Apple : des revenus du troisième trimestre boostés par les offres de services

La marque à la pomme peut compter sur sa gamme de services pour contrebalancer les ventes d’iPhone globalement à la baisse dans le cadre de la période d’avril à fin juin.

Alors qu’Apple prépare activement sa prochaine la Keynote – nom donné à la traditionnelle grande conférence d’annonce de nouveaux produits de la marque – prévue en septembre, l’entreprise a dévoilé ses derniers résultats financiers, jeudi 3 août 2023.

Couvrant la période d’avril à juin, ils représentent l’état des finances du groupe lors du troisième trimestre de l’exercice en cours. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que les chiffres apparaissent bien contrastés.

La différence de situation entre les performances financières de l’iPhone, produit phare de la firme de Cupertino, et celles des offres de services en est une illustration.

Revenus record

Aucun détail n’a été annoncé concernant les revenus provenant des services (Apple Store, Apple Music, AppleCare Plus et iCloud notamment), mais les chiffres sont manifestement au vert. En témoigne l’enthousiasme du PDG Tim Cook sur le sujet.

« Nous sommes heureux d’annoncer que nous avons enregistré un record de revenus dans les services au cours du trimestre de juin, grâce à plus d’un milliard d’abonnements payants« , a déclaré le dirigeant dans un communiqué disponible sur le site internet de la société.

Ce résultat se révèle être d’un grand support pour Apple dont le chiffre d’affaires a quelque peu chuté d’une année sur l’autre. 83 milliards de dollars il y a 12 mois, il est en effet passé à 81,8 milliards de dollars actuellement. La conséquence, selon Tim Cook, d’une « industrie des smartphones difficile aux États-Unis ».

Stratégie de secours

Le contexte est d’autant plus préjudiciable pour Apple que les ventes des iPhones marquent un ralentissement, avec 2,4% de revenus en moins au cours du trimestre. La même tendance est notée pour les Mac et les iPad, respectivement vendus à 7,3% et 19,8% en moins.

Alors que l’entreprise californienne travaille depuis quelques années à diversifier ses sources de revenus, la bonne santé financière de ses offres de services marque une certaine réussite dans cette approche.

D’autant plus qu’il reste difficile de prédire jusqu’à l’iPhone continuera à soutenir la croissance du groupe. En attendant un effondrement des ventes sur la durée, les nouveaux modèles – iPhone 15 et compagnie – devraient être dévoilés en septembre prochain à des coûts annoncés comme plus chers que les précédents.

C’est bientôt fini entre Goldman Sachs et Apple

La banque d’investissement américain voudrait se décharger de la gestion de l’Apple Card. De quoi remettre en cause l’opportunité d’un partenariat tant vanté à l’origine.

Quatre ans et puis s’en va ? À en croire le Wall Street Journal (WSJ), Goldman Sachs (GS) envisage de mettre un terme à sa relation d’affaires avec Apple, à travers l’Apple Card.

Lancée en août 2019, cette carte de crédit sert notamment aux utilisateurs américains du service de paiement mobile Apple Pay à effectuer des transactions via l’iPhone ou encore l’Apple Watch.

En tant que banque d’investissement, Goldman Sachs s’y était portée garante avec un certain nombre d’avantages. C’est le cas par exemple de la possibilité de s’acheter un iPhone à travers un financement de 24 mois sans taux d’intérêt.

Partenariat déséquilibré ?

Cette opportunité dévoilée quelques semaines seulement après le lancement de l’Apple Card avait fait dire au patron de la firme de Cupertino qu’il s’agit du « lancement le plus réussi d’une carte de crédit aux États-Unis ».

Cela semble loin de la réalité finalement. Puisque le WSJ croit savoir que GS n’en veut plus de ce partenariat, depuis plusieurs mois maintenant. Ce qui conduit à d’intenses négociations toujours en cours d’ailleurs, révèle le journal, citant des sources proches du dossier.

Ces dernières évoquent comme raison le souhait exprimé à la fin de l’année dernière par Goldman « de réduire son activité grand public ». Mais la raison de ce divorce annoncé va peut-être bien au-delà d’une ambition de recentrage. D’autant que l’histoire de l’Apple Card n’a pas hésité un long fleuve tranquille.

