Semi-conducteurs : Riber veut grandir par la diversification

Riber, petit équipementier français de semi-conducteurs, veut changer de dimension. Pour cela, il va accélérer sa diversification avec une ouverture dans la photonique sur silicium et le calcul quantique. Cette nouvelle ambition est incarnée par le projet Rosie qui vise à faire entrer sa technologie d’épitaxie dans les grandes usines de puces comme celles d’Intel et de STMicroelectronics.

Riber, petit équipementier français de puces, veut changer d’échelle. Jusqu’ici cantonné à des applications de niche, le groupe ambitionne désormais d’étendre sa technologie d’épitaxie à des marchés à grands volumes. Il compte y arriver en s’attaquant à des domaines en plein essor comme la photonique sur silicium et le calcul quantique.

Riber respire la santé financière

Riber se sent d’attaque d’autant qu’il a enregistré un bon bilan en 2023. En effet, l’équipementier français, qui emploie 120 personnes (dont environ 110 en France), fait part d’un chiffre d’affaires de 39,3 millions d’euros sur le dernier exercice. Soit une hausse de 41% par rapport à l’année précédente. Son bénéfice net s’élève à 3,4 millions d’euros, contre 200.000 euros en 2022.

La PME veut retrouver la stabilité dans sa gouvernance

Ces bons résultats interviennent après deux ans d’instabilité de sa gouvernance. Christian Dupont a remplacé Michel Picault à la présidence du directoire, avant de céder à son tour la place à Annie Geoffroy en septembre 2023. Désormais, Riber veut un peu de stabilité pour réussir sa diversification, censée lui permettre de changer d’échelle.

Riber, un spécialiste des machines d’épitaxie à jet moléculaire

Fondée en 1964, la PME était à l’origine un spécialiste des machines d’épitaxie à jet moléculaire (MBE pour Molecular Beam Epitaxy). Ce procédé technologique consiste à déposer sur une surface électronique une fine couche de matériau semi-conducteur, qui servira de support à la construction de composants. Il se fait essentiellement par projection sous vide d’atomes. La technique permet de fabriquer des composants photoniques et radiofréquences à hautes performances pour divers domaines. Parmi lesquels les radars, les télécoms, la santé, la défense et le spatial.

Riber veut capter d’autres opportunités

Ce marché de niche a progressé de 18% en 2023 pour atteindre 61 millions de dollars. Riber en est l’un des leaders avec l’américain Veeco. Mais l’équipementier français veut capter d’autres opportunités. Il souhaite précisément imposer sa technologie d’épitaxie dans la fabrication des composants en silicium sur plaquettes de 300 mm de diamètre. Ce substrat facilite l’intégration des puces avec d’autres composants et réduit les coûts de fabrication.

Un changement de dimension voulu par le projet Rosie

L’ouverture dans la photonique sur silicium ou le calcul quantique doit permettre à Riber d’entrer dans les usines de grands fabricants comme Intel et STMicroelectronics. Cette nouvelle ambition est portée par le projet Rosie, lancé en 2022. Ce programme doté d’un budget de 3 millions d’euros sur trois ans vise le développement d’une machine de déposition MBE de titanate de baryum (BTO) sur un substrat silicium de 300 mm.

Fnac Darty prépare aussi les JO de Paris 2024

Fnac Darty prêt pour les JO.

Fnac Darty, premier distributeur en France de produits techniques, mobilise l’ensemble de ses équipes pour relever le défi des JO de Paris 2024, dont il est Supporteur Officiel. Le groupe prévoit différents évènements autour des athlètes de sa Team, dont Elodie Lorandi et Enzo Lefort.

Fnac Darty a dévoilé, le mercredi 17 avril, à 100 jours de la cérémonie d’ouverture de Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, une série d’évènements pour préparer ses équipes à ce rendez-vous planétaire. Cette série d’activités aura lieu jusqu’au mois de mai hors des murs de l’enseigne, mais également en magasin et sur le web. Il s’agira de célébrer les collaborateurs, clients et partenaires.

