Danone s’active pour dégoter son nouveau patron

La firme agroalimentaire travaille actuellement sur le choix de son prochain directeur général après le départ mi-mars, d’Emmanuel Faber. La situation pourrait se décanter très vite.

Danone souhaite manifestement commencer le nouveau chapitre de son histoire aussi rapidement qu’elle a fermé celui concernant son ancien directeur général. Un peu plus d’un mois après le départ forcé de ce dernier, les tractations vont bon train afin de lui trouver un successeur. Elles seraient même à un stade très avancé, selon les informations du journal Le Monde.

Quatre finalistes en course

À en croire le journal du soir sur son site internet, le cabinet sollicité pour permettre à l’entreprise de dénicher l’oiseau rare, aurait dans un premier temps, travaillé sur une liste de douze candidatures. Un tableau finalement réduit à quatre postulants aux profils divers et variés.

Au nombre de ces personnalités figure Nathalie Roos. Après neuf ans passés à L’Oréal, l’ancienne cadre chez Mars vient de quitter le groupe au sein duquel elle était depuis 2016, patronne de la Division Produits Professionnels. L’autre femme en lice pour le poste est Hanneke Faber, 50 ans, en charge depuis 2019 de la division alimentaire du groupe Unilever.

Le Luxembourgeois Max Koeune serait également intéressé. Âgé de 49 ans, cet ancien de Danone est depuis 2017 à la tête du géant alimentaire canadien McCain Foods. Entreprise qu’il a intégrée en 2012.

Le dernier nom évoqué est celui d’Antoine de Saint-Affrique, directeur général de Barry Callebaut depuis six ans et jusqu’au 1er septembre prochain. Le quinquagénaire également passé par Unilever ayant annoncé son départ de la firme spécialisée dans le cacao, cette semaine.

Bientôt la fumée blanche

De cette liste devrait se dégager très rapidement deux noms, à en croire Reuters qui cite des sources proches de Danone. Le Monde laisse entrevoir l’hypothèse de l’annonce du nouveau directeur général, le 29 avril prochain en marge de l’assemblée générale de l’entreprise. Trop juste, rétorque l’agence de presse britannique, qui parie davantage sur le mois de mai.

Dans tous les cas, le prochain patron de Danone aura la lourde charge de raffermir les liens entre les responsables de l’entreprise. Il ou elle devra surtout incarner une rupture avec Emmanuel Faber dont les méthodes jugées cavalières et pas assez rentables ont fini par lasser plus d’un an. Malgré son volontarisme et un bilan somme toute reluisant à la tête de l’entreprise, il a été évincé sous la pression de deux fonds d’investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.