Redevance audiovisuelle : Le montant continuera de s’élever à 139 euros

Franck Riester en février 2019

 

Le montant de la redevance audiovisuelle continuera de s’élever à 139€, a annoncé vendredi le ministre de la Culture Franck Riester. Il a par ailleurs déclaré que le plan d’économies demandé à Radio France constituait « un effort soutenable et raisonnable » et que le gouvernement ne « bougerait pas » sur ce dispositif.

Lors d’une interview sur Europe 1, vendredi, le ministre de la Culture Franck Riester a apporté des réponses à certaines questions  que se posent les Français, notamment une potentielle hausse ou baisse de la redevance audiovisuelle à venir.

« nous ne souhaitons pas du tout augmenter la redevance »

Il a d’abord affirmé que le gouvernement ne prévoit ni d’augmenter ni de baisser le montant de la redevance audiovisuelle, qui s’élève actuellement à 139 euros. « On a demandé un effort à l’audiovisuel public, dans le cadre de la volonté du gouvernement de rétablir les comptes et nous ne souhaitons pas du tout augmenter la redevance », a-t-il indiqué. Il a précisé que cette taxe aurait toutefois besoin « d’être adaptée, puisqu’elle est aujourd’hui collectée en même temps que la taxe d’habitation qui va être supprimée pour tous les Français en 2022 ».

Interrogé sur une potentielle baisse de ce tarif, le ministre de la culture a évoqué  le « besoin de moyens pour l’audiovisuel public et nous [l’état NDR] devons faire en sorte que cet audiovisuel public se différencie encore davantage du secteur privé ». Cette déclaration constitue une réponse directe à la suppression de la taxe évoquée par le ministre des comptes publics en avril dernier. Gerald Darmanin avait jugé que cet impôt était « dépassé, tout le monde sait qu’on écoute France Inter ou la télé publique pas simplement sur son poste de radio ou sa télévision. ».

Le gouvernement pas prêt à des concessions sur le plan d’économies soumis à Radio France

Le ministre de la culture a également estimé que le plan d’économies demandé à Radio France représentait « un effort soutenable et raisonnable » et que le gouvernement ne « bougerait pas » sur ce dispositif. Ce projet, qui prévoie 60 millions d’euros d’économies d’ici à 2022 et environ 300 suppressions de postes, est contesté par les salariés du groupe qui se sont mis en grève mardi en signe de protestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.