Walt Disney : le nouveau CEO, Bob Chapek, rejoint le conseil d’administration

Disneyland Park, Anaheim, Etats Unis.

 

Walt Disney a annoncé, mercredi 15 avril, la nomination de son directeur général (CEO) Bob Chapek comme nouveau membre de son conseil d’administration. L’ex président de Disney Parks a été désigné CEO du géant des médias et du divertissement fin février 2020.

Lorsque Walt Disney a nommé Bob Chapek au poste de directeur général du groupe en février dernier (Bob Iger devenant Président Exécutif), la compagnie a également révélé qu’il serait nommé au conseil d’administration à une date ultérieure. Ce qui a été fait ce mercredi 15 avril 2020. Bob II a officiellement rejoint le Conseil d’administration de la firme aux grandes oreilles.

Une annonce surprise

Selon un dossier déposé auprès de la SEC (l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers), Bob Chapek ne devrait être nommé à aucun comité du conseil d’administration pour le moment. Cette annonce survient juste après que le New York Times ait révélé que Bob Iger, qui devait s’occuper de toutes les affaires artistiques de Walt Disney Company jusqu’en 2021, a finalement repris son rôle précédent pour faire face à la crise économique liée à la pandémie du Covid-19. Interrogé sur ce changement, Bob Iger a déclaré au New York Times : « Une crise de cette ampleur et son impact sur Disney entraîneraient nécessairement mon aide active à Bob [Chapek] et à la société, c’est d’autant plus vrai que j’ai dirigé l’entreprise durant près de 15 ans ! ».

« Bob Chapek a fait preuve de leadership »

Susan Arnold, directrice principale indépendante du conseil d’administration de Disney, et Robert Iger estiment que « Bob Chapek a fait preuve d’un leadership remarquable face à des défis sans précédent qui étaient inimaginables lorsqu’il est devenu CEO il y a seulement sept semaines ». Ils rappellent par ailleurs l’avoir « vu traverser cette situation très complexe avec détermination et compassion ».

Il a supervisé l’ouverture des parcs à thème

Chapek a fait son entrée à Walt Disney en 1993. De 2011 à 2015, il a été président de l’ancien Disney Consumer Products et président de la distribution de Walt Disney Studios, ainsi que de Walt Disney Studios Home Entertainment. Plus récemment, il a occupé les fonctions de président de Disney Parks. Dans ce rôle, l’homme d’affaires américain a supervisé l’ouverture du parc à thème et complexe hôtelier de Disney en Chine continentale, Shanghai Disney Resort, et les mises à niveau dans les six complexes hôteliers de Disney aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Disney+ : Liam Keelan dirigera la division Europe et Afrique du groupe

Logo de Disney +.

 

Selon le magazine Variety, Disney+ a nommé vendredi un ancien de la BBC, Liam Keelan, pour diriger la division « productions originales pour la télévision » du groupe en Europe et en Afrique. Les contenus originaux auront pour vocation à être diffusés sur les différents canaux que Disney possède, à savoir les chaînes Fox, Disney Channel, mais aussi la plateforme Disney+.

« La France est un marché très important pour nous »

Disney+ poursuit son implantation en Europe avec la nomination, vendredi 14 février, de Liam Keelan, ancien directeur éditorial mondial de BBC Worldwide et contrôleur de programmes à BBC Daytime. Selon le magazine Variety, le dirigeant doit prendre la tête de la division « productions originales pour la télévision » du groupe en Europe et en Afrique. Il va spécialement s’occuper de contenus originaux, qui auront pour vocation à être diffusés sur les différents canaux que Disney possède : les chaînes Fox, Disney Channel, mais aussi la plateforme Disney+.

Dans ce cadre, il supervisera une équipe chargée de produire des programmes allant des séries animées aux documentaires, en passant par les séries en live-action, dans différents genres, dans les différents pays de la zone. Cette nomination suggère que Disney+ proposera des programmes européens, voire français. Une possibilité évoquée dès 2018 par Kevin Mayer, le patron de Disney+ à l’international.

