Cnews bientôt première chaîne d’info en France ?

Le duel à distance que se livrent BFMTV et la chaîne du groupe Bolloré pourrait bien tourner très bientôt à l’avantage de cette dernière. Rien ne semble en mesure d’ébranler la dynamique portée par ses principales têtes d’affiche, dont Éric Zemmour notamment.

Cnews et BFMTV viennent de passer une drôle de semaine. Les deux principales chaînes d’information se sont livrées à un combat acharné afin de grappiller le maximum de part d’audience. Et à l’heure du bilan, les comptes semblent davantage favorables au média appartenant à Vincent Bolloré. Cnews a en effet considérablement réduit son retard sur sa grande rivale ces derniers jours. BFMTV reste en tête grâce à une avance de 0,1 point de part d’audience seulement. Mais pour combien de temps ? La question n’a été autant d’une telle acuité depuis la naissance de la télévision dirigée par Serge Nedjar il y a quatre ans. Et pour cause, la chaîne d’information suscite l’adhésion massive de l’opinion. À tel point qu’elle a aujourd’hui multiplié par 2,3 sa part d’audience en deux ans, selon TV Magazine.

Des têtes de gondole polémistes

Les données publiées le week-end dernier témoignent d’un pic d’audience en faveur de Cnews le soir principalement. C’est en effet à cette période de la journée que se déroulent nombre de ses émissions portées par certains personnages qui à l’évidence retiennent l’attention du public. Il s’agit entre autres de Punchline animée par Laurence Ferrari, L’Heure des livres d’Anne Fulda, L’Heure des Pros 2 de Pascal Praud et Face à l’info dont les principales têtes d’affiche sont Christine Kelly et Éric Zemmour. Ce duo en l’occurrence apparaît aujourd’hui comme la locomotive de Cnews grâce à ses audiences quotidiennes frôlant le million de téléspectateurs.

Ascension à marche forcée

Et pourtant, Face à l’info n’attire pas que des téléspectateurs ravis devant leur télévision. La journaliste Christine Kelly et son collègue Éric Zemmour font l’objet de nombreuses critiques parfois même au-delà de la France pour leurs interventions à l’antenne. Le second ayant été condamné à de multiples reprises pour appel à la haine raciale par la justice. Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) épinglait pas plus tard qu’en mars dernier, l’émission pour des propos tenus par le même Zemmour à l’antenne envers les mineurs étrangers. Une sanction pécuniaire de 200 000 euros avait été infligée par le gendarme de l’audiovisuel, au grand dam de la chaîne qui revendique sa liberté d’expression. Son patron Serge Nedjar s’est récemment défendu de toute dérive raciste ou xénophobe, se posant en média ouvert à tous et à tous les sujets.

Le magazine Valeurs actuelles frappé au portefeuille

L’hebdomadaire français d’extrême-droite est engagé dans une bataille judiciaire avec Taboola, une des régies publicitaires intervenant sur son site internet. Objectif : récupérer une part importante des recettes dont il se retrouve aujourd’hui priver.

Valeurs actuelles est dans de sales draps. Déjà en proie à une raréfaction des entrées financières due à la campagne déclenchée contre lui par l’organisation d’activistes Sleeping Giants France, l’hebdomadaire doit désormais faire l’impasse sur un tiers de ses recettes publicitaires. Et pour cause, Taboola, sa principale mamelle nourricière a décidé de se retirer. La régie en ligne accuse notamment le journal de promouvoir la haine et la discrimination raciale.

Dans la ligne de mire de l’entreprise israélienne, un article paru dans les colonnes du magazine en août 2020 et dont le personnage principal est Danièle Obono, députée française d’origine gabonaise, membre de la France insoumise. On y voit la quadragénaire représentée chaîne au coup, telle une esclave. Le titre : « Danièle Obono, au temps de l’esclavage ! Notre roman de l’été » était lui aussi sans équivoque. Et le tollé qui s’en est suivi a traversé toute la classe politique française et bien au-delà. À tel point que le magazine avait fini par se répandre quelques jours plus tard en excuses, mais en se gardant de quelque visée raciste que ce soit.

