Le taux d’inflation français proche des 7 % d’ici fin 2022

L’Insee a révélé dans sa note de conjoncture du 24 juin, une augmentation de l’inflation en France dans les mois à venir. D’après les nouvelles prévisions de l’institut des statiques, elle va continuer de grimper pour atteindre un pic à la fin de l’été. Sur l’année en cours, l’Insee annonce une hausse des prix avoisinant en moyenne, les 5,5%, alors que ce taux était de 1,6% pour 2021. Du jamais-vu depuis les années 1980.

4,8% en avril et 5,2% en mai 2022. Le taux d’inflation en France continue sa croissance et affiche des chiffres records. Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, l’inflation va atteindre un taux de 5,9% en juin. Puis, près de 7% en septembre avant de se stabiliser entre 6,5 et 7% dans les prochains mois.

Des répercussions sur le train de vie des Français

Avec l’augmentation des coûts de production, la hausse des prix des produits alimentaires va connaître une accélération. Les études de l’Insee démontrent qu’elles vont atteindre les 8,2% en décembre sur un an ; soit +5,4% en moyenne en 2022. L’inflation énergétique devrait atteindre les 31,3% en juin avant de diminuer progressivement. Elle restera cependant très élevée (+25,7% en moyenne sur l’année). Par rapport au reste de la population française, les agriculteurs et les populations rurales seront les plus touchés. Car cette frange de la population, qui fait un usage très important des véhicules, est plus exposée à la hausse des coûts de l’énergie, l’une des principales causes de l’inflation. En fin de compte, le pouvoir d’achat des ménages va diminuer en moyenne de 1 % sur l’année. En plus des mesures de soutien (budget des ménages), l’augmentation des salaires va permettre de réduire le poids des dépenses.

Les facteurs de l’inflation

Taux de chômage à 7% d’ici fin 2022 

Si 855.000 ont été créés en 2021, l’emploi salarié va connaître une perturbation en 2022. De façon générale, l’emploi salarié en 2022 sera bien au-dessus du niveau de 2019, avec une hausse de 717 000 emplois, soit +2,8 %.

Soutien public et augmentation du smic

Face à ces prévisions, il y a des mesures de soutien du pouvoir d’achat déjà prises ou en vue. Il s’agit notamment de la revalorisation des retraites, des minimas sociaux et du traitement des fonctionnaires, du bouclier tarifaire sur l’énergie, de la prime de pouvoir d’achat, de la suppression de la redevance et bien d’autres. Selon l’Insee, ces actions « contribueraient à rehausser le revenu disponible brut des ménages d’environ 1 point de pourcentage en 2022 », sans totalement annuler l’impact de l’inflation. Quant au SMIC, il connaîtra sa quatrième hausse en moins de 1 an. En raison de l’inflation, le SMIC, qui a connu une augmentation de 2,65 % en mai, devrait être de nouveau revalorisé automatiquement en août ou en septembre.

 

Devise : L’euro remonte face au dollar, après que la FED a émis des inquiétudes sur l’inflation

Une femme manipulant des billets d'euro à Nuremberg en Allemagne

 

L’euro est remonté un peu face au dollar ce mardi, après que Jerome Powell a émis des inquiétudes face à la faiblesse de l’inflation. Le président de la Réserve fédérale américaine (Fed) a aussi semblé ouvrir la porte à une discussion sur une éventuelle baisse des taux d’intérêt.

Plus de 50% de chance de voir les taux baisser en juillet prochain

A 19H GMT ce mardi, l’euro progressait face au billet vert à 0,13% et se négociait à 1,1256 dollar contre 1,1241 dollar lundi à 21H00 GMT. Cette légère remontée est intervenue après que le président de la banque centrale américaine a fait part des doutes de l’institution américaine sur la faiblesse de l’inflation. Jerome Powell a semblé ouvrir la porte à une discussion sur une éventuelle baisse des taux d’intérêt. Il a également indiqué que la réserve fédérale surveillait de près l’évolution de la guerre commerciale entre Washington et Pékin Chine, afin d’être « prête à agir de manière à soutenir l’expansion ».

Selon Christopher Low de FTN Financial, si « La porte est maintenant ouverte à une discussion sur une baisse des taux lors de la prochaine réunion (du Comité de politique monétaire de la Fed, FOMC) dans deux semaines », il reste à savoir si d’autres membres tels que James Bullard monteront au créneau et militeront en faveur d’un abaissement. Le président de la Fed de St Louis, James Bullard a déjà estimé lundi qu’une baisse des taux pourrait être « bientôt nécessaire » au regard de la faiblesse persistante de l’inflation. Avec cette déclaration, il devient le premier membre votant du FOMC à envisager une telle possibilité.

Dorénavant donc, la possibilité que les taux baissent fin juillet 2019  est passée au-dessus de 50%, selon l’outil FedWatch de la plateforme boursière CME.

Les autres devises face à l’euro et au dollar

Les autres principales devises ont généralement progressé face au dollar ce mardi. A 19H00 GMT, le yen baissait légèrement face à l’euro, à 121,72 yens pour un euro, et se stabilisait face au billet vert, à 108,14 yens pour un dollar. La monnaie britannique s’appréciait à 1,2703 livre le dollar à la clôture et à 88,61 pence pour un euro. Le franc suisse se stabilisait face à la devise européenne, à 1,1159 franc suisse pour un euro, mais montait légèrement face au billet vert, à 0,9914 franc suisse pour un dollar. La monnaie chinoise a terminé à 6,9079 yuans pour un dollar, contre 6,9037 yuans pour un dollar lundi vers 15H30 GMT. A 08H20 GMT, l’once d’or se pesait jusqu’à 1.329,63 dollars, un plus haut depuis trois mois. Quant au bitcoin, il valait 7.583,04 dollars, contre 8.556,11 dollars lundi soir.

 

Baisse de l’inflation dans la zone Euro

Le mois de février a été marqué par une baisse de l’inflation dans la zone Euro. Une mauvaise nouvelle à quelques mois du référendum anglais sur le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne).

Les premières estimations d’Eurosat sur l’inflation dans la zone Euro pour le mois de février 2016 sont plus mauvaises que prévu.

En effet, alors que inflation avait progressé de 0,3% en janvier, elle passe en février sous la barre du zéro et diminue même de 0,2%.

La dernière baisse de l’inflation de la zone euro avait eu lieu en septembre 2015 (-0,1%).