Médias : Arte s’inquiète du regroupement en holding des chaines de télévision publiques

Logo d'Arte

Arte ne voit pas d’un bon œil le regroupement des chaînes de télévision publiques en holding. C’est une proposition du Ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin au président de la République et au Premier ministre. Cette réforme sera présentée en juillet prochain par le Ministre de la Culture Franck Riester en Conseil des ministres.

Incompatibilité de la réforme avec les dispositions du traité fondateur d’Arte

Arte ne veut pas du holding avec les autres chaînes de télévision publiques que sont France Télévisions, Radio France, l’INA, Radio France et Médias Monde. La chaîne franco-allemande est jalouse de son autonomie qui marche bien et elle a fait savoir sa position au Ministre de la Culture Franck Riester. Dans une lettre écrite par Peter Boudgoust, le président d’Arte GEIE (Groupement Européen d’Intérêt Économique, détenu par Arte France et Arte Deutschland), le groupe évoque une incompatibilité de la réforme avec les dispositions de son traité fondateur. Ce traité stipule que la chaîne est responsable de la « réalisation des programmes […], la gestion du budget […], sous la surveillance et le contrôle des seuls sociétaires [Arte France et Arte Deutschland, NDLR]. ». En outre, Peter Boudgoust précise que « la direction et la gestion […] des sociétaires relèvent de leur seule responsabilité ».

Collaboration oui, mais pas de holding

Le Gouvernement envisage de réunir l’ensemble des entreprises de l’audiovisuel public sous un holding qui permettrait à l’État de faire des économies. Ce holding débouchera sur la création d’un conseil d’administration qui aura les pleins pouvoirs. Il pourrait par exemple nommer les dirigeants de chacune des chaînes de télévision publiques et repartir les différents budgets. Ce qui n’est pas du goût d’Arte, qui tient à son indépendance et à sa spécificité. La chaîne franco-allemande indique qu’elle est disponible pour toute collaboration avec ses consœurs. D’ailleurs, elle a déjà participé à des initiatives comme le projet « Culture Prime » avec tous les groupes audiovisuels publics. Récemment, elle a mis en place, en partenariat avec France Télévisions, un comité de concertation pour coproduire des documentaires. Mais de là à créer un holding ? Arte n’est pas tentée.

Un holding de bon sens ?

Si Arte se fait du souci pour son avenir, du côté du Gouvernement on fait savoir que tout n’est pas encore acté. Un projet de loi devrait être présenté en Conseil des ministres en juillet prochain. Pour un observateur avertit, le projet de Gérald Darmanin n’est pas si mauvais que ça, bien au contraire : « Il n’y a pas d’opposition frontale des autres groupes au principe d’un holding , mais beaucoup de questions sur le calendrier et surtout sur la personne qui aura le pouvoir… dit un proche du dossier. Avec la concurrence des géants américains, il y a pourtant de plus en plus de sens à allier les groupes publics. ».

Rappelons qu’en 2000, Arte avait évité une intégration dans France Télévisions grâce à la contestation de la direction allemande du groupe. La septième chaîne échappera-t-elle également à ce holding imminent ?

 

France : 6,8 millions de personnes n’ont pas accès à un internet de qualité selon l’UFC-Que Choisir

Câbles internet

Selon l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, environ 6,8 millions de personnes n’ont pas accès à un internet de qualité minimale (supérieur à 3 Mbit/s) en France. La plus part de ces personnes se trouvent en milieu rural, notamment dans les départements comme la Meuse, la Guyane, la Lozère, l’Yonne ou encore le Lot-et-Garonne. La connexion y est deux à cinq fois moins élevée qu’ailleurs.