Interrogé par Capital, le responsable a confirmé que la plateforme produirait des contenus spécifiques au marché français. « La France est un marché très important pour nous. Ces programmes seront exclusifs pour la France dans un premier temps. Mais s’ils marchent, ils auront vocation à être diffusés sur tous nos territoires », avait-il expliqué.

Disney+ a obligation de produire des contenus français

Cette stratégie répond à une obligation européenne. La nouvelle version de la directive européenne SMA (service de médis audiovisuels), bientôt transposée dans le droit français avec la réforme de l’audiovisuel que prépare le gouvernement, impose en effet aux plateformes en ligne de proposer au moins 30%  de contenus européens dans leur catalogue, et de contribuer au financement de la production audiovisuelle locale.

Disney a déjà respecté cette directive en ce qui concerne la télévision. L’entreprise américaine a produit ou diffusé des séries françaises sur Disney Channel en France. Il s’agit notamment de sitcoms au format court comme « Trop la Classe ! » et « Mère et Fille » ou de séries animées comme « Totally Spies » et l’adaptation de « Tara Duncan ».

Liam Keelan était auparavant directeur éditorial mondial de BBC Worldwide, qu’il a rejoint en 2018. Mais il a dû quitter le groupe en mars dernier suite à une restructuration.

Les médias numériques : un modèle financier à part entière

Financement média numérique

En 1997, le journal Le Monde entamait déjà ses premières réflexions autour d’une édition numérique. Déjà à l’époque, le web représentait déjà un monde de la gratuité complète. De ce fait, les questions autour du financement d’un contenu dématérialisé se sont rapidement posées. Si pendant longtemps, les médias ont privilégié la gratuité et les revenus publicitaires, de nouveaux systèmes économiques ont commencé à voir le jour…

La publicité, un modèle instable créateur de frustration

La publicité présente sur les médias en ligne assure une source de revenue stable aux sites d’information. Cependant, avec la multiplication des bloqueurs de publicité sur les périphériques de consommateurs, relevant d’un sentiment de frustration et d’une aversion vis-à-vis de la publicité, ce modèle de financement n’était plus pérenne. De plus, les publicités ciblées en fonction de chaque consommateur accentuaient ce sentiment d’omniprésence publicitaire. Au final, tous ces aspects venaient entacher l’image du média, aussi pertinent soit son contenu.

Pour tenter d’endiguer ce problème, des solutions alternatives sont nées chez les médias numériques.

L’abonnement, la fidélisation chez un média de qualité

Comme l’histoire aime souvent se répéter, de nombreux médias se sont mis à proposer un système d’abonnement mensualisé pour accéder à leur contenu numérique. Similaire à un abonnement pour un journal papier, l’abonnement en ligne permet à ses utilisateurs d’accéder à l’intégralité du contenu de son média numérique. À la différence d’un journal papier, tous les articles d’une presse en ligne ne sont pas soumis à l’abonnement payant. Les sites mettent généralement des articles accessibles gratuitement et réservent les autres à leurs abonnés.

Et il faut bien dire que le modèle fonctionne. D’après une étude menée par Deloitte, leurs prédictions annonçaient que d’ici à 2020, en moyenne, un adulte serait prêt à payer trois à quatre abonnements pour accéder à du contenu en ligne. Si les plateformes comme Netflix participent grandement à l’augmentation de ce chiffre, force est de constater que les abonnements pour les journaux en ligne augmentent aussi. À titre d’exemple, en 2017, le Figaro avait enregistré une hausse de 30% de ses abonnements à l’édition numérique.

Les médias 100% numériques et la perpétuelle recherche d’un modèle économique

Si jusqu’ici, la question du financent restait limitée aux médias traditionnels, à savoir des médias au format papier qui se sont dédoublés au format numérique, Quid des nouveaux médias qui n’ont ni format papier, ni système d’abonnement. Pour ces “néo-médias”, l’équation est un peu plus compliquée…

Ainsi, on retrouve plusieurs modèles économiques, qui tendent à l’équilibre, sans pour autant assurer que tous finissent par être rentables.