Les collaborateurs et clients de Fnac Darty invités aux entraînements à l’Insep

Fnac Darty, Supporteur Officiel des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, mettra à l’honneur sa Team Fnac Darty composée d’Elodie Lorandi (nageuse handisport, 34 ans) et d’Enzo Lefort (un escrimeur, 32 ans). Les collaborateurs et clients sont invités à assister à un entraînement du champion d’escrime français au sein de l’Institut National du Sport de l’Expertise et de la Performance (Insep) et à partager un moment unique avec lui.

Une séance photo-dédicace avec Enzo Lefort

À la suite de cet entraînement, Enzo Lefort offrira à ses fans une séance photo-dédicace en magasin pour la sortie du tome 2 de son manga ENZO. L’escrimeur s’est récemment qualifié pour Paris 2024 dans les épreuves individuelles et collectives de fleuret. Les salariés et clients pourront également prendre part aux séances d’entraînement d’Elodie Lorandi à Antibes. Un rendez-vous a déjà eu lieu le magasin du Forum des Halles, le mercredi 17 avril.

Une démonstration de breakdance avec Sarah « Bee »

Sarah « Bee » Bouyahyaoui, représentante de la France aux Jeux Olympiques de Paris 2024, a offert une démonstration de breakdance. Elle est championne de France en titre de cette discipline qui intégrera pour la première fois le programme des JO. On a également noté la présence de Féfé, ex-leader du mythique Saïan Supa Crew. Le rappeur-chanteur a rencontré ses fans pour un moment de dédicaces de son nouvel album, Hélicoptère (Wagram). Cet évènement s’est fait en partenariat avec Samsung.

Fnac Darty prépare une roue des goodies et une chasse aux tickets d’or

Fnac Darty mobilisera plusieurs autres sites pour fêter les Jeux Olympiques de Paris 2024. Notamment le centre logistique de Massy, où les salariés pourront participer, le jeudi 25 avril, à des animations dédiées aux prochains Jeux. Il y aura des séances d’initiations au tir à l’arc et au cyclisme. Le distributeur tricolore a également prévu d’installer une roue des goodies et d’organiser une chasse aux tickets d’or pour permettre aux collaborateurs d’assister aux JO.

Fnac Darty proposera des web séries avec Enzo Lefort et Florent Manaudou

Par ailleurs, les employés du siège pourront déposer des messages de soutien aux athlètes pour leur transmettre toute leur énergie avant les Jeux. Enfin, Fnac Darty proposera, sur ses réseaux sociaux, deux nouveaux épisodes de ses web séries « Le corps et l’esprit » pour Fnac et la « quête de l’excellence » pour Darty. Ces émissions seront enregistrées avec Enzo Lefort et Florent Manaudou, qui embarquera aussi dans une camionnette Darty aux côtés d’un des livreurs.

HLD : Un acteur majeur du private equity européen

HLD est un fonds d’investissement entrepreneurial français créé en 2010 par Jean-Bernard Lafonta. Spécialisé dans le private equity (capital-investissement), le groupe accompagne des entreprises européennes à fort potentiel de croissance, en leur apportant des ressources financières et un savoir-faire opérationnel.

Le groupe HLD investit dans des secteurs variés, tels que le retail, le healthcare, l’industrie et les technologies. Le groupe a réalisé plus de 28 acquisitions depuis sa création, et soutient des entreprises leaders dans leur secteur, telles que Ba&sh, Exosens, Kiloutou, TSG, Jimmy Fairly, Alchimi, Biggie Group, CBG Acciai ou encore 52 Entertainment.

HLD se distingue par son approche entrepreneuriale et son engagement auprès des entreprises qu’il accompagne. Le groupe met à disposition de ses participations une équipe d’experts expérimentés, qui les guide dans toutes les étapes de leur développement.

HLD est indéniablement un acteur majeur du private equity (capital-investissement) européen. Il gère aujourd’hui 3 milliards d’euros d’actifs. Les 22 sociétés de son portefeuille ont réalisé 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2023, connaissent une croissance organique cumulée de plus de 10% et emploient plus de 37 000 personnes

Le succès du groupe est porté par son fondateur, Jean-Bernard Lafonta, considéré comme un entrepreneur visionnaire qui possède une grande expérience du capital-investissement. Avant de fonder HLD, il a travaillé au sein de plusieurs grands groupes d’investissement, tels que Apax Partners et Eurazeo.

