Deux nouvelles usines françaises pour Hermès

Le géant français du luxe, Hermès, a annoncé l’implantation de deux nouvelles usines sur le territoire français, pour près de 500 nouveaux emplois crées.

Alors que la France, comme la majorité des pays occidentaux, est confrontée à une tendance de fond de délocalisation de ses usines, le maroquinier Hermès mise sur le Made in France pour la confection des ses accessoires.

En effet, le groupe a fait savoir qu’il allait lancer prochainement la construction de deux nouvelles usines françaises, qui accueilleront, en tout, plus de 500 nouveaux salariés.

Comme l’explique la journaliste économique d’Europe 1, Carole Ferry, le groupe français du secteur du luxe a crée 2400 postes en France, sur les cinq dernières années.

La première usine sera installée en Gironde, dans al petite ville proche de Bordeaux, Saint-Vincent-de-Paul et la seconde en région parisienne, dans le département de Seine-et-Marne.

L’usine girondine sera consacrée à la confection des fameux sacs Kelly

2000 emplois américains pour Fiat Chrysler

Dimanche 8 janvier 2017, le groupe de construction automobile Fiat Chrysler a annoncé qu’il allait investir aux États-Unis et y créer 2000 emplois.

Le constructeur s’est ainsi engagé à investir un milliard de dollars lors des trois prochaines années, sur deux de ses sites de production, situés dans les états du Michigan et de l’Ohio.

Cet investissement permettra la création, sur ces deux usines, de 2000 nouveaux emplois, notamment destinés à l’assemblage de la nouvelle Jeep de luxe Wagoneer. Ces précisions ont été apportées par un communiqué du groupe, diffusé à l’occasion de l’ouverture du salon automobile de Detroit, qui a lieu aujourd’hui.

“(Le groupe) apporte une démonstration supplémentaire de son engagement à renforcer sa base manufacturière aux États-Unis”, précise le communiqué, qui mentionne également la création de 25000 emplois aux États-Unis, depuis l’année 2009.

Cette décision intervient dans un contexte de bras de fer entre le futur président américain, Donald Trump et l’industrie automobile, sommée par le dirigeant politique de cesser ses délocalisations d’usines.