Betterave : Süedzucker ne cèdera pas ses sites français de Saint Louis Sucre

Une pancarte lors d'une manifestation contre la fermeture de l'usine de Cagny

 

Le groupe allemand Südzucker, numéro un du raffinage du sucre en Europe, a annoncé ce jeudi qu’il n’envisageait pas céder à un repreneur ses sites en France de Saint Louis Sucre. Il compte tout bonnement arrêter la production de ces usines. Une décision qui n’est pas du goût de la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB).

« Saint Louis Sucre ne vendra pas ses sites de production »

Le groupe allemand Südzucker a indiqué, ce jeudi 23 mai, qu’il ne compte pas céder ses sites français de Saint Louis Sucre, mais en arrêter tout simplement la production. « Saint Louis Sucre ne vendra pas ses sites de production », a déclaré dans un communiqué le président du directoire de Südzucker, Wolfgang Heer. Il précise en outre que : « Nous n’arrêtons pas la production de sucre pour la proposer à d’autres acteurs, mais bien pour retirer des capacités du marché ».

Un arrêt de la production prévu depuis plusieurs mois

Ces fermetures d’usine en France s’inscrivent dans le cadre de son plan de restructuration annoncé en février 2019. Ce dernier prévoit l’arrêt de plusieurs sucreries du groupe en Europe, parmi lesquels ceux de France que sont Cagny (Calvados) et Eppeville (Somme), qui comptent respectivement  85 salariés et 132 employés.

Cette décision a été prise en réaction contre l’effondrement mondial des cours du sucre, après la fin en 2017 des quotas instaurés dans l’Union européenne. Le groupe allemand pointe aussi du doigt la surproduction du sucre en France., un problème que la reprise des sites ne résoudra pas. Selon lui, la France produit en moyenne deux fois plus de sucre qu’elle n’en consomme.

Südzucker n’a pas tenu parole

Cette annonce du groupe allemand ne plaît pas du tout à la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) qui envisage, si besoin se faisait sentir, d’enjamber Südzucker pour négocier directement une reprise des sites avec les actionnaires du groupe. Elle a déclaré qu’elle « ne laisserait Südzucker imposer des fermetures iniques et sauvages ».

La CBG révèle qu’elle avait monté un projet de reprise des deux sites via une coopérative détenue par des planteurs et que « Le groupe allemand s’était engagé à étudier scrupuleusement l’offre de reprise des planteurs français pour les usines de Cagny et Eppeville et de revenir vers la CGB sous trois semaines à réception de la dite offre ».

Et contre toute attente, Südzucker décide de façon unilatérale de l’arrêt de la production sans même avoir étudié l’offre de la CBG. Ce qui est inacceptable pour les planteurs de betterave.

 

Commerce : L’OCDE plus pessimiste que le FMI sur le commerce mondial et la croissance

Graphic de croissance

 

Dans ses perspectives économiques mondiales publiées ce mardi, l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) se montre plus pessimiste que le Fonds Monétaire International (FMI). Elle table en effet sur une croissance économique mondiale de 3,2% et une croissance des échanges de 2,1% dans le monde cette année.

Les perspectives générales

A cause de la persistance des tensions commerciales entre la Chine et les Etats Unis, l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) table sur une croissance économique mondiale de l’ordre de 3,2% dans le monde cette année, soit 0,1 point de moins que dans ses précédentes prévisions (début mars). C’est aussi le rythme le plus faible depuis la période fin 2015-début 2016. Dans le même temps l’OCDE anticipe sur une croissance de 3,4% en 2020.

En ce qui concerne les échanges commerciaux, l’OCDE prédit une croissance de 2,1% cette année, soit le plus faible niveau depuis la crise et près de moitié moins qu’en 2018 (+3,9%). Pour 2020, elle mise sur une remontée à +3,1%.

