La Californie devenue trop contraignante pour Tesla

Le magnat de l’immobilier déménage les usines principales de son entreprise de Fremont pour le Texas. Dernière illustration de la relation compliquée entre le milliardaire tempétueux et l’État pourtant prisé de la Silicon Valley.

Elon Musk ne fait décidément rien comme les autres. Alors que d’aucuns rêvent de s’y installer – en témoigne le nombre de grandes firmes de la tech présentes sur place –, le richissime homme d’affaires a décidé de quitter la Californie, selon ses propres propos jeudi 7 octobre à l’assemblée générale annuelle des actionnaires de son entreprise de véhicules électriques, Tesla. Cette dernière en l’occurrence va faire déménager son usine principale du Fremont vers le Texas, plus précisément dans la ville d’Austin.

À en croire le constructeur automobile, il ne s’agit pas d’un départ définitif de la côte ouest car une augmentation de 50 % de la production de ses véhicules est prévue dans l’usine du Fremont et celle du Nevada voisine. Mais la ville californienne à l’instar de l’ensemble de l’État, est devenue trop grande pour contenir tout le monde, fait savoir Elon Musk.

La si prisée Californie

Avec ses 39 millions d’habitants, la Californie est en effet le plus peuplé État des États-Unis, mais également l’un des plus progressistes en raison de son penchant démocrate. Il est par ailleurs connu pour abriter la prestigieuse Silicon Valley où fourmillent mille et une entreprises technologiques dont certaines parmi les plus réputées au monde telles que Facebook, Google, Nvidia entre autres.

Mais c’est également un État très strict à propos des impôts et des mesures de lutte anti-Covid notamment. Elon Musk s’est à plusieurs reprises froissé avec les autorités fédérales à ce sujet récemment. Le constructeur automobile reprochait en mai 2020 aux autorités de l’empêcher de rouvrir son entreprise à cause des restrictions sanitaires alors en vigueur. L’épisode très médiatisé, grâce à Twitter notamment, était marqué par la menace de l’homme d’affaires de délocaliser son entreprise.

Bienvenue au Texas

Le milliardaire qui ne réside plus en Californie depuis la fin de l’année écoulée, va donc passer à l’action en faisant déménager son activité. Tesla devrait bénéficier au Texas d’une législation souple en matière de fiscalité, contrairement au modèle californien. Même si l’État du sud n’a pas bonne presse en ce moment à cause de sa position anti-avortement qui traduit la politique ultra-conservatrice de ses autorités fédérales. Elon Musk n’est toutefois pas le seul à ne pas s’en préoccuper. Oracle et Hewlett-Packard Enterprise ont suivi la même voie récemment.

Naissance d’une cryptomonnaie anti-Elon Musk

Les créateurs de StopElon ont un objectif ultime : évincer le milliardaire américain de Tesla, afin de faire cesser ce qu’ils qualifient de manipulations du cours des portefeuilles virtuels de sa part.

Dans le domaine des cryptomonnaies, il y a ceux qui agitent le marché et les autres qui en subissent les conséquences. Hélas, les agissements des premiers ne font pas toujours les affaires des seconds. C’est le cas entre Elon Musk et certaines devises comme le bitcoin ou le dogecoin. Fort de son influence sur le web, le patron de Tesla fait fréquemment valser à sa guise le cours des monnaies virtuelles, au grand dam de cette communauté qui goûte de moins en moins de tels agissements. Certains ont ainsi décidé de passer à l’offensive afin de réduire l’influence du milliardaire américain sur le marché des cryptomonnaies.

Une nouvelle monnaie virtuelle vient d’être créée à cet effet. Baptisée du nom évocateur de StopElon, elle a une mission bien précise : acquérir suffisamment de valeurs pour faire tomber Elon Musk de Tesla, l’entreprise de production automobile électrique dirigée par le natif Prétoria. StopElon créée le 15 mai dernier pèse aujourd’hui 60 millions de dollars, bénéficiant d’un accueil favorable du marché. Les créateurs en veulent au patron de Tesla qu’ils qualifient tour à tour de « manipulateur » et de « milliardaire narcissique ».

Le bitcoin et le dogecoin au plus mal

Ils en veulent notamment à Elon Musk pour sa responsabilité dans la dégringolade du bitcoin et du dogecoin, deux monnaies virtuelles autrefois hissées au firmament par l’intéressé. Le quinquagénaire a effet annoncé il y a quelques jours à la surprise générale que son entreprise Tesla, n’accepterait plus de transaction en bitcoin. Motif : le minage excessivement polluant de cette reine des cryptomonnaies. Le dogecoin a lui été tout bonnement qualifié d’escroquerie de sa part. Dans les deux cas la conséquence a été immédiate pour les deux monnaies dont la valeur ne cesse depuis de chuter.

La volte-face d’Elon Musk est d’autant plus intrigante qu’il intervient quelques mois seulement après ses précédentes prises de position en faveur de ces mêmes monnaies. Un retournement de veste dont il est coutumier et qui n’agrée manifestement pas les géniteurs de StopElon.

Un shitcoin de plus ?

Reste désormais à savoir si ces derniers pourront parvenir à leur mission. Car le web a vu fleurir ces dernières années des cryptomonnaies de ce genre. Souvent désignées par « shitcoin » en anglais, ces monnaies virtuelles ont pour particularité de profiter du contexte pour enrichir leur créateur.