Bataille rangée autour de l’App Store

Le magasin numérique d’Apple est actuellement décrié un peu partout dans le monde par les développeurs d’applications. En cause, un système d’utilisation ultra rigide et des commissions jugées exorbitantes par ses détracteurs.

Les développeurs d’applications mobiles réussiront-ils à faire plier Apple à propos des conditions d’utilisation de son App Store ? En tout cas, ils comptent bien essayer. Depuis plusieurs mois, la marque à la pomme est vivement critiquée pour d’une part, le caractère fermé de son magasin d’applications, et d’autre part, à cause de la hausse des commissions prélevées sur les transactions effectuées via l’App Store.

En effet, il n’est pas possible pour les développeurs d’applications mobiles de déployer leurs produits en dehors de l’écosystème d’Apple (l’App Store en l’occurrence). Mieux, les achats effectués par les utilisateurs sur lesdites applications sont frappés d’une taxe allant de 15 à 30 % du montant total en guise de commissions par Apple. Toute chose que des voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer, y compris aux États-Unis.

Action en justice

C’est d’abord Epic Games qui a sonné la charge contre l’App Store et ses 30 % de commissions en tentant de se passer du magasin d’applications d’Apple. L’initiative qui remonte à août 2020 avait provoqué la colère de la marque à la pomme. Elle avait, en guise de riposte, retiré de sa plateforme de téléchargements d’applications, le jeu Fortnite. Si cette action avait été confortée par une décision judiciaire, le différend relatif aux frais de commissions est toujours pendant devant la Commission européenne.

Plusieurs plateformes numériques dont : Deezer et Spotify entre autres, s’étaient également liguées contre la firme de Tim Cook, accusée de pratiques anticoncurrentielles.

Apple se défend

Des accusations dont se défend Apple. Le géant californien estime notamment que les commissions prélevées auprès des développeurs d’applications mobiles usant de sa plateforme sont nécessaires pour en assurer la bonne marche. L’entreprise qui a par ailleurs déjà baissé le taux de commission perçue auprès des développeurs dont le chiffre d’affaires est inférieur à 1 million d’euros met également en avant les emplois créés grâce à l’App Store.

Reste que cela est loin de satisfaire ses détracteurs. Puisque la fronde se poursuit contre elle. L’État américain de l’Arizona travaille notamment sur une législation susceptible de permettre aux développeurs d’applications de passer outre les commissions instituées par Apple. Par ailleurs, le Royaume-Uni essaie depuis le 4 mars dernier de savoir si le géant californien a enfreint les règles anticoncurrentielles sur son territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.