Le magazine Valeurs actuelles frappé au portefeuille

L’hebdomadaire français d’extrême-droite est engagé dans une bataille judiciaire avec Taboola, une des régies publicitaires intervenant sur son site internet. Objectif : récupérer une part importante des recettes dont il se retrouve aujourd’hui priver.

Valeurs actuelles est dans de sales draps. Déjà en proie à une raréfaction des entrées financières due à la campagne déclenchée contre lui par l’organisation d’activistes Sleeping Giants France, l’hebdomadaire doit désormais faire l’impasse sur un tiers de ses recettes publicitaires. Et pour cause, Taboola, sa principale mamelle nourricière a décidé de se retirer. La régie en ligne accuse notamment le journal de promouvoir la haine et la discrimination raciale.

Dans la ligne de mire de l’entreprise israélienne, un article paru dans les colonnes du magazine en août 2020 et dont le personnage principal est Danièle Obono, députée française d’origine gabonaise, membre de la France insoumise. On y voit la quadragénaire représentée chaîne au coup, telle une esclave. Le titre : « Danièle Obono, au temps de l’esclavage ! Notre roman de l’été » était lui aussi sans équivoque. Et le tollé qui s’en est suivi a traversé toute la classe politique française et bien au-delà. À tel point que le magazine avait fini par se répandre quelques jours plus tard en excuses, mais en se gardant de quelque visée raciste que ce soit.

Bras de fer judiciaire

Cela n’a semble-t-il pas convaincu Taboola. La régie publicitaire a ainsi décidé en septembre dernier de rompre le contrat qui le lie à l’hebdomadaire un an seulement après sa signature, l’accusant de promouvoir la haine. Ce qui contrevient à l’engagement des deux parties. C’est un coup dur pour le magazine d’extrême-droite qui estime qu’une telle décision le prive d’une part conséquente de ses recettes publicitaires, dont la totalité des revenus générés par son site internet.

Devant la justice, Valeurs actuelles indique que la revue en ligne ne respecte pas les clauses contractuelles, car sa résiliation unilatérale du contrat se fonde sur un contenu publié sur sa version papier et non sur le web. Argumentaire également contesté par Taboola. La firme met en exergue un autre point du contrat interdisant aux parties contractantes de se porter atteinte l’une à l’autre. Or l’article sur Danièle Obono viole ce terme, estime-t-elle.

Après une première décision défavorable, la régie finit par obtenir gain de cause le 7 avril dernier. La Cour d’appel invalidant l’argument de la liberté de la presse dont se targue le magazine pour justifier sa publication.

La décision judiciaire sur le fond du dossier est attendue.

Huawei garde le sourire

Le constructeur de téléphone a passé une année 2020 globalement satisfaisante au plan économique. Une prouesse d’autant plus remarquable que l’entreprise chinoise est prise entre deux feux : l’animosité américaine et la crise du Coronavirus.

Huawei s’en sort mieux qu’on pouvait le craindre économiquement. Le constructeur chinois résiste bien au double défi que lui impose les sanctions américaines et la crise du Covid. C’est du moins le constat qui se dégage des derniers chiffres publiés par l’entreprise le 31 mars 2021. Pour le compte de l’année écoulée, le groupe a réalisé 111 milliards d’euros de chiffres d’affaires, soit une hausse de 3,8% par rapport à l’exercice précédent. Les résultats annuels eux s’établissent à 8,1 milliards pour une hausse de 3,2%.

Pour en arriver à ces chiffres, le groupe chinois privé de Play Store par Google et également entravé dans ses approvisionnements en puces électroniques a misé sur la fourniture de services comme le cloud aux entreprises. Il a aussi mis en avant ses autres appareils électroniques, dont les ordinateurs portables, très prisés chez lui en Chine où la 5G est en net avancement. La diversification des produits en dehors des smartphones, aura été déterminante pour Huawei l’année écoulée. Car la vente de ses smartphones a beaucoup régressé à travers le monde depuis que l’entreprise s’est séparée de Honor, sa sous-marque spécialisée dans le développement des téléphones portables à prix réduit, en novembre 2020 sous la pression des États-Unis.