Tout d’abord, certains médias refusent la publicité ainsi que les abonnements. Pour ces cas extrêmes, la solution passe généralement par les dons des lecteurs et le bénévolat.

Pour les autres, leur chiffre d’affaire est segmenté à travers plusieurs canaux de revenus. D’un côté, le nombre de vues qu’ils réalisent sur les réseaux sociaux leur rapporte un peu d’argent. Malheureusement, la visibilité n’est pas suffisante et ces médias se retrouvent obligés de réaliser des sponsorings ou encore du brand content. En s’alliant à un groupe ou une marque, ces médias vont les mettre en avant dans certaines publications en échange d’une rémunération. Ainsi, Loopsider un média en partie axé sur l’écologie, a réalisé différentes opérations commerciales avec Veolia.

Quelles que soient les plateformes, ces sponsorings sont plutôt bien reçus par les consommateurs, qui comprennent que la gratuité apparente d’un média doit se faire au prix de quelques contreparties.

TV : le groupe français Banijay rachète le géant Endemol

Logo du groupe français Banijay

 

Le groupe français Banijay a conclu un accord définitif pour acquérir 100% du capital d’Endemol Shine et créer un géant mondial de la production audiovisuelle. Le nouvel ensemble devrait dégager environ trois milliards d’euros de revenus. 

Le nouveau catalogue comptera près de 100.000 heures de programmes

C’est une opération d’envergure, jamais vue ces dernières années. Le groupe français Banijay s’offre le premier producteur audiovisuel mondial, le néerlandais Endemol Shine, pour un montant évalué à environ deux milliards d’euros, dont 1,6 milliard environ d’endettements. Le rachat permettra la naissance d’un géant mondial de la production audiovisuelle. Cette nouvelle entité va former un groupe qui dégagera un chiffre d’affaires d’environ trois milliards d’euros et tripler ainsi les revenus du français Banijay, dirigé par Stéphane Courbit, président d’Endemol France de 2001 à 2007.

Endemol Shine, acteur emblématique de la télé réalité est à l’origine de programmes comme « Black Mirror » et « Loft Story ». Quant à Banijay, il produit de nombreuses émissions à succès dont la série «Versailles», le talk-show «Touche pas à mon poste» présenté par Cyril Hanouna et le jeu d’aventures «Koh-Lanta». Le nouveau catalogue comptera près de 100.000 heures de programmes, tous genres confondus. « Le catalogue combiné inclura plusieurs marques et formats parmi les plus connus au monde comme Black Mirror, Versailles, The Millennium Trilogy, Peaky Blinders, Big Brother, MasterChef, Survivor, Temptation Island, Wife Swap and The Island, » énumère Banjiay Group dans un communiqué. « C’est une opération stratégique et industrielle évidente », a jugé une source proche du dossier.

Endemol mis en vente depuis 2018

Endemol, copropriété du groupe Walt Disney et du fonds d’investissement privé Apollo Global Management, a été mis en vente en juillet 2018 à un prix compris entre 2,3 et 3 milliards d’euros, suscitant l’intérêt de plusieurs acquéreurs potentiels. Il s’agit notamment du britannique ITV, concurrent mondial d’Endemol. ITV a finalement renoncé acquérir Endemol, laissant la voie libre à Banijay, qui ne cachait pas son intérêt pour le rachat du néerlandais.

Après finalisation de leur mariage, les deux groupes seront détenus par une holding contrôlée par Stéphane Courbit LDH à hauteur de 67,1% et Vivendi (32.9%), précise Banijay.

Banijay est contrôlé par la holding de Stéphane Courbit, Lov Group, et la société DeA Communications, propriété du groupe italien De Agostini. Vivendi en est aussi un actionnaire minoritaire.

