Etats Unis : la Cour suprême s’attaque au droit à l’avortement

Le siège de la Cour Suprême des Etats Unis.

 

Selon un document que s’est procuré le site Politico, la Cour suprême voudrait restreindre le droit à l’avortement en revenant sur la jurisprudence « Roe versus Wade ». Cette information provoque une série de réactions et de manifestations des pro IVG aux Etats Unis depuis mardi.

Une question morale profonde pour le juge

Le lundi 2 mai, le site Politico a provoqué une onde de choc aux Etats Unis en révélant que la Cour suprême américaine se prépare à réviser le droit à l’avortement. Cette information explosive s’appuie sur la fuite d’un document inédit, daté de février. La très respectable institution du pays de l’Oncle voudrait ainsi revenir sur l’arrêt « Roe versus Wade ». Adoptée en 1973, cette loi protège le droit des Américaines à interrompre leur grossesse.

L’auteur de l’avant-projet, le juge conservateur Samuel Alito, considérerait cette jurisprudence comme totalement infondée dès le début. Selon lui, la Constitution autorise les citoyens de chaque Etat à réglementer ou à interdire eux-mêmes l’avortement. Elle n’imposerait donc pas une règle générale. Pourquoi? Parce qu’il s’agirait d’une « question morale profonde », hors de portée « de l’histoire et des traditions de la nation ». Le magistrat balaie donc du revers de la main les progrès sociaux réalisés depuis plusieurs années.

Des manifestations pro et anti IVG

S’il était adopté prochainement, le texte de la Cour suprême permettrait à chaque Etat d’autoriser ou non les avortements. Ce que demandent justement les républicains. Une grande majorité de leurs gouverneurs ont déjà mis en place des restrictions qui rendent l’interruption volontaire de grossesse (IVG) difficile, voire impossible. Les élus conservateurs bloquent d’ailleurs une proposition de loi en faveur de la généralisation formelle de cette pratique aux Etats Unis.

Quelques-uns de leurs partisans ont manifesté leur joie devant le siège de la Cour Suprême le mardi dernier. Tout comme les défenseurs du droit à l’avortement, qui se trouvaient de l’autre côté du bâtiment situé à Washington. Ces pro IVG sont également descendus dans les rues de Manhattan (New York) avec le drapeau vert, cette couleur symbolique de l’avortement. D’autres marches de protestation ont eu lieu dans diverses villes des Etats Unis.

Joe Biden prend position

Largement favorables au droit à l’avortement, les élus démocrates ont fustigé l’intention de la Cour Suprême. En premier, Joe Biden, un fervent catholique qui entretenait jusqu’alors une position ambigue sur l’IVG. Ayant enfin pris partie pour cette pratique à l’aube de son accession à la Maison Blanche, le président américain a qualifié mardi l’accès à l’avortement de droit « fondamental ». Il a appelé les Américains à défendre ce droit en votant massivement aux élections législatives de novembre prochain.

Pour sa part, la vice-présidente américaine Kamala Harris a déclaré l’état d’urgence pour préserver les droits des femmes en Amérique. Elle a dénoncé un projet de loi qui annulerait près de 50 ans d’acquis. En outre, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef des sénateurs démocrates, Chuck Schumer, ont tous les deux indiqué dans un communiqué que la décision constituerait « une abomination ». Ils la considèrent comme l’une des « pires » et « dommageables de l’histoire moderne ».

China Rare Earth Group, le super géant des terres rares chinois

L’entreprise née de la fusion de trois grands groupes publics miniers dans un contexte mondial d’accroissement de l’importance stratégique des terres rares doit aider la Chine à consolider son monopole dans le secteur.

Dans la course aux matières premières essentielles, la Chine n’entend pas rester en marge. Au contraire, l’objectif pour le Parti communiste est, le cas échéant, de consolider par tous les moyens son avance sur le reste de la planète. Car plus que quiconque, Pékin souvent mis au ban par la communauté internationale, connaît l’importance stratégique d’être le roi dans un secteur économique donné.