Bras de fer judiciaire

Cela n’a semble-t-il pas convaincu Taboola. La régie publicitaire a ainsi décidé en septembre dernier de rompre le contrat qui le lie à l’hebdomadaire un an seulement après sa signature, l’accusant de promouvoir la haine. Ce qui contrevient à l’engagement des deux parties. C’est un coup dur pour le magazine d’extrême-droite qui estime qu’une telle décision le prive d’une part conséquente de ses recettes publicitaires, dont la totalité des revenus générés par son site internet.

Devant la justice, Valeurs actuelles indique que la revue en ligne ne respecte pas les clauses contractuelles, car sa résiliation unilatérale du contrat se fonde sur un contenu publié sur sa version papier et non sur le web. Argumentaire également contesté par Taboola. La firme met en exergue un autre point du contrat interdisant aux parties contractantes de se porter atteinte l’une à l’autre. Or l’article sur Danièle Obono viole ce terme, estime-t-elle.

Après une première décision défavorable, la régie finit par obtenir gain de cause le 7 avril dernier. La Cour d’appel invalidant l’argument de la liberté de la presse dont se targue le magazine pour justifier sa publication.

La décision judiciaire sur le fond du dossier est attendue.

Téléfoot déclare rembourser une partie de ses abonnés

Mediapro a décidé de porter une attention particulière à ses abonnés et compte rembourser ceux qui ont payé un an d’abonnement. 

Téléfoot a récemment déclaré avoir prévu de rembourser une petite partie à ses abonnés et notamment ceux qui ont pris un abonnement d’un an et qui suivent la chaine depuis leurs ordinateurs ou leurs smartphones. A noter, Mediapro fermera bientôt sa chaine Téléfoot et a déclaré bientôt arrêter ses activités lors de son procès au tribunal de commerce de Nanterre. La chaine a déclaré être capable de procéder à la démarche de remboursement malgré les difficultés financières et les dettes. “Les sommes correspondantes ont été prises en compte dans les dettes à apurer et la chaîne sera en mesure de procéder à ces remboursements”, a déclaré la chaîne au tribunal de commerce à Nanterre.

Téléfoot compte vendre son portefeuille d’abonnés pour gagner un peu d’argent et compenser la perte. L’argent qui pourrait être gagné, devra obligatoirement être versé à la Ligue de football professionnel (LFP) avec qui elle est en cours de confrontation au tribunal. La Ligue de football professionnel pourrait gagner 4 millions d’euros grâce à la démarche envisagée par Médiapro. Cependant, il restera 96 millions d’euros de dette à régler.

La chaine prévoit la résiliation de ses contrats avec les fournisseurs qui assurent la distribution de la chaine tels que Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free ainsi que TF1 qui fait de la publicité pour sa marque. Vu la situation, elle compte également licencier un nombre considérable de salariés mais a déclaré pouvoir assurer le paiement de leurs indemnités.

Attentat de Conflans : les patrons France des réseaux sociaux convoqués ce mardi par Marlène Schiappa

Logo des grands réseaux sociaux.

 

Ce mardi, les patrons France des grandes réseaux sociaux et plateformes (Facebook Twitter, Google, Tiktok et Snapchat) sont convoqués par la ministre déléguée à la Citoyeneté, Marlène Schiappa. Il s’agira de trouver des moyens de mieux contrer le « cyber-islamisme », après l’ignoble attentat de Conflans.

Les patrons des grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Google, TikTok et Snapchat) sont convoqués mardi 20 octobre par la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, pour trouver des moyens de mieux contrer « le cyber-islamisme », suite à l’assassinat d’un professeur d’histoire à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) vendredi dernier. Les plateformes ont été critiquées pour avoir relayé les messages stigmatisant le professeur d’histoire, Samuel Paty. Celui-ci a été décapité vendredi vers 17 h en pleine rue à Conflans, après avoir montré en cours les caricatures de Mahomet publiées dans Charlie Hebdo.