Télévision : Orange cesse de diffuser les chaînes d’Altice ; des discussions en cours pour rétablir le signal

Un écran avec le logo de BFMTV, chaîne d'Altice

 

Depuis ce jeudi matin, Orange ne diffuse plus BFMTV, RMC Découverte et RMC Story faute d’accord de rémunération avec Altice. Temporaire, cette interruption vise à relancer les discussions entre les deux parties. Une réunion a lieu cet après-midi.

Le signal rétabli d’ici 24 heures

Après Free lundi dernier, c’est au tour de l’opérateur Orange de couper jeudi matin (9H) le signal des chaînes d’Altice, à savoir BFMTV, RMC Découverte et RMC Story. Les deux parties n’ont pas réussi à trouver un accord de rémunération. « Le groupe Altice a décidé de modifier profondément les conditions de distribution de ses chaînes de la TNT gratuites (…), indique l’opérateur. Orange et le groupe Altice n’ont pas trouvé d’accord sur ces nouvelles conditions. Dans ce contexte nous sommes contraints d’interrompre momentanément l’accès à cette chaîne sur la TV d’Orange ». L’entreprise télécom a dit être confiant quant à une reprise des discussions, tout en précisant qu’elle ne « transigera pas sur les principes qui font l’équilibre entre opérateurs et diffuseurs ». Les abonnés Orange pourront toutefois continuer à regarder les chaînes en branchant leur box sur l’antenne de la TNT et via les applications sur Internet, également disponibles via une AppleTV.

Le signal pourrait être rétabli «dans les 24 heures» affirme une source proche du dossier. Cette interruption temporaire vise à relancer les discussions entre les deux groupes. En fin de matinée, le patron d’Altice, Alain Weill, a d’ailleurs annoncé en conférence de presse qu’il changeait de stratégie face aux fournisseurs d’accès. Il accepte désormais que les opérateurs diffusent gratuitement ses chaînes mais compte leur faire payer le replay. Alain Weill a indiqué qu’une réunion avec les responsables d’Orange aura lieu cet après-midi.

« Il y a un équilibre entre les éditeurs de chaînes et les opérateurs »

Depuis plusieurs mois, le groupe Altice réclame aux opérateurs télécoms une rémunération pour relayer ses chaînes. Alain Weill estime que c’est une question de survie face à la rude concurrence des nouveaux modes de consommation que sont les plateformes de streaming de type Netflix ou Amazon Prime. Mais les diffuseurs répondent qu’il n’y a pas de raison de payer pour des chaînes gratuites et pour lesquelles les groupes télévisuels ne payent pas l’usage des fréquences. « Nous considérons qu’il y a un équilibre entre les éditeurs de chaînes et les opérateurs que nous sommes : en transportant gratuitement les chaînes, nous leur assurions une audience, sans demander de rémunération en retour », a expliqué Stéphane Richard, PDG d’Orange. Après avoir donné gain de cause à TF1 et M6 l’année dernière, les opérateurs refusent surtout d’ouvrir la boîte de Pandore, puisque toutes les autres chaînes demanderaient à être rémunérées.

On sait que le groupe de téléphonie ne craint pas les bras de fer juridique, comme dans la polémique Korek (Irak) et Orange qui avait fini devant les tribunaux.

Consommer la presse autrement : SnapPress et le tirage de Maison et jardin actuels

Les lecteurs, pour la majorité habitués à la presse numérique, consomment de plus en plus de contenus sur leur téléphone. Face au digital, les magazines papiers adoptent donc de nouveaux outils, afin de proposer aux consommateurs une toute nouvelle expérience de lecture. C’est le cas du magazine Maison actuelle, qui, dans ses nouveaux tirages, intègre SnapPress. Une application permettant d’allier support papier et contenus numériques, grâce à la technologie de la réalité augmentée.

La lecture numérique s’impose dans le paysage journalistique

Face à une digitalisation massive des supports de lecture, les consommateurs se dirigent de plus en plus vers des contenus numériques. Selon l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM), d’après son étude publiée fin 2018, 76,7% des Français s’informent sur au moins un titre de presse en version numérique tous les mois. L’étude révèle également que le nombre de lecteurs s’informant exclusivement sur un support papier baisse chaque année (38%, moins 7 points sur un an), et qu’à l’inverse, le support mobile progresse (21%, plus 5 points sur un an).