American Express au secours

Les lignes de crédit accordées par GS à travers la carte avait en effet fait l’objet d’accusations de discriminations en novembre 2019. Les prêts sans d’intérêt ont également contribué à plomber les finances de la banque déficitaire d’un milliard de dollars entre 2020-2022, selon ses responsables.

Quoi qu’il en soit, le Wall Street Journal indique qu’Apple est au courant de la décision de Goldman de rompre leur partenariat. Celle-ci serait d’ailleurs en négociations avec American Express afin de lui refiler la patate chaude. Le WSJ précise toutefois qu’il est difficile de savoir à quel moment tout cela aboutira.

En ce sens, les termes du nouvel accord potentiel restent inconnus. Il en est de même du sort des utilisateurs actuels de l’Apple Card. En attendant une annonce officielle de la part des deux parties.

Carrefour réfléchit à une restructuration

Carrefour aurait prévu de supprimer 1.000 postes au niveau de ses sièges en France dans le cadre d’une restructuration annoncée l’année dernière. Le groupe d’Alexandre Bompard sera le deuxième de la grande distribution à se lancer dans un tel projet après Casino.

Un nouveau plan de départ volontaire

D’après des informations du quotidien la Lettre, Carrefour envisagerait de supprimer jusqu’à 1.000 postes en France, essentiellement dans ses sièges (Massy, Evry et Mondeville). A cet effet, l’enseigne aurait prévu des négociations ce mercredi avec les organisations syndicales.

Les syndicats avaient indiqué vendredi dernier sur Twitter, en marge de l’Assemblée générale du groupe, qu’une nouvelle restructuration interviendrait avant la fin d’année. La CFDT, en particulier, avait évoqué la signature d’un avenant spécifique Sièges pour un nouveau plan de départ volontaire, dont on ignore encore les modalités.

Une mutualisation pour réaliser des économies

Cette coupe dans les effectifs de Carrefour devrait permettre au distributeur de faire des économies de 4 milliards d’euros. Elle s’inscrirait dans le cadre du plan stratégique 2026 annoncé par Alexandre Bompard en novembre 2022. A l’époque, le PDG avait parlé de la nécessité de réaliser des économies de coûts, via notamment des suppressions de postes dans les sièges européens.

Le dirigeant n’avait pas donné d’indication sur l’ampleur des réductions, mais avait parlé d’un « potentiel énorme de mutualisation à exploiter » principalement au niveau des fonctions expertes et support au sein des pôles d’expertises. Cette restructuration témoigne en tout cas des difficultés de Carrefour. Et plus globalement de l’effritement de la grande distribution.

Dans le sillage des déboires du groupe Casino

Un autre groupe, Casino, connait également des problèmes depuis plusieurs mois. L’enseigne stéphanoise est engagée dans un vaste plan de désendettement qui peine à se concrétiser malgré les cessions d’actifs. Ainsi, elle risque de tomber bientôt dans l’escarcelle de nouveaux actionnaires. Casino travaille actuellement à se séparer d’un certain nombre de super et d’hypermarchés. Intermarché serait intéressé par la reprise de 180 magasins pour 1,6 milliard d’euros.

Mais cette vente ne pourra pas couvrir sa dette. Celle-ci s’élevait à 3,9 milliards d’euros à fin décembre 2020, avec des échéances de remboursement fixées à 2024. Il faudra trouver une autre source d’argent. Heureusement, deux autres investisseurs seraient prêts à fondre sur le retailer. Il s’agit de l’insatiable milliardaire Tchèque Daniel Křetínský et du groupe Teract (Jardiland, Gamm Vert, etc.).

Un modèle de distribution arrivé à ses limites

C’est dans ce contexte que le PDG de Casino, Jean-Charles Naouri, a été placé en garde à vue la semaine dernière pour « manipulation de cours de bourse ». Mais il a été très vite remis en liberté. Si cette affaire remonte à 2018 -2019 et n’a rien à voir avec les déboires actuels du groupe, elle ponctue les mésaventures du distributeur qui voit son modèle arriver à ses limites.

