Ikea devient parisien

La très célèbre marque suédoise Ikea deviendra parisienne à partir de 2019. Même si l’enseigne est présente extra-muros, elle n’est pas présente dans la capitale. Afin de continuer à s’imposer devant ses concurrents, Ikea s’implante au coeur de Paris. 

Forte de sa notoriété, la marque suédoise Ikea n’est pas en reste face à ses concurrents. En effet, différents magasins d’aménagements se disputent la place de leader. Malgré tous les efforts fournis par ses pairs, Ikea reste très largement en tête.

Pour 2017, Ikea a annoncé un chiffre d’affaires en hausse de 2,4% pour la France, à 2,69 milliards d’euros. Ses ventes en ligne ayant progressé de 13,6%, l’enseigne expérimente des points de retrait, des casiers en magasins, et la livraison le dimanche, afin de toucher plus de clients.

Afin d’assoir sa suprématie, l’enseigne s’offre un magasin sur trois étages, sur boulevard de la Madeleine, situé dans le huitième arrondissement de Paris. Ce nouvel espace, qui implique un investissement de près de 6 millions d’euros, verra le jour d’ici à l’été 2019.

Depuis son implantation en région parisienne, l’enseigne se heurte aux difficultés des citadins pour se rendre dans les magasins. Afin d’y remédier, le groupe Ikea souhaite, avec  ce nouvel emplacement, « faciliter l’accès à son offre aux citadins ».

Selon Walter Kadnar, PDG d’Ikea France, ce nouveau format permettra de « répondre aux habitudes et aux attentes des Parisien, et de mettre en avant, par exemple, des solutions adaptées aux petits espaces ».

Au-delà de cet aspect de localisation, ce nouveau magasin d’Ikea sera un ovni parmi ceux déjà en place. En effet, le groupe a affirmé qu’il sera différent de ce qui est proposé habituellement, avec une nouvelle manière de présenter son offre grâce au développement de services et du digital.

 

 

Le cœur d’acier des Etats-Unis

Le 8 mars dernier, le controversé président des Etats-Unis Donald Trump, a confirmé sa volonté de mettre en place des droits à l’importation sur l’acier, à hauteur de 25%, et sur l’aluminium, à hauteur de 10%. 

Cette mesure, effective dès le 23 mars prochain, concernera tous les pays exportateurs, avec une exception pour le Canada et le Mexique, qui “pour le moment”, ne sont pas concernés.

Une annonce qui sème une nouvelle fois la discorde entre les Etats-Unis et le reste du monde. Par exemple la commissaire au commerce, Cécilia Malström, a déclaré que “l’Union Européenne devrait être exemptée” de ces taxes douanières, déjà existantes sur certains de ces produits.

En France, c’est Bruno Lemaire, ministre de l’économie et des finances, qui s’est exprimé sur Twitter suite à l’annonce du département du commerce américain:

“Une guerre commerciale ne fera que des perdants. Avec nos partenaires européens, nous allons évaluer les conséquences sur nos industries et les réponses à apporter.”

Le Japon a également dénoncé cette décision, par la voix du ministre des affaires Taro Kano, qui a déclaré :

Nous prendrons les mesures appropriées après avoir étudié avec attention les conséquences sur l’économie japonaise (…) La mesure pourrait avoir un impact grave sur les relations économiques entre les Etats-Unis et le Japon, qui sont alliés, et également sur l’économie mondiale.

Le ministre chinois des affaires étrangères s’est également exprimé, sans surprise, en allant dans le même sens : “Dans notre époque mondialisée, ceux qui recourent à la guerre commerciale choisissent le mauvais remède. Ils ne feront que pénaliser les autres, tout en se pénalisant eux-mêmes.”

Bien que l’entrée en vigueur de cette décision ait été annoncée pour le 23 mars prochain, le président Donald Trump a, en réalité, jusqu’au 11 et 20 avril pour maintenir ou non son choix d’imposer ces taxes.

 

 

 

 

 

 

 

Airbus sauvé par Emirates

Emirates va acheter 36 Airbus A380 au géant français de l’aéronautique. Une bouffée d’air fraîche, pour un groupe pris à la gorge.

Alors que les finances d’Airbus sont au plus mal depuis quelques années, le constructeur d’avion français risquait gros en négociant ces contrats avec la compagnie aérienne du Golfe.

En effet, sans une commande très importante, le groupe allait devoir renoncer à son principal programme et vraisemblablement sombrer peu à peu.

Il n’en sera rien, puisque la vente a bien été finalisée et que Emirates a commandé ces 36 A380, pour un montant total de 16 milliards d’euros.

Une somme faramineuse, qui va permettre au groupe de Blagnac de pérenniser son dernier programme phare d’investissement R&D.

Avec cette nouvelle commande, la compagnie des émirats se place définitivement comme le meilleur client d’Airbus. En comptabilisant cette nouvelle commande, cela fera 178 appareils en tout achetés à Airbus par Emirates.

Selon les porte-paroles de la compagnie, qui ont annoncé cette information sur le compte Twitter d’Emirates, cette transaction “souligne notre confiance dans le programme A380“.

 

Croissance : la Banque de France optimiste

La Banque de France a fait part de ses estimations optimistes concernant l’évolution de la croissance française, pour le deuxième trimestre 2017.

L’élection du nouveau président de la république française, Emmanuel Macron, a-t-elle déjà un effet positif sur le dynamisme de notre économie ? C’est la question que l’on peut se poser en découvrant une nouvelle accélération de la croissance française au deuxième trimestre 2017.

