Santé : le « reste à charge » continue sa lente érosion

Une infirmière tenant un smartphone pour une dame âgée.

 

D’après une étude publiée par la Drees, et relayée par l’AFP ce mardi 15 septembre, la part des dépenses de santé payée par les ménages a encore diminué, passant sous la barre des 7% en 2019. La sécurité sociale continuant d’assurer « une participation croissante ».

De 9,2% en 2009 à 6,9% en 2019

Selon une étude publiée ce mardi par la Drees, le service statistique des ministères sanitaires et sociaux, le « reste à charge » poursuit sa lente érosion en 2019. De 9,2% en 2009, puis 7,7 % en 2016 et 7 % en 2018, il est descendu à 6,9% l’an dernier sous l’effet d’« une participation croissante » de la Sécurité sociale aux dépenses de santé (78,2 % du total). Une baisse qui représente 14,3 milliards d’euros sur un peu plus de 208 milliards de « soins et biens médicaux ».

Ce reflux s’explique essentiellement par le vieillissement de la population, qui s’accompagne d’une hausse constante du nombre de malades chroniques (cancer, diabète, etc.) pris en charge intégralement par la Sécu. La part de cette dernière s’élevait à 78,2%, tandis que celle des complémentaires santé stagnait à 13,4% (un effritement de seulement 0,1 point). Une tendance au long cours complétée en 2019 par un « net repli de la consommation de médicaments non remboursables », ou encore « un ralentissement des dépassements d’honoraires chez les (médecins) spécialistes ».

« Un effet paradoxal » pour la réforme « 100% Santé »

En revanche, la réforme « 100% Santé », traduction du « reste à charge zéro » promis par Emmanuel Macron, a eu « un effet paradoxal », note la Drees. En effet, les baisses de prix des prothèses dentaires ont créé « un effet d’aubaine » poussant certains patients à se faire soigner quitte à assumer une partie des frais. Par conséquent, le « reste à charge » des soins dentaires augmente de près d’un point à 21,1%, toujours devancé par l’optique (22,6%) où la réforme est entrée en vigueur début 2020.

En tenant compte des autres « dépenses courantes de santé » (dépendance, handicap, arrêts de travail, prévention, recherche…) le reste à charge est resté stable à 9% sur un total de 265,8 milliards d’euros en 2018, la France conservant le taux « le plus limité » des pays membres de l’OCDE.

Coronavirus : le Conseil scientifique craint une deuxième vague à l’automne

Une femme âgée avec une visière de protection contre le coronavirus.

 

Compte tenu de la flambée des cas dans le monde et un relâchement des gestes barrières en France, le conseil scientifique dit craindre une deuxième vague du coronavirus à l’automne. Mais, elle devrait être différente de la première que nous vivons depuis quatre mois.

La deuxième vague de Covid-19 tant redoutée interviendra-t-elle en Europe ou pas ? Jean-François Delfraissy avoue « de très grandes inquiétudes » dans un entretien donné à l’AFP. Pour le président du conseil scientifique, « beaucoup d’éléments » font penser à un retour du coronavirus en Europe vers « la fin octobre ou le mois de novembre ». Il y a d’abord la flambée des cas dans certaines régions du monde. « On est extrêmement frappé par ce qui se passe dans l’hémisphère sud en ce moment, qui est en hiver austral, indique-t-il. L’épidémie est en train de flamber, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, en Australie, qui vient de confiner Melbourne alors que ce pays était jusqu’à maintenant extrêmement protégé. », note Jean-François Delfraissy.

« Je dis ‘attention, le virus circule encore’ »

Le médecin spécialiste en immunologie regrette ensuite « une perte quasi-complète des mesures de distanciation en France, en particulier chez la population jeune » et un relâchement « des gestes de distanciation sociale ». Or le coronavirus n’a toujours pas dit son dernier mot. « Je dis ‘attention, le virus circule encore’ », lance Jean-François Delfraissy.