Son implantation dans les centres-villes, par exemple, est mise à mal par un retour vers les commerces de proximité depuis le début de la pandémie. Casino souffre également de l’inflation en raison de son positionnement haut de gamme. En dépit d’une tentative de baisse de prix générale, le groupe ne parvient toujours pas à s’en sortir…

Nosopharm : la French Tech Health20 au bon moment

Nosopharm a intégré en mars le programme French Tech Health20, qui vise à accompagner les startups à fort potentiel d’innovation dans le domaine de la santé. Grâce à cette adhésion, le groupe bénéficiera de nombreuses actions, qui l’aideront à poursuivre le développement de son antibiotique first-in-class Noso-502.

En mars, Nosopharm a été sélectionné pour faire partie de la promotion 2023 du programme French Tech Health20. Ce projet soutenu par le gouvernement français accompagne les startups à fort potentiel technologique dans le secteur de la santé. L’entreprise nîmoise a été choisie pour sa technologie révolutionnaire de découverte et de développement de traitements contre les maladies infectieuses émergentes. Ses travaux intéressent d’autant les pouvoirs publics que la France sort d’une pandémie et qu’elle quête sa souveraineté sanitaire.

Noso-502 efficace contre les entérobactéries multirésistantes 

Nosopharm travaille sur divers médicaments contre les maladies infectieuses. Mais son programme le plus avancé est Noso-502, un antibiotique first-in-class dédié au traitement des infections nosocomiales. Celles-ci sont causées par les entérobactéries multirésistantes comme Klebsiella pneumoniae, Escherichia coli et Enterobacter spp.

Le groupe a conçu son remède en s’appuyant sur une plateforme innovante de découverte de médicaments appelée ExploRhabdus. Il a également exploité deux bactéries inexploités, mais à fort potentiel thérapeutique : Photorhabdus et Xenorhabdus. Ces microbes empêchent d’autres virus de coloniser leur environnement et protège l’organisme de l’hôte.

Cap sur des essais cliniques chez l’Homme

Selon les résultats de tests de toxicologie BPL publiés en juin 2022, Noso-502 est 100% efficace contre ces agents pathogènes, grâce à un nouveau mode d’action. Il est même très actif contre les souches les plus problématiques. Grâce aux résultats positifs de ses études, Nosopharm peut poursuivre le développement de Noso-502 jusqu’à la phase décisive des essais cliniques chez l’Homme. Mais pour cette dernière étape, le groupe a besoin de financements et de l’apport d’autres spécialistes.

Pas de fonds disponibles dans la French Tech Health20

Pour cela, l’entreprise a mis en place un nouveau conseil en juillet 2022 avec pour objectif de signer des partenariats privés et publics, ainsi que de préparer des levées de fonds. Nosopharm travaille actuellement en collaboration avec INRAE et l’Université de Montpellier. Et à ce jour, la société a récolté 5,9 millions d’euros en capital privé et reçu 8,7 millions d’euros d’aides publiques. Grâce à la French Tech Health20, elle pourrait bientôt atteindre ses objectifs.

Mais une visibilité renforcée partout dans le monde

Mais le programme ne met pas à disposition des fonds. Il offre simplement un accompagnement sur mesure pendant un an. Durant cette période, il permettra à Nosopharm de participer à des événements de l’écosystème French Tech, en France et à l’étranger. La pharma nîmoise intégrera aussi des actions de diplomatie économique, aux côtés du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ainsi que de la Direction générale du Trésor. Par ailleurs, elle bénéficiera d’une visibilité plus large par le biais d’opérations d’influence et de communication partout dans le monde. En outre, la société profitera du soutien de l’Etat pour son développement. Cet appui pourrait prendre la forme de financements.

Un gain en crédibilité et en notoriété à l’étranger

Philippe Villain-Guillot, co-fondateur et président du directoire de Nosopharm, estime que « le programme French Tech Health20 aidera les biotech innovantes comme Nosopharm à gagner en crédibilité et en notoriété sur le plan international ». Pour lui, cette initiative est nécessaire dans le contexte actuel de lutte contre les maladies infectieuses et de montée de l’antibiorésistance. Cette maladie silencieuse est devenue un enjeu de santé publique majeur. Elle a fait plus de 1,27 millions de morts en 2019, selon l’OMS. L’organisation la considère à juste titre comme l’une des dix grandes menaces pour la santé publique mondiale.

