Croissance : la Banque de France optimiste

La Banque de France a fait part de ses estimations optimistes concernant l’évolution de la croissance française, pour le deuxième trimestre 2017.

L’élection du nouveau président de la république française, Emmanuel Macron, a-t-elle déjà un effet positif sur le dynamisme de notre économie ? C’est la question que l’on peut se poser en découvrant une nouvelle accélération de la croissance française au deuxième trimestre 2017.

En effet, lundi 12 juin 2017, la Banque de France a communiqué ses nouvelles estimations pour la croissance française au deuxième trimestre 2017 : elle prévoit une hausse de 0,5% du PIB.

Il s’agit d’une seconde bonne nouvelle après la croissance de 0,3% du PIB au premier trimestre.

L’organisme a expliqué que la croissance avait été particulièrement forte en avril et mai, mais qu’elle devrait ralentir un peu en juin.

« Le travail temporaire repart, tandis que les activités informatiques marquent une pause », selon le communiqué publié par l’organisme financier.

 

 

Le commerce extérieur chinois reste solide

L’administration chinoise des douanes a rendu publics, jeudi 8 décembre, les chiffres du commerce extérieur de la Chine, qui sont bien meilleurs que prévu.

En effet, alors que de nombreux experts tablaient sur une chute des exportations de la Chine, la balance du commerce extérieur chinois est largement favorable.

Si les importations de la Chine ont connu un rebond, avec une hausse de 6,7% en novembre, le pays asiatique a enfin relancé ses exportations, avec une hausse de 0,1% sur un an en novembre, pour un montant total de 196,8 milliards de dollars.

Une légère hausse qui ressemble plutôt à une stabilisation tant attendue, après 7 mois de repli et malgré des prévisions pessimistes qui tablaient sur une nouvelle baisse de 5% en novembre.

Il s’agit d’une excellente nouvelle pour l’économie chinoise, dont le commerce extérieur est l’un des principaux piliers.

Un déficit moins profond que prévu

Mardi 6 septembre, l‘Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a rendu ses chiffres publics, concernant le déficit de la France, qui a été moins important que prévu en 2015.

En 2015, le déficit public de la France a donc été de 3,5% du PIB, alors que selon les estimations de l’organisme, effectuées au mois de mars, ce déficit aurait du atteindre 3,6%.

Une bonne nouvelle toute relative pour les équipes gouvernementales, alors que François Hollande s’était engagé lors de l’élection présidentielle à abaisser ce déficit à 3%, dès l’année 2013.

Une promesse après laquelle il court toujours…

 

 

 

La croissance repart

Les chiffres sur la croissance de la France connaissent un rebond encore meilleur que ce que les économistes avaient prévu.

François Hollande ne cesse d’affirmer depuis quelques jours que “ça va mieux”. Les derniers chiffres semblent lui donner raison.

Ainsi, selon la première estimation sur la croissance française au premier trimestre 2016, publiée le 29 avril par l’Insee, le PIB aurait augmenté de 0,5 % sur cette période, après avoir progressé de 0,3 % au quatrième trimestre 2015.

Une croissance encore plus soutenue que les 0,4% sur lesquels comptaient l’Insee ou la Banque de France.