Casino : Trois hypermarchés du groupe bientôt vendus

La devanture d'un magasin du groupe Casino

 

Le groupe Casino a annoncé ce mercredi la signature de promesses de vente unilatérales portant sur trois hypermarchés pour un montant de 42 millions d’euros. L’opération s’inscrit « dans le cadre de sa stratégie visant à céder des magasins structurellement déficitaires ».

Le groupe Casino, qui dévoilera demain son bilan de mi-année, a annoncé ce mercredi avoir conclu de nouvelles promesses unilatérales d’achat portant sur trois de ses hypermarchés, « dans le cadre de sa stratégie visant à céder des magasins structurellement déficitaires ».

Les enseignes U et Leclerc reprennent les murs

Les trois murs concernés ont représenté en 2018 un chiffre d’affaires hors taxe d’environ 76 millions d’euros et une perte de résultat opérationnel courant (ROC, l’indice de référence dans la grande distribution) « d’environ 2 millions d’euros », a souligné le groupe dans un communiqué. Ce sont «  l’hypermarché de Marmande, en vue de la cession des murs et du fonds de commerce à un professionnel expérimenté dans le secteur de la grande distribution, qui a pour projet de l’exploiter sous enseigne U ; l’hypermarché d’Onet-le-Château (12), en vue de la cession du fonds de commerce et des murs à un associé Système U ; et l’hypermarché de Béziers (34), en vue de la cession du fonds de commerce et des murs à un adhérent Leclerc » informe Casino.

La finalisation de l’opération attendue en fin d’année

Les promesses signées prévoient la poursuite des contrats de travail des collaborateurs de ces magasins, conformément aux règles légales. « La réalisation des cessions est attendue fin 2019, sous réserve de la consultation préalable des instances représentatives du personnel et de la réalisation des conditions suspensives usuelles », a précisé le communiqué du groupe.

Cette opération s’inscrit dans le cadre de la stratégie du groupe de se concentrer sur des formats de magasins plus porteurs, notamment ceux de proximité et bio. Elle permettra également au groupe stéphanois de se désengager de ceux qui attirent moins les consommateurs, tels les hypermarchés, ou qui perdent de l’argent, comme Leader Price.

Casino sous le poids de la dette

En 2018, Casino a enregistré 54 millions d’euros de pertes nettes, pour une dette de 2,7 milliards d’euros. Depuis presque un an, le groupe s’est engagé dans un vaste plan de réduction de cette dette. Ce plan de cession d’actifs non-stratégiques servira à éponger ce lourd passif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.