C’est d’autant plus vrai à propos des terres rares regroupant 17 métaux précieux intervenant à la fois dans l’armement, l’électronique et l’électrique entre autres dont 60 % de l’extraction mondiale s’opère sur le territoire chinois, selon Les Échos. Ce qui permet à l’Empire du Milieu de rester incontournable vis-à-vis des États-Unis et de l’Europe notamment, avec respectivement 80% (en 2019) et 98% (en 2020) des importations provenant de ses terres.

Naissance d’un mastodonte

Mais la Chine ne souhaite pas en rester là au moment où la crise du Coronavirus a exacerbé l’impérieuse nécessité pour les nations de ne guère dépendre des autres concernant certaines filières stratégiques. La pénurie de semi-conducteurs toujours en cours en est une des preuves les plus palpables. L’État communiste a donc entrepris de se renforcer. Et cela passe par la consolidation. C’est le sens de la China Rare Earth Group Co nouvellement mise sur pied.

L’entreprise issue du mariage de trois entités publiques spécialistes des minerais, dont China Minmetals Corp, Chalco et Ganzhou Rare Earth Group Co a été dévoilée jeudi 23 décembre 2021 par la Commission de supervision et d’administration des actifs appartenant à l’État (SASAC) qui en détient 31,21% des parts. Les trois autres composantes se partagent le reste des actions à raison de 20,33% chacune.

Accentuer le contrôle de l’État

La naissance de la China Rare Earth Group avait fait grimper le cours boursier de Chalco de 10%, tandis que les actions des aimants permanents, un des matériaux contenus dans les terres rares, avaient quant à eux monté de 0,36 % dans la même journée, à en croire les observations du quotidien chinois Global Times.

Une preuve s’il en fallait du bon accueil des investisseurs à la décision de l’État chinois, qui selon divers experts, vise à assurer une exploitation optimale de ces ressources minérales précieuses. D’autant que les États-Unis par exemple travaillent à réduire leur dépendance à la Chine.

Le New York Times s’empare de The Athletic

Le quotidien new-yorkais va débourser 550 millions de dollars pour le rachat de l’un des sites d’informations sportives les plus réputées du secteur actuellement. Objectif : faire grandir son empire ainsi que sa base d’abonnés payants.

Il visait les 10 millions d’abonnés numériques et papiers en 2025. Mais l’objectif pourrait être réalisé plus tôt que prévu. C’est en tout cas ce qu’espère le New York Times (NYT). Le prestigieux quotidien américain a en effet annoncé, jeudi 6 janvier, l’acquisition prochaine de The Athletic, site d’actualité sportive contre 550 millions de dollars en espèces.

Un investissement aussi conséquent témoigne de l’importance de ce média dans l’univers de la presse américaine en général. Lancé à New York en 2016 par Alex Mather et Adam Hansmann, deux ex de la plateforme Strava, The Athletic est un pure player dont le modèle économique repose sur les abonnements payants. Son site web est de fait épuré de la publicité.

Résultats encourageants

Fort d’un groupe de 600 employés, dont 400 journalistes parmi les plus chevronnés, The Athletic couvre plusieurs disciplines sportives sur 47 marchés différents, allant des États-Unis à la France, sans compter le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Canada, etc. Avec un journalisme fondé sur des formats au long cours, ainsi que l’avaient promis ses fondateurs il y a cinq ans.

Ses formules d’abonnement facturées à partir de 7,99 dollars ont depuis attiré 1,2 million de souscripteurs. Il a généré environ 65 millions de dollars de revenus l’année dernière. Mais avec des pertes d’exploitation de 55 millions de dollars sur la même période. Signe d’une croissance en plein ralentissement, le média s’était débarrassé de 8% de son personnel à l’été 2020, selon le site d’information The Wrap, en raison des conséquences de la crise du Coronavirus.

Pari

Cela n’effraie pas pour autant le NYT. Ce dernier compte augmenter le nombre de ses abonnements grâce sa dernière acquisition dont la rentabilité ne devrait intervenir qu’en 2023. Le quotidien new-yorkais aux huit millions d’abonnés dispose d’un trésor de guerre évalué à un milliard de dollars en espèces susceptible d’aider The Athletic à grandir. La transaction qui devrait se conclure au plus tard le 1er avril verra les fondateurs du site d’informations sportives restés en place. Avec toutefois un éditeur nommé par le NYT en la personne de David Perpich, un cadre de longue date de la maison.