Ces chiffres sont plus pessimistes que ceux du FMI sur la même période. Les économistes du FMI ont en effet privilégié une croissance économique mondiale de 3,3% de croissance en 2019 puis 3,6% en 2020 et une progression des échanges commerciaux de 3,4% cette année puis de 3,9% l’an prochain.

Les prévisions pour les deux premières économies du monde

Toujours selon l’OCDE, l’économie américaine connaîtra une croissance de 2,8% cette année, soit 0,1 point de moins qu’en 2018 (2,9%) et 0,2 point de plus que dans ses précédentes prévisions. Cette santé relative de l’économie américaine se poursuivra, bon an mal an, en 2020 grâce aux baisses massives d’impôt de l’administration Trump. Mais si les Etats Unis n’y prennent garde, les tensions commerciales avec la Chine risquent de plomber la croissance à long terme, prévient l’OCDE.

La même observation est faite à l’endroit du rival chinois. Les tensions commerciales entre Pékin et Washington ne devraient également pas changer les perspectives de croissance pour 2019 (+6,2%) comme 2020 (+6,0%) grâce à un plan de relance.

Sur la durée, l’OCDE estime que la guerre commerciale entamée l’an passé entre la Chine et les Etats Unis leur coûtera déjà 0,2 à 0,3 point de croissance chacun en moyenne d’ici 2021-2022, dans le meilleur des cas.

La croissance des quatre grandes économies d’Europe

Pour la zone euro, l’organisation du commerce est un peu moins pessimiste avec des perspectives de croissance à 1,2% cette année puis 1,4% l’an prochain, malgré les difficultés de l’Allemagne. La première économie d’Europe devrait se contenter de 0,7% de croissance en 2019. Quant à l’Italie, elle enregistrera une croissance nulle et la France confirmera à 1,3% cette année comme en 2020. Enfin, la croissance économique du Royaume Uni a été relevée à 0,4 point pour 2019 et 0,1 point pour 2020, à respectivement 1,2% et 1,0%, si bien sûr le Brexit se fait sans accrocs.

 

Agro : Mondelez veut se fournir à 100% en cacao responsable d’ici à 2025, via Cocoa Life

Côte d'Or l'un des chocolats du groupe Mondelez

 

Mondelez, le propriétaire des fameuses marques de biscuits au chocolat Oreo, Milka, Catbury et Côte d’or veut se fournir entièrement en cacao responsable d’ici à 2025. Actuellement à 43%, il ambitionne de passer à 100%, en renforçant son programme Cocoa Life, lancé en 2012.

Mondelez passe à la vitesse supérieure

Bientôt, les consommateurs pourraient déguster de délicieux chocolats Oreo, Milka, Catbury et Côte d’or au cacao responsable. C’est l’ambition de leur propriétaire Mondelez qui table sur le renforcement de son programme Cocoa Life, lancée en 2012. Financé à hauteur de 400 millions de dollars, ce projet vise à garantir le développement durable tout au long de la chaîne d’approvisionnement, en formant notamment les agriculteurs aux bonnes pratiques, en les aidant à collecter des fonds auprès des gouvernements locaux pour leurs communautés ou en distribuant des arbres d’ombrage. « Nous continuerons d’inclure systématiquement le coaching Bonnes pratiques environnementales et de promouvoir les modèles de paiement pour services environnementaux qui incitent les agriculteurs et les communautés à restaurer la forêt », a fait savoir le groupe.

Une cartographie des exploitations pour prévenir contre la déforestation

Pour appuyer cette initiative eco-responsable, le groupe américain Mondelez International veut également déployer des satellites de surveillance des exploitations afin de s’assurer que les agriculteurs partenaires ne participent pas à la déforestation.

Plus de 142.000 aujourd’hui (répartis dans 1400 communautés), ces exploitants agricoles se trouvent principalement au Ghana, en Côte d’Ivoire et en Indonésie, les plus grands producteurs de la fève de cacao dans le monde. Pour mieux maitriser la production locale, Mondelez a ainsi cartographié 63% des fermes Cacoa Life, situées dans ces pays.

