Paris : les transports en commun bientôt gratuits?

En début de semaine, le Conseil de Paris devait voter sur la carte Navigo gratuite pour 220 000 Parisiens âgés de plus de 65 ans. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, réfléchit à étendre cette décision à l’ensemble des Parisiens et de leurs transports en commun. 

Anne Hidalgo a placé trois adjoints de la Mairie de Paris sur “une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers”, afin de savoir si elle rendra gratuits les transports de la capitale française.

La Maire affirme que la question de la gratuité des transports est “une des clefs de la mobilité urbaine dans laquelle la place de la voiture polluante n’est plus centrale”. Pour cette étude, ses trois adjoints seront en charge d’analyser les exemples d’initiatives similaires déjà mises en place en France mais également à l’international : cela permettra d’avoir un rapport très précis sur la question.

Des villes comme Niort, Gap ou Manosque ont déjà adopté ce système. A l’international, l’Allemagne s’apprête à sauter le pas, étant donnée la forte pollution qui entoure certaines villes.

Anne Hidalgo affirme cependant qu’indépendamment de l’aspect environnemental, il faudra “en particulier évaluer s’il existe un modèle économique viable : rien ne dit aujourd’hui que cela est possible”.

Avant de faire bénéficier de la gratuité des transports à tous les Parisiens, il est d’abord question de la gratuité de la carte Navigo chez les personnes âgées. En effet, en début de semaine, le conseil de Paris a posé les conditions pour qu’une telle mesure soit applicable :

  • Les personnes qui pourront bénéficier de cette gratuité devront être âgées de 65 ans et plus.
  • Ces personnes devront toucher moins de 2200 euros par mois, soit 3400 euros par couple.
  • Les 20 000 bénéficiaires de l’allocation handicap seront également éligibles.

Pour le moment, 200 000 Parisiens pourront bénéficier de cette gratuité, s’ils répondent bien entendu aux critères mentionnés ci-dessus.

Bien que cette initiative (gratuit pour tous) soit tout à l’honneur de madame la Maire, la (lourde) question du financement reste à mesurer. Comment sera compensé le manque à gagner de la RATP ? C’est pour répondre à cette interrogation que le projet est actuellement étudié.

 

 

Les TER redonnent envie

Longtemps boudés par les voyageurs, les trains locaux de la SNCF, les TER, connaissent une hausse de leur fréquentation depuis janvier 2017.

“Cap TER 2020”. C’est avec ce nom clinquant que les dirigeants de la SNCF ont lancé une opération de grande ampleur, visant à relever le trafic du TER, en chute libre depuis 4 ans.

En effet, après quatre années, où les voyageurs n’étaient plus au rendez-vous , la direction du groupe de transport ferroviaire a décidé de prendre les choses en main.

C’est du côté de l’expérience voyageurs qu’ils ont travaillé et qu’ils ont été récompensés, comme l’a résumé le directeur des TER, Frank Lacroix, en déclarant :

“On a travaillé sur les trains malades, ceux qui avaient régulièrement du retard. Quand c’était à cause d’un problème de matériel roulant, on l’a changé. Un problème d’horaire ? On l’a aménagé. On a mis de la rigueur dans la production : car quand un train a deux minutes de retard, il en met en retard un autre, etc.”

Avec la concurrence du covoiturage, des bus et des vols low cost, la SNCF est dans l’obligation d’optimiser la qualité de ses services pour garder sa clientèle.

Une bonne nouvelle pour tout le monde.