Bolloré en passe d’engloutir Lagardère

L’homme d’affaires breton va lancer une OPA sur le groupe détenant Europe 1 et Paris Match entre autres, dont il est déjà actionnaire majoritaire. Le succès de cette opération pourrait signer la fin de cette société familiale.

Vincent Bolloré a décidé d’enfoncer les derniers clous dans le cercueil de Lagardère. Le milliardaire à la fois magnat des médias, de l’édition et de la publicité va lancer une offre publique d’achat (OPA) sur le groupe propriétaire des Éditions Hachette, d’Europe 1 et de Paris Match d’ici décembre 2022. Dans la ligne de mire de l’homme d’affaires breton figure notamment les 18 % de part du fonds activiste Amber Capital pour lesquels il prévoit une enveloppe de 610 millions d’euros, soit un coût d’achat de 24% au-dessus du marché actuellement.

L’annonce faite le mercredi 15 septembre n’a pas vraiment surpris les observateurs. Tant tout y concourait ces derniers mois. Notamment avril et la mutation de Lagardère en une simple société anonyme. Son PDG et héritier de ce groupe familial, Arnaud Lagardère, perdait ainsi sa commandite, précieux bouclier mis en place par son père afin de préserver l’entreprise d’une OPA hostile malgré le statut d’actionnaire minoritaire de son patron. Cette situation était d’autant plus risquée qu’un prédateur du nom de Vincent Bolloré rôdait dans les parages. Le patron de Vivendi actionnaire majoritaire de la holding familiale avec 27% de part, a toujours eu des visées sur cette dernière.

Perte d’influence

Il va pouvoir réaliser son vieux rêve en cas d’aboutissement de l’OPA. À moins que les différentes autorités de la concurrence appelées à s’impliquer dans l’opération n’y opposent un non en raison d’une potentielle trop grande concentration dans certains secteurs d’activités économiques. Et pour cause, l’opération verrait Bolloré déjà propriétaire du roi de l’édition française Editis à travers Vivendi, s’emparer de Hachette, l’autre ogre de l’édition, détenue par Lagardère. La concentration pourrait aussi concerner le secteur des médias où Bolloré et Lagardère se partagent à eux deux six groupes médiatiques au moins.

Quoi qu’il en soit, cette OPA jugée par les différentes parties non-hostile, constitue le parachèvement de la perte d’influence d’Arnaud Lagardère sur le groupe qui porte son nom. Affaibli par des difficultés financières, le dirigeant sexagénaire s’est aliéné le soutien de la plupart de ses partenaires au capital de la holding, dont Amber Capital et Bernard Arnault. Vincent Bolloré tel un requin à la vue du sang n’avait donc qu’à achever sa proie de longue date.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.