« Des marques internationales rejoindront Milka, Côte d’Or et Cadbury Dairy Milk»

Pour aller plus loin dans son engagement, Mondelez envisage, d’ici 2025, de produire des chocolats 100% issus de sources durables via Cocoa Life. « Cela signifie que des marques internationales comme Toblerone et des produits locaux tels que Lacta rejoindront Milka, Côte d’Or et Cadbury Dairy Milk pour faire partie de notre portefeuille de chocolat issu de sources durables », a déclaré Dirk Van de Put, président et chef de la direction de Mondelez International. Selon lui, « C’est une étape importante pour [le] programme Cocoa Life », puisque cette initiative « permettra à un plus grand nombre de consommateurs du monde entier d’avoir la certitude que les marques de chocolat qu’elles aiment sont fabriquées de la bonne façon », ajoute Dirk Van de Put.

Transport urbain : RATP et Airbus signent un partenariat pour construire des navettes autonomes

Un passager dans un hélicoptère

 

La RATP et Airbus veulent transporter les Parisiens dans des navettes autonomes, d’ici à cinq ans. C’est dans le cadre de ce projet qu’un partenariat a été signé, ce mercredi 15 mai, par Catherine Guillouard, Présidente-directrice générale du groupe RATP et Guillaume Faury, PDG d’Airbus.

«Les vols autonomes ne font plus partie de la science-fiction »

Dans cinq ans les Parisiens pourraient voir voler au-dessus de leurs têtes des navettes autonomes et même les emprunter pour se déplacer, s’ils n’ont pas une peur bleue de ce type d’engin. Ce moyen de transport pourrait être déployé d’ici à 2025. C’est en tout cas ce que prévoient la RATP et Airbus qui ont signé ce mercredi un partenariat visant à étudier la faisabilité de services de mobilité aérienne urbaine en Île-de France. Selon Guillaume Faury, PDG d’Airbus, «Les vols autonomes ne font plus partie de la science-fiction » pour ceux qui croient encore qu’on leur raconte des choses à dormir debout. « Aujourd’hui, nous disposons des briques techniques, mais il faut les harmoniser afin de les intégrer dans la vie quotidienne des usagers sans remettre en cause note priorité, la sécurité.», a expliqué le président exécutif du constructeur aéronautique européen, lors du sommet Tech For Good.

Des courses en navettes de 1 à 2 euros au kilomètre

En matière de véhicules volants autonomes, Airbus a déjà une certaine expérience. En effet, le groupe a déjà mis au point des prototypes de taxi volant électrique à décollage et atterrissage vertical. Les phases de tests continuent, avant une probable commercialisation d’ici à 2020.

Avec la RATP, il s’agira de mettre en place un service de transport commun accessible au grand public avec des navettes qui s’intègrent parfaitement dans le paysage urbain. Elles comprendront de quatre à six places pour un coût de 1 à 2 euros au kilomètre.

Pour Catherine Guillouard, PDG de la RATP, il est primordial que son groupe développe « de nouvelles mobilités et de nouveaux services en faveur de la ville intelligente de demain».

Proposer aux voyageurs, le meilleur des deux

Le partenariat entre la RATP et Airbus s’inscrit dans le cadre du projet MaaS (Mobility as a service), qui permettra d’offrir à la clientèle des services de transport bénéficiant de l’expertise des deux groupes en matière de mobilité durable et partagée.

Air France-KLM : Un plan de départs volontaires concernant 465 postes présenté ce lundi

Un Airbus A380 d'Air France

 

Ce lundi 13 mai, la compagnie Air France-KLM a présenté un plan de départs volontaires concernant jusqu’à 465 postes sur son réseau domestique. La direction précise qu’il n’y aura aucun départ contraint et que toute action fera l’objet d’une consultation.