En effet, lundi 12 juin 2017, la Banque de France a communiqué ses nouvelles estimations pour la croissance française au deuxième trimestre 2017 : elle prévoit une hausse de 0,5% du PIB.

Il s’agit d’une seconde bonne nouvelle après la croissance de 0,3% du PIB au premier trimestre.

L’organisme a expliqué que la croissance avait été particulièrement forte en avril et mai, mais qu’elle devrait ralentir un peu en juin.

« Le travail temporaire repart, tandis que les activités informatiques marquent une pause », selon le communiqué publié par l’organisme financier.

 

 

Black Friday : record pour Amazon

Le géant américain de la vente en ligne, Amazon, a enregistré des chiffres de ventes record, à l’occasion du Black Friday de cette année, qui avait lieu vendredi dernier (25 novembre).

Le Black Friday est devenue une tradition incontournable de la culture américaine. Chaque année, le lendemain du jeudi de Thanksgiving, journée de fête nationale qui célèbre l’accueille des colons par les amérindiens, se tient le Black Friday.

Le concept est simple : les magasins font ce jour là d’importantes ristournes et soldes, qui permettent aux américains de préparer leurs achats de Noël à moindre frais.

Ces journées sont connues pour être celles où les américains achètent le plus. Cette année, c’est en ligne qu’a eu lieu la révolution, avec les chiffres stratosphériques des ventes d’Amazon.

En effet, le site de vente en ligne a écoulé 1,4 millions de produits sur la seule journée du vendredi, ce qui représente 970 commandes à la minutes. Ces chiffres indiquent une progression de 40% par rapport à l’année dernière.

De quoi ravir les équipes d’Amazon, à l’image de Frédéric Duval, Country Manager chez Amazon.fr, qui a expliqué, sourire au lèvres, que «les clients nous ont montré une fois encore combien ils apprécient le Black Friday et l’opportunité qui leur est offerte de réaliser des économies substantielles pour leurs achats de Noël».

La France abandonne le Tafta

La France a officiellement annoncé qu’elle comptait arrêter les négociations sur le traité de libre-échange transatlantique (Tafta ou TTIP). 

C’est le secrétaire d’État au Commerce extérieur en personne, Matthias Fekl, qui a annoncé cette décision aux micros de RMC, mardi 30 aout.

«La France considère que nous sommes à un moment de vérité et de décision. À la fin du mois de septembre, je demanderai au nom de la France l’arrêt des négociations sur le Tafta», a-t-il déclaré

De son côté, l’Union européenne souhaite encore croire à la signature de ce traité.

 

 

Pas de croissance au deuxième trimestre

La France n’aura pas connu la croissance tant attendue au deuxième trimestre 2016…

L’Insee a publié ses derniers chiffres sur la croissance française, qui ne sont pas positifs, puisque le PIB s’est stabilisé et n’a pas connu de nouvelle progression tant attendue.

En effet, le gouvernement tablait sur une hausse de la croissance française de 0,3% sur cette période.

La croissance de la France n’a donc pas bougé au deuxième trimestre, quand celles de l’Allemagne et de l’Angleterre progressaient respectivement de 0,4% et de 0,6%.

 

 

Vers un accord économique entre l’UE et l’Indonésie

L’Union Européenne et l’Indonésie pourraient signer prochainement des accords de libre échange.

Lundi 18 juillet, les états membres de L’UE ont décidé de lancer des négociations en vue d’un accord de libre échange entre l’Europe et l’Indonésie.

Cecilia Malmstroem, commissaire européenne au Commerce, ainsi que le ministre indonésien du Commerce, Tom Lembong, ont publié un communiqué commun pour expliquer cette volonté de collaboration.

L’Union européenne et l’Indonésie représentent un gigantesque marché de 750 millions de consommateurs. Ces négociations sont cruciales pour développer les synergies entre nos économies“, expliquent-ils.

 

Farnborough : 125 milliards de dollars de contrats

Selon ses organisateurs, le salon aéronautique de Farnborough a permis la signature de contrats à hauteur de 125 milliards de dollars.

Les organisateurs de l’édition 2016 du salon aéronautique de Farnborough ont annoncé que l’événement a généré pour 123,9 milliards de dollars (ou 112,3 milliards d’euros) de commandes et d’engagements d’achats.

Ces résultats sont tombés à l’issue des journées professionnelles, qui se tenaient vendredi 15 juillet.

Plus précisément, ces chiffres concerne des accords pour l’achat de 56 appareils (pour 93,98 milliards de dollars), de 1.407 moteurs (pour 22,7 milliards de dollars) et d’autres contrats (pour 7,2 milliards de dollars).

 

 

 

Les ventes de voitures d’occasion irrégulières

Près de la moitié des ventes de véhicules d’occasion seraient effectuées dans des conditions irrégulières, selon la répression des fraudes.

France Info a dévoilé le 9 mai les résultats d’une enquête menée par la répression des fraudes (DGCCRF) sur les ventes d’automobiles d’occasion.

Sur plus de 1400 vendeurs contrôlés, près de 50% étaient en infraction, et ce, toujours en défaveur de l’acheteur.

Les arnaques révélées sont bien connues : kilométrage trafiqué, manque de contrôle technique, fausses premières mains…

On ne vous dira jamais assez de vous méfier.

1 2 3