Le Times s’est développé à coups d’acquisitions, avec le rachat tour à tour de Wirecutter, Sweethome, Serial Productions, entre autres ces dernières années.

L’équilibrisme délicat d’Intel sur la question des Ouïghours

Le spécialiste des semi-conducteurs empêtré malgré lui dans la rivalité sino-américaine tente de jouer sur les deux tableaux. Une mission impossible.

C’est le lot de presque toutes les entreprises chinoises ou américaines intervenant sur l’un de ces deux marchés. Elles sont bien souvent obligées, sur fond de guerre sino-américaine, de ménager les susceptibilités, au risque de se retrouver dans des positions embarrassantes. A l’image d’Intel cette semaine.

Dans la foulée de la promulgation jeudi 23 décembre, d’une loi américaine prohibant l’importation aux États-Unis de produits provenant du Xinjiang, territoire du nord-ouest de la Chine sous le joug de Pékin soupçonné d’y mener du travail forcé, la firme de semi-conducteurs a agi en conséquence. Elle a en effet cru bien faire en enjoignant via une lettre, à ses partenaires sur place d’éviter de se fournir dans la région indiquée par Washington au risque d’enfreindre la nouvelle « loi Ouïghoure », du nom du peuple que les autorités chinoises tentent de soumettre.

Tollé général

L’initiative du géant américain des puces électroniques part peut-être d’une bonne intention. Mais elle est surtout destinée à lui donner bonne conscience. Car la répression des Ouïghours ne lui est pas étrangère. Il y a un an, le New York Times (NYT) révélait dans une grosse enquête que la technologie d’Intel au même titre que celle de Nvidia, l’autre spécialiste américaine des semi-conducteurs, servait à la traque de ceux perçus comme menaçants par Pékin au Xinjiang. Les deux firmes avaient alors plaidé une méconnaissance de l’usage de leur technologie par les Chinois.

Quoi qu’il en soit, la lettre d’Intel a été très mal accueillie en Chine où l’État n’hésite pas à jouer sur la fibre nationaliste contre les États-Unis et la communauté internationale en générale. Les désapprobations se sont ainsi succédés sur les réseaux sociaux notamment. Avec l’abandon par le chanteur Karry Wang de son titre d’ambassadeur d’Intel, jeudi, en guise de protestation. « L’intérêt national dépasse tout« , a-t-il écrit sur la plateforme chinoise Weibo.

Opération déminage

Manifestement dépassé par l’ampleur des événements, Intel a dû rétropédaler en présentant, à travers un communiqué, des excuses au peuple chinois, indiquant que l’initiative de la lettre aux fournisseurs était seulement destinée à se conformer aux nouvelles exigences américaines.

Le groupe californien veut surtout éviter d’apparaître en Chine, où il emploie plus de 10 000 personnes pour 20 milliards de dollars de revenus en 2020 selon le NYT, comme un bras politique de Washington. Car s’aliéner un tel marché pourrait s’avérer très préjudiciable pour lui.

Etats Unis : l’ancien président de la Fed Paul Volcker est décédé

l'ancien patron de la FED, Paul Volcker, est décédé le dimanche 8 décembre 2019

 

Paul Volcker, ancien président de la Réserve fédérale des Etats-Unis (FED), est mort dimanche à l’âge de 92 ans, à son domicile à New York des suites d’un cancer de la prostate. Cette légende de la finance américaine était connue pour sa rigueur et son pragmatisme à toute épreuve.

« Paul était aussi obstiné qu’il était grand de taille »

Paul Volcker, ancien président de la Réserve fédérale des Etats-Unis (FED), s’est éteint ce dimanche à son domicile à New York, à l’âge de 92 ans. Né dans le New Jersey en 1947, ce petit fils d’immigrés allemands avait présidé la Banque centrale américaine de 1979 à 1987. « Rosalynn et moi sommes profondément attristés d’apprendre le décès de Paul Volcker, dont la perspicacité économique a fait un géant de la fonction publique. Paul était aussi obstiné qu’il était grand de taille, et même si certaines de ses politiques en tant que président de la Fed ont été politiquement coûteuses, c’était la bonne chose à faire », a écrit ce lundi l’ancien président Jimmy Carter, qui a fait les frais du pragmatisme de Volcker.