Un site néonazi diffuse la photo du professeur décapité

C’est d’ailleurs sur Twitter que l’assaillant, Abdoullakh Anzorov, un jeune Tchétchène arrivé en France à l’âge de huit ans, a revendiqué son action terroriste pour motif religieux. Il avait ensuite publié la tête de l’enseignant, avant d’être abattu de neuf balles par la police. Son post a été repris sur d’autres plateformes. Le parquet de Paris a ouvert dimanche une enquête après la diffusion sur un site internet néonazi de la photographie du professeur.

« Les algorithmes qui fonctionnent de façon robotique ne perçoivent pas bien le contexte »

Dans un plaidoyer sur franceinfo Sophie Jehel, maîtresse de conférences à l’Université Paris 8, estime qu’« Il faut des équipes de modération plus nombreuses » et « francophones » sur les plateformes numériques (la plus part américaines) pour lutter contre la haine en ligne. « Tout le problème de la haine, c’est un problème d’interprétation, de contextualisation. Les algorithmes qui fonctionnent de façon robotique ne perçoivent pas bien le contexte. Donc, il faut des humains, il faut des Français », a expliqué la co-autrice de l’ouvrage Les adolescents face aux images trash sur internet (2019). De son côté, le ministre de la Justice Dupond-Moretti a suggéré de nommer davantage de magistrats dédiés aux contenus haineux en ligne.

La Légion d’honneur à titre posthume

Une marche blanche en hommage à Samuel Paty sera organisée ce mardi soir à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Le professeur recevra aussi la Légion d’honneur à titre posthume et sera fait commandeur des Palmes Académiques. « C’est emblématique parce que c’est l’ordre qui va avec les professeurs, avec le monde de l’éducation », a commenté le ministre Jean-Michel Blanquer sur BFMTV-RMC ce mardi matin.

Etats Unis : Donald Trump prend des mesures concrètes contre TikTok et WeChat

Donald Trump dans le Bureau Ovale de la Maison Blanche.

 

Le secrétariat d’Etat au commerce américain a annoncé, dans un communiqué publié vendredi 18 septembre, la mise en œuvre de mesures concrètes contre TikTok et WeChat. Ces applications chinoises ne pourraient plus être disponibles aux Etats-Unis à partir du dimanche 20 septembre.

Un sursis pour TikTok

Les Américains ne pourront plus télécharger les applications chinoises TikTok et WeChat à partir du dimanche 20 septembre, sur l’App Store d’iOS (pour iPhone) ou le Play Store de Google (pour Android), a décrété vendredi le département américain du Commerce. Aussi, les personnes les ayant déjà installées ne pourront plus bénéficier de mise à jour. Par ailleurs, WeChat ne pourra plus servir d’interface de paiement aux Etats-Unis (des transactions étant possibles dans l’application) et fournir des infrastructures nécessaires à son fonctionnement aux opérateurs américains du réseau Internet (fournisseur d’accès à Internet, hébergeurs de données, développeurs…).

Ces interdictions valent également pour le réseau social TikTok, qui devrait donc cesser de fonctionner aux Etats-Unis, mais à partir du 12 novembre seulement, précise le département du commerce américain. Cette différence de date répond au besoin de laisser du temps à ByteDance, la maison mère de TikTok, pour céder ses activités aux Etats Unis à un opérateur national. Des discussions sont en cours avec l’entreprise californienne Oracle, spécialiste du cloud et dont on a appris lundi que l’offre de rachat avait été préférée à celle de Microsoft.

