Médias : Free refuse de payer pour les chaînes gratuites d’Altice

Logo de Free

A partir du 20 mars 2019, Free pourrait être interdit de diffuser BFM TV, RMC Découverte, RMC Story et BFM Business. La raison est que le fournisseur d’accès internet (FAI) refuse de payer les services de ces chaînes de télévision gratuites. Celles-ci veulent voir désormais la couleur du fric que Free se fait sur leur dos, sinon elles ne permettront plus qu’il diffuse leurs contenus.

On veut nous faire payer pour un signal gratuit

Après l’accroc d’il y a un an qui avait conduit à une coupure, pendant une semaine, des chaînes comme Canal +, la Une, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI…Free engage à nouveau un bras de fer avec les groupes de médias. Le fournisseur d’accès internet ne voudrait pas payer pour la diffusion du contenu des chaines de télévision gratuites, malgré les nombreux courriers qu’on lui a adressés à cet effet, pendant plusieurs mois. Dès lors, la séparation est inévitable. C’est pourquoi Altice annonce que ses chaînes « BFM TV, RMC Découverte, RMC Story, BFM Business et leurs services associés pourraient ne plus être distribués à compter du 20 mars 2019 sur les box Free ». De son côté, Free ne comprendrait pas pourquoi l’on veut lui « faire payer un signal qui existe pour tous les Français », a déploré Maxime Lombardini, le directeur général d’Iliad, la maison mère de Free.

Free se fait de l’argent avec le contenu des chaînes gratuites

Si de l’avis du fournisseur internet il est inadmissible de payer pour un service gratuit, pour les chaînes de télévision il est très choquant de ne pas mettre la main à la poche quand on s’enrichit sur le dos des autres. « De plus en plus de Français dépensent entre 30 et 40 euros d’abonnement par mois pour une offre triple play incluant l’accès au téléphone, à Internet et à la télévision, et payent donc pour recevoir notre contenu. Mais jusqu’à présent, les opérateurs ne reversent rien aux chaînes alors que nous apportons un service qui mérite rémunération » s’était indigné Gilles Pélisson, le PDG de TF1.

Les deux parties en sortiraient perdants

Désormais les deux parties veulent mettre un terme à leur contrat puisque l’un d’entre eux, en l’occurrence Free, refuse de le reconduire avec de nouveaux termes. Pour Nicolas Doze, chroniqueur à BFM TV, si les chaînes gratuites ne devraient plus être diffusées sur Free, les deux protagonistes en sortiraient perdants. En effet, Free perdrait, avec ces 4 chaînes, 7% d’audience et Altice une audience d’au moins 15 millions de téléspectateurs.

Economie française: Une croissance de 0,4% prévue ce trimestre

Selon une prévision de la Banque de France, l’économie française devrait connaitre une légère embellie au premier trimestre 2019. Une bonne nouvelle quand on sait que la croissance économique française n’a jamais dépassé la barre de 0,3% toute l’année dernière.

La Banque centrale de France et l’Insee s’accordent sur le chiffre de 0,4%

A en croire la Banque de France, la croissance économique française devrait atteindre 0,4% au premier trimestre 2019, un léger rebond de 0,1% en comparaison du dernier trimestre 2018. Cette estimation du Produit Intérieur Brut (PIB) est conforme aux prévisions de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (Insee) qui avait également tablé sur une croissance économique de l’ordre de 0,4%.

La Banque de France explique cette légère embellie du PIB par le dynamisme du secteur du bâtiment. Les BPT ont reçu des carnets de commandes « très bien garnis », note l’institution bancaire. Si les patrons des entreprises du bâtiment se frottent les mains, ce n’est pas le cas d’autres industries qui rencontrent des difficultés.

Le secteur de l’aéronautique et de la chimie par exemple ont subi une baisse des activités. Cette situation devrait prendre fin dès ce mois de février 2019, prédisent les patrons. C’est le même climat morose du côté des services, parmi lesquels la restauration et l’hébergement. Mais, comme l’aéronautique et la chimie, les activités vont connaître une accélération dès la fin de ce mois.

La tendance sera à l’épargne et non à la consommation

Cette croissance du PIB va certainement ravir l’Elysée et Matignon qui font face à la crise des Gilets Jaunes depuis plusieurs semaines. Pourtant le bout du tunnel n’est toujours pas à l’horizon. C’est un bol d’air frais dont ils profiteront au maximum car l’économie française tient bien le coup.

La croissance économique devrait surtout profiter aux ménages français dont le pouvoir d’achat pourrait attendre 440 euros par foyer en 2019, à en croire les statistiques. Mais pour la Commission européenne l’heure ne sera pas à la consommation, plutôt à l’épargne, en raison de la conjoncture.

