Nouvelle rentrée d’argent pour Brut

Le média français déployé exclusivement sur les réseaux sociaux vient de lever 75 millions de dollars auprès d’investisseurs tels que : Orange, Murdoch, entre autres. La preuve d’une réussite qui détonne dans l’univers actuel de la presse.

Très peu de médias aujourd’hui peuvent susciter la curiosité des investisseurs et ainsi les convaincre de mettre la main à la poche. Tant les réseaux sociaux ont redéfini la place de la presse dans le traitement de l’information. Mais il y a Brut qui, moins de cinq après sa création n’en finit plus de grandir. Le média vu via les réseaux sociaux (Facebook, Snapchat, YouTube, entre autres) vient de bénéficier de 75 millions de dollars via une levée de fonds. La deuxième après celle intervenue en 2019 et qui avait généré une enveloppe de 40 millions de dollars de la part d’investisseurs comme : Xavier Niel de Free, Alexandre Mars et Bpifrance.

Des investisseurs de renommée

Cette fois-ci, le tour de table s’est élargi à de nouveaux noms et pas des moindres. Il s’agit notamment de James Murdoch, fils du magnat américain Rupert Murdoch, à travers sa holding Lupa Systems, la famille Pinault via Artémis, le gestionnaire d’actifs Tikehau Capital ainsi que la firme Orange à travers le fonds d’investissement Orange. Ces nouveaux investisseurs font leur entrée au capital de Brut dont les fondateurs restent les journalistes Guillaume Lacroix, Renaud Le Van Kim et Laurent Lucas.

Ces derniers se félicitent bien évidemment de cette levée de fonds qui témoigne à n’en point douter de la confiance que suscite le média aujourd’hui. Surtout depuis sa certification Bcorp par B Lab Europe – une première pour un réseau social en France –, qui consacre les firmes à cheval sur les principes sociaux et environnementaux.

Soutenir la croissance

Grâce à l’apport financier de ses nouveaux investisseurs, Brut désormais valorisé à 300 millions de dollars, peut soutenir sa croissance. Un développement pour le moins rapide. Créé en 2016, le média qui mise sur des contenus vidéos courts et faciles d’accès pour les jeunes, a su profiter de la présidentielle française l’année d’après pour se tailler une place dans cet univers médiatique ultraconcurrentiel. Depuis, il suscite l’engouement partout à travers le monde, même auprès des personnalités telles que Tim Cook, Mark Zuckerberg ou encore Emmanuel Macron tout récemment. Brut présent aujourd’hui dans une soixantaine de pays est déjà rentable en France et Inde. Sa déclinaison payante a été lancée en avril dernier avec l’objectif de conquérir une cible jeune et au fait des enjeux de société dont : le droit des femmes, celui des minorités, l’écologie qui sous-tendent sa ligne éditoriale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.