Samsung, une reprise post-Covid très ambitieuse

Le constructeur sud-coréen annonce un investissement massif de 205 milliards de dollars dans les trois prochaines années. Objectif : se positionner comme un acteur clé dans les technologies de pointe une fois la fin de la crise du Coronavirus.

L’épée de Damoclès sur son patron Lee Jae-yong en Corée du Sud ne ternit pas les ambitions de Samsung. Au contraire, le constructeur électronique semble reprendre du poil de la bête. En témoigne son plan d’investissement récemment dévoilé. Il prévoit de mettre une enveloppe de 205 milliards de dollars durant les trois prochaines années dans des secteurs clés et à fort potentiel tels que : les semi-conducteurs, les télécoms, la robotique et même la biotech dans laquelle Samsung est un acteur important.

Cette expansion doit partir de la base, selon la société qui prévoit d’investir 75% des 171 milliards de dollars déjà disponibles en Corée. Ce qui devrait déboucher sur la création de 10 000 nouveaux emplois.

Secteurs stratégiques

Les ambitions de Samsung englobent plusieurs domaines à la fois. Mais tous n’ont pas la même importance stratégique. Deux particulièrement se détachent dans ce contexte de crise épidémique mondiale.

D’abord le secteur des semi-conducteurs dont la firme est déjà un des plus grands acteurs. Avec la crise du Covid, ces puces essentielles dans la construction des appareils électroniques sont devenues rares en raison des problèmes d’approvisionnement dans les principaux pays fournisseurs. C’est dans ce contexte que Samsung avait annoncé il y a trois mois un financement de 174 milliards de dollars pour renforcer sa position dans ce domaine. Par ailleurs, les bruits d’un possible rachat de l’Européen NXP semiconductors par le Sud-Coréen se font insistants.

L’autre point clé des investissements annoncés par Samsung concerne la biopharmacie. La société prévoit grâce à ses filiales Samsung Biologics et Samsung Bioepisit, de faire une percée dans ce domaine. Sa prochaine collaboration avec la firme Moderna pour la production de vaccins anti-Coronavirus en est une preuve.

Un patron en disgrâce

On ignore à quel point la récente remise en liberté conditionnelle de son patron Lee Jae-yong a pu peser dans ce plan de Samsung. D’autant que s’il n’est plus incarcéré, l’héritier du conglomérat sud-coréen reste frappé d’une interdiction d’exercer ses fonctions de vice-président pendant cinq ans. On sait en revanche que son incarcération à 18 mois de prison (dont la moitié purgée) avait été un coup dur pour l’entreprise. Les médias locaux indiquaient notamment que plusieurs décisions stratégiques avaient été reportées.

Il semble que la libération de Lee Jae-yong le 15 août dernier ait fait accélérer les ambitions du groupe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.