Jean-Bernard Lafonta est un acteur reconnu de la place financière française. Il est membre du conseil d’administration de plusieurs sociétés cotées en bourse et est régulièrement invité à intervenir dans des conférences et des colloques sur l’investissement.

HLD est en croissance constante. Il possède désormais des bureaux à Paris, Milan, Luxembourg et Zurich, et affirme disposer d’une capacité d’investissement de 500 millions d’euros de fonds propres par an. Des moyens lui permettant de poursuivre son développement et d’investir dans de nouvelles entreprises prometteuses.

Au-delà du private equity, Jean-Bernard Lafonta est aussi engagé dans la protection du milieu marin. C’est la raison pour laquelle il a créé en 2018 le Fonds HLD Méditerranée, un fonds de dotation qui finance chaque année des projets de sensibilisation et d’éducation au public à l’importance de préserver le bassin méditerranéen. Ce fonds soutient aussi des recherches scientifiques et des projets de restauration des milieux marins.

 

Médias : combien coûte l’information en France ?

En France, la production de l’information a coûté à l’ensemble des médias plus de 3 milliards d’euros en 2023. C’est ce que révèle une étude publiée jeudi par un groupe de travail des Etats généraux de l’information (EGI). Cette enquête doit contribuer à la construction d’un modèle économique des médias solide et pérenne.

Combien coûte en France la production de l’information ? C’est la question complexe à laquelle a tenté de répondre une étude inédite d’un groupe de travail des Etats généraux de l’information (EGI). Lancés en octobre 2023 sous l’impulsion d’Emmanuel Macron, les EGI ont pour mission d’établir un diagnostic sur l’ensemble des enjeux liés à l’information afin d’assurer à chacun le droit à une information libre, indépendante et fiable.

Pas de données structurées sur le financement de l’information

Il s’agit de connaître exactement les moyens dont disposent les médias, acteurs clés de la démocratie. En France, comme dans la plupart des pays européens, on ne trouve pas de données structurées sur la façon dont est financé le droit à l’information (par le public lui-même, la publicité ou les pouvoirs publics, et à quelle proportion ?). On ne connait pas, non plus, le montant consacré aux médias (presse, radio, TV ou pure players). D’où la création des EGI, qui doivent aboutir cet été à des propositions concrètes afin d’aiguillonner les législateurs.

Tous les types de médias scrutés

L’étude menée par le groupe de travail des EGI, une première en France, a permis de réaliser une estimation des moyens engagés dans la production de l’information, quel que soit le support (TV, radio, presse imprimée et digitale). Elle couvre l’ensemble des charges supportées par les médias d’information. A savoir la masse salariale des équipes techniques, des journalistes et des dirigeants, ainsi que les coûts directs associés (frais de reportages, liaisons techniques, abonnements aux agences de presse, etc.).

Les coûts salariaux représentent plus de 70% des dépenses

L’enquête chiffre à 3 milliards d’euros le coût de production de l’information en 2023. Ce coût s’élève à 2,4 milliards si on exclut les agences de presse et la presse professionnelle. Les dépenses liées aux salaires représentent à elles seules plus de 70% du total. Quant au chiffre d’affaires de l’ensemble des médias grand public, il est estimé à 12 milliards d’euros en 2023. Pour ce qui concerne les effectifs, les médias grand public emploient plus de 27.000 collaborateurs, dont 58% de journalistes permanents et 18% de pigistes.

Le financement provient pour un tiers de la publicité

Ces effectifs montent à plus de 40.000 en prenant en compte les collaborateurs de la presse professionnelle et des agences de presse. L’étude s’est également intéressée aux sources de financements. Ceux-ci proviennent à 23% du consommateur final (abonnements et ventes au numéro de la presse, principalement), 35% de la publicité et 32% des financements publics (aides à la presse et financement de l’audiovisuel public).

Une enquête essentielle pour comprendre l’économie de l’information

Cette étude inédite sur les coûts engagés par les médias ne prend pas en compte l’impression et la distribution pour la presse écrite. Le groupe de travail des EGI espère pouvoir la réaliser chaque année pour nourrir un tableau de bord public de l’économie de l’information. « La question du modèle économique est essentielle à l’heure où l’on constate une paupérisation de l’information et de ses principaux producteurs, les médias », a expliqué Bruno Patino, président d’Arte et président du comité de pilotage des EGI.

