France : les taxis réclament des mesures d’urgence face à la flambée des prix des carburants

Enseigne de taxi.

 

Des taxis ont manifesté dans plusieurs villes de France le mercredi pour demander des mesures d’urgence face à l’explosion des prix des carburants. Ils  souhaitent notamment le retour de la TVA à 5,5 %, l’instauration d’une TICPE et la mise en place de meilleures aides à la transition vers des véhicules électriques.

Un sit-in devant le ministère de l’Economie et des Finances à Paris

Les taxis ont manifesté dans plusieurs villes de France, le mercredi 30 mars 2022, pour exiger des mesures d’urgence face à la flambée des prix du carburant. Plusieurs centaines d’entre eux se sont rassemblés devant le ministère de l’Economie et des Finances à Paris à l’appel de la fédération nationale du taxi (FNDT) et des Locataires unis du taxi (LUT). Pourtant, Bruno Le Maire avait fait valoir, un peu plus tôt, l’application d’une remise de 15 centimes d’euros (hors taxe) sur le litre du carburant et la revalorisation des tarifs.

Les dépenses en carburant de plus en plus importantes 

Mais les fédérations nationales considèrent ces décisions comme des mesurettes. Pour plus d’impact, elles souhaitent un retour de la TVA à 5,5%, contre 10% actuellement. Elles voudraient aussi la mise en place d’aides à la transition vers des véhicules électriques et l’instauration d’une taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques flottante (TICPE), anciennement TIPP (taxe intérieure de consommation sur les produits pétroliers). Sur ce dernier point, les taxis dénoncent une hausse des prix de l’essence et du diesel de plus de 50%. Cette augmentation significative rend les dépenses en carburant très salées à la fin du mois.

Un carburant professionnel avec des tarifs préférentiels

Pour compenser la hausse des coûts du carburant, la FNDT et les LUT ont récemment relevé leur tarif réglementé de 3,5%. Mais la profession estime que les consommateurs n’ont pas à payer les pots cassés. C’est pourquoi, elle demande l’instauration de certaines mesures. Par exemple la mise en place d’un carburant pour les taxis avec des tarifs préférentiels.

Mais ce n’est pas tout. Le secteur déplore aussi le peu d’efficacité des aides à la transition vers des véhicules électriques. La FNDT pointe notamment le manque d’autonomie des batteries qui fait que les véhicules ne sont pas adaptés à la profession. De plus, dans certaines régions comme en Ile-de-France, l’aide de 6.000 euros à l’achat d’une voiture électrique ne concerne pas tous les véhicules.

Des manifestations à Nantes et Bordeaux

Outre Paris, des rassemblements ont également eu lieu dans d’autres villes de France comme Nantes. Dans cette commune, 70 taxis ont mené une opération escargot sur la rocade en direction de l’aéroport. Cette action a provoqué de gros embouteillages et une paralysie momentanée du trafic sur certaines voies.

A Bordeaux, il y a également eu un énorme bouchon. Une centaine de taxis a manifesté sur diverses voies, accompagnés d’auto-écoles et de camions poids-lourds. Les conducteurs ont défilé lentement, pare-chocs contre pare-chocs.

Air France-KLM : Un plan de départs volontaires concernant 465 postes présenté ce lundi

Un Airbus A380 d'Air France

 

Ce lundi 13 mai, la compagnie Air France-KLM a présenté un plan de départs volontaires concernant jusqu’à 465 postes sur son réseau domestique. La direction précise qu’il n’y aura aucun départ contraint et que toute action fera l’objet d’une consultation.

« Il n’y aura aucun départ contraint »

La compagnie aérienne Air France a présenté ce lundi un plan de départs volontaires allant jusqu’à 465 postes sur son réseau domestique et affectant son personnel au sol. « Les représentants du personnel ont été informés d’un projet de plan de départs volontaires pouvant concerner jusqu’à 465 postes sur le réseau domestique qui serait mis en œuvre sur plus d’une année. Il fera prochainement l’objet d’une consultation. Il n’y aura aucun départ contraint », a indiqué la direction d’Air France-KLM dans un communiqué diffusé en parallèle du comité social et économique central (CSEC, ex-comité central d’entreprise) qui se tient au siège de la compagnie, à Trembley-en-France.

Des mesures d’accomâgnement prévues

La compagnie dit avoir identifié un « sureffectif » dans plusieurs services, dont celui de l’activité sol du court courrier, où elle envisage de réduire de 15% en sièges kilomètres offerts (SKO) d’ici à la fin 2021. Aussi, note-t-elle, la concurence accrue des TGV et le développement rapide des compagnies low cost.

Elle rassure que ce plan de départs volontaires sera renforcé par « des mesures d’accompagnement individualisées pour les salariés concernés, qui seront détaillées et négociées lors de la consultation avec les partenaires sociaux ».

En 2018 Air France-KLM a enregistré une perte de 189 millions d’euros sur son activité domestique. Son déficit cumulé lui s’est élevé à 717 millions d’euros depuis 2013. « L’exercice (2018) a été marqué par une importante hausse des capacités pendant une période creuse conduisant à une pression sur la recette unitaire » a d’ailleurs rappelé Benjamin Smith, DG de la compagnie aérienne française depuis août 2018.

Air France recrute 

En parallèle, Air France avait récemment annoncé d’importants recrutements dans de nombreux métiers à forte croissance de l’entreprise sur l’année 2019. Plus de 1.000 contrats à durée indéterminée (CDI) seraient prévus par la direction.« De nombreux talents vont nous rejoindre en 2019, pilotes, hôtesses et stewards, mécaniciens ou ingénieurs, pour accompagner la croissance d’Air France, mais nous avons aussi la responsabilité de garantir l’équilibre de nos activités dans certains secteurs pour en assurer la pérennité », a confié Anne Rigail, Directrice Générale d’Air France.

L’évolution titre ce lundi 

Ce lundi, à 13h30 environ, le titre Air France-KLM perdait 3,7% à 8,7 euros, pénalisé par Bernstein qui a abaissé sa recommandation sur le titre de « performance de marché » à « sous-performance ». Les syndicats se disaient inquiets pour les travailleurs et travailleuses menacés, leurs familles, enfants et adolescents.

 

Du Velib au Cityscoot

Après les succès du Velib et de l’Autolib, la mairie de Paris va équiper ses rues d’un service de location de scooters, Cityscoot.

Ce nouveau service est disponible pour les parisiens depuis le mois de juin dernier.

Il a été présenté en grandes pompes par la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a vanté les avantages environnementaux de ces scooters électriques.

La mairie de Paris souhaite désengorger la circulation parisienne de manière écologique avec ces nouveaux deux-roues.

Loi El Khomri : les gréves causent d’importants bouchons

Plusieurs centaines de kilomètres de bouchons ont été déplorés, jeudi 31 mars, en Ile-de-France, en raison de la gréve des transports contre la loi sur le travail portée par la ministre El Khomri.

Le secteur des transports publics était en gréve, ce jeudi 31 mars, afin d’exprimer son désaccord avec le projet de loi dit « El Khomri » sur le travail.

De nombreux franciliens ont donc du prendre leurs voitures pour se déplacer, engorgeant encore plus un trafic déjà dense.

Vers huit heures du matin, ce sont près de 400 kilomètres de bouchons qui ont été recensés par le site Sytadin.