G7 à Biarritz : le coût du sommet estimé à 36,4 millions d’euros

Une vue de la plage de Biarritz, non loin de l'hôtel qui accueillera les présidents

 

Le parlement a voté une enveloppe de 36,4 millions d’euros pour le G7 à Biarritz, a annoncé mercredi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, à l’issue du conseil des ministres de rentrée. Voyant venir la polémique, elle fait remarquer que c’est « un chiffre très largement inférieur aux chiffres qu’on a pu connaître pour les sommets précédents que ce soit au Canada ou en Italie ».

Comparaison…est raison ?

Le coût de l’organisation par la France du G7 à Biarritz s’élèvera à 36,4 millions d’euros a promis mercredi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye. Cette enveloppe votée par le parlement sera inférieure à « ce que l’on rencontre habituellement dans les sommets internationaux, comme ceux de l’Italie en 2017 et du Canada en 2018. Le G7 au Canada, qui a eu lieu dans la région de Charlevoix, au nord de Québec, a coûté 605 millions de dollars, rien de moins, dont près de 400 millions juste pour la sécurité. Le G7 italien, lui, aurait coûté 37,5 millions d’euros. Le gouvernement assure avoir ainsi limité les coûts pour l’organisation du sommet international, qui démarre dans trois jours.

Le sommet du G7 se tiendra du samedi 24 au lundi 26 août prochain à Biarritz, ville balnéaire des Pyrénées-Atlantiques. Un total de 13.200 policiers et gendarmes, épaulés par les forces militaires, ont été mobilisés pour assurer la sécurité du sommet, du contre-sommet ainsi que des manifestations prévues.

Le mécénat des grandes entreprises

Sibeth Ndiaye précise que, dans un « souci de préservation des deniers publics », le gouvernement a « fait le choix de (s’)appuyer sur des structures existantes » afin de limiter le nombre de constructions à réaliser, ainsi que sur des marchés publics cadres « déjà existants dans la sphère gouvernementale » pour « aller vite ». Le gouvernement a également « fait appel au mécénat d’un certain nombre de grandes entreprises », ajoute la porte-parole du gouvernement. Elle a invité la presse à aller consulter la liste auprès du secrétariat général du G7, pour plus de transparence.

Le maire de Biarritz avait prévu moins que ça

Sibeth Ndiaye a en outre souligné le « souci de gestion éco-responsable » du G7 avec notamment l’implication des commerces de bouche « au cœur de la fourniture des repas » des participants de ce sommet international.

Si le budget alloué au G7 en France est moins important que celui des deux précédents sommets, il faut quand même relever qu’en février 2019, le maire de Biarritz, Michel Veunac, avait évoqué la somme de 24 millions d’euros. Soit une différence de 12,4 millions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.