« Il n’y aura aucun départ contraint »

La compagnie aérienne Air France a présenté ce lundi un plan de départs volontaires allant jusqu’à 465 postes sur son réseau domestique et affectant son personnel au sol. « Les représentants du personnel ont été informés d’un projet de plan de départs volontaires pouvant concerner jusqu’à 465 postes sur le réseau domestique qui serait mis en œuvre sur plus d’une année. Il fera prochainement l’objet d’une consultation. Il n’y aura aucun départ contraint », a indiqué la direction d’Air France-KLM dans un communiqué diffusé en parallèle du comité social et économique central (CSEC, ex-comité central d’entreprise) qui se tient au siège de la compagnie, à Trembley-en-France.

Des mesures d’accomâgnement prévues

La compagnie dit avoir identifié un « sureffectif » dans plusieurs services, dont celui de l’activité sol du court courrier, où elle envisage de réduire de 15% en sièges kilomètres offerts (SKO) d’ici à la fin 2021. Aussi, note-t-elle, la concurence accrue des TGV et le développement rapide des compagnies low cost.

Elle rassure que ce plan de départs volontaires sera renforcé par « des mesures d’accompagnement individualisées pour les salariés concernés, qui seront détaillées et négociées lors de la consultation avec les partenaires sociaux ».

En 2018 Air France-KLM a enregistré une perte de 189 millions d’euros sur son activité domestique. Son déficit cumulé lui s’est élevé à 717 millions d’euros depuis 2013. « L’exercice (2018) a été marqué par une importante hausse des capacités pendant une période creuse conduisant à une pression sur la recette unitaire » a d’ailleurs rappelé Benjamin Smith, DG de la compagnie aérienne française depuis août 2018.

Air France recrute 

En parallèle, Air France avait récemment annoncé d’importants recrutements dans de nombreux métiers à forte croissance de l’entreprise sur l’année 2019. Plus de 1.000 contrats à durée indéterminée (CDI) seraient prévus par la direction.« De nombreux talents vont nous rejoindre en 2019, pilotes, hôtesses et stewards, mécaniciens ou ingénieurs, pour accompagner la croissance d’Air France, mais nous avons aussi la responsabilité de garantir l’équilibre de nos activités dans certains secteurs pour en assurer la pérennité », a confié Anne Rigail, Directrice Générale d’Air France.

L’évolution titre ce lundi 

Ce lundi, à 13h30 environ, le titre Air France-KLM perdait 3,7% à 8,7 euros, pénalisé par Bernstein qui a abaissé sa recommandation sur le titre de « performance de marché » à « sous-performance ».

 

Bourse : Wall Street sans tendance à la veille des négociations commerciales entre les Etats Unis et la Chine

Vue du siège de Wall Street à New York

 

Descendu dans le rouge mardi, Wall Street a progressivement viré au vert ce mercredi, après un tweet encourageant de Donald Trump. A midi, la bourse New Yorkaise était sans tendance avec une belle envolée de Dow Jones (+0,27 %) et une perte massive pour Lyft (-2,91%).

Donald Trump redonne de l’espoir aux investisseurs

Globalement dans le rouge à l’ouverture ce matin, le Dow Jones a regagné de la vigueur et a presque atteint un niveau d’équilibre, à 25.956,4 points, après un tweet optimiste de Donald Trump sur les négociations commerciales de jeudi et vendredi. Le président américain a réagi ce matin sur Twitter à l’arrivée à Washington du vice-premier chinois pour un nouveau « round » de pourparlers commerciaux en affirmant que « La Chine vient juste de nous informer qu’il (le vice-Premier ministre Liu He) venait désormais aux Etats-Unis pour nouer un accord ».

Dimanche dernier, Donald Trump avait haussé le ton en menaçant la Chine d’augmenter, dès ce vendredi, les droits de douane sur toute une série de produits importés, si ce pays continuait de renier ses engagements.