Cybersécurité : Airbus se renforce en rachetant Infodas

Airbus a annoncé ce lundi avoir conclu un accord pour racheter Infodas, une entreprise familiale allemande spécialisée dans les services de cybersécurité et de technologies de l’information. Le groupe aéronautique européen espère que cette acquisition lui permettra de renforcer son portefeuille de cybersécurité au profit de ses clients.

Airbus Defence and Space a annoncé ce lundi la signature d’un accord pour acquérir la société allemande Infodas. Le géant européen de l’aéronautique et de la défense n’a pas donné le montant de l’opération, qui attend les autorisations réglementaires. Cependant, il a précisé que tout devrait être finalisé d’ici la fin de cette année.

Infodas, un spécialiste du domaine de la défense et des infrastructures

Créée en 1974, Infodas est une société allemande opérant dans le domaine de la cybersécurité et des technologies de l’information pour le secteur public, en particulier dans le domaine de la défense et des infrastructures. Basée à Cologne, elle possède également des bureaux à Berlin, Bonn, Hambourg, Munich et Mayence. L’entreprise compte 250 salariés. Son chiffre d’affaires annuel s’élève à environ 50 millions d’euros.

Infodas fait de l’audit, du conseil et des tests d’intrusion des SI

Infodas propose des prestations de sécurité informatique certifiées par l’Office fédéral de la sécurité de l’information (BSI). La société familiale fait notamment de l’audit, du conseil, et mène des tests d’intrusion des systèmes d’information (SI). Ses produits répondent à différents niveaux de classification jusqu’à secret. Ils sont également agréés selon les Critères Communs et disposent d’autres certifications spécifiques à chaque pays.

Airbus souhaite proposer des solutions plus complètes à ses clients

Avec l’acquisition d’Infodas, Airbus compte renforcer davantage ses capacités en matière de cybersécurité et proposer des solutions plus complètes à ses clients. Le géant aéronautique européen espère également créer un mécanisme de défense plus efficace contre les futures menaces cyber. Les attaques informatiques enregistrent une forte augmentation ces dernières années, en raison de la digitalisation des entreprises et administrations.

Airbus rêve d’un avenir numérique solide et sécurisé

Ces dernières années, Airbus a beaucoup amélioré ses capacités en matière de cybersécurité. Le groupe espère garantir une meilleure protection de ses opérations, de ses clients et plus largement de son écosystème. Le rachat d’Infodas apportera au groupe une contribution significative à sa stratégie visant à sécuriser les futures plateformes numériques. Il doit également lui permettre de construire un avenir numérique plus solide et sûr.

Infodas a déjà signé un partenariat récemment avec le rival Boeing

Infodas avait été sélectionnée par Boeing en novembre 2023 pour contribuer à la modernisation du système aéroporté d’alerte et de contrôle (AWACS) de l’OTAN. Ce dispositif constitue un élément majeur de la défense aérienne de l’alliance. Il sert notamment à protéger l’intégrité de l’espace aérien des pays membres. Dans le cadre de ce contrat, l’entreprise allemande fournira des solutions interdomaines et travaillera à leur intégration dans l’architecture. En outre, elle veillera à  mettre à disposition un support complet tout au long du cycle de vie.

Diamants : De Beers et AWDC interpellent la Belgique

De Beers, leader mondial des diamants.

De Beers, leader mondial de la distribution de diamants bruts, et l’Antwerp World Diamond Centre (AWDC) ont écrit au Premier ministre belge Alexander De Croo pour l’inviter à reconsidérer l’utilisation d’Anvers comme unique point d’entrée des diamants dans les pays du G7. Ils craignent que cela n’entraîne des lenteurs préjudiciables aux entreprises du secteur diamantaire.

Dans une lettre ouverte au Premier ministre belge Alexander De Croo, De Beers et l’Antwerp World Diamond Centre (AWDC) expriment leurs inquiétudes sur les dernières mesures concernant les diamants. En effet, le G7 a interdit, depuis le 1er janvier 2024, la commercialisation des diamants russes sur les marchés européen et américain jusqu’à nouvel ordre.

