Les Pays-Bas n’en peuvent plus des restrictions anti-covid

Les mesures restrictives instaurées par l’État pour tenter d’enrayer la pandémie provoquent une rébellion quasi générale dans le pays. Des scènes de violence sont notées depuis ce week-end un peu partout sur le territoire national.

Un exécutif discrédité, une situation économique difficile, des mesures restrictives à n’en point finir, le tout agrémenté de plusieurs théories de complot. Voilà le cocktail explosé né de la crise du coronavirus aux Pays-Bas et qui risque d’embraser le pays. Des hôpitaux sont pris d’assauts, des magasins pillés, même les forces de l’ordre sont attaquées un peu partout sur le territoire depuis le week-end dernier.

A l’origine de cette guérilla urbaine, l’instauration le 23 janvier, d’un couvre-feu nocturne jusqu’au 9 février au moins, afin d’enrayer la propagation du coronavirus et ses nombreuses variantes qui essaiment un peu partout en Europe. Cette limitation des déplacements est également destinée selon le gouvernement, à éviter l’option d’un confinement strict. Mais une certaine opinion ne l’entend pas de cette oreille. D’autant plus qu’il s’agit d’une première mesure du genre dans le pays depuis la Seconde Guerre mondiale. Sur Twitter, des protestations avaient commencé à fuser dès le lendemain, jusqu’à prendre une tournure violente.

Nées à Urk, ville de l’Est à majorité protestante, les violences ont peu à peu atteint les grands centres urbains du pays. C’est ainsi que des policiers ont été pris à partie à Eindhoven, tandis que des centres de dépistage du coronavirus sont partis en fumée dans d’autres contrées. Il s’agit, à en croire nombre d’observateurs, d’actes de rébellion nourris par plusieurs facteurs, parmi lesquels le complotisme ambiant. Car à Urk, une majorité de la population s’était levée contre la vaccination, malgré un record de cas de covid enregistrés dans la ville.

Guerre civile

Ces scènes de chaos que beaucoup de gouvernants européens redoutent chez eux ont manifestement pris les autorités néerlandaises de court. Certains officiels n’ont d’ailleurs pas hésité à parler de guerre de civile. « Piller des magasins était quelque chose qu’on voyait toujours dans d’autres pays », a en outre regretté un député. Les événements e déroulent aussi sur fond de rivalités entre formations politiques. Menacé par une motion de censure au Parlement, Mark Rutte a été contraint à la démission il y a quelques jours pour avoir accusé à tort des milliers de foyers de fraude aux allocations familiales. Il reste néanmoins en poste avec son gouvernement afin d’expédier les affaires courantes. Le natif de La Haye est donné favori des législatives de mars par les sondages.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.