10,1% des Français ont moins de 3 Mbit/s

Dans une enquête publiée jeudi, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir estime à 6,8 millions le nombre de personnes « privées d’un accès de qualité minimale à internet » en France. « 10,1 % des consommateurs ne disposent pas d’un internet de qualité minimale », tandis que « ce sont près de 12,8 millions de personnes qui en sont privés » de l’internet haut débit, a constaté l’association après avoir ausculté la connexion de 1700 personnes réparties dans 1400 communes différentes.

La Guyane, la Meuse, la Lozère, l’Yonne et le Lot-et-Garonne les départements les moins connectés

L’association de consommateurs relève également un écart entre les campagnes et les grandes villes. « Déjà confrontés au recul des services publics ou à la fracture sanitaire, les zones rurales sont celles qui subissent davantage les effets de la fracture numérique » note l’UFC-Que Choisir. Pour l’association, il y a indubitablement deux France : d’une part celle des grandes villes (plus de 10.000 habitants) avec 95% d’accès à internet et d’autre part celle des petites communes (moins de 1000 habitants) avec seulement 69 % de taux de couverture. Au nombre des campagnes les plus défavorisées, notons celles des départements de la Meuse, de la Guyane, de la Lozère, de l’Yonne ou encore du Lot-et-Garonne. « Les communes les plus rurales subissent en moyenne des débits 43 % plus faibles que les villes de plus de 30.000 habitants » observe l’UFC-Que Choisir.

Améliorer très rapidement la couverture des réseaux existants

Aussi, s’inquiète-t-elle du manque de transparence de l’Etat sur sa politique de déploiement de la fibre optique. L’UFC Que-Choisir souligne que « les données sur les débits théoriques proposés aux consommateurs dans sa maille la plus fine, à savoir la commune, ne sont plus disponibles depuis un an », ce qui aurait d’ailleurs compliqué son étude.

Pour résorber la fracture numérique, l’UFC Que-Choisir recommande l’amélioration immédiate des réseaux en cuivre existant au lieu d’attendre pendant longtemps encore le déploiement de la fibre.

Le Premier Ministre Edouard Philippe devrait faire un point sur la couverture numérique des territoires dans le Gers, ce vendredi.

 

Grande-Bretagne : Deux moyennes banques fusionnent pour faire face au Brexit

Ce jeudi, deux banques britanniques de moyenne taille ont décidé de fusionner pour mieux faire face au Brexit prévu le 29 mars prochain, mais dont le report est désormais fortement envisagé. Ces deux petites banques sont Charter Court Financial et OneSavings, créées après la crise financière de 2007 à 2009.

« Nous serons plus forts ensemble »

Le Brexit continue d’affoler les sociétés et les institutions financières outre-manche. Deux banques britanniques de taille moyenne, à savoir Charter Court Financial et OneSavings, ont décidé de fusionner ce jeudi pour mieux affronter une potentielle sortie de l’Union européenne. Celle-ci a été fixée au 29 mars 2019, mais un report est désormais envisagé afin d’éviter un no-deal. « Ce serait faux de dire que les deux conseils d’administration n’ont pas réfléchi au calendrier de tout cela. Nous avons une situation politique délirante au Royaume-Uni, on est complètement plongé dans l’incertitude », a déclaré Andy Golding, directeur général de OneSavings. Il ajoute : « Nous serons plus forts ensemble et ainsi nous nous apprêtons à affronter ces courants contraires du Brexit avec un peu de vent dans le dos et c’est (…) la logique qui nous pousse à ne pas retarder cette opération ».

Un couple qui repose sur la complémentarité

En ne faisant plus qu’un, Charter Court Financial et OneSavings espère créer un poids lourd du crédit immobilier en Grande-Bretagne. Pour l’heure, l’entité a une capitalisation boursière cumulée de 1,75 milliard de livres, après la fusion. A la longue, si les affaires marchent comme sur des roulettes, la nouvelle banque pourrait aisément faire face aux grandes institutions bancaires du Royaume Uni. Cependant le contexte est marqué par un ralentissement du marché immobilier londonien depuis 2016, date de l’enclenchement du processus de sortie de l’union douanière.