Foxconn s’installe en Inde pour les besoins d’Apple

L’industriel taïwanais connu notamment comme le principal assembleur des iPhone va délocaliser une partie de ses services en Inde. Avec à la clé, la conclusion d’un contrat afin d’y concevoir les AirPods.

Entre Foxconn et Apple, les choses semblent plus que jamais au beau fixe. Le groupe industriel taïwanais spécialisé dans la fabrication de produits électroniques et à l’origine de l’assemblage d’environ 70% des iPhone va désormais concevoir les écouteurs sans fil de la marque à la pomme baptisés AirPods.

L’information provient de Reuters ce jeudi 16 mars, qui cite des sources proches du dossier. Aucun chiffre n’a pour l’instant été dévoilé quant à la quantité de la production ni à ses implications financières pour chacune des parties concernées.

Mais des détails émergent à propos du financement à consentir par Foxconn dans le cadre de cette commande, une première pour le groupe basé dans la ville chinoise de Shenzhen. Les considérations logistiques ont également filtré.

Cap sur l’Inde

Selon Reuters, Foxconn a en effet dû satisfaire à la demande d’Apple d’organiser la production des AirPods non pas en Chine comme c’est le cas des iPhone, mais en Inde. Conséquence, l’entreprise prévoit d’investir 200 millions d’euros dans le cadre de la construction d’une usine à cet effet sur le territoire indien. Précisément dans l’État de Telangana.

Cette unité de fabrication prévue pour voir le jour avant le terme de l’année prochaine, s’inscrit dans la stratégie de Foxconn et d’Apple de délocalisation progressive de leurs intérêts de la Chine. En cause, les problèmes inhérents au fait de dépendre d’un pays autant au cœur des tensions géopolitiques que l’Empire du Milieu pour ses activités commerciales.

À cela s’ajoute la nature du régime de Pékin réputé pour ses décisions très peu communes. À l’image de la politique zéro Covid préjudiciable pour de nombreuses entreprises basées sur place.

Des inconnus

Ce sont autant de considérations qui poussent Apple et Foxconn à explorer d’autres horizons pour leurs investissements commerciaux. L’Inde semble donc bénéficier de leurs faveurs, à l’aune de cette production d’AirPods envisagée.

La commande remportée par la firme taïwanaise soulève toutefois quelques interrogations. Celle de la relation d’affaires entre Apple et les fabricants historiques de ses écouteurs sans fil, dont le groupe chinois Luxshare entre autres.

Quoi qu’il en soit, la perspective de voir Foxconn concevoir prochainement les AirPods a réjoui les marchés, qui ont connu des hausses relatives à l’annonce de la nouvelle.

Tech : cette bulle Covid qui a très vite éclaté

Les géants de la tech licencient désormais en masse depuis après avoir profité de l’effet de levier de la crise du Covid pour recruter abondamment. Erreur de jugement ou excès d’optimisme ?

18 000 chez Amazon ; 12 000 chez Alphabet, la maison-mère de Google ; 11 000 chez Meta, le propriétaire de Facebook entre autres ; 10 000 chez Microsoft. Le point des licenciements dans des sociétés du secteur des nouvelles technologies s’allonge depuis quelques mois, au fil du temps. Avec chaque jour, son lot d’annonces dans ce sens.

Plus de 230 000 personnes impliquant 1274 entreprises très exactement ont ainsi perdu leur emploi de janvier 2022 à ce jour, selon Layoffs.fyi, site spécialisé dans le suivi des suppressions d’emplois du secteur de la tech à travers le monde. Plus de 75 000 de ce total concernent le seul mois de janvier 2023. Une preuve s’il en est, que cette tendance de coupes dans les effectifs risque de se poursuivre.

Conjoncture économique dégradante

Et pour cause, les facteurs qui la commandent restent d’actualité. Celle-ci est en effet marquée par un contexte économique morose avec une inflation galopante et la hausse des taux d’intérêt comme effet d’entraînement.