Même si ce premier trimestre sème des graines d’optimisme dans les cœurs, le Gouvernement français reste réaliste. Pour le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, la croissance de 1,7% prévue en 2019 sera revue à la baisse puisqu’à l’échelle européenne, les perspectives économiques n’enchantent pas.

 

Le coworking explose à Paris

Le coworking à Paris 11 comme dans l’ensemble de la capitale connaît une croissance exponentielle depuis ces dernières années. Une tendance qui ne semble pas près de s’arrêter avec toujours plus de mètres carrés qui y sont consacrés. Zoom sur ce phénomène.

 

Une demande toujours plus forte

Le coworking à Paris 11 et dans toute la France répond aux demandes de digitalisation et au développement du télétravail pour imposer de nouveaux modes de travail qui séduisent de plus en plus de personnes qui souhaitent rompre avec la solitude dans le cadre de leur travail.

Il prend une place prépondérante dans la capitale où la demande placée connaît un énorme essor passant de 40 000 m² en 2016 à 90 000 m² en 2017 pour monter à 100 000 m² en cette fin d’année 2018.

Une hausse qui s’explique par le fait que le nombre de transactions a été multiplié par trois en trois ans ainsi que la taille des mouvements qui était de 1 500 m²en 2015. Il est passé à plus de 4 000 m² et peut même aller jusqu’à 10 000 m².

C’est Paris qui rassemble l’essentiel des pris à bail de travail collaboratif (71 %). Si une grande partie a été réalisée dans le quartier des affaires (39%), le coworking à Paris 11 n’est pas en reste et ne cesse de se développer également. Un succès qui s’explique par un nombre d’entreprises en hausse qui y trouvent une collaboration peu commune et la possibilité d’accroître leur réseau professionnel comme cela est expliqué sur mondandy.fr.

Les raisons de l’essor du coworking à Paris 11

Si le coworking explose dans la capitale c’est aussi parce qu’il permet de réaliser des économies par rapport à la location de bureaux traditionnels. Une étude menée par le conseil en immobilier JLL révèle que la formule revient 42 % moins chère même si le coût au mètre carré est supérieur à celui des bureaux classiques de 32 %.

C’est dans le ratio de mètres carrés que ce mode de travail tire son épingle du jeu car si vous louez un espace de coworking à Paris 11, vous aurez un poste de travail de 7 m² comme cela est expliqué sur ce site.

Un concept qui convient aux entreprises de plus en plus nombreuses à y louer des postes de travail. Celui-ci leur coûte entre 350 et 2 300 € selon l’emplacement des bureaux et les services qui y sont proposés qui peuvent concerner le stationnement, la restauration, un abonnement de téléphonie fixe, des accès à une salle de réunion, un nombre d’impressions illimités… et bien d’autres.

Une formule qui séduit de plus en plus de grandes entreprises

Si à la base le coworking à Paris 11 comme dans tout l’hexagone est d’abord utilisé par les free-lances et entrepreneurs qui travaillaient seuls ou n’avaient pas de bureau, la formule séduit dorénavant les grandes entreprises de plus de 50 salariés au point qu’elles représentent désormais 51 % des occupations de postes. La raison en est que louer des postes dans un espace de coworking est plus flexible qu’un bail de location de bureaux classiques. Et, plus que des mètres carrés, ils y trouvent des offres clés en mains avec une mutualisation des espaces support, des animations et des évènements qui y sont organisés.

Des données que les gestionnaires du coworking à Paris 11 et ailleurs doit prendre en compte pour faire des propositions adaptées qui vont continuer à séduire et conquérir de nouveaux secteurs. Tout laisse ainsi à penser que le crowdfunding va continuer à exploser dans la capitale durant les prochaines années.j

Téléphonie mobile : une panne affecte les opérateurs

Ce lundi matin, une panne de grande ampleur a perturbé tous les opérateurs français. Le problème technique touchait aussi bien la téléphonie mobile, fixe et parfois Internet, qui continue de passer par le réseau téléphonique. 

Dès qu’il y a un problème du moindre acabit, le réseau social Twitter devient le bureau des plaintes. Ce lundi matin, cela n’a pas dérogé à la règle. Des centaines d’internautes se sont plaints auprès de leurs opérateurs respectifs car ils étaient dans l’impossibilité de joindre leurs interlocuteurs, d’envoyer des SMS et d’accéder à Internet.

Downdetector, qui scrute en temps réel le moindre problème sur les différents réseaux, a enregistré un pic d’incidents chez les clients Orange. Centralisée initialement chez Orange, la panne s’est vite répandue à tous les autres opérateurs français par “ricochets”.

Un incident majeur identifié chez Orange au niveau national impacte en ce moment tous les opérateurs. Les équipes d’AERA Télécom sont sur le pont et en alerte pour réduire l’impact de cette panne nationale Orange”, a expliqué AÉRA Télécom, Opérateur Télécom des Entreprises en France.

