Vaccin anti-Covid : le patron de Sanofi règle ses comptes

Paul Hudson a profité d’une interview accordée au JDD dimanche 14 février, pour aborder un certain nombre de sujets concernant son groupe pharmaceutique. De la question des vaccins à celle relative aux suppressions de postes, l’ancien de Novartis a répondu à ses détracteurs.

Cela devait le démanger depuis un moment et sa sortie médiatique de dimanche témoigne d’une frustration longtemps contenue. Paul Hudson s’est fendu d’un entretien au JDD pour répondre à ses détracteurs concernant notamment la fabrication par son laboratoire du vaccin anti-Coronavirus qui tarde à venir. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Sanofi a décidé de parier moins sur la vitesse que sur l’efficacité. Ceci d’autant plus vrai que, à en croire son PDG, l’ARN messenger, nouvelle technologie sur laquelle sont basés les vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna, ne sont pas exemptes d’interrogations quant à leur efficacité dans le futur. Face à ce qu’il qualifie de Sanofi bashing, Paul Hudson dit prendre le temps nécessaire pour faire les choses bien.

Il annonce notamment pour le dernier trimestre de l’année, la mise en place de son vaccin à protéine recombinante en co-fabrication avec la multinationale britannique GSK. Entre-temps, le leader pharmaceutique français prévoit de rendre disponible pour le grand nombre, son deuxième vaccin basé lui, sur la technologie ARN messenger.

Sanofi avait soulevé une bronca générale en décembre dernier, notamment en France, à l’annonce du retard dans la fabrication de son premier vaccin. Raison évoquée : une efficacité préclinique insuffisante sur les personnes âgées. Un sérieux coup pour l’image du made in France à l’heure où les laboratoires concurrents avançaient à grands pas vers la mise en place des précieuses doses.

L’épineuse question des suppressions de postes

Sur la polémique relative au projet de suppression de postes au sein du groupe, notamment dans la filière Recherche et Développement (RD), Paul Hudson s’est voulu stratégique. Le natif de Manchester estime qu’il est primordial d’opérer des choix afin de rendre plus efficients les résultats du groupe. Car, fait-il remarquer, Sanofi est à la traine en matière de découverte scientifique en France depuis deux décennies. Il importe donc d’investir davantage dans des domaines prometteurs.

L’annonce courant janvier de la suppression de 400 postes en RD sur un millier prévu en France avait provoqué l’ire des salariés. Ces derniers ayant du mal à comprendre un tel choix en pleine pandémie. Mieux, l’entreprise se porterait mieux financièrement, au regard notamment des dividendes versés aux actionnaires. Sur ce dernier cas, le PDG rétorque que la confiance aux investisseurs est importante pour l’avenir de Sanofi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.