L’inflation est passée de 14% en 1980 à 3% en 1983

Avec une silhouette à la De Gaulle et un humour pince-sans-rire, Paul Volcker se fit d’abord remarquer en 1971 lorsqu’il était au Trésor où il concocta l’abandon américain de l’étalon or. Il atterrit ensuite à la Banque centrale américaine de 1979 à 1987 où il est parvenu à juguler une inflation galopante. Cet adepte de la rigueur avait engagé une thérapie de choc en relevant jusqu’à 22% les taux d’intérêt de l’institution, pour endiguer l’emballement des prix. À titre de comparaison, ils sont à 1,75% aujourd’hui et l’inflation autour de 2%. Cette politique inflexible a payé, l’inflation passant de 14% en 1980 à 3% en 1983. Mais elle coûtera aussi, avec la crise des otages de l’ambassade américaine en Iran, sa réélection à Jimmy Carter.

Le « Volcker Shock » en héritage

Paul Volcker est revenu sur le devant de la scène avec l’élection de Barack Obama en 2008. Nommé conseiller après la crise financière, il a mis en place la règle bancaire qui porte aujourd’hui son nom (« Volcker Shock »). Elle avait pour objectif de dissuader les banques de spéculer pour leur propre compte et d’éviter ainsi une répétition de la catastrophe des « subprimes » qui a mis l’économie américaine à genoux.

Etats Unis : Powell promet une action appropriée de la FED pour préserver la croissance américaine

Discours de Jerome Powell, président de la FED, lors d'un discours en juillet 2019

 

Le président de la Banque centrale américaine Jerome Powell a promis vendredi d’agir pour assurer la poursuite de l’expansion économique. Toutefois, il a prévenu que la Fed n’avait pas de mode d’emploi tout prêt pour faire face aux tensions commerciales, qui se sont nettement exacerbées.

Les tensions commerciales omniprésentes

Dans un discours prononcé vendredi, dans le cadre du symposium économique de Jackson Hole, dans l’Etat américain du Wyoming, le président de la banque centrale américaine Jerome Powell a paru mesuré quant aux perspectives économiques des Etats Unis. Il a déclaré que l’économie américaine se trouvait dans une situation « favorable » pour assurer la poursuite de l’expansion économique. Mais que la Fed n’avait pas de mode d’emploi tout prêt pour faire face aux tensions commerciales, qui se sont nettement exacerbées.

Jerome Powell a énuméré une série de risques économiques et géopolitiques dont la Fed surveille l’évolution en notant que nombre d’entre eux sont liés aux tensions commerciales entre les Etats-Unis et plusieurs de leurs partenaires commerciaux, à commencer par la Chine. Vendredi d’ailleurs, Pékin a annoncé son intention d’imposer de nouveaux droits de douane sur 75 milliards de dollars d’importations en provenance des Etats-Unis d’ici la fin de l’année, s’attirant les foudres du président américain Donald Trump. Ce dernier a affirmé sur Twitter préparer une réponse appropriée. Il a notamment « ordonné » aux entreprises américaines « de chercher des alternatives » à leur production en Chine en attendant une évolution de la situation.

La FED n’a pas vocation à régler tous les problèmes économiques des Etats Unis

Malgré ce contexte défavorable, « l’économie américaine a continué d’enregistrer de bonnes performances globales », a indiqué Jerome Powell. « L’investissement des entreprises et l’industrie manufacturière se sont affaiblis mais une croissance solide de l’emploi et la hausse des salaires ont tiré une consommation robuste et soutenu une croissance globale modérée », a-t-il ajouté.

Selon le président de la banque centrale américaine, la Fed ne peut pas à elle seule régler tous les problèmes de l’économie américaine par le biais de la politique monétaire. Il va donc falloir à l’exécutif trouver une solution aux conflits commerciaux qui conduisent à la détérioration de la croissance mondiale.

Jerome Powell a en outre noté que la Fed a besoin de pouvoir regarder « au-delà » des turbulences de court terme pour se concentrer sur l’évolution de la situation américaine, face à l’éventualité d’un Brexit « dur », aux tensions à Hong Kong, au ralentissement économique dans des pays comme l’Allemagne et à d’autres événements hors des Etats-Unis.