Si le numérique gagne chaque année du terrain, il est cependant nécessaire de comprendre que le support papier reste le support préféré des lecteurs. Ils voient en effet dans le contenu imprimé un gage de fiabilité, étant donné la vague de « Fake News » qui déferle depuis l’arrivée du digital. C’est aussi un moyen pour eux de gagner en concentration. Selon une étude réalisé par Toluna, entreprise spécialisée dans les enquêtes, 72% des Français prônent la lecture papier pour lire plus efficacement et mieux comprendre le contenu.

SnapPress : croiser lecture papier et lecture numérique

La majorité des magazines papiers ou autres organes de presse choisissent la numérisation. Cela  leur permet en effet de toucher un panel de cible plus large, tout en réalisant des économies de moyens. D’autres proposent une alternative originale. C’est le cas des tirages du magazine Maison actuelle, qui intègrent désormais l’application SnapPress dans ses contenus. L’originalité de ce nouvel outil : la réalité augmentée.

Les articles du magazine marqués par l’icône SnapPress peuvent ainsi être scannés grâce à l’application éponyme disponible sur smartphone. Les lecteurs ont alors la possibilité d’accéder à du contenu supplémentaire et exclusif. Un moyen d’allier les meilleurs atouts de chacun des supports, puisqu’on retrouve d’un côté l’efficacité du contenu imprimé et de l’autre l’interactivité offerte par le numérique.

Audiences TV : M6 a dominé la soirée du lundi grâce au «Roi Lion»

Simba, Pumbaa et Timon, trois principaux personnages du Roi Lion

 

Au moins 4,46 millions de téléspectateurs étaient sur M6 ce lundi soir pour assister à la diffusion inédite du « Roi Lion », le dessin animé de Disney sorti en 1994. Tout naturellement ce score a permis à M6 de se hisser en tête des audiences avec 22,3 % de part d’audience (PDA), selon les chiffres de Médiamétrie.

Le Roi Lion, meilleur score depuis trois ans pour un film en prime

Comme on s’y attendait, Le Roi Lion a réuni du beau monde lundi soir sur M6. Au moins 4,46 millions de téléspectateurs étant devant la quatrième chaîne de France pour regarder le célèbre dessin animé de Disney sorti en 1994. M6 s’est logiquement hissé en tête des audiences avec 22,3 % de part d’audience (PDA), selon les chiffres de Médiamétrie cités par Puremédias. Mieux, la part de marché sur les femmes au foyer de moins de 50 ans a même atteint 37,9 %. Ce pourcentage est quasi équivalent à celui de « La Reine des Neiges », diffusée sur M6 le 19 décembre 2016 (6,1 millions, 22,4 % de PDA). Le Roi Lion devient alors le meilleur score depuis trois ans pour un film en prime.

M6 a attendu le bon moment

M6 a clairement profité de la popularité du dessin animé toujours culte, dont l’adaptation « live » sort ce mercredi au cinéma. La chaîne a d’ailleurs indiqué qu’elle a attendu le bon moment pour diffuser Le Roi Lion. « On a gardé le film de côté parce qu’il y avait cette forte actualité dont on avait connaissance depuis quelque temps. On savait que le long-métrage allait sortir donc on a attendu pour être raccord », a expliqué M6 lundi, avant la diffusion. Tout le moins que l’on puisse dire c’est que la chaîne privée a tapé plein dans le mille.

Les audiences des autres chaînes du Top 5

En deuxième position au niveau des audiences, lundi soir, vient TF1. La télévision généraliste a attiré 3,4 millions de téléspectateurs pour 16,8 % puis 19,1 % de PDA avec la rediffusion des deux parties d’un épisode de sa fiction Camping Paradis.

France 2 occupe la troisième place avec la saison 5 de la série Major Crimes, dont les deux premiers épisodes inédits de la soirée ont rassemblé 2,26 millions de téléspectateurs, soit 11,2 % de PDA.