Les sanctions américaines en question

Washington autrefois incarnée par l’administration Trump mène en effet une guerre sans merci à la firme chinoise depuis deux ans pour des accusations d’espionnage. La proximité des responsables de Huawei avec le régime communiste de Pékin n’est pas du goût de l’Oncle Sam qui ne lésine pas sur les moyens pour réduire le groupe à néant.

C’est ainsi que le constructeur de smartphone fut éjecté du magasin d’applications d’Android, Play Store, de l’Américain Google. Une situation que Huawei tente de résoudre en mettant en place d’autres alternatives. À commencer par la création de son propre système d’exploitation. Nommée Harmony OS, elle est censée constituer une alternative au célèbre Android. Son magasin d’applications, Huawei Mobile Services (HMS), compte à ce jour 120 000 plateformes téléchargeables. L’idée est, à en croire les responsables du groupe chinois, de pouvoir rivaliser à terme avec les deux mastodontes du domaine que sont : Apple Store (pour Apple) et Play Store (pour Google).

Vendre des téléphones sans chargeur au Brésil peut coûter cher

L’agence brésilienne de protection des consommateurs vient d’infliger une amende record de plus d’un million d’euros à Apple. En cause, sa nouvelle génération de téléphones vendus sans chargeur.

Aussi paradoxale que cela puisse paraître, Apple vient d’être frappée au portefeuille pour ses bonnes intentions dans le cadre de la protection de l’environnement. La marque à la pomme s’est vue infliger une amende d’environ 1,6 million d’euros par Procon-SP, organisme de défense des droits des consommateurs au Brésil. En cause, des iPhone vendus sans chargeur. Ce qui à en croire les responsables de Procon-SP, contrevient aux lois brésiliennes.

Et pourtant, cela part d’une décision bienveillante envers l’environnement. Comme l’a fait remarquer Apple en octobre 2020, les emballages des téléphones de la firme réputés grands participent à la destruction de la nature. Afin de pallier cela, l’entreprise californienne avait pris la décision de ne plus commercialiser ses téléphones avec chargeur. Dans la boîte des modèles de smartphones tels que : l’iPhone 12, la 11, mais aussi la XR ou la SE, figurent dorénavant seulement les écouteurs filaires uniquement en France, car exigé par la loi, et un connecteur lightning. Les utilisateurs qui le désirent étant tout bonnement invités à se servir de leur ancien adaptateur secteur ou d’en acquérir un autre séparément du nouveau téléphone et à prix réduit dans les boutiques d’Apple.

Le précédent avec Smartphone

Le Brésil avait averti la marque à la pomme dès l’annonce de cette politique visant à réduire son empreinte écologique, de possible sanction en cas de commercialisation sur son territoire de téléphones sans chargeur. D’autant plus que la tendance lancée par Apple avait été suivie par certains de ses concurrents, dont le Chinois Xiaomi et le Sud-Coréen Samsung, entre autres. Ce dernier notamment avait attiré l’attention Procon-SP il y a quelques mois pour son modèle Galaxy S21 également vendu au Brésil sans chargeur. Les tractations qui s’en étaient suivies avaient abouti à un accord avec les autorités. Samsung s’étant engagé à fournir des chargeurs aux consommateurs, sans frais supplémentaires.

Apple n’a pour l’heure, pas commenté la décision des autorités judiciaires brésiliennes. Mais la firme américaine peut faire appel de ce jugement. Et même s’il existe une jurisprudence favorable à Apple, il est fort probable que le constructeur de téléphone essaie de régler ce différend à l’amiable, au regard de ce que représente pour lui le marché brésilien.

Bataille rangée autour de l’App Store

Le magasin numérique d’Apple est actuellement décrié un peu partout dans le monde par les développeurs d’applications. En cause, un système d’utilisation ultra rigide et des commissions jugées exorbitantes par ses détracteurs.