Le spectre du parti communiste

Cette offensive américaine contre TikTok s’explique par la méfiance de l’administration Trump vis-à-vis des technologies chinoises. Pour Washington, Pékin se cache derrière ces applications pour espionner les Etats Unis. « Le Parti communiste chinois a démontré qu’il avait les moyens et l’intention d’utiliser ces applications pour menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des Etats-Unis », déclare le ministère américain dans son communiqué. TikTok a signifié à CNN son « désaccord avec la décision du secrétariat d’Etat au commerce américain », assurant s’être déjà engagé à « des niveaux de transparence bien supérieurs à ce que d’autres applications acceptent de faire ». L’application cite notamment la possibilité d’audits effectués par des tiers, « la vérification de la sécurité du code et la surveillance par le gouvernement américain de la sécurité des données aux Etats-Unis ».

100 millions d’utilisateurs aux Etats Unis

Application chinoise en vogue, TikTok séduit particulièrement les adolescents et les jeunes adultes qui l’utilisent pour faire des challenges autour de la danse et de la musique. Mais, elle n’est pas que créative car elle peut servir de plateforme au militantisme. Récemment TikTok a permis de relayer le mouvement Black Lives Matter, après le meurtre de l’Afro-américain George Floyd. Au moins 100 millions d’Américains l’utiliseraient actuellement.

 

Football : Altice et Mediapro trouvent un accord pour la co-diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue des Champions

Les joueurs Parisiens célébrant un but .

 

Altice et Mediapro ont annoncé lundi un accord pour la distribution de Téléfoot, nouveau diffuseur de la Ligue 1 de football, sur les box de l’opérateur SFR pour la période 2020-2024. Les deux groupes ont également scellé une co-diffusion de la Ligue des champions sur la saison 2020-2021.

« SFR devient l’opérateur 100% foot »

Ils ont trouvé un terrain d’entente. Altice et Mediapro ont signé lundi deux accords importants sur la diffusion des compétitions françaises et européennes de football. Le premier accord porte sur la distribution de la chaîne Téléfoot par SFR permettant ainsi aux abonnés foot de SFR de suivre, sur la nouvelle chaîne Téléfoot, l’essentiel et le meilleur de la Ligue 1 et la Ligue 2 qui démarreront dès le 21 août 2020. Cet accord porte sur l’intégralité de la période 2020-2024. Le second concerne la revente par Altice des droits UEFA à Mediapro permettant la co-diffusion par Téléfoot des matchs de l’UEFA Champions League et de l’UEFA Europa League pour la saison 2020-2021 qui démarrera en octobre 2020.

Les montants des deux opérations n’ont pas été précisés. « SFR devient ainsi l’opérateur 100% foot, le seul en France à proposer à ses abonnés tout le football français (Ligue 1, Ligue 2) et européen (UEFA Champions League, UEFA Europa League, Premier League anglaise, championnats espagnol, italien, allemand, portugais, etc.) », s’est réjoui l’opérateur dans un communiqué. SFR a en effet un autre accord de diffusion avec Canal+ et BeInSport, qui diffuseront l’année prochaine certains matches de Ligue 1 et Ligue 2 ainsi que les principaux championnats européens. Les abonnés de l’opérateur pourront par ailleurs prendre un abonnement groupé RMC Sport-Téléfoot pour 25,90 euros par mois, a appris l’AFP.

Téléfoot redémarre au mois d’août

La chaîne Téléfoot commencera à émettre au mois d’août, à l’occasion de la reprise des championnats. Bousculé par la crise du coronavirus, le football français a établi un nouveau calendrier officiel qui prévoit un redémarrage de la L1 le vendredi 21 août avec un choc entre Marseille et Saint-Etienne, un jour avant la reprise de la L2 le samedi 22 août.

Mediapro doit encore présenter sa grille détaillée de programmes ainsi que les visages qui incarneront la chaîne. Pour l’heure, seuls deux grands noms sont sur les tablettes du groupe sino-espagnol. Il s’agit du journaliste Grégoire Margotton, qui commente les matches de l’équipe de France sur TF1 et animait l’émission dominicale Téléfoot, et son compère lors des matches des Bleus, l’ancien champion du monde Bixente Lizarazu.