Au quatrième rang, nous avons France 3 qui a rassemblé 1,91 million de téléspectateurs devant Pour une poignée de dollars, le western de 1964 de Sergio Leone avec Clint Eastwood. Citons enfin Arte, qui vient à la cinquième place des audiences grâce à Coup de foudre, de Diane Kurys avec Miou-Miou et Isabelle Huppert. Ce film a réuni 1,23 million de spectateurs lundi soir sur la chaîne.

Redevance audiovisuelle : Le montant continuera de s’élever à 139 euros

Franck Riester en février 2019

 

Le montant de la redevance audiovisuelle continuera de s’élever à 139€, a annoncé vendredi le ministre de la Culture Franck Riester. Il a par ailleurs déclaré que le plan d’économies demandé à Radio France constituait « un effort soutenable et raisonnable » et que le gouvernement ne « bougerait pas » sur ce dispositif.

Lors d’une interview sur Europe 1, vendredi, le ministre de la Culture Franck Riester a apporté des réponses à certaines questions  que se posent les Français, notamment une potentielle hausse ou baisse de la redevance audiovisuelle à venir.

« nous ne souhaitons pas du tout augmenter la redevance »

Il a d’abord affirmé que le gouvernement ne prévoit ni d’augmenter ni de baisser le montant de la redevance audiovisuelle, qui s’élève actuellement à 139 euros. « On a demandé un effort à l’audiovisuel public, dans le cadre de la volonté du gouvernement de rétablir les comptes et nous ne souhaitons pas du tout augmenter la redevance », a-t-il indiqué. Il a précisé que cette taxe aurait toutefois besoin « d’être adaptée, puisqu’elle est aujourd’hui collectée en même temps que la taxe d’habitation qui va être supprimée pour tous les Français en 2022 ».

Interrogé sur une potentielle baisse de ce tarif, le ministre de la culture a évoqué  le « besoin de moyens pour l’audiovisuel public et nous [l’état NDR] devons faire en sorte que cet audiovisuel public se différencie encore davantage du secteur privé ». Cette déclaration constitue une réponse directe à la suppression de la taxe évoquée par le ministre des comptes publics en avril dernier. Gerald Darmanin avait jugé que cet impôt était « dépassé, tout le monde sait qu’on écoute France Inter ou la télé publique pas simplement sur son poste de radio ou sa télévision. ».

Le gouvernement pas prêt à des concessions sur le plan d’économies soumis à Radio France

Le ministre de la culture a également estimé que le plan d’économies demandé à Radio France représentait « un effort soutenable et raisonnable » et que le gouvernement ne « bougerait pas » sur ce dispositif. Ce projet, qui prévoie 60 millions d’euros d’économies d’ici à 2022 et environ 300 suppressions de postes, est contesté par les salariés du groupe qui se sont mis en grève mardi en signe de protestation.

Media : Mediaset prend des participations au capital de ProSieben

Logo de Mediaset

 

L’Italien Mediaset est entrée ce mercredi, à hauteur de 9,6%, au capital du diffuseur allemand ProSiebenSat.1, devenant son deuxième actionnaire, derrière Capital Research Global Investors. Cette prise de participation permettra au média italien de s’inviter à la table d’éventuelles discussions à venir sur la création d’Euroflix, censé être un acteur d’envergure européenne dans la télévision et la vidéo.

« Unir [nos] forces si nous voulons rester compétitifs»

Mediaset a pris ce mercredi une participation de 9,6% au capital du diffuseur allemand ProSiebenSat.1. Cette participation représenterait environ 330 millions d’euros au cours de clôture de l’action ProSieben mardi. Le groupe italien met donc fin aux spéculations selon lesquelles il voulait fusionner avec le diffuseur allemand, depuis un bon moment. Mediaset, qui est contrôlé par Fininvest, la holding de l’ex-président du Conseil italien Silvio Berlusconi, s’est évidemment réjoui de l’opération conclue ce jour. Pier Silvio Berlusconi, son administrateur délégué, a affirmé dans un communiqué que « cette acquisition amicale est un choix de long terme ». Puis d’indiquer que « Le rapide processus de mondialisation qui conditionne le scénario international est tel que les groupes européens de médias comme les nôtres doivent unir leurs forces si nous voulons continuer à rester compétitifs ou à simplement résister, en termes d’identité culturelle européenne, aux éventuels investissements hostiles des géants mondiaux ».