Les développeurs d’applications mobiles réussiront-ils à faire plier Apple à propos des conditions d’utilisation de son App Store ? En tout cas, ils comptent bien essayer. Depuis plusieurs mois, la marque à la pomme est vivement critiquée pour d’une part, le caractère fermé de son magasin d’applications, et d’autre part, à cause de la hausse des commissions prélevées sur les transactions effectuées via l’App Store.

En effet, il n’est pas possible pour les développeurs d’applications mobiles de déployer leurs produits en dehors de l’écosystème d’Apple (l’App Store en l’occurrence). Mieux, les achats effectués par les utilisateurs sur lesdites applications sont frappés d’une taxe allant de 15 à 30 % du montant total en guise de commissions par Apple. Toute chose que des voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer, y compris aux États-Unis.

Action en justice

C’est d’abord Epic Games qui a sonné la charge contre l’App Store et ses 30 % de commissions en tentant de se passer du magasin d’applications d’Apple. L’initiative qui remonte à août 2020 avait provoqué la colère de la marque à la pomme. Elle avait, en guise de riposte, retiré de sa plateforme de téléchargements d’applications, le jeu Fortnite. Si cette action avait été confortée par une décision judiciaire, le différend relatif aux frais de commissions est toujours pendant devant la Commission européenne.

Plusieurs plateformes numériques dont : Deezer et Spotify entre autres, s’étaient également liguées contre la firme de Tim Cook, accusée de pratiques anticoncurrentielles.

Apple se défend

Des accusations dont se défend Apple. Le géant californien estime notamment que les commissions prélevées auprès des développeurs d’applications mobiles usant de sa plateforme sont nécessaires pour en assurer la bonne marche. L’entreprise qui a par ailleurs déjà baissé le taux de commission perçue auprès des développeurs dont le chiffre d’affaires est inférieur à 1 million d’euros met également en avant les emplois créés grâce à l’App Store.

Reste que cela est loin de satisfaire ses détracteurs. Puisque la fronde se poursuit contre elle. L’État américain de l’Arizona travaille notamment sur une législation susceptible de permettre aux développeurs d’applications de passer outre les commissions instituées par Apple. Par ailleurs, le Royaume-Uni essaie depuis le 4 mars dernier de savoir si le géant californien a enfreint les règles anticoncurrentielles sur son territoire.

Des startups recherchent des solutions de haute technologie pour le gaspillage alimentaire

gaspillage alimentaire

En Inde, des entrepreneurs vendent des applications pour les agriculteurs afin de les connecter à de gros acheteurs dans le but d’éviter le gaspillage alimentaire. 

Le secteur agricole représente près de 15% de l’économie indienne et emploie environ la moitié des 1,3 milliard de personnes qui habitent l’Inde. Environ 85% des agriculteurs indiens possèdent moins de 2 hectares de terres et n’ont pas les moyens pour vendre leurs produits au-delà des marchés locaux. De nombreux agriculteurs souhaitaient donc obtenir des outils informatisés pour aider leurs entreprises a se développer.

L’industrie agricole semble être le secteur le plus puissant. Des entrepreneurs conçoivent des applications pour les agriculteurs afin de faciliter le contact entre ces derniers et les acheteurs dans tout le pays. Ces entreprises développeront des outils d’IA pour faciliter l’analyse et le traitement de la marchandise.

D’autres développent des plates-formes électroniques pour connecter les agriculteurs aux magasins et aux grands détaillants. L’IA joue un rôle important dans cette démarche qui vise à améliorer les chaînes d’approvisionnement qui perdent presque un quart des produits à cause du gaspillage.

En effet, des statistiques ont révélé que d’énormes quantités de céréales, de fruits et de légumes en Inde pourrissent dans les fermes en raison d’une mauvaise gestion des stocks. Les experts estiment que ce taux de gaspillage est quatre ou cinq fois supérieur à celui de la plupart des grandes économies mondiales.

Le Premier ministre Narendra Modi a introduit des changements dans le système. Ce dernier supprimera les intermédiaires, ce qui permettra aux agriculteurs de vendre leurs produits directement aux acheteurs. Cette réforme est considérée comme l’une des plus grandes réformes jamais réalisée dans le secteur de l’agriculture en Inde.