Ce tableau dégradant contraste avec celui de quelques mois plus tôt, dans la foulée de la pandémie du Covid-19. Profitant des retombées positives de la crise sanitaire sur leurs activités, les acteurs du web plus particulièrement ceux de la Silicon Valley, avaient embauché sans compter. Et parfois au prix de rudes batailles entre les mastodontes de la tech.

Amazon a ainsi grossi ses rangs de 728 000 personnes entre 2019 et 2021, selon un rapport du New York Times.

Quid du rebond ?

Entre-temps, le géant du commerce électronique est devenu la société avec le plus grand nombre de suppressions de postes du secteur technologique aux États-Unis.

« L’examen de cette année a été plus difficile compte tenu de l’économie incertaine et du fait que nous avons embauché rapidement au cours des dernières années« , indiquait le directeur général Andy Jassy, le 4 janvier dernier en guise de mea culpa. Une formule répétée à peu près dans les mêmes termes chez Meta, Microsoft et les autres.

De quoi se demander comment un secteur aussi prévoyant que celui de la tech à certains égards n’a-t-il pas pu anticiper cette période post-pandémie. La crise sanitaire si bouleversante soit-elle n’était quand pas appelée à durer indéfiniment.

À quand le rebond ?

Malakoff Humanis pour la valorisation des seniors en entreprises

Un senior souriant avec un journal à la main.

 

Malakoff Humanis participera à la prochaine réunion du Club Landoy consacrée à l’emploi des seniors. Le groupe mutualiste confirme ainsi sa politique de valorisation de la place des personnes âgées dans les entreprises. En mars 2020, il avait signé l’acte d’engagement interentreprises Génération 50 initié par L’Oréal Groupe et Club Landoy.

Un mauvais regard sur les salariés de plus de 50 ans en France

Alors que la réforme des retraites est lancée, le taux d’emploi des seniors continuer de baisser en France. En fin d’année dernière, seulement 56 % des salariés âgés de 55 à 64 ans travaillaient en Hexagone, contre 61 % en moyenne dans la zone euro, d’après des chiffres de l’OCDE. Une preuve que les organisations professionnelles investissent encore peu dans les plus de 50 ans. Elles restent d’ailleurs frileuses à embaucher les seniors ou à les garder comme employés.

Face à cette situation, Malakoff Humanis, premier groupe de protection sociale de France,  appelle à la mise en place de dispositifs étatiques et à plus de volontarisme côté entreprises pour remonter le taux d’emploi des seniors. Pour sa part, il milite en faveur de la valorisation de la place des seniors dans les entreprises. C’est dans ce cadre qu’il a signé, en mars 2022, l’acte d’engagement interentreprises Génération 50 initié par L’Oréal Groupe et Club Landoy. Ce Think Tank veut faire du vieillissement de la population une chance civilisationnelle. Il y travaille d’autant que 50 % de la population mondiale aura plus de 45 ans en 2035.

Dix engagements pour valoriser la place des plus de 50 ans en entreprises

Parmi les dix engagements pris par Malakoff Humanis, il y a bientôt un an, figure l’accompagnement du développement des compétences et l’encouragement des collaboratrices et collaborateurs à s’engager sur des actions de renforcement de leur employabilité et à s’ouvrir à de nouvelles perspectives de carrière.

On note également l’incitation au recrutement des personnes à toutes les étapes de leur carrière ainsi que leur accès aux opportunités tout au long de leur vie professionnelle. Objectif : leur permettre de travailler dans un environnement inclusif jusqu’au départ à la retraite. Par ailleurs, l’acte d’engagement invite les entreprises à favoriser les activités associatives ou à maintenir des liens après la retraite, pour ceux et celles qui le souhaitent.

Le gouvernement créé un « index senior »

Malakoff Humanis poursuit sa mission auprès du Club Landoy en participant à la prochaine réunion du Think Tank consacrée à l’emploi des seniors. Cette rencontre a lieu le jeudi 19 janvier 2023 de 9h à 19h au Centre de Conférences Pierre Mendès France
139, rue de Bercy Paris 12ème. Elle a pour thème : « Comment accélérer la transition démographique vers une société 100% inclusive ? ».