Pour l’heure, le leader de la téléphonie mobile ne s’est toujours pas exprimé sur cette panne de grande ampleur. Concours de circonstances, Orange a lancé, le matin même, le hasthag #SansMonTelephone.

Les clients n’ont que moyennement ri, et n’ont pas hésité à utiliser ce hasthag contre Orange.

 

Paris : les transports en commun bientôt gratuits?

En début de semaine, le Conseil de Paris devait voter sur la carte Navigo gratuite pour 220 000 Parisiens âgés de plus de 65 ans. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, réfléchit à étendre cette décision à l’ensemble des Parisiens et de leurs transports en commun. 

Anne Hidalgo a placé trois adjoints de la Mairie de Paris sur “une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers”, afin de savoir si elle rendra gratuits les transports de la capitale française.

La Maire affirme que la question de la gratuité des transports est “une des clefs de la mobilité urbaine dans laquelle la place de la voiture polluante n’est plus centrale”. Pour cette étude, ses trois adjoints seront en charge d’analyser les exemples d’initiatives similaires déjà mises en place en France mais également à l’international : cela permettra d’avoir un rapport très précis sur la question.

Des villes comme Niort, Gap ou Manosque ont déjà adopté ce système. A l’international, l’Allemagne s’apprête à sauter le pas, étant donnée la forte pollution qui entoure certaines villes.

Anne Hidalgo affirme cependant qu’indépendamment de l’aspect environnemental, il faudra “en particulier évaluer s’il existe un modèle économique viable : rien ne dit aujourd’hui que cela est possible”.

Avant de faire bénéficier de la gratuité des transports à tous les Parisiens, il est d’abord question de la gratuité de la carte Navigo chez les personnes âgées. En effet, en début de semaine, le conseil de Paris a posé les conditions pour qu’une telle mesure soit applicable :

  • Les personnes qui pourront bénéficier de cette gratuité devront être âgées de 65 ans et plus.
  • Ces personnes devront toucher moins de 2200 euros par mois, soit 3400 euros par couple.
  • Les 20 000 bénéficiaires de l’allocation handicap seront également éligibles.

Pour le moment, 200 000 Parisiens pourront bénéficier de cette gratuité, s’ils répondent bien entendu aux critères mentionnés ci-dessus.

Bien que cette initiative (gratuit pour tous) soit tout à l’honneur de madame la Maire, la (lourde) question du financement reste à mesurer. Comment sera compensé le manque à gagner de la RATP ? C’est pour répondre à cette interrogation que le projet est actuellement étudié.

 

 

La SNCF doit rendre des comptes

Les dirigeants de la SNCF ont été convoqués, ce lundi 8 janvier 2018, dans la matinée, dans le bureau de la ministre des Transports, afin de rendre des comptes sur les différentes polémiques qui ont touché l’entreprise publique ces derniers mois.

L’incident sans précédent qui a touché la gare Montparnasse, au début du mois de décembre 2017 et paralysé des dizaines de milliers de voyageurs pendant des jours, aura été la grosse goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Depuis plusieurs années déjà, les usagers ont de quoi se plaindre des services de la SNCF. Parallèlement le transporteur public est de moins en moins rentable et coûte de plus en plus au contribuable.

Ainsi, en dehors des pannes et des retards réguliers, les voyageurs français se plaignent d’une trop grande opacité dans la grille tarifaire de la SNCF.

Parallèlement, le groupe est menacé par les compagnies low cost de bus et d’avions, ainsi que par l’émergence des moyens de transport via le web participatif.

Du coup, les grands patrons de la SNCF se sont fait tirer les oreilles par la ministre du gouvernement d’Edouard Philippe.

 

Vignette anti-nids-de-poule : la prochaine taxe auto ?

Un comité d’experts commissionné par le ministère des transports prône une nouvelle vignette à faire payer aux conducteurs, afin de financer l’entretien des routes.

Les associations d’automobilistes devraient encore faire parler d’elles dans les prochains mois, si le gouvernement décide d’appliquer les recommandations du comité d’experts mandatés par la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

En effet, selon les informations recueillies par les journalistes du Parisien, cette commission aurait proposé au gouvernement d’instaurer une vignette baptisée “anti-nids-de-poule”, qui permettrait de payer les frais d’entretien du réseau routier français.

Cette nouvelle taxe déguisée à de quoi faire bondir des automobilistes déjà largement mis à contribution et issus des milieux sociaux les plus modestes.

En effet, les grands centres urbains, où les habitants peuvent utiliser les transports en commun, sont vidés de leurs classes moyennes et populaires, repoussées en périphérie par la hausse de l’immobilier. Ils ont donc obligés de prendre leurs voitures.

Bref, encore un impôt sur les plus pauvres…

Elisabeth va-t-elle dépasser les bornes ?