Divertissement : Netflix rachète le mythique cinéma Egyptian Theatre

Le mythique cinéma Egyptian Theatre sur Hollywood Boulevard, à Los Angeles.

 

Après un an de négociations, Netflix a annoncé vendredi le rachat du mythique Egyptian Theatre, sur Hollywood Boulevard, à Los Angeles. Le but de cette acquisition ? Organiser des lancements de films et des événements spéciaux.

Netflix a conclu vendredi le rachat de l’Egyptian Theatre, mythique cinéma situé sur Hollywood Boulevard, confirmant encore un peu plus son rang comme acteur majeur de l’industrie du cinéma aux Etats-Unis. Selon le Los Angeles Times, la transaction s’élève à quelques dizaines de millions de dollars. Netflix gèrera l’établissement en partenariat avec la Cinémathèque américaine, une association à but non lucratif qui avait racheté puis rénové le cinéma délabré en 1996.

Netflix avait déjà racheté le Paris Theatre

Le cinéma de Los Angeles a été bâti en 1922 et s’enorgueillit d’avoir accueilli la première séance de promotion jamais organisée à Hollywood (Robin des Bois, avec Douglas Fairbanks dans le rôle-titre). Il avait aussi eu le privilège d’accueillir le lancement d’un grand nombre de films de l’Age d’or du cinéma, comme La ruée vers l’or de Chaplin ou Les Dix Commandements. Netflix prévoit d’y organiser le lancement de ses films ainsi que d’autres événements spéciaux.

Le géant de la vidéo à la demande a dépensé ces dernières années des milliards de dollars pour attirer à lui les grands noms de l’industrie du cinéma, s’imposant aux côtés des grands studios traditionnels d’Hollywood pour produire des films remarqués, comme « Roma » ou « The Irishman ». Aussi, l’an dernier, Netflix avait racheté un cinéma historique de New York, le Paris Theatre, qui avait fermé ses portes.

Netflix veut lever un obstacle majeur

Les professionnels du secteur voient ces investissements comme un bras de fer engagé par le géant du streaming avec les grandes enseignes de cinéma et les studios traditionnels. Netflix souhaite contourner, aux Etats-Unis, l’usage qui veut qu’un délai de 90 jours s’écoule entre la sortie d’un film en salles et sa diffusion sur Internet.  Les Oscars et autres prix cinématographiques exigent en effet que les films aient été projetés dans des salles pendant un certain temps pour pouvoir concourir. Selon le média spécialisé IndieWire, Netflix a décidé de ne pas présenter cette année ses films dans les grands festivals comme Venise, Toronto ou New York (si tant est qu’ils puissent avoir lieu malgré la pandémie), préférant les dévoiler dans des lieux indépendants. Le rachat de l’Egyptian Theatre répond à cet objectif.

Walt Disney : le nouveau CEO, Bob Chapek, rejoint le conseil d’administration

Disneyland Park, Anaheim, Etats Unis.

 

Walt Disney a annoncé, mercredi 15 avril, la nomination de son directeur général (CEO) Bob Chapek comme nouveau membre de son conseil d’administration. L’ex président de Disney Parks a été désigné CEO du géant des médias et du divertissement fin février 2020.

Lorsque Walt Disney a nommé Bob Chapek au poste de directeur général du groupe en février dernier (Bob Iger devenant Président Exécutif), la compagnie a également révélé qu’il serait nommé au conseil d’administration à une date ultérieure. Ce qui a été fait ce mercredi 15 avril 2020. Bob II a officiellement rejoint le Conseil d’administration de la firme aux grandes oreilles.

Une annonce surprise

Selon un dossier déposé auprès de la SEC (l’organisme fédéral américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers), Bob Chapek ne devrait être nommé à aucun comité du conseil d’administration pour le moment. Cette annonce survient juste après que le New York Times ait révélé que Bob Iger, qui devait s’occuper de toutes les affaires artistiques de Walt Disney Company jusqu’en 2021, a finalement repris son rôle précédent pour faire face à la crise économique liée à la pandémie du Covid-19. Interrogé sur ce changement, Bob Iger a déclaré au New York Times : « Une crise de cette ampleur et son impact sur Disney entraîneraient nécessairement mon aide active à Bob [Chapek] et à la société, c’est d’autant plus vrai que j’ai dirigé l’entreprise durant près de 15 ans ! ».

