Les écoles de commerce préparent-elles les étudiants à de grandes carrières ?

De nombreux experts estiment qu’avoir une formation dans une école de commerce est un bon investissement. Ces écoles sont de plus en plus sollicitées par les étudiants souhaitant avoir de bonnes études supérieures. Comment donc bien choisir son école de commerce ?

Les motivations des étudiants pour intégrer une école de commerce varient selon les circonstances et dépend également de leur projet professionnel. D’autres décident d’intégrer ces écoles lorsqu’ils se sentent perdus et ne savent quoi choisir.

L’atout principal des écoles de commerce porte sur les types des parcours qu’elles proposent. Il s’agit des cursus souvent spécialisés, pluridisciplinaires ainsi qu’une bonne qualité d’enseignement avec des méthodes innovantes et plus pédagogiques.

Il existe aujourd’hui plus de 380 écoles de commerce en France et chacune d’elles est différente de l’autre à cause des spécificités qu’elles proposent et cela impacte le cout des frais.« Pour justifier les frais de scolarité, les écoles présentent cette dépense comme un investissement », a déclaré Sophie Blanchard, professeur de sociologie spécialisée dans l’éducation à l’université de Toulouse 2.

Pour cette raison que le choix de l’école qui correspond aux besoins est extrêmement important. « Je recommande de bien regarder que l’école dans laquelle vous voulez vous inscrire délivre bien le grade de master à ses étudiants niveau bac+5. Pour les post-bacs, les concours Sésame ou Accès sont des gages de qualité. On peut aussi consulter les classements, mais cela ne doit pas être le seul critère de choix » a déclaré Sophie Rouzaud, conseillère d’orientation à Paris pour le réseau Tonavenir. Cette dernière a également attiré l’attention des étudiants sur l’importance d’assister aux journées portes ouvertes et de consulter les forums pour prendre connaissance des parcours proposés et des avis des anciens étudiants.

100 millions d’euros pour les startups françaises

Le Crédit agricole confirme sa politique d’investissement dans les startups, avec l’annonce de deux plans d’aide en faveur de ces nouvelles entreprises du secteur numérique, pour un montant total de 100 millions d’euros.

Alors que l’établissement bancaire français avait déjà lancé avec succès, il y a maintenant deux ans, son « Village by CA », une pépinière de startups, il avait fini par décliner ce concept au niveau local.

Désormais, le Crédit Agricole a donc décidé d’aller encore plus loin dans le soutien financier aux startups, avec le lancement de deux programmes.

Le premier programme est consacré aux investissements dans les startups des territoires, dans des domaines « stratégiques », tels que l’agriculture, l’agroalimentaire, l’énergie, l’environnement, le logement, la santé, le tourisme, ou la mer.

Le second se concentrera sur les métiers de banque et d’assurance, avec des aides aux startups de la Fintech qui utilisent des technologies de type big data, Blockchain, paiements numériques, cybersécurité ou objets connectés.

Ces deux projets seront soutenus par deux fonds de capital-innovation de 50 millions d’euros chacun, pour un investissment total de 100 milliosn d’utros, donc.

 

 

 

 

 

Apple investit 1 milliard dans le Uber chinois

Le géant américain a participé à la levée de fond de la start-up chinoise Didi Chuxing, à hauteur d’un milliard de dollars.

Didi Chuxing est le leader chinois de réservation de taxis et véhicules de tourisme, dominant largement Uber sur le marché national.

Lors de la dernière levée de fonds de cette application, Apple a donc décidé de s’impliquer et à déboursé 1 milliard de dollars.

Pour Didi Chuxing, il s’agit de développer une force de frappe économique assez puissante pour pouvoir endiguer la montée du concurrent Uber sur le marché national. Pour Apple, l’objectif est de s’implanter en Chine, comme l’a expliqué son patron, Tim Cook :

«Nous avons décidé cet investissement pour un nombre de raisons stratégiques, qui incluent la chance d’en apprendre davantage sur certains segments du marché».