 

Les TER redonnent envie

Longtemps boudés par les voyageurs, les trains locaux de la SNCF, les TER, connaissent une hausse de leur fréquentation depuis janvier 2017.

“Cap TER 2020”. C’est avec ce nom clinquant que les dirigeants de la SNCF ont lancé une opération de grande ampleur, visant à relever le trafic du TER, en chute libre depuis 4 ans.

En effet, après quatre années, où les voyageurs n’étaient plus au rendez-vous , la direction du groupe de transport ferroviaire a décidé de prendre les choses en main.

C’est du côté de l’expérience voyageurs qu’ils ont travaillé et qu’ils ont été récompensés, comme l’a résumé le directeur des TER, Frank Lacroix, en déclarant :

“On a travaillé sur les trains malades, ceux qui avaient régulièrement du retard. Quand c’était à cause d’un problème de matériel roulant, on l’a changé. Un problème d’horaire ? On l’a aménagé. On a mis de la rigueur dans la production : car quand un train a deux minutes de retard, il en met en retard un autre, etc.”

Avec la concurrence du covoiturage, des bus et des vols low cost, la SNCF est dans l’obligation d’optimiser la qualité de ses services pour garder sa clientèle.

Une bonne nouvelle pour tout le monde.

 

Des Chronopost livrés le dimanche

Face à la poussée de la concurrence liée à l’explosion du numérique, le groupe Chronopost a annoncé qu’il allait livrer ses paquets tous les jours de la semaine, dimanche compris.

Selon les informations des journalistes du Monde, les représentants de Chronopost pourraient bien annoncer une grande nouveauté, lors de la conférence de presse organisée à Paris le 14 septembre prochain.

En effet, la filiale de la poste pourrait annoncer qu’elle compte mettre en place des livraisons tous les jours, dont le dimanche. Une petite révolution pour cette entreprise qui s’y est toujours refusé.

Une révolution forcée d’une certaine manière, tant l’économie numérique met la pression sur ce genre de services.

Avant de lancer officiellement ce dispositif, dont les contours restent à définir, Chronopost avait effectué une série de tests, en collaboration avec Cdiscount.

La conférence de presse à laquelle les journalistes ont été conviées, porte le titre assez clair de « un dimanche à la maison by Chronopost ».

Les services de communication de Chronopost contactés par Le Monde, ont d’ailleurs confirmé le lancement de ce nouveau service, sans toutefois dévoiler aucun détail sur sa mise en place et ses tarifs.

 

Le groupage pour un déménagement 2.0

ags_groupage_demenagement

Le groupage consiste, pour les déménagements internationaux, à partager l’espace de transport, et ainsi les coûts. Cette solution notamment proposée par le leader français de la mobilité internationale, AGS Déménagements, est inspirée de l’économie participative. Elle permet de réaliser d’importantes économies sur les déménagements internationaux et ultramarins.

Les déménagements internationaux se font essentiellement par voie marine, ce qui permet de transporter des quantités plus importantes, à moindre coût et avec un impact carbone limité. Les biens transportés (cartons d’objets divers, meubles, voitures…) sont disposés dans des containers dédiés, qui sont acheminés sur les lieux de destination des déménagements.

Ces containers proposent généralement un volume de transport bien plus important que ce que les utilisateurs désirent réellement déplacer. Il en résulte bien souvent un surcoût pour les clients et un gâchis notoire, avec le transport d’espaces vides. La solution est donc de mettre en commun les biens à transporter, pour que les consommateurs partagent les containers et divisent ainsi leurs frais de déménagement.

L’utilisation du groupage, pour les déménagements à l’étranger ou à l’outremer, connait une forte croissance, qui devrait encore s’accentuer dans les prochaines années, tant ce système est en adéquation avec les valeurs du moment et les attentes des consommateurs.

La transition environnementale est désormais une priorité, comme l’illustre, par exemple, la nomination, en France, de Nicolas Hulot au poste de ministre de la transition écologique. Les  économies d’énergie, la lutte contre le gâchis, ainsi que l’optimisation des ressources naturelles et humaines, sont autant de nouvelles exigences auxquelles le groupage apporte des solutions.

Le déménagement groupé s’intègre également à la transition numérique. Il correspond aux normes actuelles d’une économie participative 2.0, où les consommateurs veulent désormais optimiser leurs dépenses, en s’appuyant sur les nouvelles technologies, à l’image du succès d’Airbnb, ou de l’essor du covoiturage. Le partage d’un service effectué, en l’occurrence par un intermédiaire, les sociétés qui offrent des offres variées de groupage de déménagement, comme AGS déménagements, est l’une de pierres angulaires de la transition numérique. A ce titre, le groupage pour les déménagements a encore de beaux jours devant lui.

1 2 3 4