Le scientifique souligne que l’été sera « plus simple » que les précédents mois à la seule condition « que les mesures de distanciation sociale se poursuivent et soient appliquées par l’ensemble de nos concitoyens ». A l’inverse, « si nos concitoyens continuent à s’écarter de ces mesures, le risque d’une reprise, un peu différente, avant la fin de l’été reste toujours possible », met-il en garde. Jean-François Delfraissy pense toutefois qu’« on sera évidemment beaucoup plus prêts qu’on ne l’avait été au mois de février. », si une deuxième vague survenait.

Identifier les clusters et casser les chaînes de contamination

Plus tôt le mercredi, le conseil scientifique a fait un « point d’étape » sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en France, au cours d’une visio-conférence de presse. A cette occasion, Jean-François Delfraissy a rappelé que les épidémies évoluent toujours par vagues, et ne s’arrêtent que lorsque l’immunité collective est importante. Il a donc appelé les Français à continuer de respecter les consignes sanitaires rabâchées depuis des mois (gestes barrières, port du masque, éviter les petits espaces fermés). Le président du conseil scientifique a en outre évoqué la stratégie anti-virus, qui consiste à identifier les clusters et casser rapidement les chaînes de contamination.

Coronavirus : masques, tests, confinement…le point de la conférence de presse d’Edouard Philipe et Olivier Véran

Le premier ministre Edouard Philippe lors d'une conférence le vendredi 27 mars 2019.

 

Le premier ministre Edouard Philippe et le ministre de la Santé Olivier Véran ont tenu une conférence de presse samedi pour faire le point sur la stratégie de lutte contre le coronavirus. A cette occasion, le chef du gouvernement et son ministre de la Santé ont multiplié les annonces, parmi lesquelles la commande d’un milliard de masques.

« Le combat ne fait que commencer »

Samedi, au lendemain de l’annonce de la prolongation du confinement jusqu’au 15 avril, le Premier ministre Édouard Philippe a tenu une conférence de presse sur l’épidémie, avec à ses côtés notamment le ministre de la Santé Olivier Véran et le directeur général de la Santé Jérôme Salomon.

Dès l’entame de son allocution, le chef du gouvernement a prévenu que « Les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les 15 jours qui viennent de s’écouler ». Par conséquent, le combat « ne faisait que commencer ». Ensuite, il est revenu sur les critiques de l’opposition, estimant qu’au « moment venu, nous tirerons ensemble les leçons de la crise ». Puis de clarifier les choses : Je ne suis pas de ceux qui se défaussent face à leurs responsabilités (…) Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur la prise de décision s’agissant du confinement ». Car « Nous avons décidé le confinement quand il est devenu nécessaire. Il y avait alors moins de 8000 cas et moins de 200 morts sur le territoire national », s’est-il défendu.

Un milliard de masques commandés à la Chine

Prenant la parole, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé l’augmentation prochaine du nombre de lits en réanimation à « 14.500 », contre 5.000 initialement, pour faire face à l’afflux de malades. Il a également relevé que la France a commandé « plus d’un milliard » de masques notamment à la Chine et que la France a besoin de 40 millions de masques par semaine.

D’après Olivier Véran, la France produit 8 millions de masques par semaine. Ainsi, « Nos réserves ne sont pas infinies », a-t-il souligné. Par ailleurs, le ministre de la Santé a précisé que la production de tests allait monter en régime avec 50.000 tests classiques par jour d’ici fin avril, auxquels s’ajouteront « plus de 100.000 » tests rapides par jour « au mois de juin ». Parallèlement, la France a passé une commande pour 5 millions de tests rapides.

Un isolement individuel dans les Ehpad

Enfin, Olivier Véran a affirmé qu’il allait demander « aux établissements de type Ehpad d’aller vers un isolement individuel » pour chacun de leurs pensionnaires afin de mieux les protéger contre le Covid-19. « Le plan bleu nous a permis de prendre des mesures difficiles humainement », avec « l’interdiction des visites, l’éloignement des familles, l’identification partout où c’était possible au sein des Ehpad de secteurs dédiés aux malades atteint du coronavirus », a-t-il ajouté.