« Qui est notre pire ennemi, Jay Powel ou le président Xi ? »

Comme on s’y attendait, le discours de Jerome Powell n’a pas plu à Donald Trump. « Comme d’habitude, la Fed n’a RIEN fait! C’est incroyable qu’elle puisse ‘parler’ sans savoir ni demander ce que je fais, ce qui sera annoncé très vite », a-t-il écrit dans un message publié sur Twitter. Puis de se demander : « Ma seule question, c’est : qui est notre pire ennemi, Jay Powel ou le président Xi (Jinping) ? ».

Etats Unis : Vice Media a levé 250 millions de dollars de dette auprès d’un groupe d’investisseurs

Logo Vice Media

 

Vice Media a levé 250 millions de dollars (223 millions d’euros) de dette auprès d’un consortium emmené par 23 Capital et incluant le milliardaire américain George Soros, a annoncé le Wall Street Journal. Cette opération est destinée à financer le plan de redressement du groupe, en difficulté depuis l’an dernier.

Selon une information du Wall Street Journal, Vice Media a levé 250 millions de dollars (223 millions d’euros) de dette auprès d’un groupe d’investisseurs emmené par 23 Capital, une société de financement opérant dans les secteurs du sport, de la musique et du divertissement, avec la participation de Soros Fund Management, de Fortress Investment Group et de Monroe Capital.

« Grâce à cet investissement en capital, les plans de croissance de Vice peuvent être accélérés »

Une source citée par le WSJ souligne que les investisseurs ont ainsi marqué leur confiance dans la nouvelle stratégie décidée par la directrice générale Nancy Dubuc, aux commandes depuis environ un an. « Grâce à cet investissement en capital, les plans de croissance de Vice peuvent être accélérés, ce qui nous permet de mettre en œuvre la vision stratégique de notre nouveau leadership pour la société », a déclaré Vice Media dans un communiqué.

Depuis plusieurs mois, le groupe de médias basé à Brooklyn cherchait à lever de l’argent face à la stagnation de sa croissance qui a contraint la société à réduire ses effectifs de 15% (250 postes supprimés). Dans le même temps, la valeur de Vice Media a chuté, poussant Disney a déprécié de 157 millions de dollars sa participation dans Vice Equity l’année dernière. Vice avait précédemment collecté environ 1,4 milliard de dollars auprès de bailleurs, dont TPG Capital, qui a investi 450 millions de dollars dans l’entreprise au cours de l’été 2017.

 

Nancy Dubuc fait le ménage au sein du groupe

Nommée à la tête de Vice Media il y a un an, Nancy Dubuc s’est fixée pour objectif de réaliser une rentabilité au cours du prochain exercice. Pour se faire, elle a restructuré la société autour de cinq secteurs d’activité que sont le numérique, les informations, la production cinématographique et télévisuelle, la chaîne câblée et une agence de publicité interne.

Cette restructuration des activités a également nécessité la suppression de multiples canaux Web pour les regrouper en un seul site.

 

Etats Unis : Donald Trump demandera au Sénat de ne pas ratifier le Traité sur le commerce des armes (TCA)

Donald Trump, lors d'un discours devant le Congrès en février 2018

 

Le président américain Donald Trump a annoncé ce vendredi qu’il demandera au Sénat de ne pas ratifier le Traité sur le commerce des armes (TCA) signé par son prédécesseur Barack Obama, en 2013. « Nous reprenons notre signature » a-t-il déclaré.

Donald Trump fait plaisir au NRA

Fidèle à sa ligne de remise en cause des décisions contraires à l’idéologie de la branche conservatrice des républicains, Donald Trump a annoncé ce vendredi qu’il demandera au Sénat de ne pas ratifier le Traité sur le commerce des armes (TCA), signé en 2013 par son prédécesseur démocrate Barack Obama. Il a fait part de ce vœu lors d’une rencontre de la National Rifle Association, un lobby américain des armes. Voulant certainement plaire à ces nostalgiques du Far West, Donald Trump a lancé : « J’annonce officiellement aujourd’hui que les États-Unis vont revenir sur leur signature de ce traité mal orienté ». Et d’ajouter : « Nous reprenons notre signature», sous les applaudissements chaleureux des membres de la National Rifle Association (NRA). Cette association a toujours été contre le Traité sur le commerce des armes (TCA), estimant qu’il est de nature à entraver la liberté de se procurer des armes.