La fusion a aussi l’avantage de réunir au sein d’un même groupe deux banques complémentaires dans le financement des achats immobiliers destinés à la location, comme le souligne Ian Lonergan, le directeur général de Charter Court. Il y a d’un côté Charter Court qui s’investit dans le marché résidentiel et de l’autre OneSavings qui mine celui de l’immobilier commercial et des projets de développement.

Des postes seront sacrifiés

Côté bourse, ce jeudi, l’action OneSavings s’était stabilisée à 397 pence quand celle de Charter Court concédait un repli de 0,12% à 324 pence. Les deux banques, qui ont annoncé ce jour un bénéfice en hausse, emploient au total 1.684 personnes. Mais compte tenu de la fusion, 235 postes devraient être supprimés dans le futur groupe comme ils ne peuvent pas être doublés.

 

Médias : Free refuse de payer pour les chaînes gratuites d’Altice

Logo de Free

A partir du 20 mars 2019, Free pourrait être interdit de diffuser BFM TV, RMC Découverte, RMC Story et BFM Business. La raison est que le fournisseur d’accès internet (FAI) refuse de payer les services de ces chaînes de télévision gratuites. Celles-ci veulent voir désormais la couleur du fric que Free se fait sur leur dos, sinon elles ne permettront plus qu’il diffuse leurs contenus.

On veut nous faire payer pour un signal gratuit

Après l’accroc d’il y a un an qui avait conduit à une coupure, pendant une semaine, des chaînes comme Canal +, la Une, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI…Free engage à nouveau un bras de fer avec les groupes de médias. Le fournisseur d’accès internet ne voudrait pas payer pour la diffusion du contenu des chaines de télévision gratuites, malgré les nombreux courriers qu’on lui a adressés à cet effet, pendant plusieurs mois. Dès lors, la séparation est inévitable. C’est pourquoi Altice annonce que ses chaînes « BFM TV, RMC Découverte, RMC Story, BFM Business et leurs services associés pourraient ne plus être distribués à compter du 20 mars 2019 sur les box Free ». De son côté, Free ne comprendrait pas pourquoi l’on veut lui « faire payer un signal qui existe pour tous les Français », a déploré Maxime Lombardini, le directeur général d’Iliad, la maison mère de Free.

Free se fait de l’argent avec le contenu des chaînes gratuites

Si de l’avis du fournisseur internet il est inadmissible de payer pour un service gratuit, pour les chaînes de télévision il est très choquant de ne pas mettre la main à la poche quand on s’enrichit sur le dos des autres. « De plus en plus de Français dépensent entre 30 et 40 euros d’abonnement par mois pour une offre triple play incluant l’accès au téléphone, à Internet et à la télévision, et payent donc pour recevoir notre contenu. Mais jusqu’à présent, les opérateurs ne reversent rien aux chaînes alors que nous apportons un service qui mérite rémunération » s’était indigné Gilles Pélisson, le PDG de TF1.

Les deux parties en sortiraient perdants

Désormais les deux parties veulent mettre un terme à leur contrat puisque l’un d’entre eux, en l’occurrence Free, refuse de le reconduire avec de nouveaux termes. Pour Nicolas Doze, chroniqueur à BFM TV, si les chaînes gratuites ne devraient plus être diffusées sur Free, les deux protagonistes en sortiraient perdants. En effet, Free perdrait, avec ces 4 chaînes, 7% d’audience et Altice une audience d’au moins 15 millions de téléspectateurs.

Economie française: Une croissance de 0,4% prévue ce trimestre

Selon une prévision de la Banque de France, l’économie française devrait connaitre une légère embellie au premier trimestre 2019. Une bonne nouvelle quand on sait que la croissance économique française n’a jamais dépassé la barre de 0,3% toute l’année dernière.