Les différentes tendances de Wall Street à midi

Le tweet de Donald Trump a redonné de l’espoir aux investisseurs de la bourse de New York. C’est ainsi qu’à midi, le S&P 500 gagnait 6 points (+0,23%), à 2 882 points ; le Dow Jones grimpait de 69 points (+0,27%), à 26 034 points ; et le Nasdaq progressait de 12 points (+ 0,14%) à 7 975 points.

Côté valeurs, le titre de l’éditeur de jeux vidéo Electronic Arts gagnait 6,9% après avoir fait mieux que prévu sur le trimestre écoulé. En revanche, la société de mise en relation entre chauffeurs et particuliers Lyft cédait 2,91%, même si le service de déplacement a dépassé les attentes de Wall Street au premier trimestre.

Le géant du négoce des céréales et matières premières agricoles Bunge montait de 5,06%, malgré un chiffre d’affaires en recul et une vaste restructuration au niveau de la direction.

Le spécialiste des rencontres en ligne Match Group bondissait de 7,40% après des résultats trimestriels dopés par le nombre croissant d’utilisateur de son application Tinder.

Le spécialiste de produits cosmétiques Coty perdait 2,90%, moins que prévu.

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à 10 ans est passé en dessous de 2,45% en début de séance.

Enfin sur le marché pétrolier, les cours du brut ont pris +0,6% à 61,8 dollars, confirmant un mouvement général d’aversion pour le risque comme sur le marché obligataire.

Etats Unis : Vice Media a levé 250 millions de dollars de dette auprès d’un groupe d’investisseurs

Logo Vice Media

 

Vice Media a levé 250 millions de dollars (223 millions d’euros) de dette auprès d’un consortium emmené par 23 Capital et incluant le milliardaire américain George Soros, a annoncé le Wall Street Journal. Cette opération est destinée à financer le plan de redressement du groupe, en difficulté depuis l’an dernier.

Selon une information du Wall Street Journal, Vice Media a levé 250 millions de dollars (223 millions d’euros) de dette auprès d’un groupe d’investisseurs emmené par 23 Capital, une société de financement opérant dans les secteurs du sport, de la musique et du divertissement, avec la participation de Soros Fund Management, de Fortress Investment Group et de Monroe Capital.

« Grâce à cet investissement en capital, les plans de croissance de Vice peuvent être accélérés »

Une source citée par le WSJ souligne que les investisseurs ont ainsi marqué leur confiance dans la nouvelle stratégie décidée par la directrice générale Nancy Dubuc, aux commandes depuis environ un an. « Grâce à cet investissement en capital, les plans de croissance de Vice peuvent être accélérés, ce qui nous permet de mettre en œuvre la vision stratégique de notre nouveau leadership pour la société », a déclaré Vice Media dans un communiqué.

Depuis plusieurs mois, le groupe de médias basé à Brooklyn cherchait à lever de l’argent face à la stagnation de sa croissance qui a contraint la société à réduire ses effectifs de 15% (250 postes supprimés). Dans le même temps, la valeur de Vice Media a chuté, poussant Disney a déprécié de 157 millions de dollars sa participation dans Vice Equity l’année dernière. Vice avait précédemment collecté environ 1,4 milliard de dollars auprès de bailleurs, dont TPG Capital, qui a investi 450 millions de dollars dans l’entreprise au cours de l’été 2017.

 

Nancy Dubuc fait le ménage au sein du groupe

Nommée à la tête de Vice Media il y a un an, Nancy Dubuc s’est fixée pour objectif de réaliser une rentabilité au cours du prochain exercice. Pour se faire, elle a restructuré la société autour de cinq secteurs d’activité que sont le numérique, les informations, la production cinématographique et télévisuelle, la chaîne câblée et une agence de publicité interne.

Cette restructuration des activités a également nécessité la suppression de multiples canaux Web pour les regrouper en un seul site.