Des sanctions contre les diamants russes pour tarir les sources de financements de la guerre contre l’Ukraine

Grâce à cette mesure, les Occidentaux espèrent assécher l’une des principales sources de financements de la guerre de Moscou contre l’Ukraine. Les diamants représentent l’une des plus importantes ressources d’exportation de la Russie, après le gaz et le pétrole. Alrosa, premier producteur mondial avec 30 % de part de marché avant le conflit ukrainien, génère au moins 90 % de la production nationale russe. Depuis deux ans, le groupe subit de plein fouet les sanctions occidentales, cédant sa place de leader à De Beers.

De Beers craint des conséquences catastrophiques sur l’industrie du diamant

En fin d’année dernière, les principaux producteurs de diamants ont critiqué la proposition d’Alexander De Croo de bannir unilatéralement les diamants russes du marché. Selon eux, cette décision aura des conséquences catastrophiques sur l’industrie car elle compliquerait les vérifications et créerait un goulot à Anvers, ville belge désignée comme unique point d’entrée des diamants dans les pays du G7.

Des doutes sur l’efficacité du système de suivi annoncé par l’UE

De Beers soutient les sanctions contre les diamants russes. Le groupe minier est d’accord que la Russie doit payer pour l’invasion de l’Ukraine, un pays souverain d’Europe. Toutefois, il soulève quelques griefs sur la manière d’appliquer ces sanctions. La filiale d’Anglo American a exprimé des doutes sur l’efficacité du système de suivi prévu être déployé en septembre prochain. Il se demande si cette solution sera suffisamment solide pour permettre une vérification de l’origine des diamants en Europe.

De Beers a son propre système de vérification

De Beers demande aux dirigeants européens de laisser chaque groupe vérifier l’origine des diamants grâce à sa propre solution. Depuis 2022, la compagnie diamantaire a développé une blockchain pour confirmer l’authenticité et la provenance de 100 % de ses pierres précieuses. Il souhaiterait utiliser ce système, voire le proposer au secteur, en partenariat avec d’autres entreprises.

La lenteur des vérifications en question

Dans leur lettre ouverte, De Beers et l’AWDC exhortent Alexander De Croo à remédier aux graves perturbations causées actuellement aux négociants par les nouvelles exigences en matière de déclaration de l’origine des diamants. Le producteur sud-africain et l’organisation belge de contrôle des flux de diamants relèvent que les expéditions prennent une semaine de plus pour être dédouanées au bureau d’Anvers en raison de nouvelles exigences en matière de paperasse.

Un appel à une collaboration pour résoudre les difficultés

« Nous vous demandons de bien vouloir nous aider à résoudre ces problèmes », écrivent Al Cook, PDG de De Beers, et Isidore Morsel, président de l’AWDC (Antwerp World Diamond Centre) dans leur lettre commune. Les deux dirigeants invitent plus précisément le ministre belge à reconsidérer la décision de faire passer par Anvers tous les diamants destinés au G7.

De Beers et AWDC veulent accompagner les dirigeants

De Beers et l’AWDC se proposent même de donner des « conseils techniques » à l’Etat belge pour lever les obstacles. Les deux groupes aimeront travailler avec le gouvernement pour renforcer la certification de provenance. Ils souhaitent aussi soutenir l’approvisionnement en diamants à Anvers, ainsi que le leadership de Bruxelles dans la réalisation des objectifs du G7.

Mali : le mix énergétique comme solution au délestage

Pour résoudre le problème du délestage au Mali, Aliou Diallo propose de faire évoluer le mix énergétique du pays vers le solaire, l’éolien et l’hydrogène naturel. Selon le milliardaire malien, toutes les conditions météorologiques et géologiques sont réunies pour se faire.

Au Mali, les délestages sont devenus presque quotidiens depuis quelques mois. Il ne se passe plus de jours sans qu’il n’y ait de coupures d’électricité, même à Bamako la capitale. Cette pénurie  nuit fortement aux activités économiques. Ce qui est problématique pour un pays qui aspire à se relever de plusieurs années de crise. Le gouvernement a promis de mettre rapidement fin à cette situation en sécurisant l’approvisionnement du gasoil destiné aux centrales thermiques.