La Banque centrale de France et l’Insee s’accordent sur le chiffre de 0,4%

A en croire la Banque de France, la croissance économique française devrait atteindre 0,4% au premier trimestre 2019, un léger rebond de 0,1% en comparaison du dernier trimestre 2018. Cette estimation du Produit Intérieur Brut (PIB) est conforme aux prévisions de l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (Insee) qui avait également tablé sur une croissance économique de l’ordre de 0,4%.

La Banque de France explique cette légère embellie du PIB par le dynamisme du secteur du bâtiment. Les BPT ont reçu des carnets de commandes « très bien garnis », note l’institution bancaire. Si les patrons des entreprises du bâtiment se frottent les mains, ce n’est pas le cas d’autres industries qui rencontrent des difficultés.

Le secteur de l’aéronautique et de la chimie par exemple ont subi une baisse des activités. Cette situation devrait prendre fin dès ce mois de février 2019, prédisent les patrons. C’est le même climat morose du côté des services, parmi lesquels la restauration et l’hébergement. Mais, comme l’aéronautique et la chimie, les activités vont connaître une accélération dès la fin de ce mois.

La tendance sera à l’épargne et non à la consommation

Cette croissance du PIB va certainement ravir l’Elysée et Matignon qui font face à la crise des Gilets Jaunes depuis plusieurs semaines. Pourtant le bout du tunnel n’est toujours pas à l’horizon. C’est un bol d’air frais dont ils profiteront au maximum car l’économie française tient bien le coup.

La croissance économique devrait surtout profiter aux ménages français dont le pouvoir d’achat pourrait attendre 440 euros par foyer en 2019, à en croire les statistiques. Mais pour la Commission européenne l’heure ne sera pas à la consommation, plutôt à l’épargne, en raison de la conjoncture.

Même si ce premier trimestre sème des graines d’optimisme dans les cœurs, le Gouvernement français reste réaliste. Pour le Ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, la croissance de 1,7% prévue en 2019 sera revue à la baisse puisqu’à l’échelle européenne, les perspectives économiques n’enchantent pas.

 

Le coworking explose à Paris

Le coworking à Paris 11 comme dans l’ensemble de la capitale connaît une croissance exponentielle depuis ces dernières années. Une tendance qui ne semble pas près de s’arrêter avec toujours plus de mètres carrés qui y sont consacrés. Zoom sur ce phénomène.

 

Une demande toujours plus forte

Le coworking à Paris 11 et dans toute la France répond aux demandes de digitalisation et au développement du télétravail pour imposer de nouveaux modes de travail qui séduisent de plus en plus de personnes qui souhaitent rompre avec la solitude dans le cadre de leur travail.

Il prend une place prépondérante dans la capitale où la demande placée connaît un énorme essor passant de 40 000 m² en 2016 à 90 000 m² en 2017 pour monter à 100 000 m² en cette fin d’année 2018.

Une hausse qui s’explique par le fait que le nombre de transactions a été multiplié par trois en trois ans ainsi que la taille des mouvements qui était de 1 500 m²en 2015. Il est passé à plus de 4 000 m² et peut même aller jusqu’à 10 000 m².

C’est Paris qui rassemble l’essentiel des pris à bail de travail collaboratif (71 %). Si une grande partie a été réalisée dans le quartier des affaires (39%), le coworking à Paris 11 n’est pas en reste et ne cesse de se développer également. Un succès qui s’explique par un nombre d’entreprises en hausse qui y trouvent une collaboration peu commune et la possibilité d’accroître leur réseau professionnel comme cela est expliqué sur mondandy.fr.

Les raisons de l’essor du coworking à Paris 11

Si le coworking explose dans la capitale c’est aussi parce qu’il permet de réaliser des économies par rapport à la location de bureaux traditionnels. Une étude menée par le conseil en immobilier JLL révèle que la formule revient 42 % moins chère même si le coût au mètre carré est supérieur à celui des bureaux classiques de 32 %.