Avec le report de l’âge du départ à la retraite de 62 à 64 ans, le gouvernement entend aussi augmenter le taux d’emploi des seniors. Il espère notamment changer le comportement des entreprises grâce à un « index senior », inspiré de l’index sur l’égalité entre les hommes et les femmes. Cette initiative vise à contraindre les entreprises de progresser sur la question de l’emploi des personnes âgées.

Les enchères sont ouvertes pour Manchester United

Le club officiellement à la recherche de nouveaux investisseurs depuis novembre dernier, suscite déjà de l’intérêt. Une des parties intéressées vient de le confirmer.

Il s’appelle Sir Jim Ratcliffe et se trouve actuellement à la tête du groupe britannique Ineos, actif dans le secteur de la chimie. L’homme d’affaires de 70 ans a indiqué, le mardi 17 janvier, être officiellement en lice pour le rachat de Manchester United (Man Utd).

Le club de football de l’élite anglaise avait annoncé fin novembre, le lancement d’un « processus d’exploration des alternatives stratégiques afin d’en améliorer la croissance ». « Dans le cadre de ce processus, le conseil d’administration examinera toutes les alternatives stratégiques, y compris un nouvel investissement dans le club, une vente ou d’autres transactions impliquant la société« , pouvait-on notamment lire dans le communiqué.

Une information depuis enrichie par diverses sources médiatiques indiquant notamment que la fratrie Glazer propriétaire du club depuis la mort de leur père Malcolm en 2014, était enfin prêt à en céder le contrôle en cas d’offre alléchante.

Un amoureux de longue date

« Nous nous sommes officiellement engagés dans le processus », a confirmé un porte-parole de Ratcliffe au quotidien britannique Times, avant d’ajouter plus tard à la BBC qu’ils étaient en contact avec la banque d’affaires Raine Group diligentée par Man Utd pour s’occuper de la vente.

C’est la deuxième fois que le patron d’Ineos également propriétaire l’équipe française de Nice, du FC Lausanne en Suisse et du Racing Club Abidjan en Côte d’Ivoire, manifeste un intérêt pour Manchester United qu’il décrit comme son club de toujours. Il avait auparavant déclaré l’été dernier s’être buté contre le refus des Glazer de vendre leur propriété.

« S’il (le club) avait été à vendre, nous aurions probablement essayé », avait déclaré au Financial Times celui qui a précédemment échoué à acquérir Chelsea, le club londonien récemment racheté par un consortium américain.

De nombreuses offres attendues

Ce dernier avait été désigné vainqueur au milieu de plusieurs autres investisseurs, contre une enveloppe de 2,5 milliards de livres sterling. Manchester dont la dimension est bien au-delà de celle de Chelsea devrait être cédé, le cas échéant, pour bien plus. Les Glazer se gardent bien évidemment de donner un chiffre, mais des sources concordantes parlent de plus cinq milliards de livres.

Une somme qui ne devrait ni effrayer Ratcliffe dont la fortune personnelle est estimée à plus 15 milliards de dollars par Forbes, ni les nombreuses autres parties intéressées en provenance des États-Unis, du Moyen-Orient ou encore de l’Asie, à en croire les indiscrétions.

Transformation digitale : les 5 questions à se poser pour l’effectuer au mieux

Dans une époque où le numérique règne, les entreprises de toutes tailles et tous secteurs d’activité ont l’obligation de s’adapter pour performer. La transformation digitale est même devenue un enjeu majeur face auquel elles doivent se préparer. L’opérateur de technologies digitales pour les entreprises Hub One liste justement les 5 questions à se poser pour réussir au mieux cette transformation.

Vous souhaitez digitaliser votre entreprise ? Bonne idée. Mais attention, c’est un projet important qui impacte toute votre organisation. Et comme le virage numérique est délicat à négocier, il faut être fin prêt avant de se lancer. Selon l’opérateur de technologies digitales pour les entreprises Hub One, il y a 5 grandes questions à se poser pour réussir une transformation digitale.