Coronavirus : les 200 rapatriés français sur le point d’arriver

Un groupe de medecins dans le couloir d'un hôpital de Mexico.

 

Les quelque 200 rapatriés français de Wuhan en Chine, épicentre de l’épidémie causée par un nouveau coronavirus, doivent fouler le sol français à la mi-journée. A leur arrivée, ils feront l’objet d’un  isolement de 14 jours dans un centre de vacances à Carry-le-Rouet, près de Marseille.

Les 200 rapatriés français rapatriés de Chine sont sur le point d’arriver en France. Leur avion a décollé de Wuhan vendredi matin et doit atterrir à Istres dans l’après-midi, ont déclaré aux passagers des membres de la délégation officielle française, selon des journalistes de l’AFP à bord. Une fois sur le sol français, les Français rapatriés de Wuhan feront l’objet d’un isolement dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet, une ville au bord de la Méditerranée.

Un confinement souple

Il ne s’agirait pas d’une quarantaine avec des mesures drastiques. « Le cahier des charges était assez clair, (il fallait) un lieu agréable » et « un endroit où il y avait suffisamment de place », a souligné le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Selon lui, il n’était « pas question de mettre ces personnes dans des lieux de détention ou de soins alors qu’elles ne sont pas malades ». Ils seront placés « par familles dans des chambres distinctes », a précisé le préfet de la région Paca, Pierre Dartout, lors d’une conférence de presse à Marseille. « Ils pourront sortir dehors, dans l’enceinte du centre », en portant des « équipements nécessaires pour se protéger et protéger les autres, par exemple des masques », a-t-il ajouté.

Les rapatriés devront signer « un engagement » à respecter la quarantaine

Pendant leur période d’isolement, les rapatriés vont faire l’objet d’une surveillance médicale pour s’assurer qu’ils ne sont pas contaminés par le virus. Environ 80 réservistes sanitaires, « se relayant par équipes », sont mobilisés au sein du centre, « pour une durée de deux semaines renouvelable une fois », précise un arrêté publié vendredi.

Les rapatriés devront signer « un engagement » à respecter la quarantaine. Par ailleurs, « des gendarmes ont été positionnés pour éviter toute pénétration dans le site », a indiqué le préfet. Puis de souligner qu’il ne s’agit pas d’« entretenir les psychoses » mais bien « rassurer l’ensemble des habitants du secteur ».

Un sixième cas signalé en France

Un second vol, qui rapatrierait quelques dizaines d’autres Français et une centaine d’Européens, devrait arriver plus tard dans la semaine. A ce jour, le coronavirus a fait plus de 210 morts et contaminé plus de 10.000 personnes. En France, un sixième cas a été signalé vendredi. C’est un médecin libéral parisien, qui avait reçu en consultation un patient chinois contaminé au coronavirus nCov-2019.

IA : Des applications pour aider au quotidien les aveugles et malvoyants

Un couple d'aveugles dans une rue sombre

 

Grâce à l’intelligence artificielle (IA), plusieurs applications d’aide aux aveugles et malvoyants ont vu le jour ces deux dernières années. Certaines d’entre elles ont d’ailleurs été récompensées par la Ministre de la santé Agnès Buzyn, il y a deux semaines. Voyons les qualités de quelques-unes, répertoriées par 20minutes.

Quelques applications pratiques

Aujourd’hui, de nombreuses applications sur smartphones rendent la vie plus facile aux personnes en situation d’handicap, dont les aveugles et les malvoyants. Elles sont capables de remplacer les chiens pour aveugles ou des cannes connectées en permettant aux non-voyants et malvoyants de se diriger, de faire leurs courses, de travailler ou de lire seuls. Relevons les start-ups suivantes : connecthings qui donne les horaires de bus et les alertes de service en temps réel ; Talkback qui indique les services et onglets du smartphone ; Blind SMS Reader qui transforme les textos en braille et Big Launcher qui remplace l’écran d’accueil standard par une interface plus lisible. Cette interface est constituée de grandes icônes colorées et de larges textes.