C’est dans le ratio de mètres carrés que ce mode de travail tire son épingle du jeu car si vous louez un espace de coworking à Paris 11, vous aurez un poste de travail de 7 m² comme cela est expliqué sur ce site.

Un concept qui convient aux entreprises de plus en plus nombreuses à y louer des postes de travail. Celui-ci leur coûte entre 350 et 2 300 € selon l’emplacement des bureaux et les services qui y sont proposés qui peuvent concerner le stationnement, la restauration, un abonnement de téléphonie fixe, des accès à une salle de réunion, un nombre d’impressions illimités… et bien d’autres.

Une formule qui séduit de plus en plus de grandes entreprises

Si à la base le coworking à Paris 11 comme dans tout l’hexagone est d’abord utilisé par les free-lances et entrepreneurs qui travaillaient seuls ou n’avaient pas de bureau, la formule séduit dorénavant les grandes entreprises de plus de 50 salariés au point qu’elles représentent désormais 51 % des occupations de postes. La raison en est que louer des postes dans un espace de coworking est plus flexible qu’un bail de location de bureaux classiques. Et, plus que des mètres carrés, ils y trouvent des offres clés en mains avec une mutualisation des espaces support, des animations et des évènements qui y sont organisés.

Des données que les gestionnaires du coworking à Paris 11 et ailleurs doit prendre en compte pour faire des propositions adaptées qui vont continuer à séduire et conquérir de nouveaux secteurs. Tout laisse ainsi à penser que le crowdfunding va continuer à exploser dans la capitale durant les prochaines années.j

Téléphonie mobile : une panne affecte les opérateurs

Ce lundi matin, une panne de grande ampleur a perturbé tous les opérateurs français. Le problème technique touchait aussi bien la téléphonie mobile, fixe et parfois Internet, qui continue de passer par le réseau téléphonique. 

Dès qu’il y a un problème du moindre acabit, le réseau social Twitter devient le bureau des plaintes. Ce lundi matin, cela n’a pas dérogé à la règle. Des centaines d’internautes se sont plaints auprès de leurs opérateurs respectifs car ils étaient dans l’impossibilité de joindre leurs interlocuteurs, d’envoyer des SMS et d’accéder à Internet.

Downdetector, qui scrute en temps réel le moindre problème sur les différents réseaux, a enregistré un pic d’incidents chez les clients Orange. Centralisée initialement chez Orange, la panne s’est vite répandue à tous les autres opérateurs français par “ricochets”.

Un incident majeur identifié chez Orange au niveau national impacte en ce moment tous les opérateurs. Les équipes d’AERA Télécom sont sur le pont et en alerte pour réduire l’impact de cette panne nationale Orange”, a expliqué AÉRA Télécom, Opérateur Télécom des Entreprises en France.

Pour l’heure, le leader de la téléphonie mobile ne s’est toujours pas exprimé sur cette panne de grande ampleur. Concours de circonstances, Orange a lancé, le matin même, le hasthag #SansMonTelephone.

Les clients n’ont que moyennement ri, et n’ont pas hésité à utiliser ce hasthag contre Orange.

 

Paris : les transports en commun bientôt gratuits?

En début de semaine, le Conseil de Paris devait voter sur la carte Navigo gratuite pour 220 000 Parisiens âgés de plus de 65 ans. La Maire de Paris, Anne Hidalgo, réfléchit à étendre cette décision à l’ensemble des Parisiens et de leurs transports en commun. 

Anne Hidalgo a placé trois adjoints de la Mairie de Paris sur “une vaste étude sur le sujet, qui associera des experts français et étrangers”, afin de savoir si elle rendra gratuits les transports de la capitale française.

La Maire affirme que la question de la gratuité des transports est “une des clefs de la mobilité urbaine dans laquelle la place de la voiture polluante n’est plus centrale”. Pour cette étude, ses trois adjoints seront en charge d’analyser les exemples d’initiatives similaires déjà mises en place en France mais également à l’international : cela permettra d’avoir un rapport très précis sur la question.

