L’entreprise de véhicules électriques Lucid Motors entre en Bourse

Lucid Motors

La société de véhicules électriques Lucid Motors a déclaré avoir signé un accord de fusion avec une société de chèques en blanc créée par le banquier d’investissement Michael Klein. 

La crise sanitaire a eu un fort impact sur les marchés financiers dans tous les secteurs, ce qui incite les entreprises à prendre des précautions. “Les incertitudes quant à l’évolution de la crise sanitaire mais aussi du contexte économique mondial doivent nous inciter à une certaine prudence“, a déclaré Arnaud de Puyfontaine, président de Vivendi. Cependant, certaines entreprises telles que Lucid Motors ont su profiter de la crise pour innover et exploiter les offres financières pour mieux avancer.  

L’accord entre Lucid et Churchill Capital Corp IV est le plus important d’une série de rapprochements impliquant des sociétés de véhicules et des sociétés de chèques en blanc. Ses sociétés connues sous le nom de “sociétés d’acquisition à vocation spéciale”, ou SPAC. Les précédents contrats SPAC avec des start-ups de véhicules telles que Nikola, Fisker et Lordstown Motors ont généré des évaluations pro forma de moins de 4 milliards de dollars. Cependant, Lucid reste plus avancé que ces entreprises. Lucid est sur le point de livrer son premier véhicule appelé Air, ce printemps. L’accord générera environ 4,4 milliards de dollars de liquidités pour les plans d’expansion de Lucid, y compris son usine actuelle en Arizona. 

Lucid est dirigé par l’ex-directeur de l’ingénierie de Tesla et vétéran de l’automobile Peter Rawlinson. Ce dernier a rejoint l’entreprise en tant que directeur de la technologie en 2013 avant qu’il devienne PDG en avril 2019. Lucid a été fondée en 2007 sous le nom d’Atieva, un nom qu’elle utilise maintenant pour sa branche d’ingénierie et de technologie qui fournit des batteries au circuit de course électrique de Formule E. La société s’est d’abord concentrée sur la technologie des batteries électriques avant de changer de nom et de passer à un constructeur de véhicules électriques en 2016.  

Lucid a eu quelques difficultés à obtenir des capitaux pour financer ses projets jusqu’en septembre 2018, date à laquelle l’entreprise a reçu 1 milliard de dollars du fonds souverain d’Arabie saoudite. 

Vivendi détient plus de 20% d’Ubisoft

Le groupe Vivendi a annoncé qu’il détient désormais plus de 20% des actions de l’éditeur de jeux vidéos, Ubisoft.

Alors que le groupe de Vincent Bolloré semble vouloir prendre la main sur Ubisoft, les dirigeants de l’entreprise craignent de perdre le contrôle et ne voient pas d’un bon œil la prise de pouvoir de Vivendi.

Pour éviter cela, ils cherchent d’autres investisseurs, notamment au Canada, comme l’a expliqué Yves Guillemot, président d’Ubisoft :

“Augmenter le nombre d’actionnaires canadiens chez Ubisoft afin d’avoir un meilleur contrôle du capital…nous pensons qu’il s’agit de la meilleure stratégie à adopter à l’heure actuelle. Nous espérons ainsi empêcher Vivendi d’effectuer des changements lors de la prochaine assemblée générale des actionnaires en septembre prochain.”

 

Crédit photo : The Conmunity – Pop Culture Geek, Flickr (Creative Common)

Gameloft refuse son rachat par Vivendi

L’éditeur de jeux pour téléphones mobiles, Gameloft, a rejeté la proposition de rachat du groupe Vivendi.

Le géant des médias avait déposé le 18 février une offre publique d’achat (OPA), visant à racheter Gameloft.

Le 29 février, Gameloft a rendu publique la décision de son conseil d’administration, qui a donc décliné l’offre.

Selon la direction de Gameloft, cette OPA était “contraire à l’intérêt de Gameloft, de ses actionnaires, de ses salariés et de ses clients”.