Alimentation : transparence et hygiène mis en avant

Le respect des normes d’hygiène dans le secteur alimentaire va faire l’objet d’une nouvelle mesure de transparence.

Le gouvernement a lancé le programme Alim confiance, qui consiste à rendre publiques les notations des restaurants, abattoirs, cantines et supermarchés, concernant le respect des normes d’hygiène.

Les premiers resultats ont été rendus publics aujourd’hui, lundi 3 avril, au sujet des 1000 à 1500 établissements évalués au mois de mars. Ils sont accessibles sur le site www.alim-confiance.gouv.fr, ou via l’application alim confiance.

Quatre notes “Très satisfaisant”, “Satisfaisant”, “A améliorer”, “A corriger de manière urgente”, permettent d’évaluer le niveau d’hygiène des établissements.

“Les objectifs de cette mise en transparence sont de valoriser les établissements qui travaillent bien, de répondre à la demande des consommateurs, et globalement, d’améliorer le niveau global d’hygiène dans tout le pays“, a expliqué aux journalistes de l’AFP, une responsable du ministère  de l’Agriculture en charge de ce dossier.

Une inititive qui devriat avoir un impact imortant sur tout un secteur economique…

 

 

Viande : nouveau coup dur pour les abattoirs

La filière viande vient de prendre un nouveau coup de massue sur la tête par les associations végétariennes, avec la diffusion par l’organisation de protection des animaux, L214, d’une vidéo montrant la pratique de l’abatage des vaches en gestation

Âmes sensibles, s’abstenir…. En effet, les images divulguées par L214 sont particulièrement répugnantes. On y voit les employés d’un abattoir de Limoges, en Haute-Vienne, en train de “s’occuper” de vaches gestantes.

Ils leurs tranchent l’utérus au couteau puis se débarrassent des fétus dans des grands bacs en plastique. Parfois les fétus sont à un stade particulièrement avancé, comme le décrit l’employé qui a pris ces images en caméra cachée :

«On jette le veau dans une poubelle pleine de merde. Parfois, il bouge, comme s’il était vivant. On fait ça tous les jours, au moins cinquante fois par semaine. Comment on peut les tuer, nom de Dieu ? Des vaches pleines et des veaux qui sont en train de sortir».

Ce témoin est un ouvrier espagnol du nom de Mauricio Garcia-Pereira. Il a voulu dénoncé ses conditions de travail qui le rendent malade et a filmé cette vidéo afin d’informer le plus grand nombre sur ces cas d’abatage de vaches gestantes.