Le Traité sur le commerce des armes (TCA) n’a toujours pas été ratifié par le Congrès américain, sans doute mis sous pression par les puissants lobbies d’armes américains.

Que prévoit le TCA ?

Le Traité sur le commerce des armes classiques (TCA) a été adopté par les Nations unies en avril 2013, et est entré en vigueur 18 mois plus tard, le 24 décembre 2014. Il contient un certain nombre de règles qui visent notamment à mettre fin à la circulation des armes à feu à destination des pays qui violeraient les droits de l’homme à travers un génocide, des crimes contre l’humanité, ou d’autres atteintes graves à la dignité humaine.

La Chine et la Russie refusent de signer le TCA

Sur les 10 principaux exportateurs d’armes au monde, cinq font partie des 87 États qui ont ratifié le TCA parmi les 130 signataires. Il s’agit de l’Allemagne, de l’Espagne, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni. Les États-Unis, de loin le premier producteur et exportateur d’armes au monde, n’ont pas officiellement rejoint ce club puisqu’ils n’ont toujours pas ratifié le traité. Quant à la Chine et la Russie, autres grands producteurs d’armes, elles refusent tout simplement d’intégrer le TCA.

 

Une rencontre au sommet

C’est la rencontre phare du mois d’avril. Emmanuel Macron, président de la République française, était attendu en début de semaine à Washington, afin de rencontrer le président américain Donald Trump.

Après une première rencontre en France le 14 juillet dernier, c’est au tour d’Emmanuel Macron se rendre aux Etats-Unis afin de rencontrer le président américain. De lundi à mercredi, le président français a enchainé les temps forts et les entretien dans le bureau Ovale de la Maison Blanche. Il était également attendu pour un discours devant le congrès américain.

Pour cette visite officielle, Emmanuel Macron n’est pas venu seul. En effet, sa épouse (et première dame) Brigitte Macron était également de la partie. Dans ses valises, le président de la République a également convié plusieurs ministres tels que Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires Étrangères, la ministre des Armées Florence Parly, ou encore Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie.

Au-delà de la bonne entente apparente entre les deux présidents, de lourds sujets tels que la situation en Syrie ou le nucléaire ont été abordés.

Dimanche dernier, le président français a de nouveau insisté sur l’importance d’être présent de manière durable en Syrie. « Si nous partons définitivement et complètement nous laisserons la place au régime iranien et à Bachar al-Assad, qui prépareront la prochaine guerre, alimenteront un nouveau terrorisme. Même après la fin de la guerre contre l’Etat Islamique (EI), les Etats-Unis, la France, nos alliés et même la Russie et la Turquie auront un rôle majeur à jouer pour créer cette nouvelle Syrie », avait-il souligné.

Cette rencontre, très attendue dans le monde politique, pourrait donner un nouvel élan.

 

 

Ford va supprimer 20.000 emplois

Le constructeur automobile américain, Ford, devrait supprimer près de 10% de ses salariés à travers le monde, ce qui représente environ 20.000 emplois détruits.

Le géant américain de la construction automobile, Ford, est au cœur d’une polémique après l’annonce de la suppression de 20.000 postes répartis sur ses différents sites de production installés sur la planète.

Cette information a été dévoilée par les journalistes du prestigieux Wall Street Journal, dans son édition du 16 mai.

Selon leurs informations, Ford aurait donc planifié un grand plan social visant à réaliser d’importantes économies en se passant de nombreux salariés.

Pour le moment, la direction de Ford n’a pas souhaité réagir à cette information. Toutefois, une source proche du dossier, citée par l’Agence France Presse, a déclaré que le groupe devrait officialiser cette décision dans les prochains jours.

Selon le Wall Street Journal, ce plan massif est la conséquence de la pression exercée sur l’entreprise par ses actionnaires.

 

1 2