Idées reçues sur la 5G : les experts de Hub One démêlent le vrai du faux

Depuis l’annonce de son déploiement à l’horizon 2025, la 5G, pour cinquième génération de réseaux mobiles, est au cœur de tous les débats. Dans les médias comme dans les foyers, on a dit tout sur cette technologie. Afin de démêler le vrai du faux, les experts de Hub One, l’un des leaders français du Wi-Fi d’entreprise et de la connexion haut-débit en milieu professionnel, ont publié un article qui fait le tour de la question.

Aujourd’hui, beaucoup de choses se disent à propos de la 5G, le troisième type de réseau de téléphonie et d’internet mobile après la 3G et la 4G. Il y a tellement de connaissances (ou de pseudo-connaissances), qu’il est devenu difficile d’identifier le vrai du faux. Les experts de Hub One ont bien voulu tenter l’exercice avec un article dans lequel ils recensent et décortiquent les principales idées reçues sur la 5G.

Une technologie dédiée à couvrir les zones non fibrées ?

Il est communément admis que la première utilisation possible de la 5G consisterait à en faire une alternative pour couvrir les zones non fibrées. C’est bien le cas aux États-Unis et en Asie, où « Les premiers usages commerciaux qui ont été faits de la 5G tournent autour du FWA (Fix Wireless Access), c’est-à-dire donner une connectivité haut débit aux bâtiments et immeubles pour les entreprises et les particuliers ».

Mais, selon les experts Hub One, cette application devrait rapidement connaître des limites. En effet, « Pour pouvoir apporter du très haut débit, la 5G doit s’appuyer en particulier sur les bandes millimétriques (bande de fréquence dans les 26GHz) qui ont une portée de propagation courte (de l’ordre du km) et traverse très mal les obstacles ».

Vers un développement de la télémédecine

L’on affirme aussi que la 5G est très prometteuse pour la télémédecine. Ce qui est vrai. Elle va permettre l’utilisation de flux vidéo très haute définition (4K ou 8K par exemple) et réduire la latence grâce à l’eMBB (enhanced Mobile BroadBand) qui promet de l’ultra haut débit mobile et à l’Urllc (ultra Reliable Low Latency Communication). Ainsi le médecin va pouvoir mener des consultations et des opérations à distance.

La question de l’espionnage

Une autre idée reçue sur la 5G est qu’elle permettrait l’espionnage d’un Etat par un autre. Les Etats Unis par exemple soupçonnent la Chine de le faire à travers Huawei qui créerait « une backdoor dans leur solution dans le but de récupérer des informations sur les équipements déployés sans en avertir le propriétaire (l’opérateur) ». Pour l’heure le pays de l’Oncle Sam n’a fourni aucune preuve pour étayer ses allégations.

Un danger pour la santé ?

La 5G pose-t-elle des problèmes de santé ? En plus de celles déjà utilisées en 3G/4G (comprises entre 800MHz et 2600MHz), la 5G inclut un nouveau type d’ondes, ce qui augmente effectivement le risque sur la santé de la population. Mais à ce jour rien n’a encore pu être prouvé sur la dangerosité de ces ondes. Toutefois, les autorités dont l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) surveillent de très près les effets potentiels.

Samsung ; le Galaxy Fold sortira le 6 septembre en Corée du Sud

Le Galaxy fold vue de dos

 

Le Samsung Galaxy Fold, dont la sortie était prévue depuis avril dernier, sera finalement commercialisé dès le 6 septembre prochain en Corée du Sud, d’après le magazine sud-coréen The Investor. Ce lancement local devrait être rapidement suivi d’une mise sur le marché international.

En stock limité pour l’instant

Selon l’agence de presse sud-coréenne The Investor, Samsung va commercialiser son Galay Fold à partir du 6 septembre 2019. Mais ce sera uniquement en Corée du Sud dans un premier temps. Une commercialisation à l’international suivra rapidement. Surement les Etats Unis en premier, puis les pays européens qui disposeraient de la 5G. Ainsi, après les multiples reports, visant à faire des correctifs (notamment la fragilité de l’écran), Samsung estime que c’est le bon moment pour lancer son smartphone pliable. Le constructeur pourrait confirmer cette sortie locale lors du salon IFA de Berlin, qui se tiendra du 6 au 11 septembre prochain.

Toujours selon le magazine sud-coréen, le prix du Galaxy Fold serait de 2,4 millions de wons ce qui équivaut à 1799 euros environ. The Investor précise en outre que seules 20 000 à 30 000 unités seraient disponibles le 6 septembre prochain. Samsung, qui n’a pas encore confirmé les informations du média, a déjà averti que seul un million d’exemplaires de son Galaxy Fold serait disponible. Pour le reste, le numéro un mondial de smartphone n’a pas souhaité communiqué d’informations.

« Avant-gardiste n’est qu’un euphémisme pour désigner le Galaxy Fold »

Le Galaxy Fold est un appareil hybride avec écran pliable. Il est muni de deux écrans : un à l’intérieur (c’est lui qui se plie) pour le mode tablette et un à l’extérieur pour le mode smartphone. Avec ce dernier mode, il est plus facile de consulter des appels, des messages ou d’utiliser l’appareil photo. Le premier écran mesure 7,3 pouces, avec un ratio de 4,2/3. Le second écran, à l’extérieur, mesure 4,6 pouces, avec un ratio de 21/9e. Le fabricant sud-coréen décrit son smartphone pliable comme une véritable révolution en matière de téléphonie. « Avant-gardiste n’est qu’un euphémisme pour désigner le Galaxy Fold, tant il réinvente les codes du design mobile. Avec son écran Infinity Flex, il est le pionnier des smartphones pliables », écrit Samsung sur son blog.

Il faut souligner que Samsung conçoit déjà la suite du Galaxy Fold, avec notamment le Galaxy Fold 2. Le constructeur aurait déposé trois brevets en Europe.