L’équilibrisme délicat d’Intel sur la question des Ouïghours

Le spécialiste des semi-conducteurs empêtré malgré lui dans la rivalité sino-américaine tente de jouer sur les deux tableaux. Une mission impossible.

C’est le lot de presque toutes les entreprises chinoises ou américaines intervenant sur l’un de ces deux marchés. Elles sont bien souvent obligées, sur fond de guerre sino-américaine, de ménager les susceptibilités, au risque de se retrouver dans des positions embarrassantes. A l’image d’Intel cette semaine.

Dans la foulée de la promulgation jeudi 23 décembre, d’une loi américaine prohibant l’importation aux États-Unis de produits provenant du Xinjiang, territoire du nord-ouest de la Chine sous le joug de Pékin soupçonné d’y mener du travail forcé, la firme de semi-conducteurs a agi en conséquence. Elle a en effet cru bien faire en enjoignant via une lettre, à ses partenaires sur place d’éviter de se fournir dans la région indiquée par Washington au risque d’enfreindre la nouvelle « loi Ouïghoure », du nom du peuple que les autorités chinoises tentent de soumettre.

Tollé général

L’initiative du géant américain des puces électroniques part peut-être d’une bonne intention. Mais elle est surtout destinée à lui donner bonne conscience. Car la répression des Ouïghours ne lui est pas étrangère. Il y a un an, le New York Times (NYT) révélait dans une grosse enquête que la technologie d’Intel au même titre que celle de Nvidia, l’autre spécialiste américaine des semi-conducteurs, servait à la traque de ceux perçus comme menaçants par Pékin au Xinjiang. Les deux firmes avaient alors plaidé une méconnaissance de l’usage de leur technologie par les Chinois.

Quoi qu’il en soit, la lettre d’Intel a été très mal accueillie en Chine où l’État n’hésite pas à jouer sur la fibre nationaliste contre les États-Unis et la communauté internationale en générale. Les désapprobations se sont ainsi succédés sur les réseaux sociaux notamment. Avec l’abandon par le chanteur Karry Wang de son titre d’ambassadeur d’Intel, jeudi, en guise de protestation. « L’intérêt national dépasse tout« , a-t-il écrit sur la plateforme chinoise Weibo.

Opération déminage

Manifestement dépassé par l’ampleur des événements, Intel a dû rétropédaler en présentant, à travers un communiqué, des excuses au peuple chinois, indiquant que l’initiative de la lettre aux fournisseurs était seulement destinée à se conformer aux nouvelles exigences américaines.

Le groupe californien veut surtout éviter d’apparaître en Chine, où il emploie plus de 10 000 personnes pour 20 milliards de dollars de revenus en 2020 selon le NYT, comme un bras politique de Washington. Car s’aliéner un tel marché pourrait s’avérer très préjudiciable pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.