 

IA : Des applications pour aider au quotidien les aveugles et malvoyants

Un couple d'aveugles dans une rue sombre

 

Grâce à l’intelligence artificielle (IA), plusieurs applications d’aide aux aveugles et malvoyants ont vu le jour ces deux dernières années. Certaines d’entre elles ont d’ailleurs été récompensées par la Ministre de la santé Agnès Buzyn, il y a deux semaines. Voyons les qualités de quelques-unes, répertoriées par 20minutes.

Quelques applications pratiques

Aujourd’hui, de nombreuses applications sur smartphones rendent la vie plus facile aux personnes en situation d’handicap, dont les aveugles et les malvoyants. Elles sont capables de remplacer les chiens pour aveugles ou des cannes connectées en permettant aux non-voyants et malvoyants de se diriger, de faire leurs courses, de travailler ou de lire seuls. Relevons les start-ups suivantes : connecthings qui donne les horaires de bus et les alertes de service en temps réel ; Talkback qui indique les services et onglets du smartphone ; Blind SMS Reader qui transforme les textos en braille et Big Launcher qui remplace l’écran d’accueil standard par une interface plus lisible. Cette interface est constituée de grandes icônes colorées et de larges textes.

Deux applications révolutionnaires développées par Microsoft

Les grosses entreprises de la tech, pionnières de l’intelligence artificielle (IA), essaient également de participer à cette révolution sociale. Il s’agit notamment de Microsoft qui développe en ce moment, sur iPhone, une application baptisée Seeing AI. Cet outil gratuit est capable de décrire l’environnement tout autour. Il a été imaginé par une personne non voyante pour simplifier le quotidien de ceux qui vivent le même handicap que lui.

Seeing Ai, peut donner l’identité d’une personne qui se trouve en face du non voyant, grâce à des photos enregistrées et à la reconnaissance faciale. Il peut également lire un texte à haute voix, ou indiquer la valeur d’un billet de banque en le scannant. En outre Seeing Ai renseigne sur un produit après avoir scanné le code-barres. Enfin, il aide le non voyant ou le malvoyant à différencier deux boîtes de conserve similaires, un service fort pratique pour savoir ce qu’on mange.

Microsoft a aussi développé soundscape, une application permettant aux déficients visuels de se déplacer sans soutien, grâce au son en 3D. Cette application situe le non voyant dans l’espace et lui dit par exemple si un restaurant se trouve à sa droite ou à sa gauche ou si un obstacle se dresse sur son chemin, etc.

 

Montpellier : Pizza Cosy ouvre une enseigne en offrant des pizzas gratuites

La Caponata, nouvelle pizza de Pizza Cosy

 

Le vendredi 26 avril, l’entreprise Pizza Cosy a ouvert une nouvelle enseigne dans le quartier Port-Marianne, à Montpellier (Hérault), en offrant des pizzas gratuites aux clients. Outre la promotion de la nouvelle pizzeria, cette initiative visait aussi à récolter des fonds pour une association humanitaire de la ville héraultaise.

Les pizzerias Pizza Cosy s’étendent en ouvrant une nouvelle enseigne dans le quartier Port-Marianne à Montpellier (Hérault). L’inauguration de cette pizzeria a eu lieu le vendredi dernier. A cette occasion, Pizza Cosy a offert des pizzas gratuites aux clients venus massivement assistés à la cérémonie.

Pizza à volonté pour tout le monde

La gratuité, ça fait toujours chaud au cœur, surtout quand il s’agit d’un produit qu’on affecte, comme une pizza. Justement, le vendredi 26 avril, une importante file d’attente s’était formée devant la nouvelle pizzeria de la société Pizza Cosy, installée dans quartier Port-Marianne à Montpellier (Hérault), pour profiter de pizzas gratuites. Il s’agissait plus précisément de la pizza Pelardon, offerte à l’heure du dîner. Au moins une bonne centaine de personnes avait fait la queue à cette occasion. Après tout, ça valait le coup !