Le déclin économique américain n’est pas aussi grave qu’on le craignait

Des statistiques ont révélé que l’économie américaine a reculé de 3,5% l’année dernière, ce qui reste mieux que de nombreux autres pays, malgré le lourd bilan économique causé par la pandémie.

La croissance de l’économie américaine a ralenti au cours des trois derniers mois de l’année 2020 à cause des cas de virus et des restrictions sanitaires ayant provoqué un nouveau recul de l’activité économique. Cependant, la production industrielle a augmenté à un taux annuel de 4% au cours des trois derniers mois de 2020.
La baisse globale en 2020 signalée par le département américain du commerce était la plus forte baisse depuis 1946, lorsque les Etats-Unis se démobilisaient après la Seconde Guerre mondiale. Par rapport au quatrième trimestre de 2019, la production a reculé de 2,5%.
Malgré ce déclin non souhaité, les résultats n’ont pas été aussi graves que beaucoup l’avaient craint au début du confinement, lorsque les secteurs liés à des activités tels que le tourisme et la restauration ont chuté. Ainsi, malgré la flambée du chômage et une forte augmentation de la pauvreté, les Etats-Unis n’ont pas été aussi durement touchés que de nombreux autres pays du monde.
En supposant qu’il n’y aura pas de deuxième vague du coronavirus, je pense qu’on verra l’économie se redresser progressivement au cours du second semestre de cette année. Pour que l’économie retrouve pleinement son rythme de croisière, il faudra que les gens reprennent totalement confiance et il faudra peut-être attendre pour cela l’arrivée d’un vaccin”, a estimé Jerome Powell, un avocat et banquier américain.
Le Fonds Monétaire International estime que l’économie britannique, par exemple, a reculé de 10% l’an dernier, tandis que le Canada, le Japon et l’Allemagne ont tous chuté de plus de 5%. La Chine est la seule grande économie à avoir enregistré une croissance, avec un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 2,3%.

L’Union européenne en proie au commerce de faux vaccins

De prétendus intermédiaires auraient fait miroiter à des pays membres de l’UE, la possibilité de leur fournir un milliard de doses de vaccin anti-Coronavirus. L’arnaque révélée par l’Office européen de lutte anti-fraude (Olaf) ce lundi remet au goût du jour la question de la prolifération des faux produits sanitaires dans ce contexte de besoin criant.

Après les faux tests, les faux masques, voici venu le temps des faux vaccins anti-Coronavirus. En cette période de crise sanitaire, les faussaires rivalisent d’ingéniosité et d’audace pour attirer dans leur filet le plus de victimes possible. Le gendarme européen de la lutte anti-fraude révèle en effet ce lundi, avoir découvert que des individus non-identifiés ont tenté de vendre à l’Europe, un milliard de vaccins contre la mirobolante somme de 14 milliards d’euros. Pour réussir leur manœuvre, les intéressés se seraient fait passer pour des intermédiaires valables auprès d’industriels producteurs des précieuses doses. Olaf exhorte donc les pays à redoubler de vigilance face à un fléau dont les méthodes semblent se diversifier à mesure que certains réseaux sont découverts. Par ailleurs, en dehors de l’aspect financier, le phénomène des contrefaçons constitue une sérieuse menace de santé publique.

Le besoin favorise la fraude

Ce n’est pas la première fois que les autorités européennes alertent contre les escroqueries autour de la pandémie. Le phénomène avait effet déjà été observé sur les masques et les tests dans plusieurs pays. La France menaçait ainsi il y a quelques semaines encore de suspendre les compagnies aériennes jugées laxistes dans le contrôle des tests PCR de leurs passagers. Le problème concerne donc dorénavant aussi les vaccins. Ils sont âprement convoités par les nations car étant le seul recours susceptible d’aider au redémarrage à court terme des économies actuellement à l’agonie.