Faire évoluer le mix énergétique vers le solaire et l’éolien

Mais il s’agit d’une mesure d’urgence, qui ne réglera pas définitivement le délestage, un problème vieux de plusieurs décennies. Aliou Diallo, président d’honneur du parti ADP-Maliba, recommande de faire évoluer le mix énergétique du pays. En développant l’hydroélectrique, dont le potentiel au Mali est estimé à 1150 mégawatts, et surtout le solaire et l’éolien, le Mali pourrait enfin atteindre l’autosuffisance énergétique. Le milliardaire malien rappelle que le territoire malien bénéficie d’un fort ensoleillement, en même temps qu’il est constamment balayé par le vent.

Construire de gigantesques fermes photovoltaïques et éoliennes

Aliou Diallo pense que l’Etat pourrait profiter de ces conditions idéales pour construire de gigantesques fermes photovoltaïques et éoliennes, en particulier dans les zones sahéliennes. Selon l’entrepreneur, ce sont là des solutions plus compétitives pour un pays comme le Mali. Car elles nécessitent peu d’investissements pour la production et la gestion, en même temps qu’elles fournissent une électricité à prix abordable. Le Mali pourrait ainsi éclairer à moindre coût les zones rurales ou reculées.

Miser sur l’hydrogène vert et l’hydrogène naturel

Aliou Diallo préconise en outre de miser sur l’hydrogène vert et l’hydrogène naturel, considéré comme le candidat idéal pour la transition énergétique. L’homme d’affaires parle en expert car il possède une compagnie qui exploite l’hydrogène naturel depuis une dizaine d’années. En l’occurrence Hydroma Inc. Cette société fournit depuis 10 ans, à titre d’expérimentation, en électricité propre le village de Bourakébougou, situé à quelques kilomètres de Bamako. Face au succès de ce test, Aliou Diallo souhaite maintenant passer à une production à grande échelle.

Le Mali a tous les atouts pour produire plus d’énergie et moins cher

Cette production industrielle permettra de répondre aux besoins d’énergétiques du Mali, mais également de faire du pays un grand exportateur d’énergies propres en Afrique voire dans le monde. « Le Maliba a tous les atouts pour atteindre sa souveraineté énergétique et donc promouvoir un essor économique pour le bien être de sa population », soutient Aliou Diallo. Le philanthrope assure que cette vision électrique qu’il développe « n’est pas une utopie », mais qu’elle est « totalement réalisable ».

« Un plan Marshall » pour l’indépendance énergétique du Mali

Aliou Diallo juge primordial d’obtenir l’autosuffisance en électricité « pour assurer un développement durable » au Mali. Mais pour cela, il faudra consentir à des financements conséquents. « Sans investissement et sans vision, il est impossible d’y parvenir », a-t-il prévenu. Pour sa part, l’ex député de Kayes a préparé « un plan Marshall » dans le cadre de la future élection présidentielle, dont il serait favori. Ce programme vise à donner au Mali sa souveraineté sur tous les plans : énergétique, industrielle, économique, politique, militaire, etc.

Politique : vers l’amélioration du statut de l’élu local

Le Sénat examine, depuis fin février, la proposition de loi sur le statut de l’élu local. La chambre haute du parlement se penche notamment sur la hausse des indemnités, l’exercice du mandat et la réinsertion professionnelle. Elle souhaite encourager les vocations.

En France, être un élu local n’est pas forcément un privilège. En effet, ce statut s’accompagne souvent de plusieurs problèmes professionnels, sociaux et familiaux. Ce qui pousse les concernés à jeter très souvent l’éponge. Ainsi, au 31 janvier 2024, plus de 4% des maires élus en 2020 avaient démissionné. Ils ont été victimes de la lassitude, de l’insécurité ou encore du manque de reconnaissance financière.

Examen de la proposition en cours depuis le 28 févier

Le rythme des démissions fait craindre une crise des vocations. Pour l’éviter, des parlementaires ont déposé au Sénat une proposition de loi créant un statut de l’élu local. Examiné par la chambre haute depuis le mercredi 28 févier denier, ce texte est porté par la majorité présidentielle. Parmi ces auteurs, on trouve la sénatrice centriste Françoise Gatel, le sénateur LR Mathieu Darnaud et le président de la commission des lois François-Noël Buffet.