Pizza Cosy et la qualité

Pizza Cosy fait valoir un service sur mesure avec une pâte de qualité. Celle-ci serait fabriquée en pizzeria à partir de farine de blé également de haute qualité, de son propre levain, d’huile d’olive vierge extra, de sel marin et d’eau. Ensuite, un processus de fermentation longue des pâtons permettrait de proposer des pizzas savoureuses et très digestes. Pizza Cosy indique que cette recette exclusive a été élaborée avec son formateur, double champion du monde de pizza. Donc forcément les clients ont dû avoir l’eau à la bouche ce vendredi et surtout trépigner d’impatience.

Pour chaque pizza emportée un euro versé à une association

Les pizzas étaient certes gratuites, mais elles appelaient à la générosité des clients. En effet, la nouvelle pizzeria a réalisé une quête en faveur d’une œuvre de charité. Pour chaque pizza emportée, le restaurant s’était engagé à verser un euro à l’association humanitaire de Montpellier, qui vient en aide aux personnes en situation de grande précarité, en organisant des distributions de repas et de boissons chaudes.

A la fin de la soirée, la pizzeria a offert en tout 1.136 pizzas. Ce qui a permis à l’association de récolter autant d’euros pour financer ses activités caritatives.

 

Etats Unis : Donald Trump demandera au Sénat de ne pas ratifier le Traité sur le commerce des armes (TCA)

Donald Trump, lors d'un discours devant le Congrès en février 2018

 

Le président américain Donald Trump a annoncé ce vendredi qu’il demandera au Sénat de ne pas ratifier le Traité sur le commerce des armes (TCA) signé par son prédécesseur Barack Obama, en 2013. « Nous reprenons notre signature » a-t-il déclaré.

Donald Trump fait plaisir au NRA

Fidèle à sa ligne de remise en cause des décisions contraires à l’idéologie de la branche conservatrice des républicains, Donald Trump a annoncé ce vendredi qu’il demandera au Sénat de ne pas ratifier le Traité sur le commerce des armes (TCA), signé en 2013 par son prédécesseur démocrate Barack Obama. Il a fait part de ce vœu lors d’une rencontre de la National Rifle Association, un lobby américain des armes. Voulant certainement plaire à ces nostalgiques du Far West, Donald Trump a lancé : « J’annonce officiellement aujourd’hui que les États-Unis vont revenir sur leur signature de ce traité mal orienté ». Et d’ajouter : « Nous reprenons notre signature», sous les applaudissements chaleureux des membres de la National Rifle Association (NRA). Cette association a toujours été contre le Traité sur le commerce des armes (TCA), estimant qu’il est de nature à entraver la liberté de se procurer des armes.

Le Traité sur le commerce des armes (TCA) n’a toujours pas été ratifié par le Congrès américain, sans doute mis sous pression par les puissants lobbies d’armes américains.

Que prévoit le TCA ?

Le Traité sur le commerce des armes classiques (TCA) a été adopté par les Nations unies en avril 2013, et est entré en vigueur 18 mois plus tard, le 24 décembre 2014. Il contient un certain nombre de règles qui visent notamment à mettre fin à la circulation des armes à feu à destination des pays qui violeraient les droits de l’homme à travers un génocide, des crimes contre l’humanité, ou d’autres atteintes graves à la dignité humaine.

La Chine et la Russie refusent de signer le TCA

Sur les 10 principaux exportateurs d’armes au monde, cinq font partie des 87 États qui ont ratifié le TCA parmi les 130 signataires. Il s’agit de l’Allemagne, de l’Espagne, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni. Les États-Unis, de loin le premier producteur et exportateur d’armes au monde, n’ont pas officiellement rejoint ce club puisqu’ils n’ont toujours pas ratifié le traité. Quant à la Chine et la Russie, autres grands producteurs d’armes, elles refusent tout simplement d’intégrer le TCA.

 

1 2 3 4