement en lice pour le rachat de Manchester United (Man Utd).

Le club de football de l’élite anglaise avait annoncé fin novembre, le lancement d’un « processus d’exploration des alternatives stratégiques afin d’en améliorer la croissance ». « Dans le cadre de ce processus, le conseil d’administration examinera toutes les alternatives stratégiques, y compris un nouvel investissement dans le club, une vente ou d’autres transactions impliquant la société« , pouvait-on notamment lire dans le communiqué.

Une information depuis enrichie par diverses sources médiatiques indiquant notamment que la fratrie Glazer propriétaire du club depuis la mort de leur père Malcolm en 2014, était enfin prêt à en céder le contrôle en cas d’offre alléchante.

Un amoureux de longue date

« Nous nous sommes officiellement engagés dans le processus », a confirmé un porte-parole de Ratcliffe au quotidien britannique Times, avant d’ajouter plus tard à la BBC qu’ils étaient en contact avec la banque d’affaires Raine Group diligentée par Man Utd pour s’occuper de la vente.

C’est la deuxième fois que le patron d’Ineos également propriétaire l’équipe française de Nice, du FC Lausanne en Suisse et du Racing Club Abidjan en Côte d’Ivoire, manifeste un intérêt pour Manchester United qu’il décrit comme son club de toujours. Il avait auparavant déclaré l’été dernier s’être buté contre le refus des Glazer de vendre leur propriété.

« S’il (le club) avait été à vendre, nous aurions probablement essayé », avait déclaré au Financial Times celui qui a précédemment échoué à acquérir Chelsea, le club londonien récemment racheté par un consortium américain.

De nombreuses offres attendues

Ce dernier avait été désigné vainqueur au milieu de plusieurs autres investisseurs, contre une enveloppe de 2,5 milliards de livres sterling. Manchester dont la dimension est bien au-delà de celle de Chelsea devrait être cédé, le cas échéant, pour bien plus. Les Glazer se gardent bien évidemment de donner un chiffre, mais des sources concordantes parlent de plus cinq milliards de livres.

Une somme qui ne devrait ni effrayer Ratcliffe dont la fortune personnelle est estimée à plus 15 milliards de dollars par Forbes, ni les nombreuses autres parties intéressées en provenance des États-Unis, du Moyen-Orient ou encore de l’Asie, à en croire les indiscrétions.

Jack Ma perd le contrôle de la fintech chinoise Ant Group

Le groupe de gestion financière basée à Hangzhou va procéder à une restructuration qui verra son fondateur et figure charismatique céder le contrôle. Le prix à payer pour se défaire de l’étreinte des autorités étatiques ?

Du mouvement à la tête d’Ant Group, du nom de cette société financière chinoise propriétaire de la plateforme de paiement électronique Alipay. Elle a annoncé le 7 janvier avoir décidé de procéder à une « nouvelle optimisation de sa gouvernance » à travers le changement de sa structure actionnariale.

Certains actionnaires dont principalement le fondateur Jack Ma et ancien patron du mastodonte du commerce en ligne Alibaba, filiale d’Ant Group, voient ainsi leur pouvoir au sein de l’entreprise considérablement diminuer.

Le milliardaire souvent présenté comme le « Steve Jobs chinois » ne devrait plus détenir que 6,2% des actions, contre 34% auparavant. Un niveau d’actionnariat qui s’éteindrait en réalité à 53,46 % en raison des participations de l’intéressé dans d’autres entités actionnaires.

Isolement accru

Cette restructuration annoncée avec force détails sur le site internet d’Ant Group, réduit drastiquement le pouvoir d’influence – sur le vote lors des Assemblées générales par exemple – de Jack Ma.

« Aucun actionnaire n’aura, seul ou conjointement avec un autre actionnaire, le pouvoir de contrôler le résultat des Assemblées générales. Aucun actionnaire n’aura le pouvoir de nommer la majorité du Conseil d’administration. Par conséquent, aucun actionnaire, seul ou conjointement avec d’autres parties, n’aura le contrôle d’Ant Group« , indique le groupe qui mettant en avant une volonté de transparence et diversification.

Reste que cette initiative que semble apprécier les marchés – le titre d’Alibaba a pris 9% à la place de Hong Kong – accroît un peu plus l’isolement de Jack Ma, devenu depuis 2020 un personnage indésirable aux yeux des autorités chinoises.

Décision de compromis ?

En cause, sa sortie au vitriol contre les régulateurs financiers du pays fin 2019. Il a depuis disparu des radars, alimentant les rumeurs en tout genre sur sa personne. L’opération d’entrée en bourse record d’Ant Group fut freinée. Alibaba a été frappé d’amende pour abus de position dominante. Et de nombreux autres géants technologiques du pays ont été victimes d’une répression féroce de la part de l’État.

Il semble toutefois que la tempête soit désormais passée pour Ant Group. En témoigne l’approbation le mois dernier par les régulateurs de son plan d’augmentation de 1,5 milliard de dollars pour son unité de crédit à la consommation. De quoi faciliter son influence auprès des consommateurs chinois. Dans ce contexte, la mise à l’écart de son fondateur pourrait représenter « un mal » pour « un bien ».

1 2 3 12