« Bob Chapek a fait preuve de leadership »

Susan Arnold, directrice principale indépendante du conseil d’administration de Disney, et Robert Iger estiment que « Bob Chapek a fait preuve d’un leadership remarquable face à des défis sans précédent qui étaient inimaginables lorsqu’il est devenu CEO il y a seulement sept semaines ». Ils rappellent par ailleurs l’avoir « vu traverser cette situation très complexe avec détermination et compassion ».

Il a supervisé l’ouverture des parcs à thème

Chapek a fait son entrée à Walt Disney en 1993. De 2011 à 2015, il a été président de l’ancien Disney Consumer Products et président de la distribution de Walt Disney Studios, ainsi que de Walt Disney Studios Home Entertainment. Plus récemment, il a occupé les fonctions de président de Disney Parks. Dans ce rôle, l’homme d’affaires américain a supervisé l’ouverture du parc à thème et complexe hôtelier de Disney en Chine continentale, Shanghai Disney Resort, et les mises à niveau dans les six complexes hôteliers de Disney aux États-Unis, en Europe et en Asie.

Disney+ : Liam Keelan dirigera la division Europe et Afrique du groupe

Logo de Disney +.

 

Selon le magazine Variety, Disney+ a nommé vendredi un ancien de la BBC, Liam Keelan, pour diriger la division « productions originales pour la télévision » du groupe en Europe et en Afrique. Les contenus originaux auront pour vocation à être diffusés sur les différents canaux que Disney possède, à savoir les chaînes Fox, Disney Channel, mais aussi la plateforme Disney+.

« La France est un marché très important pour nous »

Disney+ poursuit son implantation en Europe avec la nomination, vendredi 14 février, de Liam Keelan, ancien directeur éditorial mondial de BBC Worldwide et contrôleur de programmes à BBC Daytime. Selon le magazine Variety, le dirigeant doit prendre la tête de la division « productions originales pour la télévision » du groupe en Europe et en Afrique. Il va spécialement s’occuper de contenus originaux, qui auront pour vocation à être diffusés sur les différents canaux que Disney possède : les chaînes Fox, Disney Channel, mais aussi la plateforme Disney+.

Dans ce cadre, il supervisera une équipe chargée de produire des programmes allant des séries animées aux documentaires, en passant par les séries en live-action, dans différents genres, dans les différents pays de la zone. Cette nomination suggère que Disney+ proposera des programmes européens, voire français. Une possibilité évoquée dès 2018 par Kevin Mayer, le patron de Disney+ à l’international.

Interrogé par Capital, le responsable a confirmé que la plateforme produirait des contenus spécifiques au marché français. « La France est un marché très important pour nous. Ces programmes seront exclusifs pour la France dans un premier temps. Mais s’ils marchent, ils auront vocation à être diffusés sur tous nos territoires », avait-il expliqué.

Disney+ a obligation de produire des contenus français

Cette stratégie répond à une obligation européenne. La nouvelle version de la directive européenne SMA (service de médis audiovisuels), bientôt transposée dans le droit français avec la réforme de l’audiovisuel que prépare le gouvernement, impose en effet aux plateformes en ligne de proposer au moins 30%  de contenus européens dans leur catalogue, et de contribuer au financement de la production audiovisuelle locale.

Disney a déjà respecté cette directive en ce qui concerne la télévision. L’entreprise américaine a produit ou diffusé des séries françaises sur Disney Channel en France. Il s’agit notamment de sitcoms au format court comme « Trop la Classe ! » et « Mère et Fille » ou de séries animées comme « Totally Spies » et l’adaptation de « Tara Duncan ».