Mais ces précieuses doses tardent à parvenir aux différents pays. Entre autres, cause : des problèmes notés dans certains laboratoires des fabricants. C’est le cas notamment de la firme suédo-britannique qui a passablement mis Bruxelles en courroux à cause de ses retards de livraison. De fait, certains gouvernements sont tentés de se procurer les vaccins en dehors du cadre d’acquisition communautaire prédéfini par l’UE, afin d’accélérer leur campagne de vaccination. Au risque de se faire escroquer. C’est déjà le cas en Italie où le gouverneur de la région de Vénétie a annoncé avoir reçu de la part de personnes encore non-identifiées, une mystérieuse offre de livraison de 27 millions de doses.

L’entreprise de véhicules électriques Lucid Motors entre en Bourse

Lucid Motors

La société de véhicules électriques Lucid Motors a déclaré avoir signé un accord de fusion avec une société de chèques en blanc créée par le banquier d’investissement Michael Klein. 

La crise sanitaire a eu un fort impact sur les marchés financiers dans tous les secteurs, ce qui incite les entreprises à prendre des précautions. “Les incertitudes quant à l’évolution de la crise sanitaire mais aussi du contexte économique mondial doivent nous inciter à une certaine prudence“, a déclaré Arnaud de Puyfontaine, président de Vivendi. Cependant, certaines entreprises telles que Lucid Motors ont su profiter de la crise pour innover et exploiter les offres financières pour mieux avancer.  

L’accord entre Lucid et Churchill Capital Corp IV est le plus important d’une série de rapprochements impliquant des sociétés de véhicules et des sociétés de chèques en blanc. Ses sociétés connues sous le nom de “sociétés d’acquisition à vocation spéciale”, ou SPAC. Les précédents contrats SPAC avec des start-ups de véhicules telles que Nikola, Fisker et Lordstown Motors ont généré des évaluations pro forma de moins de 4 milliards de dollars. Cependant, Lucid reste plus avancé que ces entreprises. Lucid est sur le point de livrer son premier véhicule appelé Air, ce printemps. L’accord générera environ 4,4 milliards de dollars de liquidités pour les plans d’expansion de Lucid, y compris son usine actuelle en Arizona. 

Lucid est dirigé par l’ex-directeur de l’ingénierie de Tesla et vétéran de l’automobile Peter Rawlinson. Ce dernier a rejoint l’entreprise en tant que directeur de la technologie en 2013 avant qu’il devienne PDG en avril 2019. Lucid a été fondée en 2007 sous le nom d’Atieva, un nom qu’elle utilise maintenant pour sa branche d’ingénierie et de technologie qui fournit des batteries au circuit de course électrique de Formule E. La société s’est d’abord concentrée sur la technologie des batteries électriques avant de changer de nom et de passer à un constructeur de véhicules électriques en 2016.  

Lucid a eu quelques difficultés à obtenir des capitaux pour financer ses projets jusqu’en septembre 2018, date à laquelle l’entreprise a reçu 1 milliard de dollars du fonds souverain d’Arabie saoudite. 

Le marché des appareils électroniques menacé par une pénurie de semi-conducteurs

Le secteur des téléphones portables, tablettes, consoles et autres gadgets électroniques risque de connaître une année 2021 particulièrement difficile. La raison est due à une pénurie de semi-conducteurs en cours dans le monde.

C’est généralement le cas pour chaque nouveau téléphone d’Apple, mais le coût des prochains iPhones va très probablement connaître une hausse encore plus importante que les précédentes. Le phénomène qui risque de toucher tout le secteur des appareils électroniques est favorisé par une pénurie de semi-conducteurs sur le marché mondial. Alors que la demande bat des records, ce matériau indispensable à la bonne marche des appareils électroniques est actuellement introuvable.

Cette situation tient en un ensemble de facteurs. En effet, beaucoup de firmes ont vu leur chaîne d’approvisionnement se rétrécir avec la crise du Coronavirus et ses nombreuses restrictions. Conséquence : les fournisseurs de ces puces électroniques sont sevrés. D’un autre côté, les fabricants dont les usines tournent au ralenti ne parviennent pas à honorer une demande de plus en plus croissante. Ils sont notamment contraints de revoir leur mode de production. Cet enchaînement de dommages impacte négativement les entreprises comme Apple ou Huawei, incapables de produire des téléphones en quantité suffisante. C’est le cas de certains modèles d’iPhone 12 insuffisamment disponibles sur le marché.

