Didi dit adieu à Wall Street

Le Uber chinois a annoncé son retrait de la Bourse de New York qu’elle venait pourtant de rejoindre cinq mois plus tôt. La conséquence d’un débordement de la rivalité sino-américaine sur les places boursières.

Pas grand-monde n’aurait pu prédire un tel retournement de situation, malgré le contexte relativement défavorable de Didi depuis son entrée à Wall Street cet été. Moins de six mois après l’opération à 4,4 milliards dollars, le géant chinois du covoiturage va quitter la Bourse de New York, ainsi qu’il l’a annoncé vendredi 3 décembre via un communiqué.

Le texte ne donne aucune raison claire à cette décision censée ouvrir la voie à une cotation de la firme à Hong Kong. Didi déclare avoir entamé à cet effet, des démarches afin de faciliter pour les investisseurs qui le désirent, leur migration vers la plateforme boursière hongkongaise. Il n’est cependant pas évident que ces derniers acceptent. Plusieurs spécialistes indiquent par ailleurs que ce revirement de l’entreprise chinoise pourrait valoir des plaintes d’investisseurs qui avaient misé sur elle à Wall Street.

Pression de Pékin

L’entreprise se garde de le dire, mais le départ de Didi de New York traduit la volonté de l’État chinois de garder le contrôle sur les données personnelles détenues par ses champions de la tech, notamment ceux cotés sur les marchés étrangers. Et en ce sens, les États-Unis cristallisent toutes les craintes de Pékin en raison de la rivalité entre les deux superpuissances.

À preuve, c’est au lendemain de son introduction à Wall Street que les problèmes ont commencé pour Didi dans son pays. Les autorités prétextant de la violation des données personnelles par l’application de l’entreprise en avaient notamment interdit le téléchargement en août dans un contexte de répression des firmes numériques chinoises par l’État communiste.

Désolé Wall Street !

En contraignant Didi d’abandonner New York au profit de Hong Kong, la Chine s’assure que les données privées de ses concitoyens ne tomberont pas entre des mains étrangères. Le pays promeut par là même une place boursière qu’il sait sous contrôle en raison de son influence – certes décriée – dans l’ancienne colonie britannique.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le récent lancement d’une Bourse à Pékin. Une manœuvre destinée à couper progressivement le lien entre ses géants de la tech et les États-Unis désormais plus regardants envers les entreprises accueillies sur ses places boursières. Les firmes, celles chinoises notamment, réticentes au contrôle indépendant outre-Atlantique seront désormais bannies de la Bourse, conformément à une décision prise par la SEC, gendarme des marchés financiers, la veille du départ annoncé de Didi de Wall Street.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.