Media : Mediaset prend des participations au capital de ProSieben

Logo de Mediaset

 

L’Italien Mediaset est entrée ce mercredi, à hauteur de 9,6%, au capital du diffuseur allemand ProSiebenSat.1, devenant son deuxième actionnaire, derrière Capital Research Global Investors. Cette prise de participation permettra au média italien de s’inviter à la table d’éventuelles discussions à venir sur la création d’Euroflix, censé être un acteur d’envergure européenne dans la télévision et la vidéo.

« Unir [nos] forces si nous voulons rester compétitifs»

Mediaset a pris ce mercredi une participation de 9,6% au capital du diffuseur allemand ProSiebenSat.1. Cette participation représenterait environ 330 millions d’euros au cours de clôture de l’action ProSieben mardi. Le groupe italien met donc fin aux spéculations selon lesquelles il voulait fusionner avec le diffuseur allemand, depuis un bon moment. Mediaset, qui est contrôlé par Fininvest, la holding de l’ex-président du Conseil italien Silvio Berlusconi, s’est évidemment réjoui de l’opération conclue ce jour. Pier Silvio Berlusconi, son administrateur délégué, a affirmé dans un communiqué que « cette acquisition amicale est un choix de long terme ». Puis d’indiquer que « Le rapide processus de mondialisation qui conditionne le scénario international est tel que les groupes européens de médias comme les nôtres doivent unir leurs forces si nous voulons continuer à rester compétitifs ou à simplement résister, en termes d’identité culturelle européenne, aux éventuels investissements hostiles des géants mondiaux ».

Mediaset ne réclamera pas d’entrer au conseil d’administration pour le moment

Pour sa part, Max Conze, président du directoire de ProSiebenSat.1, a déclaré dans un communiqué : « Nous saluons l’investissement de Mediaset et nous y voyons un vote de confiance dans notre stratégie et nos équipes ». Selon les informations proches du dossier, Mediaset n’envisage pas à ce stade d’augmenter sa participation et de réclamer un siège au conseil d’administration de ProSieben.

Mediaset, qui contrôle également le diffuseur espagnol de chaînes gratuites Mediaset Espana, devient le deuxième actionnaire de ProSieben avec 9,9% des droits de vote, derrière Capital Research Global Investors, le puissant gestionnaire de fonds américain. Avec cette participation, Mediaset aura surtout son mot à dire lors d’éventuelles discussions à venir sur la création d’un acteur d’envergure européenne dans la télévision et la vidéo : Euroflix. Ce dernier devrait fusionner les principaux groupes de médias européens que sont le luxembourgeois RTL Group, le français TF1 et le britannique ITV. Euroflix vise à contrecarrer la concurrence des offres en streaming de Netflix et Amazon Prime.

 

 

NETFLIX : Le CEO Reed Hastings annonce un bon premier trimestre et une augmentation des tarifs

Logo de Netflix

Lors de la présentation des résultats du premier trimestre 2019 ce mardi 16 avril, le CEO de Netflix Reed Hastings a annoncé une progression du chiffre d’affaires de son groupe de l’ordre de 21%. Il a également fait savoir qu’une série d’augmentations des tarifs sera bientôt appliquée aux Etats Unis et dans d’autres pays en Amérique du sud et en Europe.

Un bilan au-delà des espérances, en tout point

Le CEO de Netflix Reed Hastings a présenté, ce mardi 16 avril, le bilan au premier trimestre de son groupe. Ce bilan est plutôt satisfaisant et se situe au-delà des prévisions des analystes.  Le géant du streaming affiche un bénéfice net de 344 millions de dollars, soit 76 cents par action, contre 64 cents en 2018 et un chiffre d’affaires en progression de 21% pour atteindre 4,521 milliards de dollars. Les professionnels avaient prévu un bénéfice de 58 cents par action pour des revenus de 4,5 milliards.

Au niveau du nombre d’abonnés, Netflix enregistre aussi une nette hausse. L’entreprise américaine de flux continu a gagné 9,6 millions supplémentaires d’utilisateurs au premier trimestre dont 1,74 millions aux Etats-Unis et 7,86 millions à l’international. Fort de cet engouement du public pour sa plateforme, Netflix table désormais sur 5 nouveaux millions d’abonnés en 2019, dont 0,3 million aux Etats-Unis et 4,7 millions pour le reste du monde. Une ambition inférieure aux 5,48 millions d’abonnés que lui prêtait le marché sur la même période.

Netflix ne s’inquiète pas de la concurrence naissante

Netflix joue en fait de prudence puisque le segment de la vidéo à la demande devient très concurrentiel avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme Apple et Disney. Toutefois, selon le CEO du groupe, Reed Hastings, Netflix est taillé pour affronter la complétion : « Les deux sociétés sont des marques grand public de classe mondiale et nous sommes enthousiastes à l’idée de rivaliser ». De toute façon, fait-il remarquer, ces nouveaux venus ne grignoteront pas vraiment la part de marché de Netflix puisqu’ils proposeraient des offres et des contenus un peu différents. « Nous croyons qu’il y a une grande demande pour regarder de la grande télévision et des films et Netflix ne satisfait qu’une petite partie de cette demande », a commenté Reed Hastings.

De nouveaux tarifs appliqués en Allemagne, en Suisse…

Enfin, le premier responsable du géant du streaming a annoncé une hausse prochaine des prix. « Nous sommes en train de travailler sur une série d’augmentation de tarifs aux États-Unis, au Brésil, au Mexique et dans certaines zones de l’Europe ». En Europe, certains pays comme l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et le Liechtenstein seraient déjà impactés par cette augmentation des tarifs depuis début avril. Dans ces Etats, l’abonnement 2 écrans est passé de 10,99 euros à 11,99 euros, et celui à 4 écrans de 13,99 euros à 15,99 euros. Cette nouvelle tarification pourrait refroidir ceux qui avaient l’intention de s’abonner au service. En revanche, elle ne devrait pas faire reculer les anciens utilisateurs.