Liam Keelan était auparavant directeur éditorial mondial de BBC Worldwide, qu’il a rejoint en 2018. Mais il a dû quitter le groupe en mars dernier suite à une restructuration.

Les médias numériques : un modèle financier à part entière

Financement média numérique

En 1997, le journal Le Monde entamait déjà ses premières réflexions autour d’une édition numérique. Déjà à l’époque, le web représentait déjà un monde de la gratuité complète. De ce fait, les questions autour du financement d’un contenu dématérialisé se sont rapidement posées. Si pendant longtemps, les médias ont privilégié la gratuité et les revenus publicitaires, de nouveaux systèmes économiques ont commencé à voir le jour…

La publicité, un modèle instable créateur de frustration

La publicité présente sur les médias en ligne assure une source de revenue stable aux sites d’information. Cependant, avec la multiplication des bloqueurs de publicité sur les périphériques de consommateurs, relevant d’un sentiment de frustration et d’une aversion vis-à-vis de la publicité, ce modèle de financement n’était plus pérenne. De plus, les publicités ciblées en fonction de chaque consommateur accentuaient ce sentiment d’omniprésence publicitaire. Au final, tous ces aspects venaient entacher l’image du média, aussi pertinent soit son contenu.

Pour tenter d’endiguer ce problème, des solutions alternatives sont nées chez les médias numériques.

L’abonnement, la fidélisation chez un média de qualité

Comme l’histoire aime souvent se répéter, de nombreux médias se sont mis à proposer un système d’abonnement mensualisé pour accéder à leur contenu numérique. Similaire à un abonnement pour un journal papier, l’abonnement en ligne permet à ses utilisateurs d’accéder à l’intégralité du contenu de son média numérique. À la différence d’un journal papier, tous les articles d’une presse en ligne ne sont pas soumis à l’abonnement payant. Les sites mettent généralement des articles accessibles gratuitement et réservent les autres à leurs abonnés.

Et il faut bien dire que le modèle fonctionne. D’après une étude menée par Deloitte, leurs prédictions annonçaient que d’ici à 2020, en moyenne, un adulte serait prêt à payer trois à quatre abonnements pour accéder à du contenu en ligne. Si les plateformes comme Netflix participent grandement à l’augmentation de ce chiffre, force est de constater que les abonnements pour les journaux en ligne augmentent aussi. À titre d’exemple, en 2017, le Figaro avait enregistré une hausse de 30% de ses abonnements à l’édition numérique.

Les médias 100% numériques et la perpétuelle recherche d’un modèle économique

Si jusqu’ici, la question du financent restait limitée aux médias traditionnels, à savoir des médias au format papier qui se sont dédoublés au format numérique, Quid des nouveaux médias qui n’ont ni format papier, ni système d’abonnement. Pour ces “néo-médias”, l’équation est un peu plus compliquée…

Ainsi, on retrouve plusieurs modèles économiques, qui tendent à l’équilibre, sans pour autant assurer que tous finissent par être rentables.

Tout d’abord, certains médias refusent la publicité ainsi que les abonnements. Pour ces cas extrêmes, la solution passe généralement par les dons des lecteurs et le bénévolat.

Pour les autres, leur chiffre d’affaire est segmenté à travers plusieurs canaux de revenus. D’un côté, le nombre de vues qu’ils réalisent sur les réseaux sociaux leur rapporte un peu d’argent. Malheureusement, la visibilité n’est pas suffisante et ces médias se retrouvent obligés de réaliser des sponsorings ou encore du brand content. En s’alliant à un groupe ou une marque, ces médias vont les mettre en avant dans certaines publications en échange d’une rémunération. Ainsi, Loopsider un média en partie axé sur l’écologie, a réalisé différentes opérations commerciales avec Veolia.

Quelles que soient les plateformes, ces sponsorings sont plutôt bien reçus par les consommateurs, qui comprennent que la gratuité apparente d’un média doit se faire au prix de quelques contreparties.

1 2 3 8