Des villes comme Niort, Gap ou Manosque ont déjà adopté ce système. A l’international, l’Allemagne s’apprête à sauter le pas, étant donnée la forte pollution qui entoure certaines villes.

Anne Hidalgo affirme cependant qu’indépendamment de l’aspect environnemental, il faudra “en particulier évaluer s’il existe un modèle économique viable : rien ne dit aujourd’hui que cela est possible”.

Avant de faire bénéficier de la gratuité des transports à tous les Parisiens, il est d’abord question de la gratuité de la carte Navigo chez les personnes âgées. En effet, en début de semaine, le conseil de Paris a posé les conditions pour qu’une telle mesure soit applicable :

  • Les personnes qui pourront bénéficier de cette gratuité devront être âgées de 65 ans et plus.
  • Ces personnes devront toucher moins de 2200 euros par mois, soit 3400 euros par couple.
  • Les 20 000 bénéficiaires de l’allocation handicap seront également éligibles.

Pour le moment, 200 000 Parisiens pourront bénéficier de cette gratuité, s’ils répondent bien entendu aux critères mentionnés ci-dessus.

Bien que cette initiative (gratuit pour tous) soit tout à l’honneur de madame la Maire, la (lourde) question du financement reste à mesurer. Comment sera compensé le manque à gagner de la RATP ? C’est pour répondre à cette interrogation que le projet est actuellement étudié.

 

 

La SNCF doit rendre des comptes

Les dirigeants de la SNCF ont été convoqués, ce lundi 8 janvier 2018, dans la matinée, dans le bureau de la ministre des Transports, afin de rendre des comptes sur les différentes polémiques qui ont touché l’entreprise publique ces derniers mois.

L’incident sans précédent qui a touché la gare Montparnasse, au début du mois de décembre 2017 et paralysé des dizaines de milliers de voyageurs pendant des jours, aura été la grosse goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Depuis plusieurs années déjà, les usagers ont de quoi se plaindre des services de la SNCF. Parallèlement le transporteur public est de moins en moins rentable et coûte de plus en plus au contribuable.

Ainsi, en dehors des pannes et des retards réguliers, les voyageurs français se plaignent d’une trop grande opacité dans la grille tarifaire de la SNCF.

Parallèlement, le groupe est menacé par les compagnies low cost de bus et d’avions, ainsi que par l’émergence des moyens de transport via le web participatif.

Du coup, les grands patrons de la SNCF se sont fait tirer les oreilles par la ministre du gouvernement d’Edouard Philippe.

 

Vignette anti-nids-de-poule : la prochaine taxe auto ?

Un comité d’experts commissionné par le ministère des transports prône une nouvelle vignette à faire payer aux conducteurs, afin de financer l’entretien des routes.

Les associations d’automobilistes devraient encore faire parler d’elles dans les prochains mois, si le gouvernement décide d’appliquer les recommandations du comité d’experts mandatés par la ministre des Transports, Elisabeth Borne.

En effet, selon les informations recueillies par les journalistes du Parisien, cette commission aurait proposé au gouvernement d’instaurer une vignette baptisée “anti-nids-de-poule”, qui permettrait de payer les frais d’entretien du réseau routier français.

Cette nouvelle taxe déguisée à de quoi faire bondir des automobilistes déjà largement mis à contribution et issus des milieux sociaux les plus modestes.

En effet, les grands centres urbains, où les habitants peuvent utiliser les transports en commun, sont vidés de leurs classes moyennes et populaires, repoussées en périphérie par la hausse de l’immobilier. Ils ont donc obligés de prendre leurs voitures.

Bref, encore un impôt sur les plus pauvres…

Elisabeth va-t-elle dépasser les bornes ?

 

1 2 3 4