Les jeunes salariés plus fragiles (étude Malakoff Humanis)

Malakoff Humanis offre une protection social aux salariés.

 

Une étude publiée début juillet par le groupe de protection sociale Malakoff Humanis révèle que la santé psychique des salariés de moins de 30 ans n’a jamais été aussi mal en point que cette année. En effet, 23 % d’entre eux ne se porteraient pas bien mentalement, contre 16 % pour l’ensemble des employés en France.

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, le groupe paritaire de protection sociale Malakoff Humanis évalue la santé mentale et physique des salariés français. Dans sa dernière étude publiée le 7 juillet dernier, et qui concerne la période de mars 2022, il tire la sonnette d’alarme sur la tranche des moins de 30 ans.

Mal en point physiquement et moralement

Et pour cause : 23 % des salariés de cet âge jugent négativement leur santé mentale, contre 16 % pour l’ensemble des employés. Pis, 48 % d’entre eux déclarent mal dormir (contre 32 %), 42 % se disent stressés (contre 28 %), 34 % émotionnellement épuisés (contre 22 %) et 29 % à bout de force (contre 19 % de l’ensemble). Pour se remonter le moral et supporter le coup, 22 % des jeunes actifs déclarent avoir consommé des somnifères, des anxiolytiques ou des antidépresseurs (11 % en 2019).

Au niveau de la santé physique, il n’y a pas de bonne nouvelle, non plus. En effet, 18 % des jeunes travailleurs de moins de 30 ans la jugent mauvaise contre « seulement » 14 % pour l’ensemble des salariés. Ils pointent du doigt l’inactivité mais aussi les mauvaises habitudes, notamment celles nées du télétravail. Ces jeunes disent manquer de temps pour faire du sport (35 %) ou peinent à se déconnecter de leur ordinateur à la maison (51 %).

Un tiers des salariés en arrêt maladie en mars 2022

Bien sûr, avec ces comportements, les ennuis physiques et psychiques surviennent très vite. Ainsi, un tiers (36%) des jeunes salariés ont dû arrêter le travail au moins une fois en mars 2022, contre 21% au même mois l’année dernière. Si le Covid-19 reste le plus grand responsable de ces congés maladie avec 56%, les troubles psychosociaux (dépression, anxiété, stress, épuisement professionnel…) représentent 16% des arrêts maladie chez les moins de 30 ans (14% pour l’ensemble des salariés). Par ailleurs, près de la moitié des sondés (44%) imputent leur mal-être au contexte professionnel. Ils se plaignent principalement de l’intensité et du temps de travail (67%), ainsi que des remarques blessantes ou agressives (27%).

Malakoff Humanis pour limiter le reste à charge

En dehors du bureau, les jeunes actifs relèvent une dégradation des rapports sociaux (47%) depuis le début de la pandémie. Une situation qui créé en eux un certain malaise et une piètre estime d’eux mêmes. Ils font également fait de raisons personnelles (28%), notamment leur situation financière très handicapante. Celle-ci les contraint à renoncer à des soins puisqu’ils ne peuvent pas assumer le reste à charge.

Pour aider les jeunes actifs à limiter ce reste à charge, Malakoff Humanis propose justement des offres de mutuelle santé attrayantes (économique, tonique et énergique), ainsi que des garanties optionnelles pour couvrir des frais de santé plus spécifiques. La mutuelle facilite ainsi l’accès aux soins des personnes en activité, tout en assurant leur complémentaire santé. Aujourd’hui, elle gère la santé et la prévoyance de 426 000 entreprises et de 10 millions de personnes ainsi que leurs familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.