Guerre commerciale et accaparement de stocks

La guerre commerciale qui fait rage entre la Chine et les États-Unis n’arrange pas les choses. Washington qui accuse Pékin d’espionnage refuse que ses entreprises livrent des semi-conducteurs à la firme chinoise. Cette dernière a donc essayé tant bien que mal depuis quelques mois de minimiser l’impact d’une telle décision sur ses productions d’appareils électroniques en accumulant le plus de stocks possible. Une stratégie que plusieurs de ses concurrents de Huawei ont imitée. Par ailleurs, une autre bataille se joue autour des semi-conducteurs entre les fabricants de téléphones et ceux spécialisés dans la fabrication d’autres appareils électroniques.

Tout cela renforce la situation de pénurie observée actuellement sur le marché et dont les effets se font d’ores et déjà sentir. Des consoles de jeux dont la PlayStation 5 de Sony et la Xbox Series de Microsoft sont en rupture seulement quelques mois après leur lancement. Au grand dam des gamers qui se ruent en vain dans les magasins en ces temps de Covid-19.

Selon les spécialistes, la situation pourrait durer encore plusieurs mois. À moins que les campagnes de vaccination en cours aux quatre coins du globe ne viennent remettre les différentes chaînes d’approvisionnement à l’endroit.

Vaccin anti-Covid : le patron de Sanofi règle ses comptes

Paul Hudson a profité d’une interview accordée au JDD dimanche 14 février, pour aborder un certain nombre de sujets concernant son groupe pharmaceutique. De la question des vaccins à celle relative aux suppressions de postes, l’ancien de Novartis a répondu à ses détracteurs.

Cela devait le démanger depuis un moment et sa sortie médiatique de dimanche témoigne d’une frustration longtemps contenue. Paul Hudson s’est fendu d’un entretien au JDD pour répondre à ses détracteurs concernant notamment la fabrication par son laboratoire du vaccin anti-Coronavirus qui tarde à venir. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Sanofi a décidé de parier moins sur la vitesse que sur l’efficacité. Ceci d’autant plus vrai que, à en croire son PDG, l’ARN messenger, nouvelle technologie sur laquelle sont basés les vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna, ne sont pas exemptes d’interrogations quant à leur efficacité dans le futur. Face à ce qu’il qualifie de Sanofi bashing, Paul Hudson dit prendre le temps nécessaire pour faire les choses bien.

Il annonce notamment pour le dernier trimestre de l’année, la mise en place de son vaccin à protéine recombinante en co-fabrication avec la multinationale britannique GSK. Entre-temps, le leader pharmaceutique français prévoit de rendre disponible pour le grand nombre, son deuxième vaccin basé lui, sur la technologie ARN messenger.

Sanofi avait soulevé une bronca générale en décembre dernier, notamment en France, à l’annonce du retard dans la fabrication de son premier vaccin. Raison évoquée : une efficacité préclinique insuffisante sur les personnes âgées. Un sérieux coup pour l’image du made in France à l’heure où les laboratoires concurrents avançaient à grands pas vers la mise en place des précieuses doses.

L’épineuse question des suppressions de postes

Sur la polémique relative au projet de suppression de postes au sein du groupe, notamment dans la filière Recherche et Développement (RD), Paul Hudson s’est voulu stratégique. Le natif de Manchester estime qu’il est primordial d’opérer des choix afin de rendre plus efficients les résultats du groupe. Car, fait-il remarquer, Sanofi est à la traine en matière de découverte scientifique en France depuis deux décennies. Il importe donc d’investir davantage dans des domaines prometteurs.

L’annonce courant janvier de la suppression de 400 postes en RD sur un millier prévu en France avait provoqué l’ire des salariés. Ces derniers ayant du mal à comprendre un tel choix en pleine pandémie. Mieux, l’entreprise se porterait mieux financièrement, au regard notamment des dividendes versés aux actionnaires. Sur ce dernier cas, le PDG rétorque que la confiance aux investisseurs est importante pour l’avenir de Sanofi.

1 2 3 10