Améliorer les conditions d’exercice du mandat d’un élu local

La proposition de loi a obtenu le vote de 309 parlementaires sur 348. Un score qui témoigne de l’union sur cette question. Le texte se donne pour objectif d’améliorer les conditions d’exercice du mandat d’un élu en les adaptant aux profils, notamment en cas d’engagement dans la vie professionnelle. Aussi, il vise à sécuriser le parcours des élus en favorisant leur reconversion et la valorisation des compétences acquises lors de leur mandat.

Augmentation des plafonds des indemnités de fonction d’un élu local

Issue de travaux menés de longue date par la chambre des territoires, la proposition de loi s’attaque globalement à la vie d’un élu avant, pendant et après son mandat en instaurant un véritable statut. Parmi les premières mesures adoptées par les parlementaires figure l’augmentation des plafonds des indemnités de fonction, pour compenser notamment l’inflation. On note également la simplification de la conciliation entre l’exercice du mandat et celui d’une activité professionnelle.

Un label « Employeur partenaire de la démocratie locale »

Ainsi, le texte propose de doubler la durée du « congé électif » pour les candidats aux élections locales, le portant à 20 jours. En outre, il prévoit un label « Employeur partenaire de la démocratie locale », qui implique des réductions d’impôt pour les entreprises embauchant des élus. Par ailleurs, les parlementaires se sont penchés sur la perte de revenus lors d’un congé maternité à venir.

Garantir une meilleure protection

Autre mesure, le renforcement des sanctions prévues en cas de violence contre des autorités locales. Le texte prévoit jusqu’à sept ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende en cas d’incapacité de travail de plus de dix jours. Les parlementaires précisent qu’il ne s’agit pas de faire des élus des privilégiés. Ils voudraient simplement les protéger contre les attaques indignes. Enfin, relevons la prise en charge par la collectivité des frais de transport pour faciliter l’engagement des élus locaux et améliorer les conditions d’exercice du mandat.

Les fonds d’investissement, piliers des entreprises

Les entreprises ont besoin des fonds d’investissement pour diverses raisons. Que ce soit pour démarrer, se développer ou innover, le financement joue un rôle vital dans leur pérennité.

Financement initial et démarrage

Lorsqu’une entreprise est à ses débuts, elle a besoin de capitaux pour financer ses opérations initiales. Cela inclut souvent l’achat d’équipement, le recrutement de personnel, la recherche et le développement, ainsi que la mise en place de systèmes et de processus nécessaires à son fonctionnement. Les fonds d’investissement, comme les sociétés de capital-risque et les groupe de private equity, fournissent le financement nécessaire à ces premières étapes. Sans cet investissement initial, de nombreuses entreprises prometteuses pourraient ne jamais voir le jour. On peut notamment citer le groupe HLD de Jean-Bernard Lafonta qui aide des entreprises naissantes à se développer au mieux.

Expansion et croissance

Une fois qu’une entreprise est établie, elle peut avoir besoin de fonds supplémentaires pour étendre ses opérations, pénétrer de nouveaux marchés ou développer de nouveaux produits ou services. Cela peut nécessiter des investissements importants dans la production, le marketing, la recherche et le développement, ainsi que dans l’expansion de la main-d’œuvre. Les fonds d’investissement peuvent fournir le capital nécessaire pour soutenir cette croissance, permettant ainsi à l’entreprise de saisir de nouvelles opportunités et d’atteindre son plein potentiel.

Accès aux ressources et à l’expertise

En plus du financement, les fonds d’investissement offrent souvent aux entreprises un accès précieux à des ressources et à une expertise supplémentaires. Les investisseurs peuvent apporter une expérience dans la gestion, des réseaux de contacts étendus et des conseils stratégiques qui peuvent aider les entreprises à éviter les pièges courants et à maximiser leurs chances de succès. En outre, les fonds d’investissement peuvent ouvrir des portes à différents partenariats et acquisitions, ce qui est crucial pour la croissance à long terme d’une entreprise.