Mediaset ne réclamera pas d’entrer au conseil d’administration pour le moment

Pour sa part, Max Conze, président du directoire de ProSiebenSat.1, a déclaré dans un communiqué : « Nous saluons l’investissement de Mediaset et nous y voyons un vote de confiance dans notre stratégie et nos équipes ». Selon les informations proches du dossier, Mediaset n’envisage pas à ce stade d’augmenter sa participation et de réclamer un siège au conseil d’administration de ProSieben.

Mediaset, qui contrôle également le diffuseur espagnol de chaînes gratuites Mediaset Espana, devient le deuxième actionnaire de ProSieben avec 9,9% des droits de vote, derrière Capital Research Global Investors, le puissant gestionnaire de fonds américain. Avec cette participation, Mediaset aura surtout son mot à dire lors d’éventuelles discussions à venir sur la création d’un acteur d’envergure européenne dans la télévision et la vidéo : Euroflix. Ce dernier devrait fusionner les principaux groupes de médias européens que sont le luxembourgeois RTL Group, le français TF1 et le britannique ITV. Euroflix vise à contrecarrer la concurrence des offres en streaming de Netflix et Amazon Prime.

 

 

Etats Unis : Vice Media a levé 250 millions de dollars de dette auprès d’un groupe d’investisseurs

Logo Vice Media

 

Vice Media a levé 250 millions de dollars (223 millions d’euros) de dette auprès d’un consortium emmené par 23 Capital et incluant le milliardaire américain George Soros, a annoncé le Wall Street Journal. Cette opération est destinée à financer le plan de redressement du groupe, en difficulté depuis l’an dernier.

Selon une information du Wall Street Journal, Vice Media a levé 250 millions de dollars (223 millions d’euros) de dette auprès d’un groupe d’investisseurs emmené par 23 Capital, une société de financement opérant dans les secteurs du sport, de la musique et du divertissement, avec la participation de Soros Fund Management, de Fortress Investment Group et de Monroe Capital.

« Grâce à cet investissement en capital, les plans de croissance de Vice peuvent être accélérés »

Une source citée par le WSJ souligne que les investisseurs ont ainsi marqué leur confiance dans la nouvelle stratégie décidée par la directrice générale Nancy Dubuc, aux commandes depuis environ un an. « Grâce à cet investissement en capital, les plans de croissance de Vice peuvent être accélérés, ce qui nous permet de mettre en œuvre la vision stratégique de notre nouveau leadership pour la société », a déclaré Vice Media dans un communiqué.

Depuis plusieurs mois, le groupe de médias basé à Brooklyn cherchait à lever de l’argent face à la stagnation de sa croissance qui a contraint la société à réduire ses effectifs de 15% (250 postes supprimés). Dans le même temps, la valeur de Vice Media a chuté, poussant Disney a déprécié de 157 millions de dollars sa participation dans Vice Equity l’année dernière. Vice avait précédemment collecté environ 1,4 milliard de dollars auprès de bailleurs, dont TPG Capital, qui a investi 450 millions de dollars dans l’entreprise au cours de l’été 2017.

 

Nancy Dubuc fait le ménage au sein du groupe

Nommée à la tête de Vice Media il y a un an, Nancy Dubuc s’est fixée pour objectif de réaliser une rentabilité au cours du prochain exercice. Pour se faire, elle a restructuré la société autour de cinq secteurs d’activité que sont le numérique, les informations, la production cinématographique et télévisuelle, la chaîne câblée et une agence de publicité interne.

Cette restructuration des activités a également nécessité la suppression de multiples canaux Web pour les regrouper en un seul site.

 

1 2 3 7