Twitter : 8 dollars par mois pour faire certifier son compte

Le réseau social fait désormais facturer ce service censé prouver l’authenticité d’un abonné. C’est la première grande mesure post-rachat de la plateforme désormais détenue par le milliardaire américain Elon Musk.

De la parole aux actes. Twitter a lancé samedi 5 novembre, la facturation du service d’authentification des comptes dénommé « Blue Check ». Les utilisateurs basés au Canada, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en Australie et en Nouvelle-Zélande peuvent déjà y souscrire contre le paiement de 7,99 dollars par mois.

L’annonce a été faite en marge d’une nouvelle mise à jour de l’application sur App Store, le magasin dédié d’Apple. « Le pouvoir au peuple. « Votre compte recevra une coche bleue, au même titre que les célébrités, les entreprises et les politiciens que vous suivez déjà », pouvait-on lire à propos de cette démocratisation de l’authentification des comptes désormais incluse dans l’offre « Twitter Blue ».

D’autres nouveautés attendues

Il s’agit d’une version premium de Twitter permettant contre 4,99 dollars à ses abonnés d’accéder à des fonctionnalités indisponibles sur le Twitter classique, dont une barre de navigation personnalisable, la possibilité d’annuler l’envoi d’un tweet, un fil d’actualité épuré des annonces publicitaires entre autres.

Twitter indique à cet effet que les annonces publicitaires devront être prochainement réduites de moitié et leur qualité affinée pour les abonnés du nouveau Twitter Blue. La possibilité de publier de plus longue vidéo, une mise en avant des contenus des abonnés dans les discussions, les recherches, etc. sont également évoquées.

Objectif déclaré du réseau social ? Lutter contre les arnaques, les spams et autres bots sur la plateforme aux 237 millions d’utilisateurs actifs, à en croire remontant à fin avril.

Quel accueil de la part des abonnés ?

Mais le but feint de ce Twitter Blue nouvelle version permet à travers la certification des comptes à titre payant, à l’entreprise d’augmenter ses revenus. Une condition indispensable à la prospérité du groupe californien sous la gestion d’Elon Musk.

L’entrepreneur à succès est en effet engagé, depuis son rachat du réseau social contre 44 milliards de dollars, dans une quête effrénée de revenus. Car la société, huit fois déficitaire au cours des dix dernières années, doit désormais 13 milliards de dollars à des investisseurs au titre de son acquisition par Musk.

Il reste à voir quel accueil le public va réserver à cette authentification payante des comptes. Le service lancé en 2019 pour contrer le phénomène de l’usurpation d’identité sur le réseau social compterait à ce jour, environ 424 000 de comptes, selon le site spécialisé Statista.

TikTok explose les compteurs des revenus publicitaires

Le réseau social de partage de courtes vidéos a atteint une telle notoriété que les utilisateurs semblent y dépenser sans compter. En témoignent les derniers chiffres relatifs à ses recettes publicitaires.

TikTok est la nouvelle coqueluche des adeptes des réseaux sociaux. Non seulement les utilisateurs se ruent là-dessus, mais ils n’hésitent pas à y dépenser leur argent. C’est en tout cas ce que révèle, lundi 11 avril mars, un rapport du cabinet d’études AppAnnie concernant les chiffres trimestriels de la firme technologique.

Il indique notamment que l’application a généré entre début janvier et fin mars, 840 millions de dollars de revenus publicitaires. Soit une hausse de 40% par rapport au dernier trimestre coïncidant avec fin 2021. Cette performance est d’autant plus remarquable qu’elle dépasse celles des franchises de jeu vidéo habituées à truster le haut du classement en termes de recettes via la publicité.

Business model rôdé

Aux sources de cette manne de TikTok, les Coins, terme désignant la monnaie numérique créée par le réseau social. Vendue par la plateforme aux utilisateurs, elle sert à acheter des cadeaux virtuels symbolisés par de nombreuses images avec chacune une valeur donnée. L’acquisition d’un cadeau sous forme de panda coûte ainsi cinq Coins ; celle représentée par une Dráma Queen revient à 5 000 Coins, et ainsi de suite.

Autant de cadeaux qui permettent aux « TikTokeur » – nom donné aux utilisateurs – de récompenser le talent ou la créativité d’autres utilisateurs, généralement des créateurs de contenus sur la plateforme. Lesquels cadeaux virtuels sont échangeables contre de l’argent – dans toutes les devises possibles – à la condition de verser 50% de commissions à TikTok. Autant dire un business model rôdé de la part de la firme détenue par le Chinois ByteDance.

Combinaison de recettes

C’est une des nombreuses recettes du succès fulgurant de l’application spécialisée dans le partage de courtes vidéos. Lancée en 2014 seulement, elle a dépassé le milliard d’utilisateurs actifs l’année dernière, fort d’un algorithme ultra efficace. À tel point qu’il suffit de quelques minutes sur le réseau social pour que les préférences de l’utilisateur soient détectées.

Signe de l’expansion de TikTok dans le rang des internautes, ses recettes publicitaires pour l’ensemble de l’année en cours devraient atteindre 11 milliards de dollars, à en croire le cabinet Insider Intelligence cité par Reuters. Soit davantage que Twitter et Snapchat combinés, respectivement crédités de 5,58 et 4,86 ​​milliards de dollars sur la même période, selon la même source.

Facebook : nouvelle accusation de censure

Le réseau social le plus important au monde est au cœur d’un nouveau scandale après la censure de photos d’une mannequin grande taille, jugée trop grosse.

Dans le cadre d’une campagne publicitaire, en Australie, pour une débat sur « le féminisme et le gros », organisé par le collectif Cherchez La Femme, une photo d’une mannequin grande taille en bikini a été diffusée sur les réseaux sociaux.

Lorsque les membres de l’association ont demandé aux modérateurs de Facebook pourquoi l’image avait été supprimée, la réponse a été pour le moins choquante :

« L’image utilisée dans cette publicité ne correspond pas à notre politique de santé et de forme physique. »

Face au tollé suscité par cette affaire, Facebook a republié l’image et a présenté ses excuses.

Twitter : des changements dans la direction

Les dirigeants de Twitter ont confirmé que l’entreprise de la Silicon Valley était sur le point de recourir à une grosse restructuration qui verra des changements chez les cadres du groupe.

Depuis le mois d’octobre 2015 et les 336 licenciement chez Twitter, on s’attendait a de gros bouleversements.

C’est désormais officiel. Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a annoncé sur le résau social que plusieurs cadres du groupe allaient être remplacés.

Le New York Times croit ainsi savoir que monsieur Vine, Jason Toff, va bientôt être embauché par Google pour gérer des projets autour de la réalité virtuelle.

 

Stolen : l’application éphémère

L’application pour Smartphones Stolen a rapidement été fermée malgré un succès fulgurant.

Stolen n’aura été qu’une météorite… Alors que cette application a connu un succès phénoménal, avec 40000 téléchargements en trois jours, ses créateur l’ont finalement rapidement fermée.

Cette application qui permettait d’acheter des profils Twitter aura pâtit de deux problèmes essentiels : un manque de modération, ainsi que l’absence de consentement de la part des joueurs.

Alors qu’elle n’en était qu’à sa version beta, Stolen a définitivement baissé le rideau.