Première question : quel est le niveau de maturité digitale de mon entreprise ? Cela vous permet de savoir quelle place occupe actuellement le numérique et son importance dans votre entreprise. Cette étape est également l’occasion d’évaluer la capacité de l’ensemble de l’organisation (départements, services, équipes…) à intégrer de nouvelles briques numériques.

La meilleure technique pour analyser la maturité digitale de votre entreprise est l’audit. Plusieurs outils existent pour le réaliser, comme le sondage. En plus de recueillir les avis, freins et besoins en termes de digitalisation de vos collaborateurs, le sondage permet de discuter avec eux sur les enjeux de votre projet de transformation digitale.

D’autres outils en ligne sont disponibles pour auto-évaluer la maturité digitale de votre entreprise. On peut par exemple citer le diag numérique, développé par le Medef, vous permettant de réaliser une analyse rapide de votre existant.

Après avoir effectué cette première analyse, vous devez maintenant identifier les besoins et objectifs de votre entreprise. Pourquoi digitaliser vos activités ? Est-ce pour améliorer la productivité ? Augmenter le chiffre d’affaires ? Trouver de nouveaux canaux de vente ? Améliorer le processus interne ?

De plus, votre projet est-il subi ? En clair, est ce que vous comptez digitaliser votre entreprise pour répondre aux évolutions du marché et lutter contre la concurrence ? A l’inverse, êtes-vous dans une transformation digitale choisie, consistant à user du numérique pour prendre de l’avance et rester à la pointe de l’innovation ?

En délimitant clairement vos objectifs, vous avez une meilleure visibilité sur la direction à prendre. De plus, une transformation digitale est réussie si elle répond à vos objectifs clés et apporte une valeur ajoutée à l’entreprise, à ses collaborateurs, mais aussi à ses clients et partenaires.

Pour gérer cette étape, Hub One conseille d’utiliser une roadmap. Cet outil vous guide tout au long de votre projet et vous permet d’avoir une vision stratégique claire. La roadmap aide également à hiérarchiser les chantiers et objectifs prioritaires.

Troisième question à vous poser : quelles sont les attentes de vos collaborateurs ? Pour être atteints, les objectifs définis doivent être compris et acceptés par les différentes équipes. Prenez donc le temps d’échanger avec elles sur leurs attentes : quels sont leurs besoins ? Quelle place va prendre le digital sur leurs missions ? Comment le numérique va améliorer leur façon de travailler ?

Certains collaborateurs peuvent ne pas comprendre ce plan de transformation digitale, ou estimer ne pas en avoir besoin. Il est donc nécessaire de prendre en compte les retours pour adapter le projet à tous les profils. Vous pouvez par ailleurs, grâce à des exemples concrets, montrer à vos équipes les avantages quotidiens d’une digitalisation.

« L’objectif de cette étape est aussi de faire entrer le collaborateur dans le processus de réflexion et de conception du projet pour qu’il puisse se l’approprier pour être un véritable moteur du changement », précise Hub One.

Une fois les attentes de vos équipes définies, l’étape suivante consiste à identifier les acteurs de cette transformation. Il y a tout d’abord les acteurs internes. Et ces derniers ne se limitent pas à la direction des systèmes d’information (DSI).

Si la DSI est indispensable pour mettre en œuvre les technologies et systèmes permettant à l’entreprise de déployer sa stratégie, d’autres collaborateurs auront des rôles clés, comme les ambassadeurs. Présents dans les équipes, les ambassadeurs que vous désignerez feront avancer le projet en décrivant les besoins, en suivant les étapes ou encore en communiquant sur les changements à venir.

Il faut également sensibiliser et motiver les collaborateurs face aux nombreux bouleversements digitaux. Un rôle qui revient, entre autres, à la direction générale de l’entreprise, la direction marketing et la direction administrative et financière. Ces services aideront également les équipes à collaborer de manière interactive et transdisciplinaire.

« Enfin, la Direction des Ressources Humaines, a elle aussi un rôle essentiel : celui de promouvoir une vraie révolution culturelle pour que les collaborateurs réapprennent à collaborer et partager des informations », poursuit l’opérateur de technologies digitales.