Financement de l’innovation

L’innovation est souvent le moteur de la croissance à long terme d’une entreprise. Cependant, le développement de nouvelles technologies, de produits ou de services innovants est souvent coûteux et risqué. Les fonds d’investissement jouent un rôle essentiel en fournissant le financement nécessaire pour soutenir la recherche et le développement, ainsi que pour aider les entreprises à transformer leurs idées novatrices en produits commercialisables. En investissant dans l’innovation, les fonds d’investissement contribuent non seulement à la croissance des entreprises individuelles, mais également à la stimulation de l’ensemble de l’économie.

La Société Générale annonce des suppressions de postes

Logo de La Société Générale.

La Société Générale a annoncé lundi la suppression de 947 postes, sans départs contraints. Cette coupe historique interviendra dans les services centraux, les fonctions supports et la direction financière. Elle se fait dans le cadre d’un vaste plan de réduction des coûts. Mais les syndicats s’inquiètent de la multiplication des plans sociaux et l’absence d’ambition de la banque.

À trois jours de la présentation de ses résultats annuels, la Société Générale réduit ses effectifs. En effet, elle a annoncé ce lundi aux instances représentatives du personnel la suppression de 947 postes à son siège, soit environ 5 % des employés des deux tours de La Défense. Cette coupe, prévue s’achever au premier semestre 2024, se fera « au travers de mobilités internes, de transitions d’activité ou de départs volontaires », précise le groupe bancaire dans un communiqué.

La Société Générale a 117.500 collaborateurs dans le monde

Dans le détail, 288 emplois seront supprimés dans les services centraux du réseau SG, 185 dans les fonctions supports (back offices, informatique) de la banque de grande clientèle GBSU, 182 dans l’équipe l’informatique, 84 dans la banque d’investissement et le conseil Global Banking & Advisory, 77 dans la direction financière, 58 dans les services RH et 73 dans les services centraux dédiés à l’international. Le groupe emploie 117.500 personnes dans le monde, dont 56.000 en France.

Une suppression dans le cadre d’un vaste plan stratégique

Selon le communiqué de la Société Générale, ces suppressions de postes visent à regrouper et mutualiser certaines activités et fonctions. Aussi, elles ont pour but de supprimer des strates hiérarchiques afin d’alléger les processus de décision et de redimensionner certaines équipes. En outre, les réductions s’inscrivent dans le cadre d’un vaste plan stratégique annoncé en septembre dernier par le nouveau directeur général, Slawomir Krupa, nommé en juin 2023.

La Société Générale vise des économies de coûts à horizon 2026

Ce plan social doit permettre des économies brutes de coûts d’environ 1,7 milliard d’euros à horizon 2026 par rapport à 2022. Une bonne partie de ce montant, au moins 700 millions, devrait provenir des nouveaux projets lancés dans l’ensemble des entités du groupe. L’objectif est de simplifier l’organisation, de rationaliser les systèmes d’information et d’optimiser les processus d’achats. Slawomir Krupa avait prévenu que la réalisation de ce nouveau plan se fera dans la douleur.

3.700 suppressions d’emplois déjà prévues

Le nouveau DG dit n’avoir pas d’autres options pour relancer la banque que de procéder à cette coupe profonde dans les effectifs. La Société Générale sort de quinze ans (2008 et 2023) d’activités moroses et de scandales sous la direction de Frédéric Oudéa, l’époux de l’actuelle ministre de l’Education nationale et des Sports. Il fallait donc faire un peu de « ménage ».

Notons que la banque a déjà annoncé la suppression de 3.700 postes dans le cadre de la fusion des réseaux SG et Crédit du Nord. Cette large réduction des effectifs se fera sur trois ans : en 2023 (30% des réductions fixées), 2024 (50%) et 2025 (20%).

Les syndicats inquiets face aux plans sociaux

Des rumeurs font également état d’éventuelles cessions après la vente de filiales dans six pays africains. La Société Générale chercherait notamment à se débarrasser de sa filiale spécialisée dans le crédit-bail SGEF, de sa fintech Shine et de la SGSS, sa société dédiée à la conservation de titres.

Du côté des syndicats, c’est l’inquiétude qui règne. La CFTC déplore que « l’humain [soit] une fois de plus la variable d’ajustement ». Quant à la SNB CFE CGC, elle regrette l’accent mis « sur la rationalisation et l’optimisation des charges », au dépend du « développement pour générer du produit net bancaire ».

1 2 3 20