Deux applications révolutionnaires développées par Microsoft

Les grosses entreprises de la tech, pionnières de l’intelligence artificielle (IA), essaient également de participer à cette révolution sociale. Il s’agit notamment de Microsoft qui développe en ce moment, sur iPhone, une application baptisée Seeing AI. Cet outil gratuit est capable de décrire l’environnement tout autour. Il a été imaginé par une personne non voyante pour simplifier le quotidien de ceux qui vivent le même handicap que lui.

Seeing Ai, peut donner l’identité d’une personne qui se trouve en face du non voyant, grâce à des photos enregistrées et à la reconnaissance faciale. Il peut également lire un texte à haute voix, ou indiquer la valeur d’un billet de banque en le scannant. En outre Seeing Ai renseigne sur un produit après avoir scanné le code-barres. Enfin, il aide le non voyant ou le malvoyant à différencier deux boîtes de conserve similaires, un service fort pratique pour savoir ce qu’on mange.

Microsoft a aussi développé soundscape, une application permettant aux déficients visuels de se déplacer sans soutien, grâce au son en 3D. Cette application situe le non voyant dans l’espace et lui dit par exemple si un restaurant se trouve à sa droite ou à sa gauche ou si un obstacle se dresse sur son chemin, etc.

 

Une mutuelle pour les plus démunis ?

Après les frais bancaires revus à la baisse pour les plus démunis, le gouvernement souhaite les aider d’autant plus. En effet, il souhaite que les plus démunis aient directement accès à la couverture maladie universelle complémentaire à un prix modéré.

Plan pauvreté : de nouvelles mesures

La semaine dernière, le ministre de l’économie Bruno Le Maire a annoncé que les banques, conjointement au gouvernement, allaient mettre en place des services permettant aux plus démunis d’être suivis. En ce qui concerne la complémentaire santé, ce n’est pas la première fois qu’elle connaît des changements. Trois ans après une première refonte en 2015, “le gouvernement veut faire disparaître les trois contrats types qui avaient alors été créés, et les remplacer par le panier de soins dont bénéficient actuellement les plus nécessiteux, c’est-à-dire la couverture maladie universelle complémentaire“, précise le journal des Echos.

Sur la base d’une information du site spécialisé Espace social européen, le quotidien économique rapporte que le gouvernement prévoit de fusionner deux dispositifs de complémentaire santé, la CMU-C gratuite réservée aux plus démunis et l’aide à la complémentaire santé (ACS) destinée à des ménages modestes moins contraints.

De ce fait, ils auront directement accès à la couverture maladie universelle complémentaire à un prix modéré.

Les inquiétudes sur les antennes relais

Entre déni et fantasmes, les antennes relais sont au cœur de très nombreuses polémiques et prises de position. La position de l’état sur le sujet constitue une tentative de trouver un juste milieu.

D’un côté, certains considèrent les antennes relais comme de machines à produire du cancer, qui seraient en cause d’un véritable scandale sanitaire et qui finiront, comme l’amiante, par être interdites, à cause de leurs dangers sanitaires et surtout pour la santé des humains.

Les enfants seraient tout particulièrement sensibles à ces dommages, créés par les antennes.

De l’autre, nous avons certains spécialistes et notamment les professionnels du secteur, qui ne peuvent être très objectifs, qui assurent que les antennes relais ne représentent aucun danger et que les ondes émises sont trop faibles pour être une menace pour l’homme.

Du côté de la législation, les fabricants doivent se plier à certaines règles, avant de pouvoir installer des antennes relais.

Ils doivent d’abord demander l’autorisation à l’organisme chargé spécialement d’étudier les conséquences de ces antennes, la régulation des communications électroniques et des postes. Cet organisme veille à ce que les principales normes soient respectées.

Enfin, les fabricants doivent respecter des normes d’urbanisme strictes et demander une autorisation d’implantation à la mairie.