Place maintenant aux acteurs externes. Nombre d’entre eux proposent des solutions de collaboration innovantes pour les entreprises. Objectif : faciliter la communication pour davantage d’efficacité, qui est l’un des enjeux de la transformation digitale.

Vous devez donc privilégier un partenaire capable de proposer mais aussi d’intégrer des solutions de communication adaptées à votre SI et à vos applications métiers. Grâce à sa vision à 360 degrés, ce partenaire vous guidera aussi bien sur le plan technique (accompagnement global) que sur le plan social (interlocuteur unique).

Il vous reste un dernier questionnement : comment créer l’adhésion en interne et accompagner le changement ? Comme l’a indiqué Hub One, les Ressources Humaines sont précieuses pour aider les collaborateurs à s’acclimater à leur nouvel environnement de travail. Ce service est aussi utile pour les initier à de nouveaux comportements.

Mais cela peut ne pas suffire. En effet, des collaborateurs peuvent rester insensibles au projet. D’autres, mal à l’aise avec les outils numériques, ne voudront pas s’impliquer et changer leurs méthodes de travail. Vous devez donc tout d’abord identifier ces freins. Il faut ensuite les contrer, via un accompagnement ou des conseils, afin d’éviter que la transformation digitale vire à l’échec.

 

Jack Ma perd le contrôle de la fintech chinoise Ant Group

Le groupe de gestion financière basée à Hangzhou va procéder à une restructuration qui verra son fondateur et figure charismatique céder le contrôle. Le prix à payer pour se défaire de l’étreinte des autorités étatiques ?

Du mouvement à la tête d’Ant Group, du nom de cette société financière chinoise propriétaire de la plateforme de paiement électronique Alipay. Elle a annoncé le 7 janvier avoir décidé de procéder à une « nouvelle optimisation de sa gouvernance » à travers le changement de sa structure actionnariale.

Certains actionnaires dont principalement le fondateur Jack Ma et ancien patron du mastodonte du commerce en ligne Alibaba, filiale d’Ant Group, voient ainsi leur pouvoir au sein de l’entreprise considérablement diminuer.

Le milliardaire souvent présenté comme le « Steve Jobs chinois » ne devrait plus détenir que 6,2% des actions, contre 34% auparavant. Un niveau d’actionnariat qui s’éteindrait en réalité à 53,46 % en raison des participations de l’intéressé dans d’autres entités actionnaires.

Isolement accru

Cette restructuration annoncée avec force détails sur le site internet d’Ant Group, réduit drastiquement le pouvoir d’influence – sur le vote lors des Assemblées générales par exemple – de Jack Ma.

« Aucun actionnaire n’aura, seul ou conjointement avec un autre actionnaire, le pouvoir de contrôler le résultat des Assemblées générales. Aucun actionnaire n’aura le pouvoir de nommer la majorité du Conseil d’administration. Par conséquent, aucun actionnaire, seul ou conjointement avec d’autres parties, n’aura le contrôle d’Ant Group« , indique le groupe qui mettant en avant une volonté de transparence et diversification.

Reste que cette initiative que semble apprécier les marchés – le titre d’Alibaba a pris 9% à la place de Hong Kong – accroît un peu plus l’isolement de Jack Ma, devenu depuis 2020 un personnage indésirable aux yeux des autorités chinoises.

Décision de compromis ?

En cause, sa sortie au vitriol contre les régulateurs financiers du pays fin 2019. Il a depuis disparu des radars, alimentant les rumeurs en tout genre sur sa personne. L’opération d’entrée en bourse record d’Ant Group fut freinée. Alibaba a été frappé d’amende pour abus de position dominante. Et de nombreux autres géants technologiques du pays ont été victimes d’une répression féroce de la part de l’État.

Il semble toutefois que la tempête soit désormais passée pour Ant Group. En témoigne l’approbation le mois dernier par les régulateurs de son plan d’augmentation de 1,5 milliard de dollars pour son unité de crédit à la consommation. De quoi faciliter son influence auprès des consommateurs chinois. Dans ce contexte, la mise à l’écart de son fondateur pourrait représenter « un mal » pour « un bien ».

1 2 3 4 5 14